Pirouette – Paris (75001)


26.09.12 - Guillaume
Pirouette
5, rue Mondétour
75001 Paris
01 40 26 47 81
Fermé le dimanche
Métros : Etienne Marcel, Les Halles
- Le résumé -

Note du 6 septembre :

Je n’y suis pas retourné depuis un moment mais Critique YAWYE l’a récemment re-validé donc pas de soucis.

Une nouvelle table qui a fait beaucoup parler d’elle lors de son ouverture. Je ne parlerai ici que de ce que j’ai testé, à savoir le menu du midi à 15 euros (entrée-plat). Il y eut des ratés mais la formule détonne et mérite qu’on l’encourage.
Et j’aime le mot Pirouette, il claque, fouette, voilà un nom de restaurant qu’on n’oublie pas.

- Le lieu -

On est dans une déco à la Saturne ou Septime : on a joué sur du bois brut avec de grandes baies vitrées façon atelier.
C’est sympa mais c’est vite bruyant, ce genre de vitres a un effet piscine assez redoutable.
Pour bien connaître le quartier, je trouve ça couillu de se mettre là, ça fait des années qu’il n’y a rien ici, à part le Zango et des boutiques de sapes.

- L'équipe -

Les serveurs qu’on a eus étaient très sympathiques. Il y a eu une jeune femme qui paraissait un peu lointaine puis un jeune homme très sympa.
Mais sinon sur l’encadrement général, on a vu beaucoup de monde s’affairer et virevolter sans que  se dégage une direction claire.
J’étais tombé sur le blog de Jean-Marie Fréchet qui expliquait qu’il s’était associé à son frère et à un ami dans l’ouverture de ce resto. Il ajoutait qu’en cuisine, il y avait le chef Tony Gousset et son second Jérôme.
Je ne suis venu qu’un midi et je sais que ce sont les débuts donc je ne veux pas graver les choses dans le marbre, surtout que le serveur, sympa, a reconnu qu’ils avaient raté leur service ce midi-là.
Nous avons commandé des jus de tomates, les avons redemandés deux fois, ils sont arrivés au bout de 20, 25 minutes et une minute après nous avions nos entrées.
Il y eut ensuite un long décrochage entre l’entrée et le plat. Le serveur nous a expliqué qu’il y avait eu beaucoup de monde qui avait choisi le menu « Pirouette »et qu’ils s’étaient retrouvés dans le jus.
A la fin, en payant, nous nous sommes aperçus qu’on ne nous avait pas compté un des deux menus, nous l’avons fait remarquer. Ca faisait un peu beaucoup pour un déj'; surtout ce qui m’a troublé c’est que j’ai eu l’impression qu’il y avait plusieurs responsables du resto affairés à diverses tâches mais je n’ai senti personne de totalement impliqué dans la gestion de la salle. C’est une impression, à voir.
Et quand j’ai entendu le serveur faire un retour à ses boss sur les manqués du service, j’ai eu le sentiment que les personnes auxquelles il s’adressait découvraient un peu tout ça.

- Le menu -

La carte est claire et sympathique. J’avais lu une chronique dans laquelle le client se plaignait du prix du pigeon (30 euros) par rapport à la quantité. Je n’en sais rien mais en tout cas pour moi qui y étais un midi, avoir le choix entre trois options m’a paru super : le menu déjeuner à 15 (entrée-plat), le menu Pirouette à 36 (entrée-plat-dessert)  et la carte. D’un point de vue business c’est innovant.
Et le menu est alléchant.

Entrée
Velouté de carottes au miel
Servi tiède. Ce n’est pas un reproche, c’était très bon.



Plat
Porc et compotée de chou
Le porc est de compétition et les légumes divins aussi, dommage qu’il n’y en ait pas eu plus mais le serveur a confirmé qu’ils étaient chers car de très grande qualité.



Dessert
Mille feuilles framboises et mûres avec glace au yaourt
Là j’ai fait péter la carte, 10 euros le dessert, très bon, la glace au yaout était absolument divine.

- Le bilan -

Pour 15 euros le menu déjeuner, soit des cacahuètes difficile de refuser une Pirouette.
Menu champion pour un tel prix.
En revanche pour qu’il marche, il faut que le repas soit court. Les 1h40 que nous avons passées (avec un dessert en plus du menu, je vous l’accorde) ne collent pas.
Affaire à suivre. Revenons-y dans quelque temps.