Nguyen Thi Hai Ha – Paris (75018)


09.06.16 - Guillaume
Nguyen Thi Hai Ha
40, boulevard Ney
75018 Paris
06 41 03 04 21
Lundi-Vendredi 10h - 18h
Tramway : Colette Besson (T3)
- Le résumé -

Une trouvaille au bord du Boulevard Ney : ici on cuisine maison des plats sans prétention, c’est suffisamment rare dans le coin pour être souligné; et ce ne sont pas les entrepôts transformés du boulevard Mac Donald’s qui n’accueillent que des restos de chaînes ou impersonnels qui vont changer la donne.

IMG_6578

 

- La petite histoire -

Je passais en scooter devant lors d’un tour que je faisais avec une amie étrangère. Nous avions été à la Recyclerie et nous dirigions vers le Paname Brewing Company. En chemin je tombais en arrêt sur cette gargotte sortie de nulle part.

- Le lieu -

Attention le nom sur l’ auvent est encore celui de l’ancien propriétaire. A ce qu’on m’a dit ce n’était pas très bon, l’actuelle chef a repris les lieux début 2016. Il y a quelques tables dehors qui permettent de déjeuner en terrasse face au boulevard, ça a son charme aussi :)

IMG_6589

- L'équipe -

La patronne et chef est toute seule à opérer, si bien qu’elle a parfois l’air bien occupée à servir ses clients lors du rush du midi. Comme j’étais venu un peu tard, nous avons pris le temps de discuter après le déjeuner. Elle n’ouvre que de 10h à 18h car elle a un enfant en bas âge dont elle doit s’occuper. On espère que le lieu aura plus de succès bientôt afin qu’elle puisse embaucher quelqu’un pour le soir. Je suis sûr qu’avec le développement de toute cette zone, elle devrait faire des heureux en plus grand nombre, notamment ceux qui, en sortant du travail, veulent acheter quelque chose à emporter.
IMG_6593

- Le menu -

Il y a une formule un peu compliquée à déchiffrer, je lui ai suggéré de la simplifier. En gros tous les plats sont dits « normaux », il y a un supplément seulement pour les crevettes.IMG_6579

Je lui ai demandé conseil et me suis retrouvé avec ces crevettes / riz, très bien!

IMG_6584

- Le bilan -

Il faut soutenir ces petits commerces implantés dans des zones à la périphérie, qui plus est dans celles où ont été implantés des ensembles de bureaux. Comme me l’a expliqué une amie juriste dans le domaine de l’aménagement urbain, pour financer ces nouveaux locaux, les promoteurs doivent avoir des propriétaires de restaurants qui s’engagent très en amont de l’ouverture officielle des lieux et seules les chaînes peuvent suivre la plupart du temps. Léon de Bruxelles vient d’ailleurs d’installer un concept de frites de qualité là-bas (Léon de B.).