Sabor a Colombia – Paris (75018)


19.06.11 - Guillaume
Sabor a Colombia
28, avenue de Saint-Ouen
75018 Paris
06 20 81 34 72 - 06 99 79 57 55
Fermé le lundi
Métro : La Fourche
- Le résumé -

Un restaurant colombien créé par un jeune couple il y a quelques mois, elle est de Carthago, lui est français. C’est sans chichis mais savoureux, ils ont un vrai chef qui réussit à donner le goût qu’il faut aux recettes colombiennes typiques.

 

- Le lieu -

Le resto est simple et la déco est encore en train d’être peaufinée. Le soir où j’y étais un monsieur installait l’enseigne de néons en façade.

La dame paraissait quelque peu fatiguée et quand je lui ai demandé elle m’a dit qu’effectivement être 6 jours par semaine toute la journée ici, c’était du boulot. Mais ne prenez pas sa fatigue pour de la distance, elle est très sympa. Sn mari, lui, est plus enjoué et assure le relationnel client.

P1130859

- Le menu -

– Bandeja paisa
Ca c’est le plat typique de la région d’Antioquia, celle de Medellin : des haricots rouges, des chicharrons (poitrine de porc frite), un chorizo, viande moulue, avocat, banane plantain, riz et oeuf et une arepa, l’incontournable galette de maïs qui remplace le pain et qu’on retrouve partout tout le temps, du petit déjeuner au dîner.
Le souci de ce plat quand il est fait de manière mécanique c’est qu’il peut être trop sec et donc particulièrement peu digeste. Mais quand on y a mis la chaleur et l’amour nécessaire alors c’est un brunch de 1ère bourre ! Là c’était le cas et ce n’est pas la personne d’origine colombienne qui se l’est enquillée qui dira le contraire, même si elle a trouvé les chicharrons un poil trop secs. Je pense qu’elle dit ça pour le côté grillé sans doute car moi qui les ai goûtés la viande était tendre mais il est vrai recouverte de beaucoup de grillé.
 
P1130869 
– Mondongo
C’est une soupe à base de tripes (estomac de vaches), de porc et de chorizo avec des pommes de terre et des petits pois. Il peut y avoir aussi des tomates.
Là il n’y avait que des tripes je crois bien (faudrait que je leur demande) mais elle était délicieuse. Alors on vous apporte une cocotte entière, j’ai eu peur que ça fasse trop et c’est vrai que c’était beaucoup mais je n’ai absolument pas été lourd de la soirée ce qui montre la qualité de la viande et d’exécution de la recette. L’autre soupe colombienne fameuse c’est le sancocho mais le samedi, jour de ma visite, c’est jour de mondongo. Là aussi, ça prouve que c’est du frais, mijoté maison.

P1130873

Le midi en semaine on trouve cette formule à 11 euros avec soupe, plat + café ou soda.

P1130865

 

- Le bilan -

Beaucoup de restos colombiens se sont ouverts ces dernières années à Paris et tant mieux; maintenant je ne les ai pas tous faits, loin s’en faut, mais je n’ai pas eu vent de coups de coeur de fou de la part de personnes les fréquentant. Mais évidemment cela ne veut rien dire et je suis à l’écoute et à l’affût d’un bonne table colombienne donc n’hésitez pas à me passer des infos si vous avez envie d’en partager une.
Cela étant, disons-le tout net, j’ai un faible pour celle-là. Pourquoi ? Parce que ce n’est pas dans le 11ème (beaucoup de colombiens dans le 11ème) et donc que ça change, que c’est dans un quartier populaire qui sied bien à l’état d’esprit de ce restaurant et enfin que la cuisine colombienne prend toute sa valeur quand elle a ce côté maison, mijoté, fait avec le coeur et l’envie; du riz avec de la viande par exemple soit c’est bof, soit ça tue.
Là il y a cette patte qui m’a plu. Le mondongo servi dans une cassolette pleine, ça veut dire beaucoup; notamment que le chef a confiance dans sa recette pour en mettre autant et ensuite qu’il a un côté généreux.

J’ai pris un mondongo à 11 euros et 2 bières : 17 euros le total. Seul bémol, de taille au début, après on s’y fait, il n’y a aucune bière colombienne des raisons de fournisseur. Aguila, Club, Poker, rien de tout ça, snif ! Il y avait quand même du Pony Malta et du Colombiana, deux sodas cultes de là-bas.