Nice (France)


04.02.23 - Guillaume - 716lavie
- Infos Pratiques -

Y aller

En avion, l’avantage est un accès direct au centre par bus ou tramway. L’arrivée en avion par la mer est magique car la piste donne sur l’eau.

En train, il y a notamment un train de nuit pour Paris. On peut aussi comme nous l’avons fait continuer le périple par Gênes et prendre le TER qui longe la côte en passant par Vintimille, panoramas époustouflants garantis. Attention, comme toujours, c’est la galère quand vous achetez un billet Nice – Gênes depuis le site sncf. En effet, à chaque fois qu’un trajet se décompose en une partie sncf et une partie trenitalia, c’est compliqué car vous devez imprimer votre partie italienne depuis un guichet français. En effet la référence de votre dossier sncf pour la partie italienne n’est pas reconnue à un guichet italien. Dans notre cas, il y a eu un bug, impossible d’imprimer la partie italienne depuis la gare de Nice. Tout ça pour dire que les prix de ces TER sont fixes donc vous avez intérêt à acheter votre billet Vintimille – Gênes depuis l’application Trenitalia ou directement à une borne à Vintimille durant votre changement.

Sur place

Le French Riviera Pass 
le site

Il est cher (28 euros pour 24h, pour 4 euros de plus vous avez le transport inclus, 40 euros pour 48h, 48 euros avec le transport) mais on a halluciné sur le nombre de choses incluses dans ce pass, des entrées gratuites dans les musées à une socca offerte chez Theresa, il n’y a que l’heure offerte en trottinette électrique qui s’est avérée infaisable, mais c’est le pass le plus riche qu’on n’ait jamais rencontré.

Transports en commun avec Lignes d’Azur
le site

Il y a de super applis, notamment Nice ticket qui permet d’acheter ses tickets en un clic. A Nice, il y a beaucoup de contrôleurs, on assiste en moyenne à 2 contrôles par jour.

Gênes est la voisine italienne, pensez-y!
Gênes (Italie)
- Le résumé -

Nice (Nizza) est la plus italienne des villes françaises, mais une ville complexe à appréhender : il y règne une certaine dolce vita, historiquement la ville a su faire des compromis pour éviter la guerre, mais elle n’est pas à l’abri du sirocco saharien qui frappe, rarement, mais violemment. Si on y trouve une chaleur du sud, les niçois peuvent aussi faire preuve d’une certaine introversion. C’est une évidence, mais Nice se laisse bien mieux approcher hors saison.

- Un peu d'histoire -

Commençons dans l’ordre chronologique par Catarina Segurana, une lavandière devenue héroïne de la ville lorsqu’elle a pris un drapeau aux turcs qui menaient le siège de la ville  en 1543 et a pris la tête de la contre-attaque.

Dès le XVIIIème, de nombreux anglais sont venus séjourner à Nice. Nice se retrouve rattachée à la France de 1792 jusqu’à la fin du 1er empire en 1814, les anglais évitent alors la ville mais reviennent une fois qu’elle est rattachée au royaume de PiémontSardaigne. et créent ;e chemin des Anglais en 1822. Leur nombre va cependant aller en déclinant et à partir de 1840, ils sont progressivement remplacés par les russes, notamment à partir du séjour du tsar Nicolas.

Dans le 2ème moitié du XIXème, l’aristocratie internationale vient à Nice : américains, suédois, norvégiens, danois, allemands.

Nice est (re)devenue française en 1860 suite à un référendum organisé par Napoléon III, les italiens de la ville ont eu l’impression d’être sacrifiés afin de permettre l’unité italienne. Suite à cela, la plupart des familles nobles vont quitter Nice par fidélité à la famille des Savoie, mais ils y reviendront régulièrement passer du temps.

Ce qu’on appelle la Riviera est cette bande côtière qui s’étend de Hyères à Gênes, d’où le terme de French Riviera pour indiquer le côté français. L’arrivée du chemin de fer en 1862 va accroître encore le nombre de touristes. L’écrivain dijeonnais Stephen Liégeard va créer en 1887 le terme de Côte d’Azur (titre d’un de ses livres “La Côte d’Azur), par analogie avec sa région d’origine, la Côte d’Or.

Beaucoup vont prendre l’habitude de venir à Nice en hiver, on les appelle “les hirondelles d’hiver”, c’est le cas de la famille Reinach dans sa villa Kerylos. Les villas construites alors vont avoir différents styles : néo-classique, néo-mauresque, néo-gothique.

- Hôtels -

Airbnb dans le quartier de la République
le site

De l’avis de tout le monde, c’est un des meilleurs quartiers dans lequel séjourner à Nice car il y a une atmosphère locale et non touristique, le site de la ville lui-même présente d’ailleurs le marché de la République comme le plus populaire. Sylvie, la propriétaire, est adorable, dites-lui que vous venez de ma part, elle ne sait pas encore si elle va continuer à louer mais en attendant, profitez-en.

- Guide -

Sortie en voilier dans la baie de Nice

Grâce au site click and boat, j’ai fait une sortie en voilier avec Jacques début janvier, j’étais sceptique et méfiant car on n’avait pas de nouvelles de Jacques la veille pour confirmer, mais au final c’était génial. Il n’y avait personne d’autre sur l’eau que nous et un club de voile le matin. On comprend bien mieux la ville en la voyant depuis la mer, une particularité de Nice qui explique aussi les loyers élevés, c’est que la montagne est tout de suite derrière et qu’il y a donc très peu d’espace habitable entre la mer et la montagne.

- Lieux -

Villa Masséna, musée d’art et d’histoire 
65 Rue de France
le site

La visite (gratuite avec le French Riviera pass) est intéressante pour la découverte de la villa elle-même et de son jardin restauré, mais encore plus pour la présentation qui est faite de l’histoire de Nice, très bien restituée, du 1er empire jusqu’au début 20ème. La villa fût construite en 1898 par Victor Masséna, prince d’Essling et duc de Rivoli (député des Alpes-Maritime sous le second empire), qui souhaitait une grande villa de plaisance sur le bord de mer. En 1919, elle est cédée par le fils de Victor Masséna à la ville de Nice sous condition d’être convertie en un musée appelée “Musée Masséna” et que son jardin soit ouvert au public.

Eze, le chemin de Nietzche
le site

Top par le bus depuis le nord du vieux Nice, on arrive directement en haut, on peut visiter le vieux village sur le piton et faire la descente du chemin de Nietzsche (départ à côté de l’hôtel chic, il y a un panneau). Et reprendre le train en bas. Attention chemin très caillouteux, chaussures fermées obligatoires, qui ne glissent pas trop. Environ 45 mins de descente sans courir. Les sportifs le feront dans l’autre sens mais là c’est moins des vacances et c’est plus long 😉

Promenade du Paillon
Plassa Carlou Aubert

Elle fait suite au jardin Albert 1er et on se retrouve souvent à attendre le tramway devant quand on revient du Vieux Nice. J’ai beaucoup aimé ce parc car il est très vivant, de nombreuses familles viennent y jouer, des gens se promener, on sent que les locaux se l’approprient totalement et c’est réjouissant.

Colline du château
le site

Belle promenade, superbe(s) point(s) de vue, allez à la cascade juste-là.

Cathédrale russe Saint-Nicolas
Av. Nicolas II
le site

Face à une communauté russe grandissante, il faut construire un lieu de culte plus grand que l’ancienne église russe rue de Longchamp, la cathédrale est ainsi édifiée en 1912.

Un peu comme en Italie, on a un urbanisme assez dingue avec cette voie de chemin de fer surmontée d’une voie automobile rapide qui transperce le centre ville, juste à côté de la cathédrale.

Cathédrale Sainte-Réparate
3 Pl. Rossetti
le site

Église Sainte Jeanne d’Arc 
86 Av. Saint-Lambert
le site

Là encore, une sacrée réalisation de l’entre-deux guerres (1926-1933), on la doit à l’architecte parisien Jacques Droz. Chose étonnante : il a aussi réalisé l’église Saint Jeanne d’Arc de Meudon, réplique de l’église du village français de l’exposition des arts décoratifs de 1925.

 

Musée Chagall
Av. Dr Ménard
le site

Villa Arson
20 Av. Stephen Liegeard
le site

C’est à la fois une école d’art et un lieu d’exposition, imaginée dans les années 1960 par André Malraux. Le bâtiment vaut le coup d’oeil pour son architecture contemporaine.

Musée du Palais Lascaris 
15 Rue Droite

Palais Lascaris, juste pour les fresques au mur donc allez-y seulement si vous avez le French Riviera Pass, c’est compris dedans.

Musée d’Archéologie
160 Av. des Arènes de Cimiez Terra Amata
le site

Tourner dans le vieux Nice
Promenade du paillon pour chiller (beau lycée Massena, place Garibaldi)

Villa Kerylos à Beaulieu-sur-mer
Rue Gustave Eiffel
le site

Un bijou à ne pas manquer, cette villa fût construite entre 1902 et 1908 par l’architecte Emmanuel Pontremoli pour le compte de Théodore Reinach, archéologue, mécène et un des plus importants hellénistes du XXème siècle, sur le modèle des maisons nobles grecques du IIème siècle avant JC de l’île grecque de Délos. Il faut prendre l’audioguide pour saisir toute la dimension des travaux et de la conception des pièces et de leur habillage. La villa qui était utilisée comme maison d’hiver par Reinach et sa famille, donne directement sur la mer et offre des points de vue somptueux. Elle est un curieux et réjouissant mélange du confort des villas Belle Epoque de la Côte d’Azur et du luxe de la Grèce Antique.

Les photos ci-dessous ont été prises le 3 janvier, avouez qu’on fait pire en hiver.

Le mont Boron

Randonnée très accessible après le vieux port

Le train des Merveilles 
le site

Il va de Nice à Tende

La Nécropole de Nice

L’excellent Stefan Cornic a publié des photos de cette nécropole, créée en 1983 par le collectif italien, G.R.A.U., Gruppo Romano Architetti Urbanisti.

- Restaurants -

Ce que j’ai préféré de mon séjour, manger une soca, déjeuner à la Merenda et boire des coups à la Pêche à la vigne.

Bistronomique

Peixes
4 Rue de l’Opéra
Tél : 04 93 85 96 15
le site

Cuisine contemporaine de poissons.

Maido
31 Rue Gioffredo
Tél : 09 83 04 70 00

Une izakaya de quartier.

Mallard Restaurant
6 Rue Maraldi

Pour la formule du midi

21 Paysans
2 Rue Valperga
Tél : 09 87 02 05 72

Le Garde-manger des Agitateurs
34 Rue Bonaparte

L’Alchimie
14 Rue Maccarani
Tél : 04 93 54 61 85

Niçois

La Merenda
4 Rue Raoul Bosio

La Merenda, institution niçoise, a été reprise par l’ancien chef 2 étoiles du Negresco. C’est bien car cela permet de goûter toutes les spécialités niçoises mais, si la carte explore le répertoire niçois de manière traditionnelle et gastronomique, l’ambiance générale et la clientèle nous éloignent d’une table populaire fréquentée par les locaux; j’ai l’impression qu’il y en a assez peu. Malheureusement il n’y a pas d’équivalent du Petit Bar ou de l’Auberge Saint-Jean de Luz à Nice, donc il est difficile selon moi de trouver un resto dans lequel manger des spécialités niçoises à un prix raisonnable. Je reviendrai ici car c’est l’occasion idéale de goûter toutes les spécialités réalisées de manière authentique, mention au serveur qui était super. J’étais moins à l’aise avec le reste de l’équipe. Ici on en a eu pour 60 euros par personnes avec 2 entrées, 2 plats, 1 dessert, 1 fromage, 2 cafés, c’est quand même assez cher, mais nous avons passé un super moment. Le vin à 34 était très correct et accompagnait parfaitement le repas.

Lou Pistou
4 Rue Raoul Bosio
Tél : 04 93 62 21 82

J’aurais voulu y aller mais c’était fermé pour congés.

Da Acchiardo
38 Rue Droite

J’avais trouvé ce resto pour le premier soir, j’ai trouvé le service pas impliqué, ça ne sentait pas naturel du tout. Pourtant des niçois m’ont dit qu’ils aimaient venir manger ici, que c’était sérieux.

Socca

Chez Pipo
13 Rue Bavastro
Tél : 04 93 55 88 82
le site

Les locaux disent que c’est ici la meilleure, notamment parce qu’on peut vraiment se poser et discuter.

Chez Theresa
28 Rue Droite
Tél : 06 13 53 11 76
le site

J’ai été ici et je l’ai trouvée délicieuse, mais l’accueil très distant et désintéressé. Ils font aussi de la pissaladière et de la trouchia (omelette aux blettes).

Chez René Socca
1, rue Pairolière

Lou Pelandroun 
4 Bd Joseph Garnier

Dans le quartier de la République.

Pizza

That’s Amore 
6 Av. de Pessicart

Type 55
1 Rue de la Préfecture

Comme son nom l’indique, un gros travail est réalisé sur la farine ici.

En dehors

La Table de la Réserve à Beaulieu-sur-Mer
5 Bd du Maréchal Leclerc

La table bistronomique de ce 5 étoiles, ça avait l’air bien, notamment ces ravioli niçois à la sauge en plat du mardi mais c’était complet, il faut réserver au moins la veille.

- Cafés -

Pâtisserie Le Péché Mignon
41, rue Bonaparte

Glacier Fennochio
2, Place Rossetti

- Gastronomie -

La socca

Les petits farcis niçois

La coca-frita, spécialité juive oranaise, que j’ai découverte dans la boulangerie l’Impériale bio Nice à côté de la cathédrale russe Saint-Nicolas.

Bien sûr aussi les tripes, la tarte aux blettes (j’ai mangé les 2 à la Merenda) et plein d’autres trucs.

- Bars -

Bars à vins

La pêche à la vigne
13 Rue Cassini
Tél : 06 24 88 25 04
le site

Ce couple d’italiens a repris la Pêche à la Vigne vers 2018. Elle tenait un bar à vins à Rome, lui avait monté Beppe e suoi formaggi, un restaurant toujours à Rome. Ici ils ont à la fois la cave à vins doublée d’une partie restauration et une fromagerie-épicerie attenante. La partie restauration ne m’a pas tenté, mais en revanche j’ai adoré les vins. Ils ont rencontré absolument tous les producteurs dont ils vendent les vins, y compris ceux de Slovénie, de Hongrie et de République Tchèque. J’ai beaucoup aimé la partie conseil de la jeune femme qui s’occupait du vin et j’ai eu une chouette discussion avec Léo, le patron. Superbe sélection de vins nature et ils organisent régulièrement des évènements intéressants.

Fanfan & Loulou 
5 Rue Lascaris

Nouveau venu dans la galaxie nature, il m’a été conseillé par Apolline de la Pêche à la Vigne.

La Part des Anges
17 Rue Gubernatis

A la fois cave à vins avec plus de 300 références, bistrot le midi et bar à vin, c’est une institution du vin nature à Nice car ce fût le premier de la ville.

Les Beaux Joueurs
1 Rue Vernier

Vin, fromages et charcuterie, conserves et jeux de société. Ce monsieur s’est reconverti à la suite du covid. Ca a l’air tranquille avec un accueil authentique, il est situé juste à côté d’une super petite boucherie que je vous recommande et qui fait aussi des plats cuisinés tels que les tripes à la niçoise.

Le Relais, bar du Negresco
37, promenade des anglais

- Magasins -

Bricolités
14 Rue de Paris

Magasin d’antiquités et de décoration et salon de thé.

- Alimentation -

Marché de la Libération

Le quartier dans lequel je séjournais et que tout le monde affectionne pour son authenticité, le marché est considéré comme le plus populaire des marchés niçois. Tous les stands ne sont pas intéressants, mais j’en ai trouvé deux qui vendent des produits régionaux qui étaient très bien.

Cavistes

Tous les les bars à vins font aussi cavistes, le seul caviste qui n’est pas aussi bar à vin est celui-ci :
La Cave Rembrandt
54 Bd Général Louis Delfino

Bière

La Brasserie Artisanale de Nice
14 Av. Villermont

Pâtisserie

Pâtisserie Le Vanillier 
7 Av. Auber

Boulangerie

Fournil Zielinska 
4-6 Rue Jules Gilly

Pâtes fraîches

Maison Barale 
7 Rue Sainte-Reparate

Traiteur – Epicerie

Le Garde-manger des Agitateurs
34 Rue Bonaparte

21 Paysans
2 Rue Valperga

- Photos -

L’arrivée en avion est superbe.

La plage le 2 janvier

Le vieux port qui se réduit malheureusement comme peau de chagrin, le skipper qui nous a emmené en mer nous a expliqué que la ville privilégiait malheureusement les yachts de luxe au détriment des petits bateaux possédés par les locaux.

Bas-reliefs Art Déco

Le côté Arts Décos du Palais de la Méditerranée

Cette association ne fût pas sans m’évoquer le club de pétanque de la butte Montmartre.

Architecture intéressante dans des registres variés

 

Le côté napolitain de Nice

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Le Bon Plan Restos 2023-2024




Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.



Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

 Paris je t’aime - partenaire officiel 2023