716 Playlists – Yuani Fragata Playlist (Spring 2010)


05.05.10 - Guillaume

On part à Montréal avec cette playlist « métal-folk » de Yuani Fragata, réalisateur à Bande à part (Radio Canada) et l’un des meilleurs « couvreurs » de nouvelles scènes rock au sens large que je connaisse.

1) Le Kraken – L’or des fous

Excellent groupe québécois qui hurle en français par-dessus un épais nuage gris de guitares distortionnées, basses lourdes et effrayantes et une batterie aux rythmes précis et pesants. Un de mes coups de coeur des derniers mois pour les mélodies enterrées dans le bruit et pour le fait qu’ils osent faire ce type de musique en français. Bravo les mecs!
Yuani les a programmés pour une session bandeàpart écoutable et visible → ici

2) Cave In – Retina sees rewind (Planets of Old)

Cette pièce m’a convaincu que Cave In va réussir son retour. Les lignes de guitare meurtrières, la vitesse pure, la batterie sans répit ajoutée aux mélodies planantes de la voix = recette du succès.

3) Torche – Sugarglider

Torche! Décrit par un critique comme « Black Sabbath rencontre The Descendents » et c’est assez juste comme description. Quoique leur son varie d’une sortie à une autre et même d’une pièce à l’autre, on entend bien dans Sugar Glider le côté pop du groupe qui vogue sur le gros rock salaud de la formation. À voir absolument sur scène. On a hâte d’être à la prochaine sortie qui paraîtra sous peu.

4) Future of the left – Throwing Bricks at Trains

Comme l’a dit un collègue à la sortie du spectacle du groupe à Montréal cet automne passé : “Je crois qu’on vient de se faire servir une leçon de rock ‘n’ roll.” Des bêtes de scène sans merci qui savent tisser des chansons construites intelligemment et faisant souvent fi des conventions de composition de musique pop, au niveau structurel, mais qui toutefois, par vers d’oreille et refrains accrocheurs enterrés sous une tonne de bruit, réussissent à nous saisir aux crochets de leurs pièces savamment écrites.

5) A place to bury strangers – Keep sliding away

Groupe dont le guitariste/chanteur Oliver Ackermann était jadis mieux connu pour ses pédales de guitare Death By Audio, utilisées par Trent Reznor (Nine Inch Nails), Thurston Moore (Sonic Youth) et The Edge (U2) notamment. Toutefois depuis la sortie du premier album du groupe en 2007 et une critique positive dans Pitchfork, A Place To Bury Strangers ne cesse de recevoir de l’attention. La parution du second album à l’automne 2009 cimente la réputation de la formation comme de dignes successeurs de My Bloody Valentine et leur impitoyable mur du son généré par des instruments et amplis joués beaucoup trop fort.

6) Silversunpickups – Panic Switch

Parlant de My Bloody Valentine! Silversun Pickups est un peu le croisement entre Smashing Pumpkins sans le côté bonbon et le mythique rock massue des Britanniques MBV. Leur 2 albums sont sublimes, mais le dernier est bien meilleur que le premier. À voir sur scène. Portez des bouchons.

7) Les Incendiaires – Cyprine

Fans avoués de The Cure et Indochine, Les Incendiaires donnent dans une pop habilement construite, mise en bouteille sous pression et vendue aux assoiffés amateurs des “bonnes” années 80; amateurs qui malheureusement ont été oubliés dans la foulée de recyclage de la décennie plastique, au profit de choix stylistiques douteux et de pop édulcolorée aux synthés froids et performeurs frigides. La formation tente de réchauffer la chose avec une musique rock sincère et… incendiaire! :)

8) Surfer Blood – Swim

La nouvelle coqueluche des médias indie rock américains. Quoique je sois souvent rébarbatif à ce genre de singeries indie pop où tous les protagonistes se regardent, se trouvent beaux et se macaquent mutuellement, Surfer Blood se démarque avec une musique sensible et bien écrite, armée d’appâts à tout saisir.

9) Fred Fortin – Dollorama

La plus grande fierté de la scène indé québécoise, Fred Fortin est le principal acteur et meneur d’une sous-scène ayant émergé d’un groupe de musiciens et amis natifs du lac St-Jean. Leur forme particulière de post-grunge déjanté est une signature comme peu d’autres sont parvenus à créer et le dernier album de Fred, sorti l’automne dernier, est sûrement son meilleur disque et l’ultime étendard du son du lac St-Jean.

10) Cave Singers – At the cut

Ma découverte du festival SXSW 2010. Je dois honteusement admettre que ce disque a foulé mon bureau et je l’ai rejeté après une brève écoute l’automne dernier. À Austin, à SXSW, après 1min. de la première pièce je savais que j’en avais solidement “échappé une” comme on dit au Québec. La voix du chanteur aux airs de bûcheron poilu est absolument hypnotisante. L’instrumentation folkeuse est molle à souhait, mais assez droite et rythmique pour transmettre l’énergie. À découvrir sans faute!

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!