L’Atelier Rodier – Paris (75009)


12.01.13 - Guillaume
L'Atelier Rodier
17, rue Rodier
75009 Paris
01 53 20 94 90
Fermé le dimanche
Métro : Anvers, Notre Dame de Lorette, Bus : 85
- Le résumé -

Une vraie bonne nouvelle parmi les derniers restos en vue dans la capitale.
J’y étais un midi et c’était calme donc il faut voir comment ça se passe lorsque c’est bondé.
En tout cas l’assiette a des choses à dire, l’équipe internationale est chaleureuse et authentique!, j’ai envie d’y croire, et d’y revenir.

IMG_5952

- Le lieu -

Il a pris la place de feu l’épicerie Rap.
J’avais peur de la disposition que j’avais vue sur des photos : deux rangées de tables se faisant face. Mais comme nous étions les seuls sur notre rangée, ça allait.
Sinon la déco est sympa, aérée, épurée, avec une touche néo 70’s, bien vue.
IMG_5947

- L'équipe -

On ne va pas se mentir : étant passionné par la Colombie, j’avais eu l’attention attirée par le fait que l’un des deux chefs était colombien; et mon intérêt renforcé en apprenant que son partenaire en cuisine était congolais. 2 cultures qui me parlent pour de multiples raisons, parmi lesquelles l’importance de leur patrimoine musical. Sur 716 Music, j’ai consacré de nombreux articles à la musique colombienne et j’ai récemment publié un mix exclusivement dédié à la musique congolaise.
Le serveur est quant à lui jeune et décontracté.
C’est tout sauf snob et ça respire une certaine fraîcheur.

IMG_5937

- Le menu -

Il y a un menu le midi à 18 euros entrée-plat ou plat-dessert (26 les 3 je crois).
Le soir c’est entrée-plat-dessert-café ou thé à 37 ou alors il y a un menu dégustation en 5 services à 55 euros.

IMG_5938

En guise d’attention de la maison, nous avons eu droit à du chorizo et une mousse de boudin noir me semble-t-il. Parfait.

IMG_5941

Puis une émulsion de châtaignes aux amandes torréfiées que je n’ai pas photographiée, je ne sais toujours pas pourquoi.

Entrées
– Bouillon de gambas façon thaï
Ce n’est pas une pâle copie, c’est délicieux, fraîcheur exemplaire et surtout tous les goûts sont là.

IMG_5944

– Emietté de crabe
100% de réussite au bac.
IMG_5943
Plat
Comme beaucoup de plats ne me disaient bien, j’ai demandé au chef de choisir le plat qu’il avait envie de cuisiner. Il a décidé de faire quelque-chose qui n’était pas à la carte à savoir un mélange de saint-jacques et dorade, c’était délicieux. Filet de dorade parfaitement cuit, équilibre des saveurs et des textures, un très beau plat, complet, complexe, nourrissant, coloré.
IMG_5945
Dessert
Tarte au citron, chocolat blanc, meringue, sorbet menthe.
La tarte est parfaite, la glace pourrait être servie légèrement moins froide ou alors un peu plus crémeuse (façon gelato), là elle tranche un peu trop avec la tarte selon moi.
IMG_5950
J’ai pris 2 verres de vin blanc : un Sancerre et un Chardonnay je crois me souvenir.
Le chef Santiago Torrijos n’a pas hésité à ouvrir une bouteille pour me faire goûter un vin. Comme je ne souhaitais pas continuer avec le Sancerre, il m’a apporté trois bouteilles de blanc sur la table afin que je fasse mon choix.

- Le bilan -

91,50 euros pour deux en ayant pioché dans la carte et pris une entrée du menu : 2 entrées-plat-dessert, 2 verres de vin, 2 cafés.

J’ai envie de revenir. C’est (très) bon, on sent une maîtrise de plusieurs cuisines (asiatique, française, tropicale), on s’y sent bien, il n’y a pas d’esbrouffe.
J’analyse de plus en plus la manière dont je me sens après le repas, là tout l’après midi et jusqu’au soir, j’avais ce petit goût maritime et fruité dans la bouche : comme après un excellent japonais j’étais rassasié sans être lourd.
Il y a du sourire, de l’envie, un regard tourné vers le monde. On s’estime chanceux qu’ils aient choisi de nous faire profiter de leur bonne humeur en s’installant rue Rodier; une rue Rodier qui peut s’avérer ingrate pour les restos (Rip RAP).
Pourvu qu’ils durent. Et nous avec.