Le Braisenville – Paris (75009)


06.02.13 - Guillaume
Le Braisenville
36, rue Condorcet
75009 Paris
09 50 91 21 74
Métro : Anvers
- Le résumé -

Une découverte : parfaite formule déjeuner, cadre agréable et service bien comme il faut.

 

- Le lieu -

Quand on est à l’intérieur, cela n’a rien à voir avec ce qui s’en dégage de l’extérieur.

C’est assez cosy, on est plutôt bien assis.
Le seul souci c’est que c’est vite sombre lorsqu’on s’enfonce vers l’arrière du restaurant.
Finalement les places les plus sexy ne sont pas si nombreuses.

La petite histoire

Je passais devant depuis un bon moment et tout me donnait envie de ne pas y aller :

– le nom Braisenville
– la déco mi sex shop, mi resto moderne.
Et puis j’ai vu que Marc Neeloff l’avait inclus dans la liste des  tables qu’il conseille et ça m’a fait tiquer.
J’ai enfin vu qu’il était plébiscité sur Télérama, le Figaro, Yelp et Trip Advisor et cela a achevé de me donner envie d’y aller.

 

- L'équipe -

J’avais peur : le jeune homme qui raccroche avant de dire au revoir au téléphone.
Au final ça s’est bien passé, le serveur ce jour-là était plus introverti que distant.
Lorsqu’on a commencé à parler cuisine de manière plus précise, il était là et s’est montré conciliant.
Par exemple le café était dégueulasse, ils avaient eu un problème de machine le matin même et pensaient qu’il était réglé, il nous a expliqué tout ça, a repris la note et a enlevé les deux cafés.
Le service était très agréable.
Pour le vin aussi, il était très disponible, il m’a apporté un verre qui ne me convenait pas tout à fait, il est allé rechercher une autre bouteille sans sourciller le moins du monde.

- Le menu -

Ca c’est la grosse révélation.

OUI à ces menus pas chers pour de la bonne bouffe française, bien pensée avec des bons produits, sans chichis ni foutage de gueule.
19 euros pour l’entrée-plat-dessert qu’on a mangé ce jour-là, c’est donné

Entrée

Merlu, betterave, pomme
Poisson frais, légumes croquants et pas trop froids, j’ai beaucoup apprécié la présence de grenade puisque revenant d’Istanbul, j’étais encore marqué par l’utilisation qui en est faite là-bas, notamment dans la salade à la grenade.
Je l’ai fait remarquer au serveur qui a eu l’air agréablement surpris qu’on lui parle de la grenade et qui m’a confirmé qu’effectivement le chef aimait bien l’utiliser. Bon point!
Ce n’est pas tout le monde qui irait s’emmerder à éplucher une grenade pour donner de l’acidité et de la fraîcheur à une entrée.

Croquettes de Bellotta
La personne qui m’accompagnait a pris des croquettes de Bellotta et s’en est trouvée ravie.

Plat
Lieu jaune, épinard, chanterelle
Poisson excellent, très bien cuit, les épinards sont aussi réussis, tendres mais sans être gonflés d’eau, l’assiette est belle.

Fromage d’alpage
J’ai hésité à prendre l’assiette de fromages car le repas étant bon mais léger (mais pas chiche), j’avais encore la place pour manger du fromage.
J’ai demandé au serveur ce qu’il y avait comme fromages,  il m’a répondu qu’ils avaient seulement du fromage de Savoie dont du reblochon.

- Le bilan -

Ce déjeuner était très séduisant et m’a donné envie de revenir soit à nouveau le midi, soit le soir pour tenter la formule sous forme de raciones.
Ce qui est clair c’est que ce restaurant a du fond de jeu, derrière l’emballage quelque peu kitsch, il y a du solide.
Ce quartier en a bien besoin.