Paname Brewing Company – Paris (75019)


17.02.16 - Guillaume
Paname Brewing Company
41 bis Quai de la Loire
75019 Paris
01 40 36 43 55
Ouvert tous les jours de 11h à 2h
Métro : Riquet (Ligne 7), Laumière/Ourcq (Ligne 5)

http://www.panamebrewingcompany.com/
- Le résumé -

Un spot à la mode plutôt réussi question tarifs, avec de grands volumes et une déco qui invite à glander. Mais il manque une équipe plus impliquée pour qu’on s’y sente parfaitement à l’aise.

- La petite histoire -

« Ils brassent leur bière eux mêmes et font des trucs cools à manger », voilà ce que m’avait dit un autre brasseur parisien.  En découvrant les lieux, j’ai eu un peu peur car le resto/crêperie qui était là avant était tellement naze que j’avais gardé une mauvaise image des lieux.

- Le lieu -

La déco est très réussie. Cela ressemble à n’importe quelle autre brasserie branchée dans le monde mais ça claque, je suis content que Paris ait un lieu aussi branché et dans l’air du temps que celui-là. Face au canal ça tue. Et le fait qu’on puisse manger sur place, la vue sur les cuves de bière, l’aspect new-yorkais (est-ce que ça veut dire encore quelque chose en 2016, vu que tout le monde le fait?) avec le papier peint type briques, les lampes noires à grosse ampoule, bref tout vous donne envie de consommer sur place, de rester bouffer et ainsi de suite. C’est bien vu. L’investissement a dû être énorme mais il semble avoir été fait intelligemment.

IMG_4577

- L'équipe -

Bon, nous y étions un dimanche soir à 23h ,donc pas forcément dans un contexte de grande affluence. Le serveur était sympathique. Pour commander les bières on va au bar comme dans un pub. Les conseils étaient ok, mais j’attendais une personne plus experte en bière.

- Le menu -

La bière n’est pas chère, 6,20 euros pour une bière brassée sur place, c’est cool à Paris. J’ai pris l’Oeil de biche, une Pale Ale, plutôt bonne. Le nom fait référence au tatouage d’un gang parisien dans les années 20. Nous n’avons pas pu manger car à cette heure-ci la cuisine avait fermé. Les pizzas me disaient bien car pas trop chères, autour de 12. Il restait des planches de charcuterie et de fromages à commander au bar. Sur les tables, traînait encore le menu Saint Valentin du soir : une côte de boeuf pour deux + 2 coupes de Champagne à 50 euros pour deux.

12710856_549819151849784_267507192446885920_o

J’y suis retourné et cette fois-ci j’ai mangé un pizza, bien. Mais la caissière au comptoir était tellement désagréable, il faut se lever pour aller commander et payer là-bas directement, elle me demande le numéro de ma table, je lui montre du doigt et je lui explique que je ne le connais pas. Elle me dit : « moi non plus ». Bref, je m’en suis plaint à une manager qui a arrangé l’histoire, sinon je l’aurais jamais commandée cette pizza.

IMG_4589

- Le bilan -

Reste à voir ce que ça donne aux heures d’affluence, mais c’est clairement un lieu qui est à la hauteur de cet ensemble constitué par le Belushi’s, la résidence universitaire et le café Ourcq pas loin. Il faut l’accueil redresse la barre et soit plus homogène.