Onoto – Paris (75018)


27.04.17 - Guillaume
Onoto
229 Bis Rue Marcadet
75018 Paris
01 46 27 65 63
Ouvert midi et soir du mercredi au samedi
Bus : Coysevox (La Traverse Batignolles - Bichat), Vauvenargues (31)
https://www.facebook.com/onotoparis/
- Le résumé -

Une belle trouvaille argentine car le rapport qualité-prix est bon et l’ambiance intimiste puisque c’est un couple qui tient le lieu.

- La petite histoire -

Un ami du quartier m’a proposé de m’y emmener afin de me faire découvrir ce lieu qu’il aime bien pour son côté naturel.

- Le lieu -

Le restaurant est petit mais on n’est pas les uns sur les autres non plus car ils ont évité l’alignement de tables de 2  » façon scrabble » que j’exècre.

- L'équipe -

Monsieur est argentin, fils de boucher. Il a donc les bonnes filières pour s’approvisionner avec de la super came en direct d’Argentine à bons prix. Madame assure le service en salle. Au début, j’ai tiqué quand nous sommes passés à 21h( ils ne prennent pas de résas au téléphone) et qu’on nous a dit que c’était complet car je n’aime pas le concept « pas de réservations ». A la suite du repas, ils nous ont expliqué qu’à la suite d’annulations de dernière minute, ils avaient du établir cette règle : résas jusqu’à 19h45, ce qui fait tôt pour manger. Mais je les comprends. Ils gèrent ce petit lieu à deux, avec des prix doux et cela amène à contrôler plus sévèrement les marges d’erreur. Au demeurant, ils sont authentiques dans leur démarche et c’est ce qui m’a plu. Comme la Trottinette dans un autre registre, j’aime ces restos qui font le choix de pratiquer un prix accessible pour une cuisine authentique, autant par les produits qui la composent que dans l’esprit qui l’anime. On a souvent l’impression aujourd’hui que « l’authenticité » se paye nécessairement bonbon.

IMG_3595

- Le menu -

Les prix n’assassinent pas et ça fait plaisir.

IMG_3560

Nous avions déjà pris des entrées dans le resto grec Etsi ainsi qu’une assiette de mezzés chez Zozan donc nous avons attaqué  les plats direct. Je n’ai pas pris de photos du pain maison, délicieux, qui donne son nom au resto. En effet il contient de l’onoto, cette plante qu’on appelle roucouyer chez nous, ou roucou. Au Vénézuela d’où le chef est en partie originaire – il est argentino-vénézuélien -, on dit donc onoto. Cet arbuste qui donne de jolis fruits rouge-brun a des vertus anti-oxydantes.

Revenons au menu. Il n’y en a pas que pour les viandards, on trouve aussi du poisson, des salades, des gnocchi. Nous, c’était boeuf ce soir-là, mon ami a pris la picanha

IMG_3563

J’ai pris une colita de cuadril qu’on pourrait traduire par aiguillette de rumstek selon ce site. La viande est impeccable, parfaitement cuite, c’est servi façon maison, avec beaucoup de goût et d’à-propos, voilà quelqu’un qui aime la viande, ça se sent.

IMG_3564

Chaque viande est servie avec une salade et un accompagnement au choix :  tagliatelles de courgettes sauce chimi-churri (huile d’olive – origan) ou fricassée de champignons de Paris aux pommes de terre rôties. La salade, qu’on ne voit pas sur les photos, n’est pas en reste, bien assaisonnée. Les accompagnements sont bien, peut-être un chouia gras en re-regardant les photos, mais sur le moment ça ne m’a pas dérangé.

IMG_3565

IMG_3566

Nous avons eu la chance de goûter ce digestif argentin, le Legui : une liqueur à base de plantes, parfumé et aromatisé au caramel.

IMG_3594

- Le bilan -

La viande, j’aime la cuisiner chez moi, soyons francs et je n’ai pas pour habitude de dépenser des fortunes pour une viande au resto, mais je reviendrai ici car 1) la viande est exceptionnelle ET de très bon rapport qualité-prix, 2) elle est parfaitement cuite, ce qui n’est pas systématique dans les restos proposant de la viande de qualité et enfin 3) que cette table argentine est tout sauf opportuniste. On ne surfe pas sur une mode argentine en assassinant le pigeon, comme certains restos italiens à Paris dans les 90’s, on partage un terroir top dans une relative simplicité mais non sans créativité.