716 Exclusive Mix – Romain Bno : Wildrap 85-86


13.07.17 - Guillaume

When you think about the words Dj and Paris then at some point Romain Bno will always come out. From his teenage years working as a salesman in the first Paris record shop of house and techno « BPM », selling records to all those who will become famous later, to his residency at Respect in the 90’s, his world tour with Dimitri From Paris, his edits and his online radio show radiororo, Romain Bno is now a resident dj at a hype Paris club and runs a monthly radio show on Rinse.fr, still moved by a genuine passion for music, all music, including the newest ones. Ask him about vocal jazz from the 30’s, check his italo sets before italo got cool again or hear him talking about the last hits of US hip hop or underground techno.

One of his first musical crushes remains the electro hip hop, Tommy Musto, Frankie Bones, etc… and also hip hop from the early 80´s. This mix has been cooking in his head for three years, since I proposed him to be a guest on 716lavie.

The result is there : an accurate and methodic selection and a dj technique that serves the music, both pursuing the same goal : sharing some music history and knowledge.

Why did you choose that period?

Because I haven’t heard any recent mixes concerning that period. I know it necessarily exists (there are surely some blogs fully dedicated to it, the old school rap is a galaxy by itself), but not in my network or any I can think of. 6 years ago, I found a blog that was publishing 80’s radio shows from Marley Marl, Mister Magic, Red Alert (the shows were recorded on tapes and would sometimes cross the Atlantic to be sold on the London flea markets). Those guys and their shows were extraordinary, but unfortunately most of the links were not valid anymore, remains of this era in the mid-2000’s that was glorious for those very specialized blogs.

Pourquoi avoir choisi cette période ?

J’ai choisi de faire un mix 85-86 parce que je n’ai pas entendu de mix récents sur cette période. Je sais que ça existe forcément (il y a sûrement des blogs entiers, le monde du rap old school est une galaxie en soi), mais pas dans mon réseau ou dans mon souvenir. Il y a 6 ans, je suis tombé sur un blog qui mettait en ligne des shows des années 80 de Marley Marl, Mister Magic, Red Alert à la radio new-yorkaise (shows enregistrés à l’époque sur des cassettes qui traversaient des fois l’Atlantique pour être vendues dans les marchés aux puces londoniens et dont les copies passaient de mains en mains). Ces types et leurs shows étaient géniaux. Hélas, la plupart des liens n’étaient plus valides, déjà vestiges d’une époque des blogs pointus qui a eu ses heures de gloire au milieu des années 2000.

The electro years (81-84) have been overly documented, mostly the last 10 years and you can find numerous mixes. The rap from 88-89 is well known from everyone (and I don’t even talk about the 90’s !). The goal of this mix was certainly not to seduce old-schoolers. On the contrary, he is before all for all those curious listeners who don’t have a precise idea of what rap was back then during those specific years. One who would try to look for visuals on the web would quickly realized how poorly documented this period is.

Les années electro (81-84) sont grillées (surtout depuis une dizaine d’années) et ne manquent pas de mix. Le rap de 88-89 est bien sûr connu de tous (et je ne parle pas des années 90 !). Le but de ce mix n’est surtout pas de réunir les old-schoolers. Bien au contraire, il est plutôt destiné à tous les curieux qui n’ont pas une idée très précise de ce qu’était le rap à cette période-là. Il n’y a qu’à chercher des visuels sur internet pour se rendre compte qu’elle est très peu documentée.

Biz Markie & Mc Lyte

Romain Bno - Wildrap 85-86 bis

To give an impression of what 85-86 vibe was, I could have played some electro (still vivid in the west coast and some other states), some Miami bass (prolific since its birthdate in 84), one of the numerous records that participated to the Roxanne war, the first long beef in the rap history (more than 150 tracks with the name Roxanne just for the year 85 !), some of the thousands anti cocaïne/crack records in 86, some go-go, horror rap, a special human beat box or some clones post Run DMC… in one word, I could have easily acted like the smart ass dj.  Those days, I hear a lot of mixes from new diggers, and I’m with no doubt impressed, on the other hand I’m rarely touched and find some of them forgettable (originals but with a fake emotion), therefore I wanted to focus on the most vibrant music from those particular days. When I mentionned this project in a dinner, the persons sat next to me started to laugh cause they couldn’t make any difference among the 80’s rap. However the styles have changed almost every year since the beginning (let’s say 1979 if we speak about proper recordings) and since then, the rap music has constantly evolved. You can visually identify the decade when a tv series or a movie was produced, for the rap, you can recognize the specific year. Still years would be even too general, to mention Chuck D of Public Enemy : « 1986 was the golden year for hip-hop, a new style every 3 months.» In the mix, I cheat a little, there must be 2, 3 tracks from the years 87-88, one of 83. In 1987, the rap will totally adopt the sampler, but here its use was still at its first steps.

Pour illustrer 85-86, j’aurais pu mettre de l’electro (encore présent sur la Côte ouest et dans plusieurs autres états), de la Miami Bass (prolifique et naissante depuis 84), un des nombreux disques en réponses à la Roxanne War, le premier long beef dans le rap (plus de 150 morceaux avec Roxanne dans le titre pour l’année 85 !), des disques anti-cocaïne crack si nombreux en 86, de la go-go, du horror rap, un spécial human beat box ou quelques clones post Run DMC… bref, de quoi faire le malin. Mais en ce moment, j’entends plein de mixes des nouveaux diggers super-chinés, et ça m’impressionne bien sûr, en revanche je les trouve des fois assez indolores (originaux mais à l’émotion un peu bidon) et je voulais me concentrer sur le plus kiffant et contemporain de l’époque. Quand j’ai évoqué lors du dîner mystère 716 à mes voisines de table, néophytes en la matière, que je faisais un mix rap 85-86, ça les a fait marrer, elles ne faisaient pas vraiment de différence dans le rap des années 80s. Pourtant, les styles ont changé environ presque tous les ans depuis ses débuts (disons 1979 en disque) et le rap n’arrête pas de muer. Tu peux visuellement identifier une série télé ou un film à une décennie près, en rap, presque comme un ado entre 12 et 15 ans, tu le fais à l’année. Et encore, c’est pour faire large, je cite Chuck D de Public Enemy : « 1986 was the golden year for hip-hop, a new style every 3 months.» Dans le mix, je triche un peu, il doit y avoir 2 ou 3 morceaux des années 87-88, un de 83. En 87 le rap va complètement adopter le sampler, ici encore complètement balbutiant.

Why did you call it Wildrap?

« Wildrap » because it sounded cool and also to hold off some potential rap conservatives. I did it with the idea to mix up dub versions (non-existent in rap after the 80’s, « dub version » shouldn’t be confused i with « instrumental »). Wildrap maybe also because the guys at those times were trying some crazy things (just like nowadays). At least, to be honest I had initially prepared a selection that would have been more weird, but while I was moving on with the mix, I favourited the powerful and catchy vibe, innovative and trendy at that time.

Pourquoi ce titre Wildrap ?

« Wildrap » parce que ça sonnait bien et peut-être pour éloigner un certain public rap conservateur. Je l’ai fait avec l’idée de mélanger les versions dubs (inexistantes depuis les années 90 en rap, sachant qu’il ne faut pas confondre « instrumental » et « dub »). Peut-être aussi parce qu’à l époque ces types essayaient des trucs nouveaux un peu foufous (tout comme aujourd’hui d’ailleurs). Enfin, pour être honnête, aussi par ce que j’avais prévu un truc plus barré au début et, au fur et à mesure, j’ai favorisé le côté «efficace», innovant et branché pour l’époque.

There is a lot of scratches in the mix

I have never tried to get myself into the scratch technique (too nerd and too manual for my taste). However I always wanted to to do a mix that would feature some tracks that contain original scratches. I had planned to do it with rap stuff from the early 80’s and that was not the initial idea of this mix, but I let myself get caught up (isn’t it the effect a mix is supposed to produce?). For my dj work, I switched a long time ago from MK-II to CD players and Serato. It’s always a kind of revenge when I manage to do technical tricks with digital support that I could not do with vinyls, but at the end I always intend to keep a human touch, something technically unsound.

Il y a beaucoup de scratchs dans ce mix

Je n’ai jamais essayé de me mettre au scratch (activités trop nerd et manuelle à mon goût). Ça faisait longtemps que je voulais faire un mix en utilisant ceux présents dans les disques. J’avais prévu de le faire avec des trucs rap du début des années 80 et ce n’était pas l’idée de ce mix au départ mais je me suis laissé embarquer (c’est le principe d’un mix, n’est-ce pas ?). En DJ, je suis passé aux CD players et à Serato depuis longtemps, c’est toujours une revanche pour moi de faire des trucs techniques que je ne pourrais pas faire avec des vinyles, en revanche j’essaye toujours de garder un côté humain et bancal.
Et ça tombe bien par ce que c’est aussi le côté bancal qui me plaît dans les morceaux de cette période.

Did you take part of that scene at the time?

In 1986, I was 16, there had been the student protests, I was just coming out of my political period that had lasted 3 months. A thursday night, I went to sleep at a friend’s place and she proposed me to go in a « black » night club. I remember telling her : « if it »s African music, that’s cool, I just hope it is not hip-hop ». The party was « Chez Roger Boîte Funk » at the Globo club with Dj Dee Nasty on the decks. The music played was mostly rap with a bit of go-go and old 70’s funk (we used to call it rare groove), we loved it and came out as different persons. I had been in nightclubs already and found it cheesy, but here it was the total opposite. It surely influenced me for the 30 years that followed.

C’est une période que tu as vécue ? 

En 86, j’avais 16 ans, il y avait eu les grèves étudiantes, je sortais de ma période politique, elle avait duré 3 mois. Un jeudi soir, je vais dormir chez une copine, elle me propose d’aller dans une boîte « black », je me rappelle lui avoir dit : « Si c’est de la musique africaine c’est cool, j’espère juste que c’est pas du hip-hop. » La soirée, c’était Chez Roger Boîte Funk au Globo avec Dee Nasty aux platines. La musique était majoritairement rap avec un peu de Go-go et du vieux funk 70s (on appelait ca rare groove), on avait adoré, j’en suis ressorti différent. J’avais déjà été en boîte mais je trouvais ça ringard en général, là c’était vraiment l’inverse. Cela a sûrement eu une influence sur moi pour les 30 années qui ont suivi…

From 86 to 88, I was like lots of people, I bought my 4 rap albums every year, I went to the rare groove parties, listened to Radio Nova. I followed a bit the Deenastyle (historical radio show ran by Dee Nasty on Radio Nova), but I didn’t have the rap culture neither the one of 12 inches. It came later in 88-89 with the techno and the acid music, the deep house was the new hit thing of the moment. Except « My Melody » from Eric B & Rakim, « That Greedy Beat » from Coldcut and maybe « The Bridge » from Mc Shan, I didn’t know any of the artists featured in this « Wild rap » mix. Without internet, I could find only rather cheap tracks on expensive and rare 12″ mostly reserved for the DJ’s, I was not the only one in that case in Paris.
De 86 à 88, j’étais comme plein de gens, j’achetais mes 4 albums de rap dans l’année, je sortais dans les soirées rare groove, j’écoutais Radio Nova. Je me branchais un peu sur le Deenastyle mais je n’avais pas vraiment la culture rap ni surtout celle des maxis. C’est venu plus tard, en 88-89, la techno, l’acid, la deep house était le truc nouveau du moment. À part « My Melody » de Erik B and Rakim, « That Greedy Beat » de  Coldcut et peut-être « The Bridge » de Mc Shan,  je ne connaissais presque aucun des morceaux de ce mix à l’époque. Sans internet, avec des morceaux un peu cheap qui sortaient sur des maxis chers et rares réservés au DJs, je n’étais pas le seul à Paris.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!