Trattoria Spaccanapoli – Paris (75009)


29.01.11 - Guillaume
Trattoria Spaccanapoli
46 bis, rue de Clichy
75009 Paris
01 42 82 02 47
Fermé le dimanche
Métros : Place de Clichy, Trinité
http://www.trattoriaspaccanapoli.com
- Le résumé -

J’ai envie de dire en regardant la photo de Massimo ci-dessous, on a déjà pas mal d’infos sur la vibe de l’endroit. Une trattoria simple et bonne comme il s’en ouvre trop peu à Paris. Un vrai resto italien qui ne surfe pas sur un concept, n’assassine pas au niveau des prix, ne surjoue pas la hype en bref qui garde les pieds sur terre à l’image de sa cuisine.

Précision
La spécialité du lieu ce sont surtout les pâtes et les pizzas.
Et l’on vient aussi pour l’ensemble de la prestation : l’accueil nickel, la gentillesse de Massimo et de son équipe et l’authenticité générale qui sé dégage de tout ça.

- Le lieu -

Bon on va se dire les choses, je pense que j’aurais pas connu Massimo, ou quelqu’un de grande confiance me recommandant l’endroit, je ne m’y serais pas arrêté spontanément. Déjà un restaurant rue de Clichy, ça ne me fait pas forcément rêver. Ensuite la devanture avec ses vitres embuées façon hammam n’incite pas à rentrer tête baissée. Alors qu’en fait, une fois à l’intérieur il n’y a pas de soucis, c’est cosy et on se sent bien.

La clientèle est un mélange de voisins de quartier, de touristes – certains logeant sans doute dans des hôtels à côté, de personnes sortant vers la Place Clichy, tout ça donne une salle hétéroclite, pas m’as-tu vu et vraiment sympathique.
Attention c’était déjà bien rempli la 1ère fois mais la 2ème Massimo disait que c’était la folie depuis que Pudlowski avait publié un article sur lui.

- L'équipe -

La petite histoire
Massimo est l’ami d’une amie napolitaine donc j’ai suivi de loin l’aventure de son restaurant finalement ouvert il y a quelques mois. La 1ère fois j’y suis allé un samedi soir avec cette amie commune et j’ai beaucoup aimé. C’est sûr que nous avons été bien reçus mais je n’ai pas eu l’impression de mériter un traitement de faveur en décalage total avec ce que vivaient les autres clients du restaurants. L’ambiance semblait bonne pour tout le monde, les gens avaient des mines heureuses, dues au contenu de leur assiette et à la chaleur de l’endroit.
J’ai quand même choisi d’y revenir avant d’écrire cette chronique, en y emmenant cette fois-ci d’autres personnes.

– La 1ère fois c’était épique : Le chef n’avait pu venir ce soir-là et donc Massimo était en cuisine avec son second. Sa femme d’origine chinoise, qui ne parle qu’anglais aidait la serveuse italienne qui parle français vraiment doucement. Avec tout ça, y avait le sourire et pas de stress. Et Massimo qui trouve le temps de tchatcher avec des clients (et pas seulement ceux qu’il connaît) avant de revenir se remettre aux fourneaux.

– La 2ème fois le chef avait été remplacé par Ricardo venu tout droit d’Italie une semaine auparavant.

- Le menu -

Alors le repas, ça donne quoi ? C’est bon ! J’ai pris des photos du 1er et pour le 2ème elles sont prises au Iphone.

Entrée
Salade caprese avec une bonne mozarella, des tomates cerises assez tendres, des feuilles de basilic entières et une huile d’olive qui va bien. Elle vaut 11 euros mais se partage largement en deux.
Ce qui est bien c’est qu’elle n’est pas trop sèche, très bon équilibre des saveurs.

Plat
Gnocchi alla sorrentina à 13,50 euros
Gnocchi bien tendres, sauce tomate goûtue, mozzarella fondue dans le décor, rien à dire.

Je n’ai pas trouvé de dessert qui me convienne, dommage. Et la 2ème fois, plus personne n’avait faim pour un dessert.

Le repas 2

Entrées
Nous avons partagé pour 4 :
– une bruschetta al pomodoro 9,50 euros : super
– une assiette de charcuterie et de fromage 13,50 : bien, la charcut’ est bonne mais il n’y a qu’un seul fromage

Plats
Tagliatelle ‘O rrau’ (Tagliatelles au veau)
Elles sont à la carte, les 3 plats suivants étaient des plats du jour.
Très bon goût de tomate mais la personne qui l’a prise aurait aimé sentir un peu plus le goût du veau.

Gnocchi au peck et à la ricota

Une véritable réussite, j’ai l’impression qu’ils excellent dans les gnocchi ici.

Tagliatelles aux gambas
La personne qui les a prises et qui travaille elle-même en cuisine était ravie, j’étais un peu moins convaincu sur le peu que j’ai goûté.

Tagliatelles au citron et au jambon de Parme
C’était mon plat, j’adore le citron donc j’étais comblé. Cela étant à la fin, j’en avais un poil trop et j’aurais aimé un chouïa plus de jambon de Parme. Le chef lui-même m’a demandé ce que j’en avais pensé au moment où je payais – et il ne savait visiblement pas du tout que je connaissais Massimo -, je lui ai dit exactement ce que je viens d’écrire et s’en est suivie une super discussion sur ce plat et comment est-ce qu’éventuellement il pourrait évoluer. C’est bon signe !

L’addition : 2 entrées, 4 plats, 2 bouteilles de vin, 3 cafés, le gâteau au chocolat qui avait été spécialement fait pour l’anniversaire célébré par une famille italienne de passage à Paris a été partagé avec tous les derniers clients présents dans la salle : 31 euros par tête !

- Le bilan -

Je suis ravi de l’ouverture de cette adresse, un contrepied marketing à pas mal de bullshit : comme quoi on peut ouvrir à Paris un restaurant italien chaleureux, bon et qui n’assassine pas sur les prix. Après entendons-nous, je conçois tout à fait que pour un prix supérieur on puisse aussi bénéficier d’une plus haute gastronomie italienne à Paris. Mais il y eu tellement d’abus que remettre les compteurs à zéro ne fait pas de mal.
Comme me l’avait dit l’amie qui m’y a emmené le premier soir : tu verras, c’est simple hein, c’est vraiment la trattoria classique. Et bien ça me va très bien, je suis content d’en avoir une dans ma poche.