Bekseju Village – Paris (75013)


08.08.16 - Guillaume
Bekseju Village
53 Boulevard Saint-Marcel
75013 Paris
01 77 11 24 37
Ouvert midi et soir tous les jours
Métro : Campo Formio (L5), Gobelins (L7, Sortie 1)

http://www.beksejuvillagefrance.com/
- Le résumé -

J’avais été seul à Bekseju Village (lire la chronique) or il se trouve que la cuisine de Bekseju se prête plus à un dîner à plusieurs durant lequel on partage les plats. J’y suis donc revenu.

- La petite histoire -

Etes-vous prêts? Je vais manger avec une amie coréenne dans un restaurant coréen du 5ème suite au post dithyrambique d’un ami blogger sur instagram. Sur place, le résultat déçoit grandement : le service est gentil mais cette cuisine fusion mélangeant recettes coréennes et standards français ne nous convainc pas du tout. Comme mon amie était encore plus déçue que moi, vu qu’elle s’attendait à de vrais goûts coréens, je l’emmène après le repas voir la carte de Bekseju Village qui est juste à côté. Pendant que nous sommes en train de lire la carte du dehors (il est 22h passées), je reçois un appel sur mon téléphone portable d’un numéro inconnu. Je décroche : « oui c’est le restaurant Bekseju Village, vous nous avez appelés? », « ah non », … silence. Là je me dis que la seule explication est que j’ai dû en cliquant sur « y aller » dans google maps, cliquer sur « appeler » en même temps sans faire exprès.

Du coup nous discutons, j’explique à la dame, qui est la femme du patron, comment nous en sommes arrivés là. J’ajoute aussi que je suis déjà venu et que j’avais d’ailleurs écrit une chronique, je donne quelques détails. Là-dessus la dame me dit que son mari écoute la conversation au haut parleur, se souvient de ma chronique, qu’il l’avait aimée, et que c’était juste dommage que j’étais venu seul. Nous continuons à papoter et là, à ma grande surprise, ils  m’invitent à revenir afin de déguster plusieurs plats. C’est génial et grâce à la présence de mon amie coréenne, je vais pouvoir bénéficier des retours directs d’une connaisseuse. Nous voilà donc le lendemain soir, frais comme des gardons et prêts à en découdre :)

- Le lieu -

Le restaurant est toujours aussi agréable, classe et sobre à la fois, aéré, il y a de la place entre les tables. On n’est pas les uns sur les autres.

- L'équipe -

Ce soir-là, il y avait une jeune femme et un jeune homme coréen. La jeune femme était parfaite, elle savait que nous étions invités, soit, mais quand bien même. Je l’ai vue travailler, elle avait le même sourire pour tout le monde, prenait le temps d’expliquer, de mettre à l’aise, elle connaissait très bien les recettes alors qu’elle n’est pas coréenne. Le monsieur d’origine coréenne gagnerait, à mon avis, à rajouter quelques formes, c’est sans doute une histoire de culture car il connaît très bien ses plats et est efficace au service, mais quand on s’offre un repas autour de 40, 50 euros par tête, on a envie de l’attention qui va avec.

- Le menu -

On attaque avec des algues frites (kombu ou dashima)  en guise d’amuse bouches, assaisonnées avec beaucoup de sel.

1

Le concept c’est donc de manger à plusieurs un plat en sirotant du Bekseju, un vin sucré qui passe comme du petit lait, bien mieux que le Soju, qui m’avait mis un coup de bambou quand je l’avais bu chez Bong, mixé avec de la bière c’est vrai car c’est ce qui se fait en Corée. Le problème du soju c’est que c’est traître. Le Bekseju est sucré mais légèrement, j’avais peur d’un vin liquoreux trop sucré, ce n’est pas le cas, ça accompagne très bien le repas. La bouteille de 37,5 cl de bekseju nature est à 13 euros.

2

On passe du temps à choisir quels seront nos trois plats. Ce sera salade de bulots aux épices, poitrine de porc Bekse etSoupe de fruits de mer.

Salade bulots aux épices (goalbaengi) 20 euros

On m’en a dit le plus grand bien et j’adore les bulots, de plus un naturopathe m’a dit qu’il fallait du magnésium mais encore fallait-il que le corps humain puisse l’assimiler or il semble que celui des bulots soit le plus facilement assimilable. Elle est délicieuse, bien relevée et largement suffisante pour 2.

3

Bekse Bossam (poitrine de porc) 23 euros

C’est assez bon, on fait des bouchées avec la viande porc, le kimchi, les légumes crus, qu’on roule à l’intérieur d’une feuille de chou. Ce que m’ont dit l’amie coréenne – vivant en Corée – qui m’accompagnait ce jour-là ainsi qu’une autre amie coréenne, – vivant à Paris -, c’est qu’en Corée il y a beaucoup plus de viande, c’est un plat très généreux. Je vous mets ici tel quel ce que m’a dit mon amie coréenne de Paris qui a goûté le Bekse Bossam de Bekseju : « Oui, un peu trop classe  mais c’était très bon! Car le bossam en Corée c’est très bien servi, à la bonne franquette, plein de kimchi et de viande . Un peu à l’arrache mais bien servi ». Là je trouve tout de même assez cher pour 23 euros, mais la viande de porc est très bonne et il faut reconnaître qu’avec les deux autres plats que nous avions pris c’était suffisant, nous avons même eu du mal à le finir. J’ai beaucoup apprécié le kimchi qui est maison, ça change tout par rapport à bon nombre de restos coréens à Paris dans lesquels je peux à peine le manger. Je ne supporte pas leur goût trop acide. Pour un bon kimchi, il faut une bonne maturation , ni trop frais ni trop vieux, comme du fromage.

5

Haemoultang (soupe de fruits de mer) 25 euros

C’est le plat que nous avons préféré car en termes de goût, il est très proche de ce qu’on a en Corée, le bouillon est bien relevé. J’ai fait une petite suggestion à la serveuse, qu’ils mettent des piques pour choper les bouts de crabe. Le crabe est de type mou, du coup attention, quand vous le coupez en deux, ça a tendance à gicler :) Voilà un plat conséquent qui donne de plus beaucoup de plaisir.

6

Nous avons fini notre bouteille de bekseju et j’aurais été prêt à en reprendre une autre, c’est très bon et le lendemain je n’ai pas eu mal à la tête.

Je crois que je suis tombé amoureux de leur granité dès ma 1ère visite. Les fruits sont très bien coupés en petits morceaux, le granité se laisse découvrir en dessous, c’est très frais, parfait après un repas relevé.

7

- Le bilan -

Voilà une adresse solide, comme l’a très bien dit mon amie coréenne : « here it is a proper Korean restaurant ». Il faut mettre le prix et venir en groupe pour en profiter pleinement mais au moins quand on monte en gamme, on en a pour son argent, le restaurant ne déçoit pas et donne l’occasion de goûter une cuisine riche en goûts, précise, avec des saveurs multiples, des plats exécutés de manière traditionnelle, même si les prix parisiens empêchent de donner toute son envergure d’origine à la cuisine populaire coréenne.