Namasté Népal – Romainville (93230)


04.11.18 - Guillaume - 716lavie
Namasté Népal
26 Rue de Paris
93230 Romainville
01 41 83 29 29
Ouvert tous les jours midi et soir sauf le lundi midi
Bus : Mairie de Romainville (105, 129, 318)
www.namastenepal.fr
- Le résumé -

Namaste Nepal est un restaurant discret qui se distingue par sa cuisine maison, majoritairement indienne mais avec aussi des spécialités népalaises. Bon plan, vraie cuisine maison. Attention il y a aussi un restaurant népalais aux Lilas voisins, qui s’appelle Namaste Himalaya, les deux équipes se connaissent et s’apprécient.

- La petite histoire -

Lorsque j’ai participé à la Grande Rando de Belleville à Bagnolet le long du Sentier du Grand Paris, j’ai remarqué alors que nous traversions Romainville ce restaurant népalais qui m’a inspiré. Dimanche dernier, nous étions partis aux Lilas découvrir un restaurant de grillades, mais celui-ci ne servait pas à manger ce jour-là. Cela étant l’équipe nous avait quand même invité à rentrer et nous avions partagé un super moment avec eux en cuisine (vidéo). Mais cela ne nous avait pas nourris et j’appelais donc à 13h50 le restaurant népalais afin de les prévenir de notre venue car il fermait à 14h30. Là le monsieur m’explique que le chef sera parti quand nous arriverons. Mince, on raccroche. Puis je rappelle, je négocie de commander deux plats par téléphone, n’importe lesquels, qu’on mangera direct en arrivant. Le patron semble dire ok même si ma proposition le surprend. Au final nous trouvons une station Vélib’ juste à côté où poser nos vélos et nous voilà assis dans le resto vide de clients. A partir de ce moment-là une vraie rencontre a eu lieu entre le chef et sa femme et nous deux. Le chef est resté tout le repas à parler avec nous, nous expliquer son parcours (Népal, Inde, Angleterre), pourquoi il est quasi-impossible de trouver de vrais chefs en France qui maîtrisent la cuisine indienne, comment lui travaille. Du coup on a pu crever l’abcès de ces 2 commentaires google qui décrivent sa femme comme pas sympathique alors qu’elle l’est, elle explique sincèrement qu’elle ne comprend pas ce procès qu’on lui fait.

- Lieu -

La déco est assez classique pour ce type de restaurants, j’ai néanmoins mieux mesuré le travail quand le patron m’a expliqué qu’il a tout fait lui-même.

- L'équipe -

C’est donc un couple népalais qui a ouvert ce restaurant en 2015. Lui avait travaillé comme chef au Népal, en Inde et en Angleterre, à Londres notamment à l’hôtel Richmond. Quand il est arrivé en France, il a voulu comprendre le marché et a travaillé comme chef dans un restaurant. Mais il a souffert du fait qu’on ne pouvait lui attribuer aucun commis, il devait donc tout faire lui-même, les plats comme les préparations de sauces. Pareil pour le salaire, les patrons parisiens ne pouvaient lui offrir un salaire décent de chef comparable à ce qu’il touchait à Londres eu égard à son expérience. Il nous a expliqué qu’en France, beaucoup de chefs de restaurants indiens sont souvent d’anciens plongeurs originaires du Bangladesh ou du Sri Lanka qu’on propulse un jour à la cuisine. Non seulement ils n’ont pas eu de véritable formation mais en plus ils ont appris en France. Les restaurants “indiens” en France ne peuvent donc s’offrir un véritable chef formé en Inde ou dans un des pays alentours. Quand il a monté son restaurant, c’est donc lui qui s’est collé aux fourneaux et a construit la carte. Aujourd’hui il a deux personnes en cuisine et lui gère la cuisine et la salle avec sa femme. Son but n’est pas de grossir plus que ça, en 4 ans, ils sont fiers d’avoir acquis une clientèle fidèle.

Le patron nous a montré le bocal dans lequel il a rangé ses épices, il est important de ne rien utiliser en poudre et de tout préparer soi-même nous a-t-il dit (voir la vidéo). L’herbe en haut du pot est la fameuse “jimbu”, une herbe de montagne népalaise, utilisée pour notre daal de lentilles.


- Le repas -

Nous avons cherché les spécialités népalaises et avons donc saisi l’occasion de pouvoir demander directement ses recommandations au patron.

Nous avons pris apéritif sans alcool à base de sirop de rose,

et un autre à base de jus de citron frais et sucre. C’était le mien et ça m’a plu, simple, sain et de bon goût.

Entrée

Agneau Sekuwa : morceaux d’agneau désossés marinés aux poivrons, ail, gingembre, oignons, épices et grillés au tandoor. On voit tout de suite que l’assiette a belle allure, les légumes sont frais et ne font pas de la simple figuration (oui je sais la tomate fin octobre, mais quand même) et l’agneau ne se cache pas sous la sauce, il a bonne mine, il est bien grillé.

Plats

Chicken chili : poulet sauté avec poivrons, ail, gingembre, oignons, piment, servi avec du riz 13,50 euros. Là aussi, le poulet a de la matière, ce sont les mêmes ingrédients que pour le plat précédent mais le plat a néanmoins une dynamique différente, ici la viande est rissolée plutôt que grillée.

Daal sherpa : lentilles au jimbu (herbe de haute altitude) 9 euros. C’est très bon, un vrai plat d’hiver, végétarien et là encore, goûtu malgré sa simplicité.

Nous avons très bien mangé pour 40 euros pour 2 avec donc 2 apéros, une entrée, deux plats et un café.

- Le bilan -

Pas facile de trouver des restaurants indiens ou népalais en région parisienne qui ont vraiment quelque chose à raconter, pensez-y quand vous êtes à Romainville ou du côté des Lilas.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*