Tempero – Paris (75013)


22.04.13 - Guillaume
Tempero
5, rue Clisson
75013 Paris
09 54 17 48 88
Ouvert du lundi au vendredi de 12h00 à 14h30 et le vendredi soir jusqu'à 22h00
Métro : Chevaleret
http://www.tempero.fr
- Le résumé -

Une excellente pioche que je dois à Valérie Ramiand de la Francesca aux Fourneaux qui me l’avait chaudement recommandé.
Rapport qualité/prix, cuisine, chaleur de l’accueil, qualité du service, charme du lieu, calme du quartier, bon plan!
Réservation obligatoire.

IMG_8283

- Le lieu -

Il tient dans un mouchoir de poche et pourtant nous ne sommes pas les uns sur les autres. Il suffit d’un rapide coup d’oeil pour voir qu’ils auraient pu mettre des tables en plus, ils ont eu le bon goût de ne pas le faire.
Ras-le-bol de ces no bistrots qui empilent les tables en bois comme des dominos. Peut-être que la recette pour avoir de la place c’est d’ouvrir dans le 13 plutôt que dans le 11. Sans doute que les tables en trop qui nous on été épargnées sont directement reliées à la différence du prix au mètre carré entre le 11 (je le prends par hasard) et le 13. Ou alors la bonne volonté a aussi son rôle à jouer, va savoir.
La rue est très agréable, en tout cas en ce jour de canicule, bienvenue la canicule:), nous étions ravis de passer une bonne partie de la journée dans ce coin paisible.
Je recommande la combinaison apéro Aux Monts d’Auvergne / déjeuner à Tempero. Après le repas, nous sommes retournés Aux Monts d’Auvergne profiter du soleil.
Je précise que les toilettes sont dans la cour mais qu’elles sont remarquablement aménagées, ce qui est rare et mérite d’être souligné.

IMG_8268

- L'équipe -

Elle est très chaleureuse, il y a le couple en cuisine, Alessandra est brésilienne et Olivier est français d’origine vietnamienne.
Je les ai appelés à la suite de la publication de l’article et Alessandra m’a donné des infos que j’ai envie de partager : Tempero c’était leur rêve le plus fou, l’histoire d’une reconversion à 180 degrés, elle dans le secrétariat, lui dans le documentaire.
Ils ont commencé à cuisiner pour les amis et de fil en aiguille ont voulu aller jusqu’au bout de l’aventure. Un seul des deux pouvait se permettre d’étudier, ainsi Alessandra a passé le CAP de cuisine et patisserie et le soir Olivier refaisait les recettes à la maison.
En salle c’est la jeune pâtissière italienne qui se colle au service et elle se débrouille très bien.
A un moment il y a eu un coup de feu, Alessandra est venue filer un coup de main en salle.
Je me suis permis de lui dire que tout était parfait, que son prosecco était délicieux mais qu’il aurait gagner à être servi plus frais. Elle a compris tout de suite notre remarque et lui a accordé d’autant plus d’attention qu’elle adore ce Prosecco qui vient d’un petit producteur qu’elle connait personnellement et qui la fournit directement. Elle nous a dit direct qu’elle nous apporterait deux verres bien frais en fin de repas. Sympa!

- Le menu -


IMG_8266

Le midi le menu est à 14 euros entrée-plat ou plat-dessert!
On regrettera seulement pour la forme que 3 plats sur 4 aient un supplément de 2 euros. Mieux vaut mettre direct le menu à 16, cela me paraitrait plus clair, en tout cas ce jour-là.
Entrée-plat-dessert à 19 euros!
C’est tellement bon et on se sent si bien qu’on a plaisir à alourdir l’addition.
On attaque donc avec l’excellent Prosecco.

IMG_8269

Entrée
Saumon mariné au miso
Délicieux, c’est beau, pas gadget, le saumon est un régal, les légumes sont en formé, c’est frais, c’est parfait.

IMG_8274

Plat
Cabillaud, risotto aux asperges blanches
Délicieux aussi, le risotto est excellent, tout se marie à la perfection. Très beau plat, simple dans sa composition mais diablement cohérent et donc bon!
La cuisson du poisson aurait selon moi gagné à un être un peu plus longue mais c’est ma marotte, je ne veux pas vous souler avec ça : il y a une mode du poisson légèrement sous cuit, comme pour le porc rosé, alors que je le préfère plus cuit. Mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier.

IMG_8277

Dessert
Tiramisu au nutella
J’ai demandé conseil à la serveuse qui nous a avoué être la chef pâtissière.
Elle nous a répondu instantanément que son préféré était le tiramisu et qu’elle-même étant italienne, on pouvait lui faire confiance.
Je lui ai dit regretter que ce soit au Nutella car je trouve ça trop sucré, elle a reconnu qu’elle aurait préféré sans mais que lorsqu’ils l’ont enlevé de la carte les gens n’arrêtaient pas de le redemander.
Cela étant, à l’heure où j’écris cette chronique, le dessert ne figure plus sur la nouvelle la carte qui est arrivée entretemps.
Malgré le nutella, ce tiramisu était un régal, d’une grande finesse d’exécution.

IMG_8279

- Le bilan -

J’aime cette table et ce genre de tables.
Ils ont eu l’intelligence d’aller dans une rue méconnue de Paris hors des sentiers battus mais dans un quartier dans lequel il y a une clientèle de bureau et donc de déjeuner.
Ils ont su ouvrir un lieu petit mais sans le surcharger, en préservant une atmosphère familiale.
Je pense que l’avenir du commerce réside en partie dans ces petites unités, c’est là qu’on bosse bien, de manière artisanale.
Plus les groupes seront grands, avec des usines délocalisées, plus l’on assistera au développement d’un commerce de proximité avec des structures légères et « vivantes ».
Pour ce qui est de la gastronomie parisienne, ce Tempero indique une autre voie possible pour la cuisine raffinée à partir de produits frais : aller dans des quartiers moins chers, privilégier l’authenticité à la hype, garder une addition raisonnable et garantir un minimum d’espace vital au client. A partir de là, tout est possible.