Le Bougainville – Paris (75002)


15.10.13 - Guillaume
Le Bougainville
5, rue de la Banque
75002 Paris
01 42 60 05 19
Fermé le dimanche
Métro : Bourse
- Le résumé -

J’avais le souvenir d’un bistrot/bar à vins trop cher pour kiffer totalement, là je découvre une carte alléchante et les prix qui vont avec. En fait il semble que ce soit le fils qui a repris le restaurant tenu par sa mère. C’était plein à craquer de midi-là, on se croirait dans l’équivalent d’une trattoria italienne bondée à deux mètres du passage Vivienne (l’un de mes quartiers préférés).
IMG_4008

- Le lieu -

Un bistrot dans son jus, et en plus il est grand, ça va loin dans le fond.

C’est en tout cas super vivant, bruyant dans la 1ère salle, moins derrière, y a de la vie donc y a de la joie.

IMG_4009

- L'équipe -

Elle n’a pas le temps de s’attarder lors du gros rush mais il n’empêche qu’elle est là, fait son taf, ça bosse dur. Bon il a fallu se battre un peu pour la bouteille d’eau mais on l’a eue avec le sourire.

Remarque qui  ne concerne pas directement ce resto :
C’est le truc auquel j’ai le plus de mal à me faire quand je rentre de l’étranger, me remettre à ramper en me flagellant pour avoir une carafe d’eau. La France devrait vraiment se foutre une tape au cul pour sortir de cette ornière, c’en est ridicule et minable.

- Le menu -

Entrée
Assiette de jambon de coche à partager
Ils ont de la charcuterie qui envoie sévère ici, regardez-moi qu’il est beau ce jambon. (explication ici et ).
IMG_4016
Il y a une formule Entrée-Plat à 17 ou Plat à 14, c’est un bon prix je trouve.
Oeuf mayonnaise
IMG_4017
Tripes
Les tripes sont divines, le bouillon aussi, dommage que les patates n’aient pas la patate, ça se voit sur les deux de gauche, elles sont dures et fatiguées, on attendrait de la fondante vu le niveau de la tripe.
IMG_4020

- Le bilan -

Une assiette de jambon à partager pour trois, un oeuf mayo, une tripe, un café : 23 euros par personne.

Je dois trois fois oui. Le Bougainville est un bon plan.
On a l’impression que les bistrots revivent à Paris, ça se remet à cuisiner, ça fait plaisir.