Grégoire Thonnat (Petite histoire du ticket de metro parisien)


14.04.14 - Guillaume - 716lavie

Grégoire Thonnat est un passionné du métro parisien et lui a consacré un livre rafraîchissant “Petite histoire du ticket de métro parisien “.

 

 

1) Comment t’est venue cette passion pour le métro ?
J’ai grandi à Paris, comme beaucoup de petits garçons j’aimais les trains et j’aimais regarder passer devant chez moi les rames de métro ( j’habitais devant le métro aérien). De plus, j’ai eu assez jeune la passion de l’histoire transmise par mon grand père paternel (qui était né le 19 juillet 1900 date de l’inauguration du métro !). Pour aller en classe de 6 ème il a fallut que je prenne le métro et mon père m’a alors acheté mon premier coupon de carte orange. Cette carte orange m’a permis les mercredis et les week-end de me déplacer et découvrir Paris le plus simplement du monde. Ce ticket orange à donc été mon premier sésame pour la liberté.

2) Quels sont les trucs les plus fous que tu as pu faire grâce à ta passion ?
Il y a de nombreuses années, j’ai eu l’occasion de pouvoir accompagner un ingénieur de la RATP faire une visite des chantiers d’entretiens qui ont lieu lors de l’interruption du traffic ( entre 1 heure et 5 heures du matin). Lors de cette visite j’ai découvert une partie inconnu du public que sont ces chantiers d’entretien qui se déroulent toutes l’année et qui font que le métro ne s’arrête jamais. (Pour l’anecdote depuis son inauguration en 1900 le métro n’a été interrompu que 2 fois : lors de la crue de 1910 et lors de la libération de Paris en août 1944).
Lors de cette visite j’avais assisté notamment à la pose d’un aiguillage dans un tunnel. C’est une opération techniquement complexe à la fois lourde et précise : il ne faut pas qu’il y ait le moindre bug au moment de la reprise du trafic et on comprend pourquoi. C’est un spectacle très impressionnant. l’aiguillage a été fabriqué préalablement dans un atelier spécialisé et monté en réel pour y être testé. Une fois que les tests sont bons à l’atelier on numérote toutes les pièces avec les mesures précises de chaque élément. De cette manière une fois sur le réseau on le remonte comme un puzzle, mais un puzzle géant avec des dizaines de personnes qui en moins de 5 heures s’activent pour que l’aiguillage fonctionne parfaitement à la reprise du service.

Par ailleurs, lorsque j’ai écrit mon livre sur l’histoire du ticket de métro, j’ai interviewé de nombreuses personnalités à qui j’ai demandé de me raconter un souvenir personnel qui les avait marqué lors d’un trajet dans le métro. J’ai donc pu rencontrer et échanger avec des personnalités aussi diverse que Michèle Morgan, Hélène Duc, André Manoukian, Basile de Coke, Jane Birkin, Michou, Valéry Giscard d’Estaing, Jean Paul Huchon, Serge Klarsfeld, etc. Rencontrer toutes ces personnalités cela a été un vrai bonheur personnel.

3) Ta passion concerne surtout le métro parisien ou les trains en général ?
En fait j’aime les trains en général même si en tant que parisien j’ai une petite préférence pour le métro. Il est vrai qu’en vacances si je sais qu’il y a moyen de prendre une ligne touristique avec une vieille locomotive pas loin je fonce et j’emmène mes enfants avec moi.

4) Comment as-tu vécu l’évolution du métro depuis que tu le connais ?
Plutôt bien ! Même si je suis passionné par l’histoire ,ce qui me passionne le plus c’est l’histoire à “hauteur d’homme” donc je ne suis pas dans la nostalgie d’un certain passé. D’autre part en tant qu’usagers j’ai vu la fréquentation du réseau qui n’a cessé de croitre (et en sens c’est tant mieux) donc le métro doit s’adapter, se moderniser afin d’offrir à ses usagers un service optimal.

5) Tu n’aurais pas aimé faire partie d’un comité de réflexion sur le futur du métro au sein de la RATP ?
Même si je suis un utilisateur un peu plus attentif que le grande masse des usagers je ne crois pas être légitime sur ce genre de sujet. Cependant je dois bien reconnaître que l’idée d’être consulté serait bien sur intéressante pour moi !

6) Quels sont tes projets ?
Le succès de mon premier livre en terme de vente (nous en sommes au troisième retirage depuis sa sortie) et le fait qu’il ait été récompensé par un prix littéraire m’ont bien sur donné l’envie de continuer. Je travaille actuellement sur un deuxième projet qui tournera autour du patrimoine du métro … Mais faire un livre c’est long !

7) Y a-t-il des choses que tu aurais aimé ajouter ?
Les parisiens se plaignent du métro et des transports en commun en général, ce qui est très français. En revanche je voudrais juste que l’on imagine une ville comme Paris sans métro. Les grèves dans les transports nous en donnent un apercu édifiant. Donc je le dis ici et pour avoir un peu voyagé dans de nombreuses capitales du monde, notre métro est bien le moyen de transport aujourd’hui le plus économique, le plus écologique, le plus sûr et le plus régulier pour se déplacer dans notre ville.

 

Ticket de carnet 2ème classe – 1903