716 Sélections – Antoine Richard (Pékin)


20.03.17 - Guillaume

Antoine Richard est un spécialiste de la Chine. Il y est tous les ans depuis une quinzaine d’années, auteur d’excellents guides pour le Petit Futé, rédacteur en chef adjoint d’Asialyst et ancien secrétaire général de l’Antenne des sciences sociales et des Ateliers doctoraux à Pékin. C’est une fine gueule, un bon vivant, un amoureux authentique de la Chine, cela fait des années qu’on se dit qu’il faudrait qu’il lâche qq bons plans pour 716lavie, c’est chose faite. Shanghaï arrive. Tenez-vous prêts les cocos.

Photo d’Antoine ci-dessous : « la foule en goguette sur les bords du lac Houhai »

IMG_0002

 

RESTAURANTS

1) JINGWEI MIANDAWANG – 京味面大王
35, Di’anmen Dajie – 地安门大街 35号
M° Nanluoguxiang. Sortir et marcher vers l’ouest, jusqu’au lac Qianhai.
Ouvert tous les jours de 6h à 23h. Comptez 20 RMB/plat principal.

Ce restaurant ne paye pas de mine au premier abord, et pourtant c’est rien de moins que le roi des nouilles pékinoises (c’est la traduction exacte) ! Bon, sérieusement le nom est peut-être un peu prétentieux. Néanmoins, il propose quand même – et à un prix abordable ce qui se fait rare de nos jours quand même dans la capitale de l’Empire du milieu – d’excellentes nouilles froides pékinoises (zhachangmian 炸常面). Ces nouilles de blé sont généralement froides (en hiver à Pékin, elles peuvent être servies chaudes) accompagnées d’une poignée de tranches de porc coupées finement en lamelles et de divers légumes frais ; le tout arrosé d’une sympathique petite sauce de soja fermenté (qui a un petit goût de cacahuète selon moi).C’est l’une des spécialités que je préfère et qu’on peut manger sans problème par tous les temps.

2) XIAO DONG TIAN – 小洞天
258, Dongzhimen Neidajie. 东直门内大街 258号
M° Beixinqiao. En sortant, tout de suite à l’est.

Ouvert 7/7 et 24h/24. Comptez 100 RMB/personne (sur la base de 2 personnes pour une belle et grosse fondue)
Au milieu de la capitale chinoise, une rue a souvent été considéré comme la rue des gastronomes car elle regroupe un nombre assez hallucinant de restaurants qui ont pour particularité d’être chacun ouvert 7/7 et 24/24… (en réalité, pour respecter le code du travail en vigueur, ils sont plutôt ouverts 23/24… mais bon). Les chinois appellent cette rue Guijie, soit la rue des fantômes. Et elle est facilement reconnaissable car elle est presque entièrement décorée avec des lanternes rouges (chinoises) typiques.
Bref, on l’aura compris les adresses dans la rue sont légion et pourtant une mérite particulièrement un arrêt, celle de l’établissement Xiao Dong Tian qui propose des huoguo, cette fondue si typique du pays. Il faut au moins être deux, sinon c’est plus que de la gourmandise. On commande donc d’abord son bouillon (épicé ou non ou mixte donc une moitié épicée et une moitié non – notre recommandation) puis à part tout ce que l’on veut tremper dedans : des légumes aux lamelles de bœuf, aux œufs, aux pâtes fraiches, en passant par des petits blocs de sang de porc gélifié (très bon pour la santé parait-il mais bof…) ou des tripes de porc. On peut rester des heures à manger, à entasser les plats et on vous conseille quand même de prévoir une dose « suffisante » de boissons pour digérer… (ou des citrates au cas où).

3)  JIN DING XUAN – 金鼎轩酒楼
77 Hepingli Xijie, 和平里西街 77
M°Yonghegong/Lama Temple. En sortant, tout de suite au nord (il faut traverser le périphérique). A côté de la porte sud du parc Ditan.
Ouvert 7/7 et 24/24. Environ 100 RMB/personne.

Dans ce gigantesque bâtiment (4 étages) qui se divise entre salles particulières et vastes salles communes, on essayera de trouver une table pas trop bruyante (c’est parfois chose impossible, notamment le soir vers 19h) pour s’attabler et déguster des spécialités de Canton (Guangzhou) : les fameux dim sum. C’est littéralement le royaume de ces douceurs cuites à la vapeur (ou fries pour certaines) ! Pour choisir deux possibilités, soit vous regardez la carte (en anglais et en photo mais pas très rigolo) ou alors vous apostrophez l’une des serveuses qui passent et vous choisissez sur son chariot l’une des nombreuses petites timbales qui contiennent les précieux mets. Perso on adore. Et cela permet de changer un peu de goût et surtout de déguster des spécialités sucrées qui ne sont pas si courantes quand même dans la nourriture chinoise.

4) KONG YIJI – 孔乙己
322 Dongsi beidajie, 东四北大街 322号
M°Zhangzizhonglou. En sortant, descendre l’avenue vers le sud.
Ouvert tous les jours de 9h à 15h et de 17h à 22h. Environ 100 RMB/personne.

On reste dans l’hyper centre de Pékin pour tester cette fois ci un restaurant proposant des spécialités de la province du Zhejiang – précisément de la ville de Shaoxing, « mondialement » connue pour son vin jaune. Ici, on est dans un décor plus raffiné tout en table massive en bois et une nourriture plus fine, à accompagner du vin de céréale du coin, un peu acidulé (et parfois un peu fort). Au programme, on conseille particulièrement les fèves à l’anis (huixiang dou) et les travers de porc au riz, cuits à la vapeur dans une feuille de lotus (nuomi paigu). Et surtout, les zuixia (醉虾) ou les crevettes ivres ; soit de petites crevettes grises jetées vivantes dans un bol de vin jaune chaud aux épices, où elles se noient avant que vous ne les dévoriez…
Pas de la cuisine de tous les jours certes, mais appétissante !

5) LI QUN – 利群烤鸭店
11 Beixiangfeng Hutong, 北翔凤胡同 11号
+86 10 6702 5681
M° Qianmen. En sortant, prendre vers l’est, rejoindre le musée de la planification urbaine et c’est ensuite la rue sur la droite. De là, suivre les indications sur les murs. (15 minutes à pied depuis le métro).
Ouvert tous les jours de 10h à 22h. Comptez 120 RMB/personne (et non pas par canard).

Alors, évoquez Pékin ou la nourriture du nord de la chine sans parler du canard laqué serait un peu du vol. Mais alors où allez ? Il y a des dizaines (au moins) d’adresses spécialisées à Pékin et dans tous les cas, une grande majorité de restaurants le propose à la carte… Chacun a donc « son » adresse et devrait facilement vous convaincre. Perso, on va toujours au même endroit. C’est touristique (oh que oui) et donc il faut réserver. C’est un peu paumé (moins qu’avant certes mais l’urbanisation galopante est passée par là). Mais bon, c’est très bon. C’est l’essentiel. D’autant que ce n’est pas plus cher qu’ailleurs.

Un restaurant touristique donc (remarquez la photo de Giscard au mur…) ou les grands de ce monde s’attablent pour discuter des soucis des moins grands… Mais un restaurant où l’on n’a pas l’embarras du choix puisqu’ici il n’est question que de canard laqué. Au moment de la réservation, il faut d’ailleurs spécifier combien vous en voulez (généralement, on compte large en prenant un canard pour 3 personnes ayant un peu faim). Donc ici, du canard laqué et rien que du canard laqué. D’abord, le canard en lui-même, présenté sans les os, dans un plat que le cuisinier découpe devant vous – touristique on vous a prévenu – pour le disposer dans un plat, en fine lamelles constitué de la peau laquée, croustillante et d’un peu de graisse et de chair. Il se mange comme ça par petits bouts, avec ses petites crêpes, ses petits oignons verts et concombres et sa sauce sucrée. Ensuite vient la soupe constituée à partir des restes de la découpe.
Pas besoin de plus ! Pas besoin de commander du riz (surtout pas), juste des bières…

 

BARS
Le sujet est vaste à Pékin. On citera juste deux adresses, pour être loin des clichés bling bling de la Chine, pays abritant le plus de millionnaires au monde… Deux adresses donc qui proposent des cocktails car pour les bières ce n’est plus l’embarras du choix, c’est l’impossibilité du choix tellement les adresses sont nombreuses (on vous en conseillera une quand même puisque Pékin connait aussi la « folie » des microbrasseries).

1) MAI – 麦吧
40, Beiluoguxiang, 北罗鼓巷 40
M°Nanluoguxiang. En sortant, empruntez la rue piétonne et remonter tout droit. Il faut traverser la première avenue pour atteindre le bar.
Ouvert tous les jours de 17h à 01. 45 RMB/cocktail (premier prix).

Sise dans une petite cour carré du hutong Beiluoguxiang, le Mai sert des cocktails fameux et saisonniers à base de fruits frais (et de vodka aussi of course !). Ici, pas d’alcool frelatée, et un grand savoir-faire de la part des barmens qui implique un certain temps d’attente et surtout parfois l’impossibilité de s’asseoir (ou même plus rarement l’impossibilité toute simple de rentrer tant l’endroit est exigu). C’est certes un peu une adresse de bobo mais bon, nous sommes dans le centre historique de la ville, dans une vieille rue – rénovée en partie certes mais quand même – et on peut s’installer au milieu de la cour pour siroter son cocktail multicolore tout en fumant. Que voulez-vous de plus ?

2) PARLOR – 香
39 Xingfu’ercun, 幸福二村 39号
M° Dongsishijiao. En sortant, continuer sur l’avenue Gongren Tiyuchang Bei Lu jusqu’au prochain carrefour (en face de la porte du stade des travailleurs). C’est en montant, la prochaine sur la droite.
Ouvert tous les jours de 18h à 02h. Cocktails à partir de 65 RMB.

Pas de raison de rester à Pékin lorsque l’on est à Pékin et donc de ne pas se plonger dans le temps, et en l’occurrence dans le Shanghai international des années 1920 entre concessions internationales et guerres de gangs…. Ici, c’est donc toute l’ambiance de la « Paris de l’Orient » que les propriétaires ont voulu refaire vivre. Et force est d’admettre qu’ils y ont bien réussi ! Entre les serveurs en livrées et les serveuses en qipao, on se calera dans l’un des délicieux fauteuils en cuir et on dégustera un excellent cocktail. Pas vraiment de grande inspiration ici pour les cocktails ; on y vient surtout pour l’ambiance.

3) GREAT LEAP BREWING
12 Xinzhong Jie, 新中街 12号
M°Dongsishitiao. En sortant, remonter l’avenue (vers l’est) et au premier grand carrefour tourner à gauche. Monter encore et c’est à gauche.
Ouvert tous les jours de 10h30 à 01h (02h les vendredis et samedis). Bières à partir de 40 RMB.

Pékin n’échappe pas à la mode des microbrasseries ! Ce sont des américains ici qui ont pris les 1ers la mesure du succès potentiel de bières brassées à Pékin et consommées sur place. SI le nom du bar n’est pas hyper bien choisi (le mouvement du grand bond en avant « great leap forward » a quand même causé la mort de plus de 50 millions de paysans chinois au début des années 60…) les bières sont bonnes. Fortes en teneur d’alcool mais bonnes. L’ensemble fait un peu penser à une adresse branchouille de Brooklyn mais bon c’est la mondialisation qui veut ça sûrement…

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!