Le Coq – Paris (75010)


10.12.12 - Guillaume
Le Coq
12, rue du Château d'Eau
75010 Paris
01 42 40 85 68
Métros : Jacques Bonsergent, République
- Le résumé -

Un nouveau bar à cocktails de plus sur Paris et cela fait plaisir. Accueil T.O.P!!!, cocktails bien et prix sympas, manque plus qu’il y ait un peu plus de lumière.

- Le lieu -

Un grand bar,  surtout par rapport au Glass (le bar à cocktails monté par l’équipe de la Candelaria) où tout le monde est debout à batailler pour accéder au bar, ici l’on est bien, assis tranquillement et ce sont les serveurs qui viennent à vous. De plus ils ont l’oeil et on n’attend jamais vraiment longtemps. Et puis ils sont très sympas ce qui n’est pas toujours le cas au Curio Parlor par exemple. Attention c’est peut-être aussi comme ça parce que c’est le début.
Le vrai souci réside dans le manque de lumière. La tendance initiée par l’équipe du Curio, Experimental et autres c’est la lumière plus que tamisée. Ici on a du mal à voir la carte et même la serveuse le regrettait.
Sinon c’est tout bien.

- L'équipe -

Ca c’est le gros point fort. On est accueilli direct par des bonjour souriants – rien à voir avec le Zelda -, une serveuse vient tout de suite vous apporter de l’eau, génial! J’ai lu qu’il avait été monté par un gars qui a déjà deux bars à Londres, on sent le service à l’anglo-saxonne direct!

Franchement ça faisait tellement plaisir, incroyable.

- Le menu -


Les cocktails  sont bien, pas dingues mais franchement bien, enfin je ne parle que des deux que nous avons goûtés. Surtout ils sont tous au même prix : 11 euros et ça c’est top.

Nous avons pris :
– un Fleurs du Mal : Vodka Absolut à la rose, jus de citron, trait d’absinthe et zet d’orange
– un Fig Leaf Collins : Gin Beefeater, jus de citron, essence de feuille de figuier, eau pétillante.

- Le bilan -

J’y retournerai, reste à savoir si les cocktails me donneront autant envie de revenir que le lieu et le personnel. Quoi qu’il en soit, le bar est situé vers Bonsergent côté sud de Magenta donc dans un quartier encore à l’écart de la hype (cf. Assanabel) et rien que ça, ça donne envie de venir. Et puis cet accueil et ce service, tellement top quand on le compare au barman débile qu’on a eu une fois au Prescription.