Le Tonnelier de Breteuil – Paris (75007)


05.05.14 - Guillaume
Le Tonnelier de Breteuil
4 rue Estrées
75007 Paris
01 45 51 29 43
Ouvert du lundi au samedi le midi seulement pour manger et jusqu'à 20h comme café
Métro : station Saint-François Xavier, ligne 13
Bus : Saint-François Xavier, lignes 82, 92
- Le résumé -

Un bon bistrot sans prétention qui travaille bien. Alors oui c’est à l’ombre, mais des plans comme ça dans ce quartier ça ne court pas les rues.


IMG_2011

- La petite histoire -

Je discutais avec un chauffeur de car de Normandie avec lequel je travaille pour certains tours et on parlait restos. Il m’expliquait alors qu’il aimait bien cette adresse sérieuse car le menu à 17 correspondait à son panier repas de 20 euros et qu’en plus il pouvait garer son car derrière les Invalides .

- Le lieu -

Je ne l’avais jamais remarqué car cette rue Estrées est discrète. Comme dit plus haut, il n’y a pas de terrasse. A l’intérieur, la salle est tout en long.

Nous étions peu ce jour-là et il nous fut donc facile de trouver un emplacement qui nous convienne, je ne sais pas s’il y a des jours où c’est rempli, peut-être que c’est dans ce cas un peu bruyant, à voir.

Nous, nous étions bien.IMG_2002

IMG_2006

IMG_2005

IMG_2004

IMG_2003

- L'équipe -

Il y a le patron et une dame qui travaille avec lui, au service. Ils se chamaillaient par moments mais rien de grave. La dame est très souriante et accueillante, sympathique.

J’ai apprécié le fait que la dame apporte l’eau tout de suite après que nous l’ayons demandé puis qu’elle nous change la corbeille de pain automatiquement.

- Le menu -

Par chance la formule du midi à 17 euros (entrée-plat-dessert) me plaisait car je ne me sentais pas enquiller des plats de brasserie tels que le faux filet au bleu en ce beau jour de printemps.

Entrée

On démarre avec une salade de magret, ça faisait longtemps que je n’en avais pas mangé car je suis souvent sceptique à Paris devant un tel plat.

Bref là c’était simple et très bien, comme j’aime, on sent le bon produit, sans fioritures autour, un peu comme à la maison. La vinaigrette avait la texture des sauces industrielles mais le goût d’une maison, je demandais confirmation, on me répondit que oui c’était bien maison.IMG_2007

 

Plat

Filet mignon de porc au poivre vert et purée maison.

Et ben voilà!, enfin de la purée maison plutôt que des frites surgelées; quand on m’explique qu’il n’y a pas d’autres choix que de faire de la Mac Cain, ça me rend triste, faites des purées putain!, si les frites c’est chiant, fais une purée, c’est tellement meilleur purée!

Ce qui m’a le plus surpris et ému c’est la sauce poivre vert, une belle consistance : ni trop crémeuse comme une sauce industrielle qui se tient trop bien, ni trop liquide comme une sauce maison ratée, là elle était parfaite, elle restait bien en bouche. Le porc était exquis aussi (pas rosé, hallelujah!) et bien servi.

Regardez-moi ce beau poivre vert et ce persil frais comme ils ont fière allure.

IMG_2009

 

Dessert

Il ne restait plus de fraises donc le choix était entre une mousse au chocolat et une crème fraîche avec coulis de fruits rouges. Option numéro 2 s’il vous plaît!IMG_2010

- Le bilan -

Soit on se fait plaisir avec des plats bistrot typiques, soit on préfère profiter de la formule à 17 en espérant que ce jour-là il y ait des choses plus de notre goût.

Quoi qu’il en soit on a très bien mangé, toute l’après midi qui suivit je me suis senti bien et ça c’est la marque des grands (si, si).

Je faisais remarquer à la dame en partant que le porc était vraiment parfait, elle me répondit que oui le chef travaillait bien et on voyait qu’elle était contente d’avoir quelqu’un de confiance aux fourneaux.