Rio de Janeiro (Brésil)


05.10.15 - Guillaume
- Infos pratiques -

Taxis :
Utilisez les applications 99 Taxis ou Easy Taxis. Elles sont moins répandues qu’à Sao Paulo, mais marchent bien quand même. En payant via paypal, vous avez 20% de réduction sur la course avec 99 Taxis. Ca vous permet de localiser et commander la voiture directement depuis votre téléphone; comme Uber, mais ici, ces applis semblent plus répandues qu’Uber pour le moment.

Transports en commun :
C’est une galère sans nom de s’y retrouver, les bus de la ville appartiennent à une seule et même famille, il n’y a pas de ticket unique métro-bus comme à Sao Paulo.

Pour aller à Sao Paulo :
Vous pouvez prendre l’avion  : en s’y prenant à l’avance, on trouve des billets pas très chers, notamment avec la compagnie colombienne Avianca. Pour ma part, j’ai aimé la compagnie de bus 1001.

- Le résumé -

Voici le journal de bord de mon voyage à Rio de Janeiro qui a duré une dizaine de jours. Retrouvez plus bas le guide des mes bonnes adresses 716, celles dans lesquelles j’ai été et celles que m’ont soufflées les locaux.

Jour 1

TT Burger
Av. Ataulfo de Paiva, 1240 – Leblon, Rio de Janeiro – RJ, 22440-035, Brésil

Je teste un burger qu’on m’a recommandé sur Copacabana, le TT Burger : cher et pas dingue, correct mais ne vaut pas le déplacement.

905954_482810408550659_4994837849700915203_o 11754796_482810438550656_642718772343457817_o

 

Canastra 
R. Jangadeiros, 42 – Ipanema, Rio de Janeiro – RJ, Brésil

Le soir je vais au Canastra, le bar français à la mode de Copacabana. Le mardi, il y a des soirées huîtres. Elles viennent de Santa Catarina, la grande ville ostréicole du Brésil, et arrivent les mardi et jeudi à Rio: au Canastra c’est le mardi ,donc elles sont toutes fraîches. Le prix est cool : 20 reis pour 6. Le vin blanc est lui aussi très bien  par rapport à ce qu’on trouve habituellement au Brésil. La soirée a des avantages et des inconvénients : on y retrouve une ambiance d’apéro à la française, il y a des gens , c’est facile de nouer contact; d’un autre côté, on retrouve aussi certains travers français, voire parisiens ,et on n’a pas forcément envie de traverser l’Atlantique pour vivre les mêmes ambiances.

rio de janeiro

 

Jour 2 

Mercado de la Madureira

Rendez-vous avec une amie Carioca qui m’emmène au mercado de la Madureira : c’est en banlieue de Rio. Cette galerie commerciale est connue pour deux choses: on y trouve tout le nécessaire pour les cérémonies du candomble (des bougies aux poulets vivants), cette religion brésilienne qui mélange catholicisme et cultes africains, mais aussi tout ce qu’il faut pour les fêtes (cotillons, etc…). Attention! Quand vous revenez, il y a deux stations de trains, préférez  la plus éloignée du mercado : l’autre passe par deux villes réputées pour leur communauté d’addicts au crack.

rio de janeiro rio de janeiro rio de janeiro

 

Jour 3

Cafeina  
R. Farme de Amoedo, 43 – Ipanema, Rio de Janeiro – RJ, 22420-020, Brésil

Je vais prendre un café dans ce café connu d’Ipanema (il y a plusieurs Cafeina dans la ville) :c’est sérieux , le personnel est sympa et c’est bon, bien que situé dans une zone touristique et riche.

11800293_483600528471647_6217099629456658347_n 11831638_483600551804978_6943320112275904022_n

 

Tropicalia Discos 
Praça Olávo Bilac, 28 – Centro, Rio de Janeiro – RJ, 20041-010, Brésil

Je file ensuite dans le Centro pour aller écouter des disques chez le disquaire Tropicalia Discos : c’est au 2ème étage d’un immeuble, il faut donc se fier à l’adresse car vous n’avez aucune indication dans la rue. Le patron est adorable et il y a une ambiance digne de « High Fidelity » ou « Brooklyn Boogie » : dans la boutique, ça papote, ça rigole. Un mec qui n’était visiblement pas là pour acheter des disques, amusait la galerie en exposant ses théories politiques :) Malheureusement je n’ai rien trouvé qui me plaise: c’était de la musique brésilienne de qualité, mais assez classique, ce qui n’est pas ma tasse de thé :) Les disques sont plutôt chers  (entre 15 et 30 euros les albums).

disquaire à rio de janeiro. Bonne adresse !

 

Catete

Je vais ensuite retrouver mon ami, le musicien Otto Nascarella, dans le quartier historique de Rio, Catete. Catete a conservé beaucoup de son charme, de nombreux artistes y vivent car c’est un coin à la fois sûr, pas trop loin de la Zona Sul (le Rio chic) et les loyers y sont modérés.

11813452_483600605138306_2030689103819287839_n 11202856_483600628471637_4444369901820511982_n 11181182_483600641804969_2711201917041974425_n

 

Museu da República 
R. do Catete, 153 – Catete, Rio de Janeiro – RJ, 22220-000, Brésil

Otto me montre ensuite le Palazio de Catete, aujourd’hui musée de la Republica, pile au métro Catete. C’était l’ancien palais présidentiel, Catete était the place-to-be de Rio à l’époque. Le président s’est suicidé et on n’a jamais su si c’était un complot. Otto me montre les dalles immenses qui composent le trottoir et m’explique que leur taille indique bien leur âge avancé, car on ne ferait plus de trottoirs avec de tels blocs aujourd’hui. Quand on passe sous le porche, on trouve deux cafés sur la droite, puis un joli parc méconnu. En le traversant, on arrive à l’ aterro do Flamengo, puis au Flamengo parc en bord de mer, une bien jolie balade.

11707589_483600728471627_7007621636820743780_n 11828607_483600798471620_8281907505411153308_n 11828730_483600751804958_398802414765458087_n

 

Soirée au Pavão Azul
Rua Hilário de Gouveia, 71 – Copacabana, Rio de Janeiro – RJ, 22040-020, Brésil

Le soir, je retrouve Stéphane, un français installé à Rio depuis 25 ans, qui me donne rendez-vous dans un bar sympa de Copacabana. L’endroit a eu tellement de succès qu’ils en ont ouvert une 2ème, plus branché, juste en face. Nous allons ce soir à l’original : grosse soirée puisque nous y sommes restés de 18h30 jusqu’à la fermeture à 1h. Pour manger, nous avons pris des bolinho de bacalhau (croquettes de morue), de la carne seca avec aipim (viandé séchée et manioc), et un caldo de feijão (une soupe de haricots). Le caldo était divin et le reste très bon aussi. Attention à la viande qui est très salée :  les brésiliens mangent bien plus salé ou sucré que nous, mais quand il s’agit de viande séchée, là c’est le pompon. Parmi les serveurs, certains étaient sympas, d’autres à l’ouest.

11695992_483600815138285_8546441489179678941_n 11813525_483600855138281_6348412142494699772_n 11816977_483600875138279_2677772035066284636_n

11817157_483600911804942_5354242933007009822_n 11817240_483600835138283_8016245931349916707_n 11824936_483600888471611_8260938944895025765_n

 

Jour 4

Feira de São Cristóvão

10983282_483771988454501_1003866381154215077_n

Je vais à cette « foire » devenue permanente devant le succès rencontré. On trouve ici des spécialités du Nordeste : restaurants et magasins. Il faut aller jusqu’au métro  São Cristóvão et ,de là ,prendre un taxi car à pied c’est long et un peu dangereux. J’ai acheté un très bon fromage  à la Barraca Mandacaru; malheureusement pour le repas, j’ai voulu choisir un restaurant dans lequel il n’y avait pas de chanteurs à plein pot, ni de rabatteurs devant. Résultat, j’ai jeté mon dévolu sur un qui avait une clientèle locale, mais selon mon amie carioca qui suit des cours de cuisine à la fac, les spécialités du Nordeste étaient loin d’être renversantes.

11059896_483772005121166_776100684796486505_n 11235043_483772141787819_4399990516035977073_n 11796226_483772028454497_6782075058095700549_n

11813524_483772098454490_4271267509267834735_n 11822275_483772128454487_8983169077059231527_n 11825221_483772111787822_4468181156968729775_n

 

Praça Sao Salvador
Le soir, je rentre en métro et traverse la place à la sortie de la station Laranjeiras pour rentrer chez moi. J’aime beaucoup l’ambiance de cette place. Je vais ensuite Praça Sao Salvador, juste à côté. Tous les jours de la semaine, et particulièrement le week-end, plein de monde se rassemble ici pour boire des coups et discuter, il y a un groupe qui tape le boeuf au milieu. Un peu plus loin, il y a le Café Lamas , une institution ouverte depuis 1874. Ils n’ont jamais fermé un seul jour ,sauf quelques-uns lorsqu’il y a eu un incendie. Je prends un sandwich au porc, ça va.

Café Lamas
R. Marquês de Abrantes, 18 – Flamengo, Rio de Janeiro – RJ, 22230-060, Brésil

11141329_484039645094402_357979549116129335_n street art à rio de janeiro 11825942_484039668427733_8216702550564880633_n

11796386_484039708427729_8312737668645988144_n 11792181_10153170475975756_7695951772054428943_o 11822787_484039748427725_935795564378963743_n

 

Jour 5

Praia Vermelha
Samedi après-midi, je vais à la praia Vermelha, une des belles plages du centre de Rio. Elle est petite mais la baie est magnifique. Il y a sur la gauche de la plage, quand on est face à la mer, un parc avec deux itinéraires possibles : un simple, qui longe la mer sans monter en altitude, et un autre plus technique. Ce sera le simple :)

plage rio de janeiro 11811332_484103438421356_8316154836428622253_n 11836631_484103488421351_141934043527535560_n 11811304_484103421754691_1507414107563329164_n   906057_484103475088019_5860364058838227121_o

 

Jardin Botanique
Je veux enchaîner par le jardin botanique car j’adore ça, mais il est loin, 45 minutes de bus. J’y vais quand même mais ,un arrêt avant celui prévu, je descends pour aller goûter les pastel du  bar Belmonte.

Belmonte 
Rua Jardim Botânico, 617, Jardim Botânico, Rio de Janeiro

Le lieu est chic et la carte chère mais demandez la carte du snack et vous aurez alors la sélection des pastels :): goûtez celui de camaro, celui de manioc.

11828554_484103501754683_7155547485683368943_n

Je file ensuite au jardin botanique, mais il ferme dans 20 minutes, l’entrée coûte un peu moins de 3 euros et je laisse tomber. Finalement, je n’irai pas du séjour mais je n’ai pas été inspiré et je n’ai pas aimé le quartier alentour, très chic et loin de tout, c’est du moins  l’impression que ça m’a fait. Au retour,  galère de fou pour trouver un bus; c’est parfois  très compliqué de savoir quel bus prendre , mais surtout de savoir où est l’arrêt. En effet les arrêts peuvent être signalés d’un simple signe bleu sur un poteau mais aucun numéro de bus n’est clairement inscrit.

 

Praça Tiradentes
Chaque 1er samedi du mois, il y a un marché de street food un peu cher et branché sur la place Tiradentes, avec de la bonne musique live. C’est une musicienne, rencontrée dans le bus et qui se produisait ce soir-là, qui m’a conseillé de venir. La musique était top et ,question cuisine, j’ai trouvé de quoi faire avec le stand de Ceviche, CevicheRio, et celui de burgers qui fait aussi Caïpirinha. La caïpirinha de la chef Mechelle Gonzaga était top, ses steaks pour les burgers étaient trop cuits selon moi mais c’est la culture brésilienne de bien cuire la viande . Quoi qu’il en soit, elle et sa famille étaient très sympas. Attention : vers 19h les rues du Centre sont déjà obscures et il faut faire gaffe par où on passe, demandez bien aux gens qui ont l’air cool comment faire.

11222171_484152658416434_5401447038474667017_n 11781599_484152575083109_7661659239791180800_n 11796260_484152641749769_6328168520137401597_n

11800063_484152608416439_5960446252774642664_n 11825632_484152671749766_2009036473224609236_n 11836869_484152621749771_731181511002913347_n

 

Jour 6
Je vais prendre un pot à Botafogo, un quartier tranquille dans lequel il y a de bons cinémas. Ensuite nous filons au Bar Urca, dans le quartier d’Urca justement. C’est gavé tous les soirs mais le dimanche est LE soir. Le bus vous dépose juste devant. Ambiance de folie, gavé de monde, locaux comme touristes:il  faut y aller au moins un soir.

Bar Urca
R. Cândido Gafree, 205
Urca, Rio de Janeiro – RJ, 22291-080, Brésil
+55 21 2295-8744

11816958_484457118385988_4575742425171429333_n

 

Jour 7

Parque do Flamengo
Je pars me promener au Parque do Flamengo. Je suis les conseils d’Otto Nascarella cité plus haut. Je bois un expresso au café du Palazio. Je tape un bout de gras avec la dame qui a habité 10 ans à Brescia! Je me régale à marcher le long de la plage Flamengo.

11231205_484667995031567_4683661640863228788_n 11811559_484667905031576_2937956942468511294_n 11826019_484667968364903_8289792735960219166_n

11822505_484668095031557_5436477080604137197_n

 

Galeto Sats
R. Barata Ribeiro, 7 – D – Copacabana, Rio de Janeiro – RJ, 22011-001, Brésil
+55 21 2275-6197

Et si pour déjeuner, j’allais tester ce fameux Galeto Sats qu’on m’a recommandé dans Copabacana ? Allez hop!, un bus et on va manger du poulet grillé. Les serveurs sont habillés à l’ancienne, le bistrot est dans son jus. Je prends le galeto simple (jeune coq), mariné, grillé. La viande en elle-même n’est pas de 1ère bourre mais le plat ne manque pas de charme. Je l’accompagne de la meilleure farofa de mon séjour, farofa de ovos a la mode Sats. La  farofa est la farine grillée de manioc qu’on verse sur la feijoada normalement. Le choix de pâtisseries déchire : pastel de belem, docinho doceu, canudo de Coimbra, fonte da amendoas, quindim, pastel de Santa Clara. Un bon plan authentique quand on est dans le centre, la clientèle est à l’image.

  11796397_484738975024469_1502465276600753159_n 11828621_484738995024467_7642705780648217152_n 11336276_148567778810042_1567035865_n

11811452_484739051691128_3337523997219596047_n

 

Teatro Municipal
J’ai rendez-vous devant le Teatro mais on s’est ratés, du coup je suis planté là comme un con. Une fille sympa attend aussi, on se met à parler,  elle est guide, vient de passer son diplôme et attend un groupe d’étrangers venus étudier à Rio. Elle me propose de me joindre à la visite, top !

11781871_484739611691072_41066570632045199_n

 

Grâce à elle, je vais à Lapa, un quartier où je n’ai pas eu l’occasion d’aller cette fois-ci. A Lapa, il y a une ambiance underground, on peut faire la fête pour pas cher, il y a de la musique live  mais aussi plein de jeunes bourrés, des pickpockets. Cette fois-ci, je ne me le suis pas senti.

On déambule dans Lappa, on s’arrête aux escaliers de Santa Teresa. C’est hyper touristique, 5 minutes et ça me suffit.

11846797_484739245024442_6240492542201890531_n

11707652_484739095024457_1142293506262585623_n  10672411_484739121691121_1012216089356737552_n 11781790_484739508357749_1090579663311910369_n

Elle nous montre ensuite une cathédrale moderne qui m’évoque le parlement à Wellington, même allure de QG sorti de la Guerre des Etoiles.

11181188_484739425024424_2569266653088165490_n

 

Confeitaria Colombo
R. Gonçalves Dias, 32 – Centro, Rio de Janeiro – RJ, 20050-030, Brésil

On finit dans le salon de thé le plus célèbre de la ville. Je prends une tartelette à la maracuya (fruits de la passion) avec un expresso. C’est plutôt bon, mais pas dingue non plus, pas donné. Le cadre fait le reste.

11825593_484739955024371_62238995919972949_n 11822411_484740115024355_8134165925620683247_n IMG_9841

 

Adega Perola
Rua Barão Inoa, 48 – Centro, Maricá – RJ, 24901-010, Brésil

C’est LE bar à tapas de Rio, celui que tout le monde recommande : il date de 1943 et il est resté dans son jus question déco. J’y vais avec une bonne amie carioca. En arrivant, je parle au manager : antipathique, le mot est faible. Passons, mieux vaut se concentrer sur les tapas . Les serveurs sont à l’ancienne, certains bossent bien, d’autres sont à la cool.

Les tapas sont super bonnes et ça manque à Rio. D’ailleurs tout le monde, cariocas comme expats, se plaint du manque de diversité de la cuisine à Rio. Il y est difficile de manger sur le pouce, frais, pour pas trop cher . Là, c’est cher mais terriblement bon et il n’y a enfin plus de féculents.

Festin de calamars à l’huile d’olive et j’en passe. Parfois je me demande à quoi servent les calamars à part finir dans une assiette d’huile d’olive.

11822339_484946855003681_7516482767333024954_n 11822762_484947048336995_8176771209912848984_n 11826022_484946838337016_5728520715561436049_n

11831779_484947138336986_5365200543809497225_n 11800325_484947188336981_8816944069881337496_n 11836699_484946705003696_6024480834470959287_n

 

Pedra do Sal 
87 – R. Argemiro Bulcão, 1 – Saúde, Rio de Janeiro – RJ, 20081-040, Brésil

Je quitte mon amie et vais à Pedra do Sol car il y a une soirée le lundi. J’avais compris que c’était un club dans lequel on jouait de la samba. En fait, c’est un rassemblement autour de groupes qui jouent de la samba, en extérieur, dans un des plus vieux quartiers de la ville. C’est plein de monde, il y a beaucoup de touristes, dont un paquet de français, mais ça ne dénature pas tant que ça la chose puisqu’il y a aussi beaucoup de cariocas, dont certains des quartiers populaires. J’ai passé une soirée extraordinaire, la musique était excellente : voir tout le monde chanter en pleine nuit un lundi soir, le Brésil en force. J’ai rencontré des gens très sympas, français, cariocas, et d’autres pays aussi. Je suis resté jusqu’à 3h et demi du matin.

11218575_484947338336966_3684571720373296873_o

11705025_484947635003603_7789762861029461265_n 11796283_484947645003602_8198012479361739804_n 11817202_484947508336949_6220728076683378891_n

11824921_484947708336929_6510332177962740744_n 11825090_484947601670273_599883926824189452_n 11836688_484947445003622_8723639656869697356_n

IMG_9911

 

Jour 8

MAR
Praça Mauá, 5 – Centro, Rio de Janeiro – RJ, 20081-240, Brésil

11834825_485209598310740_5266197712987520777_o

Je décide d’aller au musée MAR. Le bâtiment est magnifique, face à la mer, il m’évoque le Mucem de Marseille.

10407488_485209634977403_5298784803999556507_n 11828625_485209568310743_8090838804523309121_n11836853_485209651644068_6999090294515297380_n

Il y a une expo intéressante,« Rio, une passion française » , et une autre sur un photographe juif  autrichien, Kurt Klagsbrunn (1918-2005), qui a fui l’Europe dans les années 30 et a atterri à Rio où il a  pris quantité de photos (ci-dessous), de gens riches comme pauvres, dépeignant un Brésil de contrastes.

104878_pequeno_engraxate_no_leblon 110826_nova_trabalhador_na_pausa_tomando_cafe_sorrindo 120188_lavadeira_com_crianca_com_chupeta_em_ric_de_albuquerque_1

Dommage qu’ il n’y ait aucune traduction en anglais pour le reste du musée.

Gloria
Rua do Acre 6
Praça Maua

En sortant du musée, j’ai une petite faim, que je n’ai pu assouvir dans le musée puisqu’il n’y a que des restos cossus, pas de cafés.

Quelques mètres plus loin, je tombe sur ce botequim – un bistro « Gloria ». Je rentre, inspiré. Je  commande un jus de fruits frais, rien de tel pour se remettre en place après une soirée arrosée. J’ai envie de manger un truc différent, pas de me refaire un pastel ou coxinha , d’autant que le café m’inspire direct :ça a l’air sérieux, j’observe les serveurs en polos jaunes aux couleurs de l’établissement.

Je repère un monsieur à l’autre bout du comptoir qui mange une assiette de saucisson sur le pouce. Je demande la même chose, on m’apporte du salami et du citron vert. Sans déconner, je crois que c’est le repas qui m’a le plus marqué de mon séjour au Brésil : divin !, le tout avec du pain frais. Derrière, un bon café et c’est reparti. On parle souvent des expresso italiens mais ceux que j’ai bus au Portugal, en Espagne ou au Brésil sont aussi bien meilleurs que la moyenne de ceux qu’on trouve en France.
11426440_1615370892035947_249905195_n 11825714_485209694977397_866943284654527039_n 11825977_485209671644066_7973895936637709796_n

 

Niteroi

Je vais à Niteroi car la dame qui tient le stand de caïpis et burgers du marché Tiradentes m’avait proposé d’y venir  chercher la bouteille de cachaça que j’avais oubliée au stand. Je découvre ainsi que des dizaines de milliers de gens font l’aller retour quotidiennement entre Rio et Niteroi, le plus souvent pour aller travailler à Rio.

A Niteroi, l’ambiance est tout de suite différente, on sent qu’il n’y a pas de touristes. Je tombe néanmoins sur un stand d’infos touristiques devant le port. Déception : la plage que mon voisin de ferry m’avait chaudement recommandée est à une heure de taxi, trop long et trop cher. Il y en a une autre, jolie, dans le centre, mais on ne peut pas s’y baigner, trop polluée.

J’y vais en bus, c’est vite fait. Ce qui est sympa, c’est qu’on a vue sur Rio et le Corcovado, ça fait du bien de prendre du recul avec cette ville envoûtante et difficile à cerner.

11820709_527363504079978_876552959_n 11252766_485210008310699_1860360897480143772_n 11828737_485209994977367_4912230565128866155_n

 

Soirée d’initiation à la samba 

Pizzeria Carmelita 
R. do Rezende, 14b – Centro, Rio de Janeiro – RJ, 20231-091, Brésil
+55 21 3286-9736

Je vais d’abord dans un lieu dont beaucoup m’ont parlé : un bar/lieu d’expo/resto  « Comuna ». Déception, c’est over hype, on sert des burgers, il n’y a plus de places assises avant 40 minutes, on vous enverra un sms pour vous informer…. Euh, attends, tu me fais rêver là. Je me rabats sur une caïpirinha : la plus mauvaise de mon séjour. Fin de l’histoire, Adios! Bebetos Muchachos !

Taina, la musicienne rencontrée dans le bus, m’a invité à une soirée d’initiation à la samba dans une pizzeria. C’est sympa, en revanche il faut apporter sa percussion, elle m’en prête une. J’essaie de taper en rythme. Ensuite je prends une pizza : pas terrible.

11811297_485210238310676_3048748328120846089_n 11825119_485210188310681_769628040852193726_n 11836898_485210154977351_6827487710088388768_n

 

Jour 9

Galeria river
R. Francisco Otaviano, 67 – Copacabana, Rio de Janeiro – RJ, 22080-040
(21) 2247-8387

Dernier jour, je vais chercher des marques de vêtements de skate ou surf locales. Un bon contact m’a indiqué la galeria river, une galerie commerciale de Copacabana dans laquelle il n’y a que des magasins de glisse. Peu ont des marques locales mais j’en trouve un, ils ne sont pas particulièrement sympas mais ils ont du choix, les tshirts sont à 15 euros. Je craque sur un  tshirt de la marque de trucks Crail et un autre de celle de skates Violaçoes.

11831808_485527118278988_5899670809130438500_n

 

Je décide de remonter entièrement la plage de Copacabana: il y a 11 ans j’étais principalement resté à Ipanema, il est temps de découvrir Copacabana, surtout qu’au bout de la plage, il y a celle de Leme qu’on m’a recommandée plusieurs fois car authentique et il y a souvent des concerts là-bas. Je marche donc le long de l’eau et là, une espèce de saudade de dingue m’envahit, inexplicable. Pourtant ce Brésil m’exaspère par de nombreux points, Rio en particulier : la corruption est criante pour peu qu’on soit lucide, elle transpire de partout, de manière grossière et éhontée, le mépris des classes populaires, une société violente et inégalitaire.

Mais là, c’est trop fort, trop beau, je suis pris; comme ces touristes qui me racontent comment ils ont fondu en larmes en quittant Paris : je les écoute, m’imagine ,mais ne peux pas me projeter, ça me paraît trop loin de la réalité du quotidien à Paris.

10684301_810386915727350_1957858272_n 10950528_1474769632823681_1279694820_n 11796382_485527291612304_4415334398837834704_n 

11849297_1019952374682183_1690242035_n

11817156_485527254945641_558514573290281969_n

 

Supernut Mara Records
Malheureusement je n’aurai pas le temps de passer voir Fabio qui gère le magasin de disques Supernut Mara Records à Botafogo. Il reçoit par ailleurs sur rendez-vous chez lui, une personne à la fois, pour ceux qui veulent fouiller dans ses 30000 disques. Des européens avaient réservé une après-midi et ont demander à revenir le lendemain ,donc je n’ai pas pu venir.

 

Tongs Havaianas
Je m’achète des Havaianas avant de partir. Je vous laisse un bon plan, car les prix des Havaianas ont bien grimpé. Dans cette pharmacie, on en trouve des pas chères, à 40 reis :)
Drogaria RIC
123, rua das Laranjeiras

Adeus Rio!

IMG_0135

- Hôtels -

Green Culture
Rua Dr. João Guerra – Leme, Rio de Janeiro – RJ, 22010-060, Brésil
+55 21 2295-7676
https://www.facebook.com/GreenCultureEcoHostel

Un hôtel près d’une favella, mais tranquille et près de la plage. Je connaissais quelqu’un qui travaillait là-bas et qui me l’a conseillé.

- Lieux -

CENTRO
Musée Mar (Museo de Artes de Rio)
Praça Mauá, 5 – Centro, Rio de Janeiro – RJ, 20081-240, Brésil
+55 21 3031-2741
Le musée de Rio à ne pas rater, surtout pour les expos, dont certaines sont traduites en anglais.

 

JARDIM BOTANICO
Parque Lage
R. Jardim Botânico, 414 – Jardim Botânico, Rio de Janeiro
http://eavparquelage.rj.gov.br/
Le lieu m’a été recommandé par une personne vivant là-bas depuis 30 ans et ça a l’air effectivement superbe, bâtiment ancien au milieu du parc, il y a une école d’art et on peut bruncher. Certains disent qu’il est victime de son succès.

 

SANTA TERESA
Centro Cultural Municipal Parque das Ruinas
R. Murtinho Nobre, 169 – Santa Teresa, Rio de Janeiro – RJ, 20241-050, Brésil
+55 21 2215-0621

Atelier Curvelo
Rua Dias de Barros, 01, Santa Teresa
Telefone: (21)  8888-5719
L’artiste Zemog est très connu à Rio

Atelier de Getúlio Damado
Rua Aurea, Rio de Janeiro, État de Rio de Janeiro 20240-210
Artiste de rue

Pedro Grapiuna
Rua Almirante Alexandrino 54b, Santa Teresa
(21) 9276 7097
Artiste avec morceaux de métal récupérés

 

SANTO CRISTO (dans la zone portuaire)
Fábrica Behring
Rua Orestes, 28 – Santo Cristo
Ancienne usine de chocolat maintenant divisée en ateliers d’artistes

- Restaurants -

ITINERANT
Monsieur B
Un food truck à burgers tenu par des français, apparemment réussi

 

BOTAFOGO
Miam Miam
Rua General Góis Monteiro, 34 – Botafogo, Rio de Janeiro – RJ, 22290-080, Brésil

Oui Oui
Rua Conde de Irajá, 85 – Botafogo, Rio de Janeiro – RJ, 22271-020

La Villa 
R. Álvaro Ramos, 408 – Botafogo, Rio de Janeiro – RJ, 22280-110, Brésil

 

CENTRO
Carioca de Gema
rue Mem de Sa 79
Il y a souvent des super groupes qui passent et leur capirinha « grande » est une tuerie absolue.

Gloria 
Rua do Acre 6, Praça Maua
Plus un bistro (botequim) qu’un resto, à côté du Musée d’Art, j’ai bien aimé!

Rio Minho
do Ouvidor, 10 – Centro, Rio de Janeiro – RJ, 20010-150
Fruits de mer

 

COPACABANA
Adega Perola
Rua Barão Inoa, 48 – Centro, Maricá – RJ, 24901-010
Le plan tapas de Rio, assez cher mais tellement bon

Azumi
Rua Ministro Viveiros de Castro, 127 – Copacabana, Rio de Janeiro – RJ, 22020-050, Brésil
Le meilleur japonais de Rio de l’avis de tout le monde, mais cher :)

Le Blé Noir
Loja A, Copacabana – R. Xavier da Silveira, 19 – Copacabana
Comme son nom l’indique, une crêperie

Galeto Sats
Barata Ribeiro, 7 – D – Copacabana, Rio de Janeiro – RJ, 22011-001
Un bistro spécialisé dans le poulet, la viande n’est pas d’excellente qualité, mais le plat est bon et l’atmosphère authentique

Trapiche Gamboa
Rua Sacadura Cabral, 155 – Praça Mauá, Rio de Janeiro – RJ, 20081-261
On m’en a dit du bien  mais je n’y suis pas allé.

 

IPANEMA
La Cevicheria 
Rua Garcia d’Avila 173, Loja A

Esquina 111 (ipanema)
Rua Maria Quitéria, 111 – Ipanema, Rio de Janeiro – RJ, 22421-030

Felice Caffé
Gomes Carneiro, 30 – Ipanema, Rio de Janeiro – RJ, 22071-110

Tupak
Aníbal de Mendonça, 132 – Ipanema, Rio de Janeiro – RJ, 22410-050

Zaza tropical
Joana Angélica, 40 – Ipanema, Rio de Janeiro – RJ, 22420-030
« Gastropical »

 

JARDIM BOTANICO
Bar do Horto
Rua Pacheco Leão, 780 – Jardim Botânico, Rio de Janeiro – RJ, 22460-080

La Cevicheria
Rua Maria Angélica 113A

Ct Tratorrie
Av. Alexandre Ferreira, 66 – Lagoa, Rio de Janeiro – RJ, 22470-220

Emporio jardim
Visc. da Graça, 51 – Jardim Botânico, Rio de Janeiro – RJ, 22461-010

Jojo
Rua Pacheco Leão, 812 – Jardim Botânico, Rio de Janeiro – RJ, 22460-030

Olympe (gastro) (JB)
Custódio Serrão, 62 – Lagoa, Rio de Janeiro – RJ, 22470-230

Volta (JB)
Visc. de Carandaí, 5 – Jardim Botânico, Rio de Janeiro – RJ, 22460-020

 

LEBLON
Ct boucherie
Rua Dias Ferreira, 636 – Leblon, Rio de Janeiro – RJ, 22431-050
(21) 2529-2329 

Le formidable Bistrot
João Líra, 148 – Leblon, RJ, 22430-210
(21) 2239-7632
Même chef que Iraja (Leblon)

Jobi Bar
Avenida Ataulfo de Paiva, 1166, Loja B – Leblon, Rio de Janeiro – RJ, 22440-035, Brésil

Usina 47
Rua Rita Ludolf, 47

Zuka (zucca) (leblon)
Rua Dias Ferreira, 233B – Leblon, Rio de Janeiro – RJ, 22431-050
(21) 3205-7154

 

MARACANA
Aconchego Carioca
Rua Barao de Iguatemi, 379 | Praça da Bandeira, Rio de Janeiro
C’était le coup de coeur d’une amie brésilienne, effectivement il a la médaille d’excellence Trip Advisor : « À Rio, mon resto préfère c’était le Aconchego Carioca, un truc tout petit à côté de la Praça da Bandeira, un endroit pas du tout touristique. » Ca l’air bon et très cool, pour peu qu’on s’aventure là-bas.

 

SANTA TERESA
Aprazivel 
R. Aprazível, 62 – Santa Tereza, Rio de Janeiro – RJ, 20241-270, Brésil
Un resto chic tendance gastro avec une vue superbe.

Refeitorio Organico
R. Dezenove de Fevereiro, 120 – Botafogo, Rio de Janeiro – RJ, 23595-180, Brésil
Meilleur Pao de queijo

Gentil Carioca 
Rua Gonçalves Lédo, 11 e 17 – Centro, Rio de Janeiro – RJ, 20060-020, Brésil
+55 21 2222-1651
Brunch

 

TIJUCA
Primeira Pa
Gonçalves Crespo, Rio de Janeiro, 20270-320
(21) 2293-2653
Chinois

 

URCA
Julius Brasserie
Av. Portugal, 986 – Urca, Rio de Janeiro – RJ, 22291-050, Brésil
+55 21 3518-7117

 

FAVELLA
Chez Yoyo Restaurante & Bar
Av Presidente João Goulart, 380/ Vidigal

- Cafés -

FLAMENGO
Café Lamas
R. Marquês de Abrantes, 18 – Flamengo, Rio de Janeiro – RJ, 22230-060, Brésil
Une institution du quartier Flamengo, à deux pas de la Praça Salvador où il y a toujours de l’ambiance.

- Gastronomie -

CENTRO
Confeitaria Colombo 
Av. Luís Palmier, 664 – Barreto, Niterói – RJ, 24110-310, Brésil
+55 21 2628-2844
Le plus vieux salon de thé de la ville avec une queue importante quand on veut manger dans la grande salle; en revanche ça va plus vite dans la petite salle à côté. Ca vaut le coup pour le coup d’oeil et l’ambiance.

 

SANTA TERESA
Alda Maria Doces Portugueses
Rua Almirante Alexandrino, 1116, Rio de Janeiro,Estado do Rio de Janeiro
Pâtisserie portugaise

- Bars -

COPACABANA
Bar Bip Bip (samba)
Rua Alm Gonçalves, 50 – Copacabana Rio de Janeiro – RJ, 22060-040 – (0xx)21 2267-9696
Un bar à l’ancienne où ça joue de la samba, chaudement recommandé par la dj Vodkakoka Roberta

JARDIM BOTANICO
Belmonte
Rua Jardim Botânico, 617
 Pas vraiment un bar mais un café chic dans lequel on va pour manger des pastels.

LARANJEIRAS
Bar do Doc
R. das Laranjeiras, 486 – Laranjeiras, RJ, 22240-006, Brésil
 Un « pub gastronomique »

Praça Sao Salvador
Ce n’est pas un bar, mais une place  sur laquelle il y a du monde tous les soirs, encore plus les fins de semaine. Ca joue aussi de la musique. Il y a des bars autour où on va acheter sa boisson qu’on sirote sur la place.

LEBLON
Bibi Sucos
Av. Ataulfo de Paiva, 591-A | Leblon, Rio de Janeiro,État de Rio de Janeiro, Brésil
 Pour les smoothies et les jus de fruits

URCA
Bar  Urca
R. Cândido Gafree, 205 – Urca, Rio de Janeiro – RJ, 22291-080, Brésil
+55 21 2295-8744
Le spot au bord de la lagune où venir boire des coups un soir. Prendre une assiette de crevettes et la manger sur le côté

- Clubs -

COPACABANA
Jazz No Morro
 dans le bar Gilda no Cantagalo
Rua Saint Roman – Morro do Cantagalo, Rio de Janeiro – RJ, 22071-060, Brésil
Soirée jazz le dimanche

MADUREIRA
Soirées dans le quartier de la Madureira
Soirées sous le pont dans cette ville de banlieue, celle dans laquelle il y a le marché que j’ai chroniqué. Pour y aller, mieux vaut être bien renseigné ou accompagné d’un local.

- Magasins -

COPACABANA
Galeria river Skate Shops

R. Francisco Otaviano, 67 – Copacabana, Rio de Janeiro – RJ, 22080-040
http://galeriariver.com.br/site/
Dans cette galerie de Copacabana, de nombreux skate et surf shops, pratique pour acheter une marque locale ou un maillot de bain stylé si on n’en a plus.

- Musique -

BOTAFOGO
Supernut Mara Records
Martins Ferreira Street 43
Voilà un disquaire pas commun, avec lequel il faut prendre rendez-vous.
https://www.facebook.com/pages/Supernut-MaraRecords-FanPage/139944416099771?fref=ts

CENTRO
Tropicalia Discos 

Praça Olávo Bilac, 28 – Centro, Rio de Janeiro – RJ, 20041-010, Brésil
Un disquaire situé au 2ème étage d’un immeuble de bureaux : original. Le propriétaire est super sympa, en revanche les disques ne sont pas forcément donnés.

- Alimentation -

Junta Local
Un collectif qui défend les circuits courts et travaille en relation directe avec des petits producteurs, le lieu change suivant les jours.
http://www.juntalocal.com/

- Photos -

Voilà pour mon dossier sur Rio de Janeiro. Plus de toutes les bonnes adresses que j’ai visitées sur 716lavie.com.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!