L’Ordonnance – Paris (75014)


28.05.10 - Guillaume - 716lavie
L'Ordonnance
51, rue Hallé
75014 Paris
01 43 27 55 85
Fermé le samedi midi et le dimanche
- Le résumé -

Un bon resto, pas frime, dans un quartier calme. Après la question qui reste est : y a-t-il un truc vraiment exceptionnel pour un resto qui m’a coûté 40 euros un midi ? C’est une question difficile et je vais développer dans la petite histoire

- Lieu -

Le cadre est sympa, c’est assez grand et il y a de l’espace entre les tables. Il y a ce petit côté carrelage de ce coin-là du 14ème, je ne sais pas si vous avez remarqué mais je trouve que beaucoup de restos par ici ont un sol un peu froid. Je me trompe peut-être complètement mais c’est une impression, je ne connais pas de restos super cosy dans cette partie du 14.

La petite histoire
Je vais être un poil long donc si vous avez faim je vous conseille de passer à la suite 🙂

Ok, quel est le but d’un blog?, en tout cas celui que je me suis donné :
éviter de trop parler sur les restos qui ne me plaisent pas (je n’en parle même pas du tout) pour se concentrer sur les restos bonheur, ceux dont on ressort heureux, pas juste en se disant “ouais, c’était pas mal”.
Pas toujours facile de trancher et c’est de plus très subjectif, c’est aussi pourquoi je ne m’étends pas sur les repas qui ne m’ont pas plu car cela peut être dû à tellement de paramètres autant objectifs que subjectifs; et puis aussi en tant que lecteur, j’ai toujours été gavé de lire des critiques en entier pour comprendre à la fin qu’il ne fallait pas y aller, ou peut-être ben que oui, ou peut-être ben que non aussi.
Aujourd’hui, je me retrouve un peu face à ce dilemme.

A Paris il y a un paquet de bons restos qui ont des formules à 23 euros entrée-plat et 30 euros entrée-plat-dessert. Du coup, j’ai envie de dire : soit on les met tous, ou en tout cas plein, soit on se dit : attends 30 euros, c’est pas donné, 20 euros et quelques pour un déj sans dessert ni pinard, c’est pas peanuts ! Donc si en sortant j’ai un doute, je préfère m’abstenir.
Voilà, il y a toute une zone dont l’Ordonnance fait partie : c’est sympa, c’est bon, mais en même temps il y a un petit truc en sortant, et encore plus au cours de l’après-midi qui suit qui fait qu’on se dit : “j’y retournerai si je suis dans le quartier et que je cherche une valeur sûre car c’est bon mais au final je ne le mettrais pa dans mon top 20 car il me manque un petit feu d’artifice.”

- Le repas -

Entrées

Terrine de lapin, chutney de figues
Le pote part direct, content.

Marbré de poule au pot, coulis de tomates au vinaigre de Xérès
J’avais peur du côté coulis sucré sur une belle poule, finalement c’est réussi. La poule est superbe, ce devait être une belle poule. Et ce n’est pas tous les jours qu’on a un marbré de poule en entrée.

Plat
Carré d’agneau français au four, risotto aux asperges vertes, jus au thym
L’agneau était délicieux et bien cuit mais je ne suis pas tombé à la renverse sur le risotto, un peu trop liquide à mon goût et je l’aurais aimé plus relevé (c’est perso hein). Et puis j’ai un peu de mal avec ces intitulés : franchement je m’imaginais plus d’asperges, un jus au thym plus prononcé, on va dire que je pinaille mais pour un plat comme ça, je n’ai retenu que l’agneau comme élément bluffant alors que ce n’est qu’un mot de l’intitulé du plat (qui en compte 9).

Dessert
Pain perdu au caramel au beurre salé
C’est super bon.

- Le bilan -

Place au pinaillage, ce que j’essaie d’éviter mais là comme je l’ai dit en intro, je me sens un peu coincé. Faisons simple :
– bon resto
– service sympa (même si une 2ème personne n’aurait pas été de trop)
– on a un peu l’impression de voir où se fait la marge du restaurateur alors qu’on paye un certain prix : en desserts pain perdu ou panacotta, c’est bon mais ça coûte que dalle, une seule personne en salle, un risotto qui n’explose pas tout (pas comme celui d’Itinéraires l’autre jour qui était une leçon).

Encore une fois, n’ayant jamais travaillé en cuisine (si, une fois : un mois dans un restaurant d’entreprise), j’essaie de me garder de donner des leçons en public aux restaurateurs mais là quelques réserves ont bien dû s’exprimer. Si je publie quand même cet article au lieu de m’abstenir, c’est que j’ai néanmoins senti suffisamment de sympathie et d’allant pour ne pas faire l’impasse et qu’il ne faut pas tomber dans l’excès inverse : c’est un bon resto de quartier !
De plus, un cuisinier qui s’emmerde à faire une poule au pot en entrée mérite estime et sympathie.