3 jours dans la plus française des grandes villes italiennes, Turin (Italie)


11.01.22 - Guillaume - 716lavie
- Infos Pratiques -

Y aller

Train depuis Paris
le site

Allez-y en train c’est super économique, 68 euros l’aller/retour, mieux pour l’environnement et quasiment aussi rapide que l’avion, parti à 6h44, j’y étais à 12h24 et pour le retour départ à 16h07 et arrivée à 22h15 à Paris. L’arrivée se fait dans la nouvelle gare de Porta Susa, à 10′ à pied du centre.

Sur place

Contrairement à ce qu’on m’a dit, il vaut mieux prendre un ticket pour le transport sur place. La ville est en effet plus étendue qu’on ne croit et sans bus, tramway ou métro, on a vite fait de s’épuiser à faire des aller-retours. Le ticket pour 48h est seulement à 7,50 euros donc on aurait tort de se priver, les 48h démarrent lors du premier compostage.

L’office du tourisme
Piazza Castello, 161
le site

- Le résumé -

Turin, c’est cette grande ville dont je me disais qu’il fallait que je la vois un jour et j’attendais le déclic. Il est venu d’une annonce sncf pour un trajet en promo et effectivement l’aller-retour était à 68 euros. J’ai sauté sur l’occasion et me suis mis à sérieusement m’intéresser à la ville. D’abord, j’ai été étonné par le nombre de français autour de moi ou lecteurs du site qui y avaient été et avaient aimé la ville. Ensuite j’ai aussi été impressionné par tous ceux qui sont venus m’écrire pour me dire qu’ils y allaient prochainement et étaient intéressés par les découvertes que j’y ferai. Cet article est aussi pour eux. Voici ma courte story à la Une sur Instagram à propos de Turin.

Les points forts :

j’avais de Turin l’image d’une ville industrielle, assez grise et froide, proche des montagnes et je n’avais pas idée de la beauté du site
ce que je n’avais pas non plus mesuré, c’est l’immensité des places qu’on retrouve à plusieurs endroits de la ville, ceci étant dû à la présence de la famille royale des Savoie.
le trajet en train depuis Paris était incroyable, pas cher, avec une superbe nature et peu de monde
– tout le monde m’a parlé du musée du cinéma et du musée égyptien mais j’ai sans doute été attiré par d’autres musées : les musées royaux, le musée d’art oriental que je veux absolument voir
enfin on dit de Turin que est une ville chic mais, je ne me suis sauf à une exception pas retrouvé face à une clientèle snob
– la ville n’est pas très touristique, ce qui ajoute au confort de la visite

Voici la carte de tous les lieux que j’ai repérés

 

- Un peu d'histoire -

Turin, c’est un site spectaculaire au pied des montagnes, une ville royale riche de palais opulents, une capitale baroque du nord, politique et culturelle et aussi un art de vivre : les visites de musées et palais royaux sont rythmés par des pauses gourmandes traditionnelles (merenda à l’heure du thé, vermouth à l’heure de l’apéro). Enfin on passe un temps certain à choisir son prochain resto car la ville en est richement garnie et il faut faire le tri, les spécialités sont par ailleurs nombreuses, polenta, saucisse de Bra, sabayon, ravioli, gibier lors de la saison, truffes, vins bien sûr et j’en passe.

Ce lieu de peuplement celtico-ligurien, devenu une cité romaine par la suite, puis victime des invasions barbares, est passé aux mains des Lombards, de Charlemagne et a vu grandir l’influence des Savoy à partir du 10ème siècle.

Au 14ème, elle était un carrefour commercial important. Au15ème, Amadeus VIII de Savoy en fit la principauté du Piémont.

A partir de 1637, Christine Marie de France, connue comme « Madame Royale », devint la princesse régente ce qui donna une identité transalpine à Turin, le mouvement se prolongea avec Marie-Jeanne Baptiste de Savoy Nemours.

Turin devient au début du XVIIIème, 1713, la capitale du royaume de Sardaigne, ce qui amena des constructions imposantes par des architectes de renom, le palais royal et la piazza Castello furent ainsi achevés.

Napoléon y pénétra le 22 juin 1800, fit détruire les portes et remparts et les remplaça par de larges avenues à la parisienne, le français devint langue officielle.

La famille des Savoy fit son retour en 1814 avec Victor Emmanuel I. Victor Emmanuel II (dates) est en partie à l’origine du Risorgimento et de nombreux exilés politique trouvèrent refuge à Turin, accentuant ainsi la dimension multiculturelle et vibrionnante de la ville.

Elle fût brièvement la 1ère capitale d’Italie de 1861 à 1865 avant de devoir, non sans résistance mais qui fût réprimée dans le sang, laisser sa place à Florence.

Elle se concentra alors sur le développement de son industrie qui devait contribuer à la santé économique nationale, Fiat vit le jour en 1898.

Au début du XXème, elle devint une des capitales industrielles mondiales.

Durant la 2nde guerre mondiale, Turin a été la 1ère ville italienne à être bombardée en raison de son industrialisation.

L’industrie a repris de plus belle après-guerre, Fiat notamment qui attira une forte main d’oeuvre en provenance des régions pauvres du sud de l’Italie, mais cet afflux de population amena une urbanisation assez chaotique.

La crise des années 80 qui a notamment affecté Fiat a marqué un tournant dans la ville avec la fermeture de lieux aussi emblématiques que le Lingotto.

La ville a ainsi dû repenser ses modèles de développement, elle a accueilli les jeux olympiques d’hiver en 2006, a vu l’arrivée de la nouvelle gare de Porta Susa et se positionne à la fois comme une ville d’histoire, de saveur vivre mais aussi totalement dans son époque et prête à continuer de se réinventer.

- Hôtels -

J’avais initialement prévu d’aller dans un airbnb et finalement j’ai été invité par l’office du tourisme au Best Western.

Airbnb I Reali Bed and Breakfast
le site

J’avais repéré cet airbnb et finalement j’ai été invité par l’office du tourisme dans le Best Western ci-dessous. L’airbnb était bien localisé et d’un bon rapport qualité-prix et j’ai d’ailleurs trouvé que l’offre globale d’airbnb à Turin était intéressante.

Best western Piemontese
Via Claudio Luigi Berthollet, 21
le site

J’avais un peu peur au départ en voyant la note de 3,9 sur google. Finalement l’hôtel est très bien situé, proche du centre et dans un quartier intéressant et ma chambre au dernier étage côté cour était très calme et spacieuse. Le petit-déjeuner est sommaire.

- Evènements -

Le Gran Balon

Le deuxième dimanche du mois se tient un marché d’antiquités dans le quartier de Porta Palazzo.

Movement festival en hiver et Futur Festival au printemps
le site de Movement
le site du Futur Festival

Les 2 festivals de musique électronique sont gérés par la même organisation et sont des gros marqueurs de la vie turinoise.

 

- Lieux -

La dynastie des Savoie s’entoura d’un système de 21 résidences royales, construites entre le XVI et le XVII, dans le but de créer architecturalement une couronne des délices tout autour de la ville, classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1997. Ces demeurent se visitent désormais.

Le Palais Royal était le centre de la Cour et du pouvoir politique, par ailleurs destiné à montrer par sa magnificience la puissance des Savoie.

L’armurerie royale dispose d’une des plus importantes collections d’armes en Europe.

La bibliothèque royale où se trouve le célèbre autoportrait de Léonard de Vinci.

Dans le palazzo Madama se trouve le musée municipal d’art antique.

Le Palazzo Carignano se distingue par son architecture baroque particulière : façade curviligne en briques et hall à double escalier. L’architecte Guarini qui le conçut en 1679 s’inspira des plans du Louvre de Bernin. On lui ajouta un bâtiment au XIXè afin d’y accueillir le 1er parlement italien et depuis 1878, se trouve au 1er étage le musée du Risorgimento.

Musei Reali
le site

Bizarrement on ne m’avait pas parlé des musées royaux qui comprennent précisément plusieurs des bâtiments que je viens de citer. Le jour de mon arrivée alors que je me promenais dans le centre en attendant d’aller découvrir l’Extra Vermouth (voir la partie “Gastronomie”), j’ai choisi d’entrer dans le palais royal bien qu’il ferme une heure après. Quelle claque. Une fois à l’intérieur, j’ai compris qu’il y avait de nombreux musées dans ce seul bâtiment ainsi que d’autres dans d’autres palais :  les Salles Chiablese (demeure de Paolina Bonaparte et maison de naissance de Margherita, la première Reine d’Italie), la Gallerie Sabauda, l’Armurerie Royale, la Bibliothèque Royale, le Musée Archéologique, le Musée des Antiquités et la Chapelle du Saint-Suaire.

 

Palazzo Reale
Piazzetta Reale, 1

Une fois entrée, voici la cage d’escalier qui vous attend, même en France, je n’ai pas de souvenir d’avoir vu de plafond aussi haut.

L’armurerie

Je ne suis pas fan des collections d’armes généralement, au bout du millième fusil je me lasse, mais ici, rien à voir, il s’agit d’une galerie immense, richement décorée avec des cavaliers et fantassins plus vrais que nature.

Il y avait aussi ça et là, dans la cour et à l’intérieur du musée, des créations de Fabio Viale, un sculpteur contemporain de marbre qui habillait des statues classiques de tatouages.

La marqueterie est impressionnante.

Puis je suis tombé sur chapelle du Saint-Suaire, chapelle baroque construite à la fin du XVII siècle considérée comme le chef-d’œuvre de Camillo-Guarino Guarini. Elle est enfin rouverte après une longue restauration, en 1997 un incendie l’avait considérablement endommagée.

Un tour au musée des Antiquités, j’ai beaucoup aimé cette statua d’Ora, ce personnage dans un manteau avec un lapin et des oiseaux à la main représente l’hiver dans la Rome antique.

Musée égyptien
Via Accademia delle Scienze, 6
le site

C’est sûr, c’est le plus grand du monde après Le Caire, il faut réserver en avance. J’en attendais beaucoup et peut-être était-ce à cause de la fatigue ou du monde malgré ces temps de Covid, je me suis senti perdu face à autant d’informations : j’ai alors décidé de demander à une surveillante la salle qu’elle préférait, elle m’a dit le 1er étage, j’y ai filé, il est plus tranquille en plus car le musée ne commence pas ici, je vous conseille aussi la salle des rois avec les nombreux sphynx. Mais au fait pourquoi un musée égyptien à Turin? Je vous laisse lire la réponse ci-dessous.

Musée du cinéma Mole Antonelliana
Via Montebello, 20
le site

On va être franc, j’ai été un peu déçu par le musée du cinéma de Turin, que je trouve un trop chargé, trop bruyant, avec du son et des images partout qui se juxtaposent, on n’arrive pas à se concentrer. Il y a par ailleurs des choses sans intérêt selon moi comme cette immense salle avec des transats sur lesquels on peut se reposer, jusqu’ici tout va bien, sauf que c’est pour voir des photo-calls diffusés sur deux écrans géants montrant de star arrivant dans les festivals de cinéma et prenant la pose devant les photographes. En plus je suis cinéphile et particulièrement fan de cinéma italien des années 60-70 (comme beaucoup d’entre vous) donc j’aurais beaucoup aimé pouvoir me plonger dans l’intimité des vies ou des carrières de Gassman, Sordi, Risi, malheureusement les panneaux qui leur étaient consacrés évoquaient leur importance culturelle et politique de manière intéressante mais beaucoup trop sommaire et le tout noyé dans un bruit environnant assommant, à mon avis le musée gagnerait à avoir des salles beaucoup plus intimistes dans lequel on peut véritablement rentrer derrière l’écran si j’ose dire. Ce Qui m’a le plus marqué reste le bâtiment lui-même, somptueux, il était inoccupé jusque dans les années 2000, date à laquelle un collectionneur de cinéma a légué sa collection. Le lien des deux a permis l’ouverture du musée, autrement il n’y a pas de lien particulier entre la ville du terrain et le cinéma.
Il y a bien d’autres musées intéressants et plus intimistes que je recommanderai dans l’article. Lisez l’histoire du Mole sur le net, trop folle pour être rapidement retranscrite ici.

Musée d’art oriental
Via San Domenico, 11
le site

J’aurais beaucoup aimé y aller pour voir l’exposition sur les kakemono qui se terminera en avril 2022, mais j’ai manqué de temps.

Parco del Valentino

Le grand parc de la ville que m’avait conseillé une locale, j’ai beaucoup aimé y marcher.

Palazzo Madama – Musée d’art antique
Piazza Castello, 10
le site

Musée de l’automobile
Corso Unità d’Italia, 40
le site

Sympa mais cela ne vaut peut-être la peine que si vous restez une semaine

Galerie Sabauda 
P.za Reale, 1
le site

Palazzo Nervi, già Palazzo del Lavoro 
Via Ventimiglia, 221

Le lieu est dans un état d’abandon qui fait mal aux coeurs mais il est d’une grande richesse patrimoniale

Quartier du Lingotto
le site de Fiat qui gère le lieu
le site de la pinacothèque Agnelli

C’est dans le quartier du Lingotto accessible facilement par métro qu’on trouve l’ancienne usine automobile de Fiat, devenue le Centro Congressi Lingotto après des travaux de rénovation menés par l’architecte Renzo Piano. Le bâtiment abrite l’auditorium Giovanni Agnelli, la pinacothèque Agnelli, un showroom avec des Fiat historiques et un jardin sur le toit qui était en travaux lors de ma visite mais qui est le plus grand jardin suspendu d’Europe. J’ai beaucoup apprécié la boutique de la pinacothèque très richement fournie en livres mais aussi objets de design collector, j’y ainsi trouvé une superbe cafetière Alessi dessinée par le designer Alessandro Mendini. Le musée national de l’Automobile expose, entre autres, des modèles de Ferrari et de Mini, mais je n’ai pu y aller. On ne manquera évidemment pas la vue sur l’ancienne piste sur le toit destinée à essayer les voitures tout juste sorties de production.

Le musée d’art contemporain
Piazzale Mafalda di Savoia, 10098 Rivoli
le site

J’aurais aimé y aller mais j’ai manqué de temps car il est situé à l’extérieur de la ville à l’ouest. Il semble mériter une visite et il y a par ailleurs un restaurant digne d’intérêt.

OGR – Officine Grandi Riparazioni
Corso Castelfidardo, 22
le site

Ces anciens hangars servant autrefois à réparer les trains sont devenus un lieu de concerts et d’expositions.

Musée d’Anthropologie criminelle Cesare Lombroso
Via Pietro Giuria, 15
le site

Celui-là est un peu plus difficile d’accès si on ne parle pas italien mais il présente aussi bien des collections anthropomorphiques de criminels que des travaux artistiques réalisés par des détenus.

- Restaurants -

Restaurants piémontais

Osteria Antiche Sere
Via Cenischia, 9

J’en attendais beaucoup et ça a effectivement été le meilleur de mes 3 repas, que ce soit dans l’assiette ou question service.

Lire ma chronique

Cantinone San Paolo
Via Vigone, 24

J’ai cherché un resto ouvert le dimanche midi puisque mon train arrivait à 12h25 en ville et que parti à 6h24, je savais que j’aurai une grosse dalle. La compagnie de tramway organise des gastrotrams, des déjeuners, dîners ou apéros dans un tram dédié, le dernier de la saison partait à 13h et c’était un gastro à 55€, ça me disait mais en cas de retard, impossible qu’on m’attende ni qu’on me rembourse.
Je l’ai joué sûr en cherchant un resto, je voulais un truc tradi de bon aloi où je me sente bien. Y avait une adresse que je n’avais vue citée que dans deux endroits (cet article et celui-ci), qui était validée comme un spot local dans un café à l’ancienne qui aurait été repris y a qq années. Je réserve.
J’arrive de la gare et tombe sur l’adresse dans un quartier où il n’y a effectivement rien d’autre, en tout cas rien d’ouvert en ce dimanche.
C’est plein de familles et de potes, quasi-complet, ma table m’attend. Je sais que je vais pas manger de la merde, ce seront des plats tradis cuisinés strictement pour les locaux (aucun article international sur ici).
Il y a le patron qui n’est pas antipathique mais pas chaleureux non plus, disons que c’est pas tous les jours qu’un français réserve 10 jours avant pour écrire sur le lieu, je demande pas d’égards mais juste une reconnaissance à la cool sur l’intérêt que je porte au lieu serait bienvenu. Heureusement y a cette dame super sympa qui bosse derrière le bar et un peu en salle qui me prend en charge et là c’est à la bonne franquette. Je vois des tripes à la tomate, je craque, elle me confirme que c’est un plat piémontais ultra tyique. Ensuite elle me conseille la crème de châtaignes à la saucisse de Bra cuite au vin : c’est donc ça ce plat que j’avais vu sur leurs photos et qui m’évoquait des étrons. Le dressage est effectivement étrange, mes contacts piémontais n’avaient d’ailleurs jamais entendu parler de ce plat, mais qu’est-ce que c’est bon. Le seul souci ce fût le vin, toutes les osterie proposent du Barbera au pichet et bon c’est le gros rouge qui tâche. Le gars ne m’a pas dit au revoir quand je suis parti, pas grave 26 euros, bien mangé au milieu de locaux.

Osteria le Ramine
Via Isonzo, 64
le site

Paraît bon mais bruyant.

Gousto 
Piazza della Repubblica, 4

Je le décrirai comme une osteria contemporaine.

Le Putrelle 
Via Valperga Caluso, 11

Scannabue
Largo Saluzzo, 25/h

Scannabue est l’option classique pour la cuisine piémontaise (Michelin, Guide du Routard), prisé des locaux et touristes. J’ai lu et eu confirmation de locaux que le service est peu chaleureux les jours d’affluence tels que le week-end, donc j’ai choisi de faire l’impasse.

Il Consorzio
Via Monte di Pietà, 23
le site

Tout le monde m’en avait parlé comme LE restaurant de Turin, spécialisé dans les abats et avec une grosse carte de vins nature. Ce fût un loupé de A à Z, entre ma résa prise par email trois semaines et oubliée le jour J, on me dit le matin même alors que j’appelais pour confirmer “vous devez venir à midi ou à 14h” : quand vous avez réservé longtemps en avance en précisant que vous veniez aussi écrire un article, ce n’est jamais agréable. Finalement on me dit qu’on va s’arranger, qu’on me trouvera une table. Lorsque j’arrive, le service le paraît peu détendu, je les sens tous très occupés, ils passent par ailleurs beaucoup de temps à répondre au téléphone en plein service. Je ne m’étendrai pas, sachant que je ne suis pas à l’aise avec les chroniques négatives, ma joue de veau était divine à 16 euros, mais la polenta d’abord servie tiède-froide me fût changée et ensuite servie bien chaude mais en portion congrue. Alors oui j’ai bu de très bons vins au verre,  c’est ce qui m’a paru le point fort du lieu ce jour-ci (sachant que je n’ai goûté qu’un plat et trois fromages), ils m’ont servi une sélection de fromages, leurs meilleurs m’a-t-il dit, 3 pour 9 euros, pas très cher, les fromages étaient certainement de qualité mais ne m’ont pas forcément conquis. Personnellement quelqu’en soit la qualité gastronomique, cela ne fait pas partie des ambiances que je recherche.


L’Acino
Via San Domenico, 2/A

Resto piémontais plutôt branché avec une sélection de vins qui semble intéressante.

Da Mauro
Via Maria Vittoria, 21

Un resto historique de Turin, avec une équipe à l’ancienne, ça donne envie d’y aller.

Piole

Les piole sont les endroits dans lesquels on jouait traditionnellement de la pétanque et qui sont devenus des lieux de restauration simple et traditionnelle : 1 seul menu, 1 seul vin.

Madama Piola
Via Ormea, 6bis

La Piòla d’le 2 Sorele
Strada del Pascolo, 61
le site

Trattoria Bar Coco’s
Via Bernardino Galliari, 28

Ca, je l’aurais bien testée, ça a l’air roots de chez roots, pas cher avec des secondi piatti à moins de 10 euros, fréquenté par les locaux donc.

Spots de pâtes

Pastificio Baretti Di Ugazio Giovanni Paolo Torino
Via Giuseppe Baretti, 18E

J’ai trouvé ce plan dans cette sélection turinoise de Zélikha Dinga et il a l’air bien cool : un mini-resto avec seulement des pâtes fraîches.

Pastificio Defilippis
Via Giuseppe Luigi Lagrange, 39

Celui-là je le mets, mais je ne sais pas trop quoi en penser, c’est le genre d’institutions un poil chère fréquentée aussi bien par les locaux que les touristes du monde entier puisqu’on y sert des pâtes maison dans un cadre classieux/old school. Personnellement, je préfère chercher les spots plus cachés.

Cuisine étrangère, sélection de Monsu Barachin

J’ai découvert le blog gastronomique turinois Monsu Barachin animé par le food blogger turinois Giorgio Pugnetti et lui ai demandé une sélection de restaurants, il m’a proposé une sélection de de cuisine étrangère. Parmi eux, plusieurs options chinoises dont la plus en vogue Oh Crispa qui m’avait été conseillée par Coco_des_bois et que je n’ai pas essayé. Je suis tombé sur cette vidéo de la patronne et j’avoue que je me suis senti très moyennement concerné par ce genre de story telling, pour ne pas dire plus, mais Giorgio de Monsu Baracin m’a dit : “Tina is a character here in Turin and you love her or not, but food is definitely delicious ❤️”.

Oh Crispa 
Via Belfiore, 16bis/D
Lire l’article

La Terra Santa
Via Vincenzo Monti, 11/bis E
Lire l’article

Noodles store
Corso Trapani, 139, C
Lire l’article

AlpiEmpanadas 
Corso Peschiera, 198/b
Lire l’article

Namaste India
Corso Monte Cucco, 26b
Lire l’article

Mu Bao
Via Accademia delle Scienze, 2e
Lire l’article

Cuisine étrangère, ceux que j’ai repérés

Chuan Xiang Ju 
Via S. Massimo, 3

Je suis passé devant en allant au musée du cinéma et j’ai été interpellé par ce « trou dans le mur » comme disent les anglo-saxons, dans lequel des étudiants chinois mangeaient pendant que d’autres entraient, il y avait aussi des étudiants non chinois. J’aime ce genre d’adresses économiques qui parviennent à convaincre leur communauté d’origine. J’ai discuté avec le jeune patron qui m’a dit que son père était chef avec un haut niveau certifié, en effet je lui demandais comment il arrivait à proposer des plats issus de 5 cuisines régionales différentes. Alors tant qu’on n’a pas testé, on ne sait jamais mais j’ai eu envie de faire la lumière sur lui, son resto et le sujet. Je vois de plus en plus de restos chinois dans le nord de l’Italie qui s’adressent à une clientèle chinoise et italienne à la fois.

Sandwiches

Mollica
Il y en a 2 :
Piazza Madama Cristina
Via Gioacchino Rossini
le site

C’est une lectrice de 716 qui me l’a conseillé, j’y ai acheté un bon gros sandwich parfait pour le trajet en train du retour. Leur point fort est de proposer des produits locaux de qualité (photos et infos sur les producteurs affichés aux murs), en plus service adorable. J’ai été à celui de Piazza Cristina, la jeune femme à la caisse m’a expliqué que celui via Rossini était en travaux avant de rouvrir en beaucoup plus grand.

2 autres bons plans sandwiches recommandés par la même lectrice de 716 que pour Mollica : All improviso et Academia d’el panino

All improviso
Via degli Artisti, 20G
Via Belfiore, 9
le site

Accademia d’el panino
Via Sant’Ottavio, 27/A
le site

Crostone
Via Giovanni Amendola, 10 / c, 10121 Torino TO, Italie
le site

Un bon plan sandwich conseillé, lui, par un lecteur italien de 716, j’y ai rencontré par hasard le patron qui est un ami du lecteur. Ils font des sandwichs à la saucisse crue de Bra, spécialité de saucisse de veau issue du village de Bra aux environs de Turin, étalée sur du pain croustillant (crostone). Alors on m’a dit que la bruschetta n’est pas une spécialité turinoise, soit, mais la saucisse de Bra l’est et le sandwich est une réussite. Parfait quand on veut manger léger entre deux repas turinois consistants.

 

Piadineria Brûlé
Via Carlo Alberto, 18 bis/D

Collé à Crostone, il y avait ce lieu devant lequel une file d’attente impressionnante se dressait. Cela ne payait pas de mine mais en voyant le monde, je me suis dit qu’il devait y avoir un truc, c’est totalement validé par les locaux qui veulent manger sur le pouce pour pas cher, mais j’avais déjà prévu d’aller à Crostone.

La Gofreria Piemontèisa
Via S. Tommaso, 7

Pour le coup et pour répondre à la détractrice des crostone, il s’agit ici d’une recette typiquement piémontaise remise au goût du jour: les gaufres hébergent une garniture salée et font office de sandwiches.

 

Chic

Il y a beaucoup de restos à la déco chic-branchouille un peu snob.

Luogo Divino et Razzo m’ont tous deux été conseillés par la jeune femme de l’Enoteca Botz pour la qualité de leurs vins.

Luogo Divino
Via S. Massimo, 13
le site

Razzo
Via Andrea Doria, 17/F
le site

Tuorlo Vino e Cucina
Via Sant’Agostino, 15B
le site

Solferino
Piazza Solferino, 3/B
le site

Al gatto nero
Corso Filippo Turati, 14
le site

Ristò Civassa
Via Martiniana, 14
le site

Fruits de mer

Magazzino 52 
Via Giovanni Giolitti, 52/A
le site

Menu très petit, restreint mais très bien fait. Grande carte des vins ici aussi

La Limonaia 
Via Mario Ponzio, 10
le site

Pescheria Gallina
Piazza della Repubblica, 14b
le site

Poissonnerie avec possibilité de manger sur place

Ristorante Condividere
Via Bologna, 20

Très cher mais a l’air très bon

Pizzeria

Les pizze ne sont pas la spécialité de la ville mais bon :

Tellia 
Via S. Tommaso, 27 c
le site

Pizza al taglio

Berberè Binaria 
Via Sestriere, 34
le site

Les pizze ont l’air bonnes mais le cadre froid

Il Taglio – La Pizza Per Fetta 
Largo IV Marzo, 17/C
le site

Pizza al taglio

Sestogusto
Via Giuseppe Mazzini, 31, A
le site

Pizza gourmande avec une certaine recherche, il faut réserver à l’avance

- Cafés -

Cafés

The Tea
Via Corte d’Appello, 2
le site

J’avais choisi cette boutique pour déguster le Merenda Reale (voir la partie “Gastronomie” plus bas) car elle m’avait semblé authentique et je ne m’y suis pas trompé. En revanche ils vendent des produits mais ne font de la dégustation qu’exceptionnellement pour le Merenda Reale. Ils ont une très belle sélection de thés et c’est l’occasion de découvrir aussi la culture turinoise du thé, il n’y a pas que le chocolat ou le café.

Caffe del Bicerin
Piazza della Consolata, 5
le site

Bien sûr, ce n’est pas un bon plan en soit parce que c’est connu et prisé des touristes mais il faut goûter le café Bicerin (café/chocolat/crème) au café du même nom même si ce n’est pas donné, on le goûte une fois et on sait ce que c’est (voir le Bicerin dans la partie “Gastronomie” plus bas).

 

2 autres cafés historiques : 

Caffè Baratti & Milano
P.za Castello, 27

Farmacia Del Cambio
Piazza Carignano, 2

Un café contemporain :

Orso Laboratorio del Caffè
Via Claudio Luigi Berthollet, 30h

Un café de quartier prisé des locaux et avec semble-t-il de la bonne cuisine :

Bistrot Torrefazione Samambaia
Via Madama Cristina, 20/C

Pâtisseries

Pasticceria Beatrice
Corso Bramante 71

Pasticceria Gustavo Pfatisch
Via Sacchi, 42

Il n’ y a pas seulement de la pâtisserie, ils ont aussi des produits uniques comme des gâteaux historiques et au sous-sol des ustensiles du 19è siècle pour la production du chocolat.

Noberasco 1908 Torino 
Via Antonio Gramsci, 12

Boutique de bonbons.

Galup
Via Andrea Doria, 7

Pour le panettone de Turin.

Glaciers

En gros les fans de glace se disputent entre Marchetti et Mara dei Boschi. Un italien n’étant pas de Turin m’avait dit “Mara dei Boschi”, ensuite une turinoise m’a dit qu’elle en avait marre qu’on recommande tout le temps Mara dei Boschi très à la mode alors que selon elle Alberto Marchetto était mieux. J’ai appris ensuite par une lectrice que Marchetti avait été citée dans l’émission Très Très Bon.

Alberto Marchetti
Corso Vittorio Emanuele II, 24 b

Il y en plusieurs en ville.

Mara dei Boschi
Via Claudio Luigi Berthollet, 30
le site

Il y en a 2 autres dans la ville.

Piu diu un gelato
Galleria Subalpina, 32
le site

- Gastronomie -

Gianduiotti

Ce sont les célèbres bonbons de chocolats turinois, à base gianduja, une pâte de noisette et de cacao, les plus fameux sont à la boutique Guido Gobino.

Agnolotti piemontesi

Ce sont les ravioli du Piémont, farcis avec de la viande rôtie et dans la recette traditionnelle, ils sont servis avec une sauce de viande rôtie justement (comme ce fût le cas pour moi à l’osteria Antiche Sere), ne repartez pas avant de les avoir goûtés au moins une fois dans un resto turinois.

Vermouth

Vermuth vient de wermut en allemand, l’absinthe. Ce vin aux épices auquel on ajoute de l’alcool et du sucre a eu autrefois un usage strictement médicinal en Allemagne avant de devenir aussi une boisson récréative en Italie, à Turin particulièrement : c’est pour ça qu’on dit que c’est ici que le vermouth a été créé.

Pendant longtemps, la seule chose qui a permis au vermouth de continuer à être connu, c’est son utilisation dans le Negroni. Il est aujourd’hui réhabilité en tant que tel, des distilleries locales de qualité le produisent et il devient commun de le boire seul.

L’office du tourisme de Turin a créé un produit très cool appelé « Extra Vermouth » disponible chez les lieux partenaires : pour 18 euros par personne, vous avez droit à 3 vermouth purs ou un vermouth pur et un cocktail, le tout accompagné de
4 cibe (petites assiettes dégustatives) et un dessert.
J’ai été découvrir l’offre à Scalo, un lieu assez branché connu pour les pizzas et le brunch avec djs, qui n’était pas mon choix premier, mais qui avait l’avantage d’avoir une vraie cuisine et d’être affilié à la distillerie traditionnelle Quaglia, si bien que 2 des 4 vermouths sont issus de celle-ci.
Les plats salés étaient très bons et se mariaient bien à chacun des vermouth puisque Simone qu’on voit sur la vidéo a travaillé le vermouth-pairing :
– tartare de Bra (le veau de cette ville proche de Turin est réputé), parmesan
– huîtres, purée de courges, riz venere
– capunet : feuille de chou farcie à la piémontaise
– le dessert, un gâteau aux pommes et au chocolat, ne m’a pas convaincu en revanche.

De manière générale, j’ai trouvé que les deux produits récemment élaborés par Turismo Torino, le Merenda Reale et l’Extra Vermouth, sont bien pensés, authentiques et pas trop chers. Et si je le dis, c’est que je le pense. Comme ils sont nouveaux, n’hésitez pas à me faire part de vos retours lorsque vous les essaierez.

Merenda Reale

A la boutique de thés et cafés historique The Tea (voir “Cafés” plus haut), on peut profiter du Merenda Reale, un produit gastronomique élaboré par l’office du tourisme de Turin et vendu 10 ou 12 euros dans les cafés partenaires. En fait la merenda en italien, c’est l’heure du thé, l’équivalent de l’afternoon tea en Angleterre. A Turin, puisqu’il s’agissait d’une ville royale, on parle de merenda reale car la dégustation découle des traditions à l’époque de la cour.

Au XIXème siècle, le sucre, le chocolat et le café, autrefois réservés à la cour deviennent accessibles à tous et lorsque les femmes deviennent enfin autorisées à entrer dans les établissements réservés au public, c’est le début de la grande époque des cafés.

A The Tea, on sert le chocolat chaud de la façon historique c-a-d avec de l’eau et non du lait. Comme en France, le chocolat est né ici dans la cour alors que le Bicerin (chocolat-café-crème) a vu le jour dans les cafés historiques.
A The Tea on propose aussi le thé punch : en 1850, Giovanni Vialardi, le chef de la cour, alors tout juste à la retraite, a couché ses recettes par écrit, la dernière partie du livre était consacrée au thé avec cette recette qui mélange thé et agrumes (peaux de citrons et oranges) d’où le nom de thé punch. Il y avait une version avec un peu d’alcool mais là, on le déguste sans. On accompagne chocolat et thé punch tout ça de bagnati, ces petits biscuits qu’on trempe dans ces boissons chaudes.

 

Truffe

A Alba, au sud de Turin, on trouve notamment la fameuse truffe blanche. Plusieurs restaurants de la ville proposent des menus “truffe” dont le prix avoisine parfois les 200 euros. En en parlant avec des locaux, ils m’ont dit que pour eux la truffe était un produit régional qu’on trouvait soi-même ou qu’on pouvait à tout le moins acheter à un prix raisonnable en dehors de la ville et qu’ils se sentaient étrangers à ce type de menus conçus pour des touristes qui n’ont pas le loisir d’en manger.

Bicerin

Ce fameux café avec du chocolat et de la crème fleurette inventé par le café éponyme (voir Café Bicerin dans la partie Cafés) est aussi proposé dans d’autres cafés.

- Bars -

Bars à vins

Enoteca Botz
Via Santa Giulia, 48/A

C’est le plus vieux bar à vins nature de Turin, ils s’apprêtaient à fêter leurs 7 ans d’existence en décembre 2021. J’y ai bu du bon vin, autour de 4,5 euros le verre. L’ambiance est plutôt décontractée, c’est pas le vin nature branchouille, plutôt celui bonne franquette.

 

Orma Vini
Via Sant’Ottavio, 52/D

C’est le dernier né des bars à vins nature, il m’a même été recommandé par une fille d’Enoteca Botz qui m’a expliqué qu’ils bossaient dans le même esprit.

Caffè e Vini – Emilio Ranzini
Via Porta Palatina, 9/g

Enoteca La Cantinetta
Via Buenos Aires, 73

Libreria Bardotto
Via Giovanni Giolitti, 18a

Librairie avec café et bar à vins

Enoteca La Guendalina
Via Massena, 28/A

Elle m’a eu l’air un peu sophistiquée

- Magasins -

Vêtements

Bucalo 
Via Giovanni Botero, 18
le site

Magasin de vêtements classiques italiens, notamment des pulls en cachemire à 60 euros, on trouve des boutiques dans plusieurs villes du pays.

Skateboarding’s Finest 
Via S. Massimo, 5 bis

Magasin de skate qui a l’air sérieux.

Librairie

2 librairies anciennes :

Libreria Antiquaria La Casa Del Libro 1926 
Galleria Subalpina, 24

Galleria Gilibert
Galleria Subalpina, 17/19

- Musique -

Disquaires vinyls

Gravity Records 
Via Luigi Tarino, 7
le site

Back Door 
Via Pier Dionigi Pinelli, 45/A
le site

Les Yper Sound
Via Gioacchino Rossini, 14

- Alimentation -

Marchés

Marché de Porta Palazzo
Immense marché, le plus grand d’Europe, j’y ai été le lundi mais plusieurs marchés dont celui aux poissons sont fermés ce jour-là. Je vous conseille ce très bon reportage d’Arte sur le marché autrement.

Mercato Centrale Torino 
Piazza della Repubblica 25

C’est le nouveau marché couvert ouvert en 2019, en face de celui de Porta Palazzo, je ne me suis pas senti concerné, c’est l’ambiance food court à la mode, pas celle de petits commerçants, c’est d’ailleurs l’avis de certains locaux dans ce sujet de France 3.

Vin

Rossorubino Enoteca | Enotavola
Via Madama Cristina, 21

Enoteca Botz
Via Santa Giulia, 48/A

L’enoteca Botz fût le premier bar à vin nature créé en 2014. L’ambiance est nature à la bonne franquette, table en bois un peu cracra, on n’est pas dans le bar clinique, très sympa en ce dimanche soir, du monde qui picole du bon vin tout en rigolant et papotant entre amis, les conseils de pifs étaient par ailleurs bons.

Enoteca La Guendalina
Via Massena, 28/A

Orma Vini
Via Sant’Ottavio, 52/D

Torino Wine And Spirits
Via Giuseppe Mazzini, 33

Pour trouver le vermouth de Quaglia

Chocolats

Guido Gobino
Via Giuseppe Luigi Lagrange, 1

J’y ai acheté un sachet de 250g de gianduiotti pour 13 euros le (voir la partie “Gastronomie”).

Guido Castagna
Via Maria Vittoria, 27 C

Pâtisserie

Guido Castagna
Via Maria Vittoria, 27 C

Pour les pralines

Boulangerie

Boulangerie Perino Vesco 
Via Cavour, 10

Pour les gressins mais aussi les focaccia, pizza, une boulangerie-café dans laquelle on peut aussi manger.

Fromagerie

Latteria Bera 
Via S. Tommaso, 13
le site

Excellent plan qui m’avait été conseillé par une dame de l’office du tourisme. Cette boutique est discrète car située un peu en retrait de la rue. On y trouve quantité de produits salés et sucrés mais c’est la partie fromage qui m’intéressait. La dame a pris le temps de me faire une belle sélection de fromages de saison (voir la vidéo), notamment d’alpages et de me les faire goûter. Les prix étaient raisonnables, autour de 30-40 euros le kilo. J’ai rapporté du brusch, tomme de lait de vache sans présure, du plaisentif (dit fromage aux violettes), là aussi une tomme au lait de vache cru et un cappello del mago, une tomme au lait de chèvre, 14 euros les 3 morceaux.

Boucherie – Charcuterie

Agrisalumeria Luiset 
Via Principe Amedeo, 20 E

Ca, c’est un super plan car cette charcuterie vend directement les produits issus des cochons qu’elle élève dans sa ferme, très bons produits pour pas très chers, en vous rendant vers la gare sur le chemin du retour. Elle n’est d’ailleurs pas loin de la fromagerie Latteria Bera ci-dessus.

- Photos -

Les places

Les places royales

Les montagnes

Je n’avais pas non plus compris l’emplacement et la beauté du site où se trouve Turin, on aperçoit les montagnes de certains coins de rues mais particulièrement depuis la terrasse panoramique du musée du cinéma ou de celle du Lingotto.

Vue du musée du cinéma

Vue du Lingotto

Le palazzo Carignano

La gare

Architecture moderne

Portes

Le cinéma Lux

La chambre de commerce de Turin

Turin, un soir de novembre

 

 

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Commentaires (4)
    13.01.22 - 9 h 00 min - Jérôme

    Merci pour cet article ! Une petite correction à faire dans l’introduction : plutôt que “quasiment aussi rapide que le train”, tu veux probablement dire “quasiment aussi rapide que l’avion”, non ?

      13.01.22 - 9 h 52 min - Guillaume - 716lavie

      Merci Jérôme, tu as bien sûr raison et dire que j’avais vu l’erreur et étais persuadé de l’avoir corrigée.

      14.01.22 - 10 h 26 min - Lahaye martine

      Merci Guillaume de cet article que je vais garder précieusement car j,ai très envie de connaître Turin et tu nous donnes vraiment toutes les bonnes indications👍

      14.01.22 - 14 h 42 min - Guillaume - 716lavie

      Merci Martine, je suis ravi, rien ne peut me faire plus plaisir que de savoir que mes bons plans servent.




Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.



Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

 Paris je t’aime - partenaire officiel 2022