Ozlem – Paris (75010)


08.05.13 - Guillaume
Ozlem
57, rue des Petites Ecuries
75010 Paris
01 47 70 37 87
Ouvert du lundi au samedi de 11h30 à 17h et le vendredi soir jusqu'à 23h
Métros : Bonne Nouvelle, Poissonnière
https://www.facebook.com/Ozlemdoner1987
- Le résumé -

Le döner ultime, ouvert depuis 1987, comment ai-je pu le manquer? C’est un mystère. En tout cas cela me réjouit de savoir que je peux encore découvrir de pareils lieux à Paris.
Un énorme merci à la personne qui m’a donné l’adresse.
Du street food pré-cantines du Faubourg Poissonnière pour trentenaires du web.
Turkish food rules.

- Le lieu -

C’est une maison tenue de main de maître. Le responsable nous a avoué goûter lui-même les viandes crues après avoir bu son café du matin tellement il était dur sur la qualité. Ce genre de détails ne s’invente pas.
Le patron a  eu un restaurant en Turquie qui marchait bien puis en a ouvert plusieurs France : ils n’ont pas tous marché mais Ozlem a, lui, toujours fonctionné et ils n’ont pas changé la formule depuis 26 ans. On leur a suggéré de s’agrandir mais ils n’ont pas voulu, ils ne souhaitent pas bousculer leur clientèle fidèle dans ses repères.
Ainsi le responsable, jeune, sert des clients dont les parents venaient déjà manger chez Ozlem.
Au moins, pas de risque que cela ne se transforme comme l’As du Falafel devenu une caricature digne d’un resto du Mont Saint-Michel.
De même ils n’ouvrent pas le soir car 1) il leur faut du temps pour la mise en place 2) le responsable n’a pas trouvé la personne dont il aurait pu être 100% sûr.
On l’aura compris, ici la qualité passe avant le profit à court terme.
Pareil pour l’enseigne, elle pourrait être plus visible – la 1ère fois je suis venu en repérage le soir et je n’ai pas trouvé le resto – mais là aussi ils n’ont pas voulu mettre un panneau tape à l’oeil.

IMG_8809

- L'équipe -

L’histoire est celle d’une famille de la région de Hatay, issue d’un petit village aux environs de la ville d’Antioche, soit proche de la Syrie. Le responsable m’a ainsi confié qu’ils avaient « le cul entre trois chaises » : la Turquie, la Syrie et la France. Syriens aux yeux des Turcs, Turcs aux yeux des Syriens, ils restent Turcs aux yeux des Français.
Rien de moins qu’une équipe de 4 personnes pour faire marcher ce petit restaurant qui ne dispose que de quelques places assises mais c’est le prix à payer pour la qualité.
Toute l’équipe est « à la turque » j’ai envie de dire : dispo, sympa, travailleur, rapide et sans soucis.
Inutile de dire que c’est parfaitement propre.

- Le menu -

Il y a des formules pour les sandwiches (6,50 avec boisson) et les assiettes (9 avec boisson).
En boisson on a de l’Ayran maison bien servi qui plus est et ça, ça vaut tout l’or du monde.
Attention le midi ça défile, il faut être patient, nous avons bien attendu 20 minutes notre sandwich, vous avez un numéro et on vous appelle.
Les places assises se libèrent vite cela étant donc ne paniquez pas si c’est plein quand vous entrez.

Ayran

IMG_8813
Döner kebab
Que dire?
Déjà le pain est excellent, je n’ai pas demandé s’ils le font sur place mais je pense clairement que oui.
La viande est parfaite elle aussi.
Les crudités qui l’accompagnent sont d’une grande fraîcheur.
Enfin la harissa finale semble être maison elle aussi et vient parachever le tout de manière splendide.
Il n’y a bien évidemment aucun frites ni sauce industrielle ici.
Je ne pouvais même pas parler tellement j’aimais ce que j’aimais.
IMG_8814
Le responsable nous a suggéré de prendre un Künefe, ce dessert composé de fromage turc fondu mélangé à des cheveux d’ange puis flambé à l’aide d’un sirop, grand bien nous a pris.
Il est meilleur qu’à Urfa Dürüm je trouve.
La personne d’origine brésilienne qui m’accompagnait n’en revenait pas tellement c’était bon:)
Il n’y a pas de thés pour la simple et bonne raison que le midi c’est tellement bondé que cela ralentirait le roulement.
IMG_8817

- Le bilan -

 

2 sandwiches, 3 ayran, 1 künefe : 1 quinzaine d’euros.

Paris tu m’étonneras toujours, quelle joie de découvrir encore un truc pareil après des années à arpenter les rues de Paris à la recherche de plans qui tuent.