Le Bougnat – Paris (75003)


20.05.10 - Guillaume - 716lavie
Le Bougnat
28, rue de Saintonge
75003 Paris
01 42 78 47 67
Fermé le dimanche (avant ils étaient fermés le samedi mais plus maintenant)
- Le résumé -

Un bistrot simple et authentique resté dans son jus : plats du jour, prix et service sympas qui vont avec. Le seul truc c’est que le soleil ne rentre pas beaucoup et c’est vrai qu’aux beaux jours la rue de Bretagne fait envie avec ses terrasses. Mais ce qu’on trouve ici, on ne le trouve pas là-bas 🙂
35 euros pour une entrée, deux plats, deux desserts et deux cafés

- Lieu -


La petite histoire

J’étais en train de prendre des photos un après-midi dans le Marais pour Yelp lorsque je suis tombé sur cette façade qui m’a interpellé direct. Ce n’est pas pour faire de l’anti-yuppies parce que ça a du bon aussi, mais cette rue de Bretagne frappe par son uniformité, 25-35 happy beautiful, surtout qu’on se dit : mais diable ce quartier n’a pas toujours été comme ça, où est le reste?, les trucs qu’il y avait de quand il y avait pas tout ça…
J’étais rentré et j’avais discuté avec le monsieur qui est en cuisine le soir et la dame qui est en salle. La dame était vraiment sympa et m’avait donné une envie supplémentaire de revenir.
Ensuite j’avais checké sur le net et j’avais vu que le blog du Haut Marais le big uppait grave. Là je m’étais dit : tu commences à me plaire toi.

- L'équipe -

- Le repas -

Entrée
Oeufs mayo
Tomate un peu froide (je sais, je suis chiant avec ça), mais oeufs superbes même s’il n’y avait que deux moitiés, une belle entrée.

Le plat
Poulet et frites maison
Super bon ce poulet, les frites étaient sympas mais c’est le poulet qui remporte qui la palme : superbe, goûtu et saucé comme il faut !

Dessert
Vous avez déjà vu une crème caramel, je veux dire pas un Flandy hein, une crème caramel ! Moi, c’était la 1ère fois.

- Le bilan -

Alors en cuisine, c’est la dame qui est là le midi et le soir c’est un monsieur. Du coup, je ne peux parler que pour la cuisine de la dame.
Moi je suis tombé sous le charme des deux dames. Déjà j’avais essayé d’appeler 3 fois le matin et ça m’avait gonflé car j’entendais leur voix mais elles n’entendaient pas la mienne.
Quand je suis rentré dans le resto et que je leur ai dit qu’elles devaient avoir un problème de téléphone, la chef s’est tout de suite excusée et était bien embêtée, “j’ai été chercher un autre téléphone du coup, on va voir, excusez-nous hein”, “mais vous n’y êtes pour rien”, je lui ai dit.
Déjà ça met à l’aise franchement.

Et puis c’est bon ! Et c’est sympa !
Une cuisine de bistrot faite par une femme, j’aime bien, il y a le côté consistant du terroir français mais y a moins d’insistance, le trait est moins souligné, les contours sont différents : il n’y a que deux moitiés d’oeuf mais une crème caramel pour 6.
Il faut voir avec le monsieur en cuisine. La dame en salle est une crème pour le coup.