Les Guan Bao de Kuai – Paris (75002)


11.12.17 - Guillaume - 716lavie
Kuai
17 Rue du Croissant
75002 Paris
09 86 50 05 50
Ouvert midi et soir du lundi au samedi
Métro : Sentier (3), Grands Boulevards (8, 9)
Bus : Réaumur - Montmartre (43, 67, 74, 85), Grands Boulevards (48, 85)
- Le résumé -

Kuai propose des sandwiches taïwanais, les Gua Bao, au sein de formules déjeuner assez cools. C’est bon et le service est prévenant.

- La petite histoire -

L’agence des designers graphiques de 716lavie, Nué, se trouvant dans la rue , j’avais été tenu au courant dès l’ouverture du spot. J’y avais été mais n’avais pas été renversé au point d’en faire un article. Plusieurs mois plus tard, lors d’une discussion avec Les Tasters, j’apprenais que le lieu avait été chroniqué dans la presse et bénéficiait d’un buzz. Je me suis dit : “ah c’est con, j’ai sans doute raté un train”. Il y a ces restos qu’on avait essayés avant les autres et refusé de publier, pour lesquels on ne regrette pas sa décision, et ceux pour lesquels c’était tangent, si bien qu’après coup, on se dit qu’une 2ème visite serait bienvenue. C’est le cas ici.

- Lieu -

Le restaurant est petit et pris d’assaut les midis de semaine. Le quartier pullule d’ailleurs de lieux à la con destinés à capter au déjeuner la clientèle d’actifs des environs. Ici on est bien reçu et malgré l’affluence l’atmosphère reste cordiale.

- L'équipe -

On est salués en entrant dans le resto et ça, ça fait beaucoup. Ensuite le service est réactif donc même si on ne peut pas se lever de sa chaise pour traverser la salle, on n’en est pas pour autant pénalisé. Le serveur repasse régulièrement.

- Le repas -

Il y a les Gua Baos, ces brioches cuites à la vapeur et fourrées aux porc, boeuf, crevettes, canard laqué, tofu ou oeuf, mais aussi les nouilles fraîches coupées au couteau et cuites à la minute, les Toshomens, et la soupe Toshomen à la sichuannaise. Je n’ai essayé que les gua baos. Voici une belle recette pour les faire chez soi.

La formule est à 13,80 avec une boisson maison, 2 guas baos et des frites de patates douces. Ce n’est pas donné mais le menu est bien conçu. On apprécie la boisson maison (citron gingembre par exemple) et les frites de patates douces qui changent de celles de pommes de terre : il faudrait juste qu’ils trouvent un moyen de les servir un peu plus chaudes, mais la patronne m’a expliqué son problème. Elle a reconnu tout de suite le caractère compliqué de la chose et a pris le temps de tout m’expliquer. Elle est très sympa cette patronne d’ailleurs, présente et à l’écoute. En fait les frites sont cuisinées durant le service et gardées au chaud, le problème est que si on referme le couvercle de leur bac, elles deviennent molles et si on l’enlève, elles tiédissent. Rien de bien grave mais j’estime que dans une formule tout doit être bon et avoir un degré d’intérêt gastronomique plus ou moins équivalent , c’est le cas de la boisson maison par exemple, les frites sont sympas mais pourraient être mieux.

IMG_0219

Parmi les sandwiches préférés de mes designeuses graphiques, celui au porc mariné et celui au tofu. C’est très bon, nourrissant mais pas étouffe toutou. Il y a aussi pour ceux qui veulent de la bière taïwanaise, la Taïwan Beer, c’est suffisamment rare à Paris où l’on souffre de l’hégémonie Tsing Tao, pour être signalé.

QBFH9395

- Le bilan -

Un plan à connaître car, à la différence d’autres adresses du quartier, ici on a quelque chose d’honnête et d’intéressant à proposer et l’emplacement dans la discrète rue du Croissant (Jaurès fut assassiné au café du Croissant à l’angle avec la rue Montmartre le 31 juillet 1914) en fait une table à l’écart des grandes zones d’attraction.