Enfin un franco-japonais qui me sied : Margo – Paris (75011)


19.08.17 - Guillaume
Margo
9 Rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
01 43 38 52 19
Ouvert du mardi au dimanche de 19h à 00h
Métro : Oberkampf (5,9)
- Le résumé -

Enfin un franco-japonais qui me sied car c’est bon, bien vu  et le côté tapas / mini-plats ne tourne pas à la carotte. Cuisine originale mais pas tape à l’oeil, prix abordables, tendance haut du panier question créativité maligne.

- La petite histoire -

Je l’ai découvert en saisissant la balle au bond car je passais dans le quartier et j’avais 45 minutes à tuer. Je ne pense pas que j’aurai traversé Paris pour cela car les adresses à la mode – en particulier celles franco-japonaises puisque c’est l’hystérie -, mais surtout l’emballement de la presse et des blogs pour ces adresses à la mode me sort complètement par les trous de nez, la saturation totale a été atteinte depuis longtemps déjà. Pourtant il était sur ma short list et je décidais donc d’aller y jeter un oeil. Je rentre, demande s’il y a une place, réponds que je suis seul. On me dit qu’il va y avoir seulement une place au bar pour 40 min., ça tombe bien, c’est le temps dont je dispose.

- Le lieu -

Le resto est ouvert sur la rue, plutôt avenant au printemps. C’est assez petit mais les tables ne sont pas les unes sur les autres, le resto est souvent plein du coup, le comptoir est lui aussi largement utilisé. Un groupe de 4 se partage des entrées dont ce chou fleur, mayonnaise, curry madras qui n’est pas sans me rappeler celui de Miznon. La déco accorde une large place au végétal, bistrot végétalo-japonaiso-franco-nature si je devais le qualifier.IMG_4731

- L'équipe -

Il y a un responsable de la salle poli mais plutôt dans la retenue, trop pour moi, mais chez les tables japonaises c’est souvent le cas. Un jeune homme au service est avenant et dynamique.

IMG_4722

- Le menu -

Le chef Keita Kitamura fut un élève de Pierre Gagnaire à Paris et l’ancien second du restaurant Narisawa, deux étoiles au Guide Michelin, à Tokyo. Depuis ma visite en mai 2017, il a pris les rênes d’Erh le nouveau restaurant de la Maison du Saké, dont ma collègue Sophie Brissaud m’a dit le plus grand bien. Bref je ne sais plus qui est aux fourneaux à Margo mais ça devrait continuer de tenir la route.

Langue de veau, haricots verts, menthe, ça me parle tout de suite. Depuis la fermeture du regretté romain Augusto rue du Vertbois qui la cuisinait en tranches fines avec sauce verte, je n’ai jamais re-goûté de langue de veau à Paris, cuisinée autrement qu’à la façon tradi bistrotière avec sauce gribiche. Pourtant la langue mérite. Ici, la proposition verte haricots verts-menthe donne envie dès qu’on la lit. 17 euros quand on a 30 min. pour manger c’est bon.

IMG_4720
Elle est comme j’espérais, très bien cuite, colorée, agrémentée de verdure mais sans excès, l’ensemble est à la fois léger et nourrissant.IMG_4724

Et en vin? Un Côtes Catalanes ensoleillé et avec du coffre, Clos des Fée Modeste 2016, 6 euros le verre, là aussi le prix est très honnête.IMG_4715

IMG_4725

- Le bilan -

23 euros pour un « casse dalle » – dans le contexte de mon dîner s’entend – original et de qualité, ce n’est pas du vol. Reste à venir y dîner pour un repas posé E/P/D afin d’apprécier la cuisine dans son ensemble et de se faire une idée plus précise de l’ambiance et du service.