Barak – Paris (75010)


11.11.12 - Guillaume
Barak
29 rue Sambre et Meuse
75010 Paris
01 42 40 49 15
Fermé le samedi midi et le dimanche
Métros : Belleville, Colonel Fabien
- Le résumé -

La patronne en cuisine réussit les plats en sauce comme personne, les kebabs (grillades) n’atteignent pas ce niveau. Après c’est sombre, le patron bourru n’est pas sympathique mais au moins on voit sa femme en cuisine qui elle est sympathique et souriante et l’on se dit que la bonne énergie part des fourneaux. Mention aussi au serveur indien, un indien dans un resto turc, je n’avais encore jamais vu, Paris quand tu nous surprends! Il est très sympa et travaille bien.

- Le lieu -

C’est sombre! Ambiance mi-grotte, mi-cantine. Mais bon ça a un côté sympa même si plus de lumière ne serait pas refus selon moi.

IMG_3911

- L'équipe -

Ici c’est clairement marqué à gauche et cela donne un côté humaniste et du caractère à l’endroit. Le soir où j’y étais, il y avait dans le bar attenant (deux entrées différentes pour le bar et le resto) une réunion destinée à accueillir en France des turcs qui avaient fui les affrontements turco-syriens.
Mais comme je le disais précédemment le jour de ma visite le patron en faisait trop dans le genre gauchiste bourru qui n’a pas envie de servir dans son resto, c’est con car la cuisine est tellement bonne.
Sa femme est en cuisine avec un jeune.

IMG_3914

- Le menu -

Entrées


IMG_3906

Plats
Ali Nazik
L’Ali Nazik est exceptionnel, l’agneau fond comme j’ai jamais vu ça sur Paris.
J’y suis retourné et nous avons pris des boulettes et un Adana, déçus par les kebabs : pas trop de goût pour la viande qui devait être épicée, un manque de cohésion dans l’ensemble.
Donc prenez plutôt les viandes en sauce, exceptionnelles.

IMG_3909

- Le bilan -

 Total 52 euros pour : 1 assiette de mezze pour 2, 4 bières je crois, deux plats et deux cafés.

C’est très bon, l’atmosphère sombre et le côté bourru du patron participent à l’authenticité de l’endroit. Mais c’est dommage que l’on ne laisse pas plus de place à la cuisine et aux clients, notamment en présentant agréablement les plats, en étant plus didactique et ouvert. Une telle cuisine turque « maison » mérite plus d’attention et un meilleur écrin.