Georges – Paris (75002)


16.09.09 - Guillaume
Georges
1, rue du Mail
75002 Paris
01.42.60.07.11
Ouvert du Lundi au Vendredi midi et soir (réservation conseillée)
Métro : Bourse, Sentier
- Le résumé -

Le pur resto où aller manger de la salade de museau servie dans un saladier, suivie d’une sole façon Georges et de profiterolles, à condition de pouvoir lâcher 60 euros sans se faire de mal, ce qui est loin d’être une évidence.
Comme il y a plein de photos, j’ai mis la chronique à part histoire de pas plomber les Iphone.

Là on parle d’une institution.

Attention : cf/ Article du 16/06/2010
La direction a changé mais la cuisine ne devrait pas changer d’un iota. Je n’y suis cependant pas retourné depuis donc tout est ouvert. A réessayer donc.

- Le lieu -

Georges est situé dans un quartier que j’affectionne, celui de la Place des Victoires. C’est en partie branché mais c’est calme, et c’est beau!
Georges, lui, trône impérial, insensible aux looks hype-rock-slim-fashion. On entre chez Georges en faisant un choix, à commencer par celui de la lumière puisqu’à part les deux premières tables, le reste du resto est plutôt sombre alors que la place sur laquelle il donne est souvent ensoleillée. Bref, chez Georges on vient chercher du lourd, du solide, l’opposé du futile et du passager.

- Le menu -

Bien c’est une carte comme on n’en voit plus beaucoup.

Les entrées
Donc comme dit le pitch, la salade de museau est à tomber, la terrine aussi, petite déception quant à moi sur les oeufs mayos (mettre des tomates fades à côté, je ne vois pas l’intérêt, et la mayo manquait du jaune vif et de l’aspect léger que j’aime) mais j’étais heureux quand même surtout que si votre voisin prend le saladier de museau vous en avez largement pour 2.

Les plats
En plats, nous avons fait poissons, sole façon Georges avec crème, vin blanc et j’en passe et le turbot grillé sauce béarnaise : impeccable.

Les desserts
Nous avons pris des profiterolles et une tarte tatin. C’est simple : vous imaginez un goût parfait à l’évocation de ces desserts, vos papilles ont une mémoire très nette des sensations qui leur sont associées et bien c’est ce que vous trouverez ici.
(désolé pour la photo sombre, la tatin a fait sa timide)

- Le bilan -

De la bombe atomique pour manger français à l’ancienne, retrouver des sensations de bouffe bien de chez nous, se faire un gros plaisir de gourmand mais il faut pouvoir claquer 50 euros sans se faire du mal, ce n’est pas tous les jours, ni tous les mois !