Dîner mystère 716lavie n°17 au restaurant roumain Bucovina


25.11.19 - Guillaume - 716lavie
Bucovina
50 boulevard de Picpus
75012 Paris
01 43 45 18 43
Ouvert du mardi au samedi midi et soir et le dimanche midi
Bus : Picpus (29, 56)
Métro : Picpus (6)
RER : Nation (A)
- Le résumé -

Bucovina est un savoureux restaurant roumain, ce qui est rare à Paris. C’est un drôle d’article dans la mesure où je vais à la fois parler du dîner mystère n°17 que j’y ai organisé et vous faire découvrir ce restaurant du même avant qu’il ne ferme ses portes fin décembre 2019 après 4 ans d’exercice. Abonnez-vous à la newsletter 716lavie pour ne rien rater des prochains dîners mystère.

- La petite histoire -

Chloé du site Boui Boui m’avait proposé d’aller l’essayer ensemble. J’ai été vite conquis par le lieu en discutant avec la mère et sa fille qui le tiennent ainsi qu’en dégustant ma çorba qui était parfaite. Fort de mes voyages en Roumanie, j’étais aussi à même de reconnaître les saveurs de là-bas.J’ai donc décidé d’y organiser un dîner mystère, le n°17. Ce fût une franche réussite, déjà les participants étaient fort surpris de se retrouver dans un restaurant roumain, qui plus est entièrement réservé pour l’occasion et de découvrir cette cuisine par la même occasion.

- Lieu -

Le lieu est sans chichis mais confortable, j’aime la décoration simple et authentique ainsi que la disposition des tables.

Pour ce dîner mystère nous les avions néanmoins placées en U plutôt qu’en rangées.

 

Ce soir-là j’ai joué une sélection de musiques roumaines des années 70/80’s concoctée par mes amis roumains des blogs The Hipodrome of Music et The Chocolates of Life. Il y avait notamment ce mix de 6h du selector Remus Miron.

- L'équipe -

J’aurais aimé que ce resto perdure car ces deux-là méritent, mais nul doute qu’elles auront une vie plus tranquille dans le catering. Elles souhaitent effet alléger leurs charges et se concentrer sur une restauration évènementielle (mariages, fêtes). Il y avait d’ailleurs une grande fête roumaine organisée en novembre à Montreuil par l’association de danses roumaines Caprioara qui fêtait ses 40 ans d’activité et lorsque je leur en ai parlé en leur disant que ce pourrait être une opportunité pour elles, elles m’ont dit que c’étaient elles en charge de la restauration 🙂 Dans ce qui a pesé dans leur décision, il y a aussi ce chantier dégueulasse juste devant leur porte qui dure depuis 2 ans et gêne considérablement la visibilité du restaurant pour les passants.

J’ai beaucoup aimé préparer ce dîner mystère avec elles, j’échangeais avec Dalina la fille qui était très précise et faisait preuve de grandes capacités d’organisation, croyez-moi cela se voit vite lorsqu’on organise un évènement de ce genre. J’espère que vous irez les voir avant que le resto ne ferme, ça vaut le coup.

- Le repas -

On avait concocté un festin et j’avais précisé que ce repas n’était pas idéal pour les végétariens. En l’occurrence, il y avait beaucoup de porc, en témoigne ce plateau de charcuteries et fromages pour commencer.

Ce vin roumain était très honorable et se buvait avec plaisir.

Parmi les plats de résistance il y avait des saucisses maison, bien salées car normalement on les accompagne avec de la bière.

Du ragoût de porc avec polenta servie à côté, tochitură de porc cu mămăligă. Il y avait le bon goût maison dans cette cuisine, nous avons eu un autre plat que je n’ai pas photographié : des choux farcis avec polenta, crème et piment, sarmale cu mămăligă și smântână și ardei iuți. J’aime beaucoup ces plats en bois.

En dessert, des beignets avec crème et confiture de myrtilles (papanași cu smântână și dulceață de afine)

 

Voici les photos des joyeux convives, des épicuriens curieux ravis de partager un bon moment entre gens de bonne compagnie autour d’un repas gourmand et authentique.

 

Je vous montre aussi des photos de mon 1er repas là-bas avec Chloé de Boui Boui. J’avais goûté une ciorba de burta (soupe de tripes) car je garde un souvenir divin de celle que j’avais dégustée dans le resto mythique Prima de la ville de Sibiu – qui fût capitale européenne de la gastronomie en 2019 rappelons-le -, situé au sous-sol d’une maison.

Une ciorba comme ça, ça ne ment pas! De la vraie bonne soupe de tripes. J’avais demandé du citron mais Dalina m’a expliqué qu’on mettait plutôt du vinaigre blanc. Un régal.

Chloé avait pris du chou farci à la polenta. On voit tout de suite que c’est bon, le porc a une belle couleur, les choux farcis ont la bonne gueule du frais et la polenta, une spécialité roumaine, est d’aspect uniforme.

- Le bilan -

Il est temps que la Roumanie et avec elle de nombreux pays d’Europe de l’Est soient mieux connus par chez nous. Par ailleurs vous savez que je défends une cuisine maison généreuse et goûtue sur 716lavie, qu’elle soit de France ou d’ailleurs, à Bucovina, au-delà du fait de découvrir la gastronomie roumaine, c’est avant tout l’occasion de faire un bon repas savoureux avec une cuisine qui ne triche pas.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Inscrivez-vous à la newsletter !

* Champ obligatoire