Stanz – Paris (75009)


26.04.13 - Guillaume
Stanz
56, rue La Fayette
75009 Paris
09 80 88 88 40
Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 20h30, le samedi de 10h à 19h et le dimanche de 10h à 17h
Métros : Le Peletier, Cadet
http://stanzbagel.com
- Le résumé -

Je l’ai découvert via un article je ne sais plus où. Autant j’ai une certaine méfiance envers les nouveaux burgers et bagels qui s’ouvrent à Paris (chaque nouvel endroit est annoncé comme le meilleur et c’est souvent la même carotte qui fait plouf que le précédent) mais lorsque j’ai vu la vidéo sur le site de L’Express, j’ai été rapidement conquis. Avant tout un travail de boulanger sérieux, une envie sincère de faire du frais authentique et enfin des prix qui ne sont pas discriminants. C’est tout ce que j’ai trouvé en y allant.

- Le lieu -


IMG_8453
Moi qui m’arrête souvent dans des endroits au hasard de mes pérégrinations, j’avoue que pour celui-là, si je n’avais pas lu l’article avant, je ne suis pas sûr que je serais rentré. On trouve effectivement le décor assez classique de ces cafétérias qui visent notamment une clientèle d’employers au déjeuner. C’est donc assez fonctionnel à première vue. Cela étant, il y a un vrai soin apporté à certains éléments du décor et les toilettes particulièrement bien conçues, avec un nouveau type de sèches mains qui semble être enfin un concurrent digne de ce nom aux Dyson, sont une preuve supplémentaire qu’ici on fait les choses bien.

Pas pu résister à l’envie de vous mettre la photo.
IMG_8448

- L'équipe -

Je suis venu vers midi moins le quart avant l’heure de pointe donc je n’ai pas vu l’équipe bosser pendant le coup de jus. Cela étant, ils m’ont paru bien organisés, connaisseurs du produit (ça change aussi de certains lieux sus-nommés) et désireux de mieux faire connaître le bagel.

- Le menu -


IMG_8455
La formule est bien pensée : 8,20 euros (pas 8,90) la formule avec bagel, boisson et dessert.

Le bagel de la semaine faisait envie : cream cheese aux Dulses sauvages, saumon, oignon rouge, roquettes le tout avec le Bagel printanier (ciboulette, échalote, tournesol).
Dès la 1ère bouchée, tu sais qu’on ne s’est pas foutu de ta gueule. C’est comme un bon film ou un bon livre, dès les 1ers plans les 1ères lignes, tu sais que ça part bien.
Là c’était pareil délicieux, ce pain! Et puis le sandwich est bien conçu, on sent qu’il y a une vraie réflexion sur la tenue de l’ensemble comme pour un bon burger, il ne s’agit pas d’empiler des ingrédients « cools », l’important est que le sandwich se tienne, c’est une histoire à lui tout seul, pas un puzzle.
J’aurais peut-être ajouté une tranche très fine de citron, c’est juste pour la 2ème moitié que j’avais envie d’un peu plus d’acidité.
IMG_8451Autre bon point, parmi les boissons il y a de l’Orangina, l’une de mes boissons préférées avec un sandwich, la Badoit rouge tout ça c’est sympa mais ces néo-sandwicheries qui ne proposent pas d’Orangina me dépriment.

J’ai pris en dessert un Carrot Cake, moins convaincu. Cela étant je suis rarement séduit par les Carrot Cake ou autres Cheese cakes qu’on propose dans les sandwicheries à l’anglo-saxonne à Paris.
Là il fallait payer un supplément à la formule pour l’un des nombreux cheese-cakes proposés, peut-être que ça vaut le coup.
J’aime m’en tenir à la formule.
Cela étant, le bagel/boisson marche tellement bien, nourrit sans étouffer que l’on n’a pas besoin du dessert pour être rassasié.
Il sert ainsi plus d’en-cas en milieu d’après midi.
IMG_8449J’ai parlé de la formule mais puisque Stanz repose avant tout sur une passion du bagel, il faut mentionner la possibilité d’acheter des bagels nature très variés. Ils font aussi des chips avec des bouts de pain de bagel grillés (en espérant que je ne suis pas à côté de la plaque) : 1,50 euros le grand sachet, là aussi le prix est très sympa.

- Le bilan -

Travail sérieux, prix accessibles, envie sincère de faire connaître un produit. Que demander de plus à ce type d’endroits? Ca a l’air simple et pourtant c’est déjà beaucoup.
Pour résumer, on sent qu’on a plus à faire à un passionné de bagel qui a senti l’opportunité d’ouvrir son endroit à Paris qu’à un homme d’affaires qui aurait flairé le potentiel commercial du segment de marché du bagel authentique. En espérant que cette dernière phrase, bien que longue, soit aussi digeste que mon bagel.