Les très bonnes pizzas d’Ave Pizza Romana – Paris (75011)


22.11.19 - Guillaume - 716lavie
Ave Pizza Romana
90 Rue de la Folie Méricourt
75011 Paris
09 83 63 83 81
Ouvert du mardi au samedi midi et soir
Métro : Oberkampf (5, 9)
Bus : Ferry - Lenoir (20), Jean-Pierre Timbaud - Richard Lenoir (96)

https://www.avepizzaromana.com/
- Le résumé -

La pizzeria Ave Romana se présente comme romaine et se démarque de la mode de pizzas napolitaines qui a envahi Paris en proposant de grandes pizzas à la pâte fine, dans un décor mi loft/hangar – mi table trendy.

- La petite histoire -

C’est Joris de Les Tasters calé sur toutes les nouvelles pizzerias à Paris qui me l’avait conseillé quand je lui avais demandé quelles étaient ses préférées. J’en avais parlé à un ami lui aussi très porté sur la chose qui l’avait effectivement essayé et l’avait trouvée intéressante.

- Lieu -

Elle est située dans cette longue rue de la Folie Méricourt où il n’y a pas foule, à quelques encâblures de l’Auberge Pyrénées Cévennes où j’allais régulièrement quand c’étaient les anciens patrons. Bref, elle est discrète de dehors cette Ave, on rentre, il faut avouer que c’est plutôt réussi. Il y a de l’espace, c’est sympa, à l’arrière on se sent dans un garage mais c’est assez confortable, particulièrement pour moi qui étais sur la banquette. J’ai eu la chance qu’on nous donne une table de début de rangée près du mur et j’aime bien ça, me sentir dans mon petit coin. J’y étais un midi, je ne sais pas ce que ça peut donner, question acoustique entre autres, un soir de fin de semaine quand c’est probablement bondé.

- L'équipe -

J’ai appelé pour réserver et le monsieur au bout du fil a fait deux blagues assez claquées. Je lui ai dit que j’espérais que ses pizzas étaient meilleures que ses blagues et il a rigolé en disant que son niveau était franchement bas ce jour-là, faute avouée à demi pardonnée, je me demandais donc sur quel pied danser. En arrivant je tombe sur une équipe de trois – visible tout du moins – le grand pizzaiolo, le gérant que j’avais eu au téléphone et une serveuse. La serveuse prend un moment pour retrouver ma résa et hop me voilà bien installé, ça part bien, je lui demande une carafe d’eau qui arrive aussitôt. Je découvre alors qu’il existe une section de la carte appelée Pizza Popolare qui correspond à des pizzas servies seulement entre 12h et 13h. Je lui demande ce qu’il en est, ce sont des pizzas moins chères servies durant l’heure creuse du service. Comme Stefano Palombari de Italieaparis à qui j’ai proposé de se joindre à moi n’est pas encore arrivé, nous avons rdv à 13h, je demande s’il sera possible de bénéficier de cette offre même qq minutes après 13h. “Oui”, me dit-elle “puisque vous êtes arrivés avant 13h”, sympa, c’est arrangeant.

Durant le service, nous avons été servis soit par la serveuse, soit par le gérant. Le service était sympathique, par moments fort occupé car il y en a des places, j’espère que le soir l’équipe s’étoffe, mais malgré tout vigilant : moi qui suis un grand buveur d’eau, j’ai beaucoup apprécié qu’on nous apporte spontanément une autre carafe alors que cela faisait précisément un moment que j’essayais d’interpeller qquun à ce sujet.

Je me suis senti à l’aise et c’est important dans une pizzeria, une pizza, c’est la vie, ça doit être simple, cool et décontract’.

- Le repas -

Donc entre 12 et 13 il y a cette formule de pizza popolare. Sinon il y a les pizzas Ave et aussi une catégorie dite pizzas romaines classiques, ce ne sont pas forcément des pizzas strictement de Rome mais elles ont quelque chose plus ou moins quelque chose de romain dans leurs ingrédients comme la Cacio e Pepe qui reprend cette fameuse recette de pâtes que j’ai essayée de faire tout l’été dernier, après avoir eu une révélation à la Creminati de Brescia.

Je pars sur une Margherita e spianata, une préparation épicée de Calabre à base de porc et de gros morceaux de lard. La pizza arrive, elle est belle et grande, je m’en étais douté quand on nous avait apporté des ciseaux pour chacun. Dès la première bouchée, bordel elle est bonne, pas d’autres mots, j’avais peut-être fait un meilleur choix que Stefano ou alors j’étais plus content tout simplement, mais je piaffais de satisfaction, ça ne m’était pas arrivé depuis un bout. Même à Naples où j’ai par exemple adoré la pizza frite de la Masardona, je n’ai pas forcément poussé les mêmes cris avec celle de la Starita pourtant très bonne, mais c’est vrai que les pizzas napolitaines c’est bon, mais au bout d’un moment une petite à pâte fine en guise de break ne fait pas de mal. Bref une super pizza, la meilleure que j’ai mangée à Paris depuis longtemps, ou disons ma favorite pour être plus mesuré, 12 balles, nickel.

Maritozzo

Stefano demande au monsieur ce qu’il y a en desserts. Il lui répond Maritozzo, je m’enquiers, c’est une brioche fourrée à la crème typique de la région du Lazio, celle de Rome : on la déguste entre autres au petit-déjeuner avec un bon café. Si on peut y ajouter des pignons,  ou des raisins secs, elle se mange aussi nature. Dans le cas présent, le caramel était inutile, sinon c’était une bombe, elle était parfaite car la crème était légère, malgré le volume, cela se dégustait fort bien et vite! Bon point de déguster quelque chose de différent question dessert italien, qui plus est dans une pizzeria à Paris.

- Le bilan -

Je ne vais pas faire le coup de “tout était génial, j’ai adoré”, ce n’était qu’une première fois, mais c’était suffisamment bien pour me donner envie de considérer l’adresse comme une pizzeria à retenter. Il y en a eu tellement d’ouvertes ces derniers temps et au final tellement peu qui me donnent véritablement envie d’y revenir que ce soir pour la pizza ou le service que cette Ave Pizza fait la différence.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Inscrivez-vous à la newsletter !

* Champ obligatoire