Colombie (Mars – Mai 2008) – Isla Gorgona


27.04.20 - Guillaume - 716lavie
- Le résumé -

Isla Gorgona est un curieux mélange : ce fût la pire prison du pays, un bagne tropical réservé aux détenus les plus durs, sur une île à 1h30 en bateau à moteur de la côte et c’est aussi une réserve naturelle au monde, sa faune et sa flore sont restées préservées de l’industrialisation et du tourisme (espérons-le pour longtemps). La prison fût en service de 1960 à 84. Sur les 900 prisonniers prévus, il y en avait souvent 2300 entassées dans des conditions sordides et dans cet enfer tropical : chaleur, moiteur, insectes, … On s’imagine aussi la difficile promiscuité dans de telles conditions et entre prisonniers « dangereux ». L’île est donc un curieux mélange, on s’émerveille devant une nature unique et véritablement à l’état brut (j’y reviens dans le prochain post) mais on sent aussi la pesanteur de ce qui s’est passé ici. Ce n’est pas un musée, c’était l’enfer.

L’île Gorgona étant une réserve naturelle protégée, on ne s’étonnera pas d’y trouver une station d’observation scientifique. Comme je le disais il y a un mélange de paradis perdu et de tristesse à Gorgona. On y trouve des milliers de pélicans et des plages désertes. Le soir on s’ennuyait ferme et j’ai décidé d’explorer l’arrière de l’hôtel bien que le directeur nous disait de ne pas en sortir. Bien m’en a pris, on est tombé sur le lieu de résidence de l’équipe de chercheurs colombiens. On a participé à de belles soirées dans lesquelles l’un d’eux jouait du marimba, le xylophone colombien. On est allé plonger avec eux et je suis toujours ami avec Magnolia qui figure sur la photo.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Captcha loading...




Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.



Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

Office du Tourisme et des Congrès de Paris