Restaurant Mauricien Les Filaos – Paris (75016)


06.11.17 - Guillaume
Restaurant Mauricien Les Filaos
5 Rue Guy de Maupassant
75116 Paris
01 45 04 94 53
Ouvert du lundi au samedi midi et soir
Bus : Victor Hugo - Henri Martin (63), Nicolo - Jean Richepin (52)
RER : Avenue Henri Martin (C)
Autolib' : 6 rue Adolphe Yvon, 70 avenue Henri Martin
http://www.lesfilaos.fr/menus-carte/
- Le résumé -

Les Filaos est une table mauricienne gastronomique, chose rare à Paris. Pour la carte, il faut compter au-delà de 20 euros par plat et pour le midi il y a une superbe formule à 19 euros : une très bonne table qui marie gastronomie exotique, authenticité et confort.

- La petite histoire -

Impossible de me souvenir de la manière dont je l’ai découvert. J’en ai parlé au patron et je n’arrivais pas à joindre les bouts, mais peu importe, l’important est que l’adresse soit dans mes filets.

- Le lieu -

Le restaurant est situé dans une rue calme du 16ème, dès l’extérieur on sent la table chic : cela présente bien.

HipstamaticPhoto-531662808.155525

La décoration a été refaite depuis que le fils de la propriétaire a repris en équipe avec sa maman, qui, elle, s’occupe de la cuisine depuis 1984, date de la création du restaurant. Je la trouve très réussie, c’est cosy sans être loungy.

HipstamaticPhoto-531663104.636166

- L'équipe -

Service prévenant. Bon ce midi-là nous n’étions que 6 clients donc ça laisse du temps pour effectuer un bon service, mais quand bien même : on reconnaît là les habitudes d’une personne, le fils, dont la famille a occupé les lieux depuis l’ouverture. Et si habitude il y a, il n’y a pas d’excès dans l’aisance, le service se doit d’être de qualité.

- Le menu -

Nous plongeons dans le menu.HipstamaticPhoto-531662818.259036

Avant d’entamer les festivités, passons par un cocktail de fruits sans alcool, exercice casse-gueules mais ici réussi. On n’a pas l’impression de boire un agrégat de Tetra Brik, mais bien un punch sans alcool.HipstamaticPhoto-531663729.738885

Si vous me demandez si j’aurais aimé avoir plus de lumière sur ma photo, je vous réponds oui. Après, je photographie à l’Iphone et non au trépied et je fais au mieux. Cela ne vous empêche néanmoins pas de voir que c’est soigné. Salade de crabe avec avocat, pamplemousse, très belle sucrine. J’étais juste avant ce déjeuner, en rendez-vous pro et j’expliquais à mon interlocuteur comment je différenciais un « bon » resto d’un autre. « Par exemple, dis-je à la volée, voyant une salade posée sur une assiette derrière nous, cette salade, ça se voit qu’elle sort du plastique et qu’elle n’a aucune âme, aucun plaisir de mâche. » Ici pour le coup, rien qu’à la voir, on la devine croquante en bouche. Et quand on m’a répondu que la salade de crabe venait avec du pamplemousse, de l’avocat, de la salade verte des tomates, je me suis dit « : super, ça a l’air bon », en même temps que : « attends voir, ce simple énoncé peut donner lieu au pire cache misère qui soit, genre le crabe en boîte tristoune entouré de grains de maïs sous Prozac ». Bon et bien là, pour la 3ème fois, non, tout était frais, soigné et goûtu.

HipstamaticPhoto-531663990.205965

En plat du jour, il y avait du biryani d’espadon de même qu’un espadon (qui avait avantageusement remplacé la perche prévue initialement) sauce vierge. Je demande à la serveuse ce qu’elle me conseille : « ah le biryani c’est plus typique ». Allons-y! Fin et délicieux, bien bien relevé, le riz est bien cuit et l’espadon, coupé en gros morceaux, est agréable à manger. Cela fait plaisir de redécouvrir ce plat que je goûte plus souvent du côté de la Chapelle. Grande classe pour un plat qui peut sembler simple.

HipstamaticPhoto-531665068.323447

Dessert : je choisis l’ananas caramélisé avec menthe et cannelle, final en douceur

HipstamaticPhoto-531666349.233495

On nous déposera gentiment deux rhums arrangés maison avec l’addition.

 

- Le bilan -

65 euros pour 2 pour un E/P/D, un E/P, deux punchs sans alcool, deux cafés. Une très bonne adresse que je suis fier d’avoir découverte. Je dirais : un resto qui donne envie d’aller se balader dans le 16, c’est dire. Voici les photos de ma promenade dans le quartier ce jour-là, un lundi matin ensoleillé de novembre.