Les Coupoles – Paris (75008)


22.06.13 - Guillaume
Les Coupoles
55, rue des Mathurins
75008 Paris
01 42 65 31 58
Fermé samedi et dimanche -brasserie Le midi en semaine, il faut réserver car c'est plein tout le temps.
Métro : Saint-Augustin
- Le résumé -

Il n’y a rien de plus dur que de trouver une bonne brasserie à Paris : bonne c’est-à-dire cuisinant du frais, mettant du COEUR dans la manière de préparer des plats que tout le monde connaît et  considérant les clients comme des gourmets qu’on doit respecter et non des badauds auxquels fourguer des images d’Epinal à peu de frais.

Je vais me mettre du monde à dos mais selon moi à peine 5% des brasseries à Paris ont un intérêt culinaire digne de celui d’un resto.
Il y a tout ça ici, c’est une trouvaille dont je me félicite car je sais à quel point elle n’est pas courante.

- Le lieu -

Il est ouvert depuis 1973 soit 40 ans. Je suis passé maintes fois devant mais n’avais jamais percuté. Il faut dire que les brasseries ont un extérieur souvent similaire et qu’il faut donc un examen poussé pour déceler la perle rare. Là je suis passé en vélo donc plus au ralenti mais surtout il y avait à ce moment-là la chef en tenue en train de discuter avec la patronne après le service, la photo envoyait suffisamment de signaux positifs pour que je sente qu’il se passait quelque chose ici.
Je suis allé regarder sur le net et je n’ai vu que des avis positifs bien qu’il n’y ait jamais eu de vrai article sur eux à part celui-ci.
L’intérieur a du cachet, notamment la grande glace qui court sur tout un mur et agrandit ainsi la pièce mais aussi le plafond et sa grande lampe circulaire.
La patronne m’a expliqué qu’ils étaient autrefois ouverts 7 jours/7 et que cela ne désemplissait pas le week-end. Puis les concierges ont progressivement disparu, et avec eux une vie de quartier, les immeubles de bureaux ont remplacé les appartements de particuliers et les 35 heures ont achevé de vider les lieux le week-end puisque désormais les jours de repos pouvaient être pris à d’autres moments (c’est l’explication que m’a donné la patronne). Cela étant, elle ne regrette pas car elle a désormais la possibilité de se reposer le week-end, 7 jours sur 7 c’est bien quand on est plus jeune m’a-t-elle dit.
Je souligne que je suis venu un soir de semaine et que la patronne était là avec la chef et une serveuse expérimentée. Quand nous sommes partis vers les 22h30, elles se mettaient à table. Elles n’ont pas quitté le bateau!
La qualité constante se paye à ce prix-là.

- L'équipe -

Il y avait donc la patronne qui a ouvert le lieu avec son mari en 1973, sur la carte de visite est marqué en dessous du nom les Coupoles « Jeannette et Pierre ». Elle était épaulée d’une serveuse qui n’est pas là tous les jours et qui était très gentille et enfin j’ai vu passer la chef. La serveuse et la patronne étaient très gentilles, s’enquérant de notre satisfaction.
J’étais avec une personne qui voulait goûter une crème brûlée et je les avais donc appelés avant pour savoir si 1) ils étaient ouverts 2) ils faisaient de la crème brûlée, on m’avait répondu par la positive aux deux et la patronne avait ajouté « et la crème brûlée est maison ». Ok! Ca sent pas la carotte!
Par ailleurs un vrai soin était apporté au service, « je vous apporte de l’eau et du pain tout de suite » et ainsi de suite.

- Le menu -



Parmi les spécialités de la maison il y a la tarte au Cantal et le Pounti.

Entrée
Oeuf mayonnaise
Le jaune était encore vif comme l’oeuf qu’on vient de cuire. Parfait.

Plat
Le mardi c’est saucisse aligot, on ne va pas se gêner. Aligot maison cela va sans dire.
Parfait, la saucisse aurait pu être un poil moins sèche par endroits et je l’ai dit à la patronne qui m’a écouté avec attention et sans s’offusquer. Effectivement m’a-t-elle dit comme ils mettent très peu de gras, elle peut être un peu sèche par moments.
Cela reste excellent.

Dessert
Crème brûlée maison
Je ne suis pas un fanatique de la crème brûlée, c’est la personne avec laquelle j’étais qui avait voulu en prendre une mais je dois reconnaître que dans le genre maison celle-là était une splendeur.
J’ajoute que dans le meuble à desserts généralement aussi triste qu’un buffet de gare il y avait cette fois-ci de la vie.
Comme il m’a été précisé : « nous n’avons pas de congélos, juste un frigo et tout est commandé la veille pour le lendemain. On ne fait que du frais, même les haricots verts. Là par exemple il n’y a quasiment plus de tartes aux abricots demain la chef fera autre chose. »
L’autre jour dans une brasserie on m’a expliqué qu’à part les haricots verts et les frites tout était frais. C’est très rare de voir des haricots frais.
Par ailleurs dans les desserts en vitrine ce jour-là, il y avait des fraises et des cerises, un clafoutis aux cerises, des îles flottantes

- Le bilan -

Nous avons suivi les conseils de la patronne sur le vin et avons pris un 50 cl de rouge en pichet à 16 et qq qui était superbe.
Je résume : un oeuf mayo, deux saucisses aligot, une crème brûlée, un pichet de rouge en 50 = 39 euros soit moins de 20 par personne.
Je ne sais pas comment dire, j’ai déjà été assez bavard : mais si vous aussi vous cherchez de la bonne et vraie brasserie, vous savez comme moi que ces plans sont extrêmement rares et ont tendance à disparaître.