Bucarest (Roumanie)


22.12.13 - Guillaume
- Infos pratiques -

-Y aller
La Tarom effectue des vols directs depuis Paris aux alentours de 160 euros.
Il y a des promos spéciales de temps en temps, l’aller-retour tombe à 80 euros.
Les vols sont en plus parfois affrétés par Air France.

-Depuis l’aéroport
Il y a le bus 783 qui coûte que dalle depuis l’aéroport et qui vous mène tout droit au centre, le terminus est la station Unirii qui est une grande place à deux pas du vieux Bucarest.
On achète les tickets pour le bus à une guérite juste à la sortie de l’aéroport devant le bus.
Attention votre ticket contiendra un retour aussi, ne faites pas l’erreur d’acheter un 2ème ticket quand vous repartez. Pour être sûr vous pouvez toujours demander avant de prendre votre bus de retour. En Roumanie, on n’achète pas son billet de bus à l’intérieur du bus mais dans des guérites à l’extérieur, ce n’est pas toujours évident.
http://www.ratb.ro/v_trasee.php
Par ailleurs on est encore dans le règne du tout voiture et il y a des embouteillages ahurissants, et en plus les roumains déconseillent aux touristes d’utiliser les taxis – à moins qu’ils n’aient été révervés -, bref pour toutes ces raisons je conseille le bus.
Sinon le 780 va quant à lui directement de l’aéroport à la gare.

– Téléphone
Si vous êtes comme moi avides de contacts, je vous conseille l’achat de la carte téléphonique Vodafone.
Perso j’achète toujours une carte Sim qui me permet de garder le même numéro durant tout mon séjour. Vodafone a une super offre pour 35 Lei soit 7,50 euros! Une affaire! Vous aurez donc un numéro + un solde ahurissant permettant 2000 minutes avec les utilisateurs de Vodafone (les réseaux les plus utilisés en Roumanie sont Vodafone et Orange), 200 minutes avec les utilisateurs des autres réseaux, 2 heures de communication avec l’étranger, surfer sur le net pendant une durée largement suffisante.
Bref, c’est LE bon plan.

– Argent
Si vous avez une option internationale permettant le retrait d’argent sans commissions, ça peut être pas mal car on retire souvent de l’argent.

- Le résumé -

Avant la lecture visionnez l’album photos de 716 à Bucarest et Sibiu

J’ai pas mal voyagé mais la Roumanie est le pays le plus compliqué à comprendre dans lequel j’ai été (bon je n’ai pas été en Inde). Pourquoi? C’est un pays de paradoxes. Déjà c’est un pays de langue latine dans lequel la religion principale est orthodoxe, cela donne déjà un mélange intéressant de culture : des latins orthodoxes. Ensuite c’est un pays de grande culture, on appelait Bucarest le Petit Paris mais ça reste assez anecdotique quand on veut évoquer la culture roumaine. J’ai rencontré en quelques jours une professeur de guitare médiévale, une psychologue cognitiviste qui suivait des cours de cérémonie du thé à la japonaise, un ingénieur chez Continental fan d’italo-disco, un qui avait fait un road trip à moto en Inde avec son frère ou encore qui était parti seul de Bucarest avec sa moto pour aller jusqu’au tréfonds du Portugal et revenir, juste pour le fun. Quand je suis allé au théâtre, c’était plein, un public de tout âge. On applaudissait à une mise en scène osée et des références plus que claires au sexe, au cocufiage, à la corruption. A l’inverse, beaucoup de jeunes auxquels je me suis adressé dans la rue avaient du mal à parler anglais; ce qui n’est pas le cas des pays de l’est que j’ai visités où les jeunes parlent tous bien mieux anglais qu’en France. Il y a bien sûr des jeunes qui parlent anglais parfaitement ou le français, même si dans ce pays autrefois très porté vers le français on privilégie désormais l’anglais. Quand on arrive à l’aéroport, la personne chargée de l’information ne vous regarde pas quand elle vous parle et paraît excédée quand vous osez poser des questions très précises sur les bus.

IMG_6548

Si je peux finir avec deux types d’anecdotes sur l’Europe : – En passant devant le Palais de Justice, la personne qui m’accompagnait m’a dit : « enfin Justice, j’espère un jour que ce sera un vrai Palais de vraie justice ». Beaucoup de roumains m’ont spontanément parlé de corruption. Là on se dit que l’Europe peut peut-être aider à améliorer les choses, encore que. En tout cas, la Roumanie a bénéficié de larges subventions européennes pour son agriculture et elle va devoir rendre des comptes prochainement. Comme me le disait la personne qui m’expliquait cela, si la Roumanie n’a pas honoré ses engagements elle risque de sortir de l’Europe. Cette personne le redoutait et à propos de l’Europe me disait que « jusqu’ici c’était plutôt positif ».

IMG_6233

– A l’inverse j’ai eu des clients roumains pour mes tours à Paris : ils avaient quitté l’Allemagne pour s’installer en Roumanie et créer des business. Ils avaient notamment tenu un restaurant italien qui marchait bien (il y a beaucoup de cuisine italienne en Roumanie). Ils achetaient leur fromage de qualité à des petits producteurs locaux. Malheureusement avec l’intégration de la Roumanie dans l’Europe, les mises en conformités devenaient bien trop onéreuses pour ces petits fermiers roumains et les restaurateurs avaient donc du se résoudre à importer du fromage industriel allemand qui leur revenait moins cher que le fromage local, une hérésie, quand j’entends ça, ça me hérisse le poil à un point. L’arrivée de l’Europe avait selon ces restaurateurs plongé la Roumanie dans la crise (ce sont leurs propos, pas les miens) et ils l’avaient donc quittée pour revenir s’installer en Allemagne et repartir de zéro. A eux il ne fallait pas parler d’Europe, ils en faisaient la source de tous les maux du
pays.

IMG_6252

En revenant de Sibiu sur Bucarest, nous devions acheter quelque chose à manger avant de prendre la route (3h30) car il n’y avait rien de spécial sur le chemin pour se restaurer. Nous voulions aller au Turkish Kebab de Sibiu mais c’était fermé, du coup mes amis me proposèrent d’aller acheter quelque chose à la station service. « Merde » me dis-je intérieurement car dans les stations service en France on est sûr de ne trouver que de la merde industrielle pour se sustenter. Une fois sur place, j’ai été ravi de découvrir des sandwichs maison avec concombre, jambon correct. Ca, avec l’Europe, ce sera fini : un beau jour vous allez avoir quelqu’un qui va venir dire qu’il faut une douche pour les employés, un labo pour la cuisine, qu’on ne peut pas stocker du jambon frais, etc… et à la fin ça va faire la joie des industriels de l’agroalimentaire qui vont vendre des sandwiches gavés de E 133 et autres conservateurs.

IMG_6432

J’ai rencontré effectivement beaucoup de sceptiques sur l’Europe. De même selon certains c’est à cause de l’Europe  que les Roms peuvent venir en France et donner une si mauvaise image de la Roumanie. Les Roumains souffrent beaucoup d’être confondus avec les Roms. Une personne m’a dit un jour : « la décision la plus stupide jamais prise a été celle de Sarkozy de donner de l’argent aux Roms pour qu’ils rentrent chez eux. Ils ont pris l’argent et sont revenus bien sûr. Vous êtes trop gentils. » A l’inverse j’ai vu des enfants Roms jouer dans le métro et deux personnes leur donner. En tout cas cette question du rapport des Roumains avec les Roms est complexe et je me garderai bien de l’approfondir n’ayant aucun élément sur le sujet. Les Roumains souffrent aussi beaucoup de racisme en Angleterre. J’ai voyagé à côté d’un jeune ingénieur roumain travaillant à Manchester et qui hallucinait de s’entendre dire par des anglais qu’il venait piquer leur travail alors que, me disait-il, il était diplômé, en règle. Le Guardian a d’ailleurs demandé à des roumains de se prendre en photo afin de montrer leur propre vision de leur pays.Pour revenir à la culture, j’ai été étonné de la facilité avec laquelle j’ai pu rentrer en contact avec des acteurs culturels importants, l’un des leaders d’un mouvement contestataire m’a proposé d’écrire un papier sur mes impressions de voyage. J’ai senti beaucoup de gens très demandeurs de mon regard sur leur pays. C’est aussi pour ça que je me suis lâché sur cette note.

IMG_6267

Note : Je ne voulais évidemment pas présenter ces impressions comme définitives et encore moins passer pour le français qui arrive quelque part et qui dit après quelques jours : voilà, c’est comme ça. En revanche, parce que mon expérience fut compliquée et que de nombreux roumains que j’ai rencontrés étaient demandeurs de mes impressions, j’ai décidé de me lancer. L’instance roumaine qui devait se charger de mon hébergement et m’avait dit avoir trouvé un hôtel plus d’un mois avant mon départ, m’a subitement annoncé une semaine avant qu’il n’y avait plus d’hôtel. Et je n’ai eu aucune confirmation d’une solution de secours jusqu’à la veille de mon départ – on m’a alors proposé un hôtel chic loin du centre, ce qui ne convenait pas à mes activités de blogger -,  si bien que j’ai passé les derniers jours de préparatifs à tenter de trouver une solution d’hébergement. Or il faut savoir que, pour un voyage comme celui-ci, il y a une semaine temps plein de préparatifs, une centaine de mails envoyés et j’ai donc énormément d’infos à trier et à mettre en ordre afin d’être le plus efficace possible. Donc ce stress du logement à quelques jours du départ fut fort malvenu. Ca a assurément placé mon voyage dans une certaine dynamique de bordel. Bref, pour éviter que mon jugement soit perçu comme offensant, ce que je ne veux surtout pas, j’ai demandé à de nombreux amis et contacts roumains ou alors français vivant en Roumanie de le lire et de me faire part de leurs impressions.

IMG_6323

Adela Dadu, guide à Sibiu que je cite plus bas m’a fait une excellente réponse synthétique et argumentée que j’ai décidé de publier : « La Roumanie pays des paradoxes, oui, pour beaucoup de personnes, particulièrement pour les étrangers, la Roumanie est vraiment un pays des paradoxes. C’est difficile de comprendre ce phénomène, mais pas impossible.

1. Les Roumains sont la seule exception : des latins orthodoxes.  Oui, officiellement c’est vrai. Il y a beaucoup d’historiens, de chercheurs, de spécialistes qui disent que les origines des roumains sont  autres…En 106 l’empereur romain Trajan a conquis une partie de Dacia (l’ancien territoire de la Roumanie). Mais, les romains ont conquis seulement 14% de ce territoire. Le phénomène de « romanisation » a continué pendant 167 ans, parce qu’en 273 les romains ont décidé quitter le territoire de Dacia. Théoriquement, c’est impossible de « romaniser » une population aussi importante que celle de Dacia, seulement en 167 ans (cf. les autres populations conquises par les romains). Pendant plusieurs siècles les roumains ont parlé de leurs ancêtres – les « dacians ». Au milieu du 19 ème siècle, l’église gréco-catholique de Transylvanie a fait des pressions pour transformer le catholicisme en religion officielle d’état. Les prêtres catholiques ont développé cette idée de « romanisation » et le fait que les roumains sont les descendants des romains, donc les descendants du Vatican. Officiellement, aujourd’hui nous sommes latins, mais en réalité, le roumains sont un mélange des slaves, bulgares, populations nomades, saxons, grecques, romains etc.

2. Au début du 20 ème siècle, la Roumanie a connu un  important processus de développement surtout en ce qui concerne la vie intellectuelle, artistique, architecturale, etc.  La majorité des étudiants roumains ont étudié à Paris. Ils sont revenus à Bucarest et une nouvelle société s’est formée – la bourgeoisie francophone. Voilà – le « petit Paris ». ☺

3. Dans les écoles roumaines, les jeunes apprennent l’anglais, l’allemand et peu d’entre eux le français.  En général, la majorité parlent assez bien une langue étrangère, car elle est nécessaire. Bien sûr, on a des exceptions, surtout dans le cas des jeunes entre 14-25 ans qui commencent à ignorer l’éducation mais cela fait partie d’un phénomène global. Comme réaction, je peux dire que j’ai rencontré beaucoup de français qui ne parlaient pas l’anglais. C’est pour ça que j’ai été forcée d’étudier le français. ☺

4. La situation des Roms (Romani/ gitans) à l’étranger c’est un problème pour les roumains. Cette confusion est néfaste pour tous ceux qui essayent de travailler en France. Qui sont les coupables? Les autorités roumaines et françaises qui n’ont jamais réussi à contrôler cette situation et, en même temps, l’ignorance des français qui continuent faire cette confusion. En Roumanie, la minorité des gitans est la plus grande et c’est une situation alarmante. Qui paye pour cette situation? L’image de la Roumanie et les roumains corrects, ceux qui essaient trouver une vie meilleure à l’étranger. »

IMG_6345        

- Un peu d'histoire -

Bucarest qu’on appelait Le Petit Paris a malheureusement été défigurée par Ceaucescu. Aujourd’hui on a ces grandes avenues hyper larges, en proie à des embouteillages monstres et bordées de hauts immeubles gris sombre; autant dire que cela n’incite pas à la flânerie bucolique. Ici on prend beaucoup le métro et le taxi, il n’est pas rare que deux stations de métro équivalent à une demi-heure de marche. Moi qui ai voyagé dans de nombreuses grandes villes et m’y sens parfaitement à l’aise, j’ai eu du mal à rentrer dans le bain de Bucarest; d’autant plus que c’était l’hiver car l’été il y a bien plus de lieux en plein air, d’activités en extérieur.

De plus, j’ai rencontré de nombreux habitants de Bucarest qui trouvaient la ville trop speed ou qui se plaignaient du comportement des gens dans le métro (on n’hésite pas à pousser et à se doubler : comme à Paris finalement) ou en voiture.
Cela étant, il ne faut pas juger trop vite. Et comme je le disais plus haut, il se passe bien entendu aussi quantité de choses à Bucarest, certaines qu’on ne voit pas du 1er coup d’oeil. C’est une ville qui reste un vivier de cultures diverses, simplement il faut aller les chercher, les dénicher : ce n’est pas si dur que ça mais encore une fois vous n’avez pas forcément LE quartier arty où tout se passe.

IMG_6229

- Guide -

Guides papier
J’ai utilisé le Cartoville Bucarest

Guides humains
– Tour gratuit
Du lundi au dimanche de 11h à 13h30
Rendez-vous sur la place Unirii devant l’horloge près des fontaines. Cherchez les habits oranges caractéristiques des guides.

Florin Arjocu est un guide indépendant, il est encore en train de se former mais n’hésitez pas à prendre contact avec lui.
Il a un blog bien fait en roumain sur la Roumanie : http://drumliber.ro/.

– Valentin Mandache
Ce spécialiste d’architecture propose des tours thématiques de Bucarest qui semblent très intéressants : https://historo.wordpress.com/.


 

Les 5 meilleurs plans sorties et restos du site Bucharest Tips

Une sélection des 5 meilleurs plans sorties et restos effectuée exclusivement pour 716 par George de l’excellent site Bucharest Tips.

Lire la sélection de Bucharest Tips

- Lieux -

Musées de Bucarest
Je ne suis pas resté assez longtemps à Bucarest puisque j’ai filé directement à Sibiu.
Néanmoins j’avais fait une sélection et j’ai bénéficié des conseils avisés de nombreuses personnes.
Donc voici une liste resserrée :

– Muzeul Național de Istorie Naturală Grigore Antipa
Șoseaua Pavel Dimitrievici Kiseleff 1, Bucarest 011341
le site

– MNAC (Musée National d’Art Contemporain)
Izvor St. 2-4, wing E4, Bucharest
Entrée par la Calea 13 Septembrie
le site

– Musée National d’Histoire de Roumanie (Muzeul National de Istorie a Romaniei)
Calea Victoriei 12, Bucarest 030026
le site

– Musée du Paysan (Muzeul Taranului Roman), à côté de Antipa
E60 Şoseaua Kiseleff 3, Sector 1, Bucarest 011341
Tél : +40 21 317 9661
le site

Cela étant des amis de Sibiu m’ont plutôt recommandé celui de Sibiu, plus grand et en pleine nature mais plutôt aux beaux jours.
Pour l’anecdote de jeunes roumains m’ont expliqué qu’il fut un temps où les jeunes batifolaient à l’intérieur des maisons paysannes du musée:)

- Restaurants -

Caru Cu Bere
Strada Stabropoleos 5
Bucarest
Tél : 021 313 7560

C’est l’institution de Bucarest que tout le monde vous recommandera (branché, foodie, tradi, peu importe). C’est plein à craquer, le décor est à l’ancienne. Le service est plus ou moins chaleureux, quoi qu’il en soit j’ai trouvé qu’on mangeait bien et pas trop lourd alors que la cuisine est traditionnelle.

Lire l’article sur Caru Cu Bere

IMG_6233 IMG_6237 IMG_6234

Luca
Bulevardul Unirii (sur la grande place Unirii, sur le côté opposé au centre commercial)
Bucarest
Tél : +40 749 058 377
Au-delà des restaurants l’une des spécialités roumaines est le covrigul (covrigi au pluriel) qu’on déguste chez Luca ou Petru.

Lire l’article sur Luca

IMG_6560

Les restaurants que je n’ai pas essayés mais qui m’ont été recommandés:
J’ai laissé les commentaires des personnes qui me les ont conseillés

Acuarela
40 Polona Str.
010503 Bucarest
Tél : +40 745 662 889
Ouvert du lundi au dimanche de 11h à 00h
le site
C’est à la fois une galerie d’art, un lieu de jazz et de théâtre, un centre social en bref un bistro pour la communauté créative de Bucarest.

Barka Saffron
Str. Aviator Sanatescu nr. 1
Bucarest
le site
C’est assez drôle, il y a de la nourriture indienne, italienne, thailandaise, un mélange assez incongru dans un cadre sympa. C’est bien d’y aller un soir de la semaine (et quand il fait nuit, j’aime bien la lumière). Assez cher pour Bucarest mais tu manges très bien pour 10-15 euros par personne.
Tout le monde a l’air d’aimer, pub roots avec cuisine asiatique.

Beca’s kitchen
Mihai Eminescu 80
Bucarest
Fermé le lundi
le site
Un beau petit restaurant avec de la cuisine maison (nature et fraîche). Ils proposent 2-3 plats par jour mais c’est délicieux.

Bon
Smardan 33
Bucarest
le site
Resto français assez chic

Calif
Strada Avrig 63
Bucarest
Tél : +40 748 107 559
le site
Le meilleur lieu de Bucarest pour manger un Shawarma sain (on trouve beaucoup de cuisine libanaise à Bucarest).

Dianei 4
str. Dianei, nr.4
020972 Bucarest
Tél : +40 745 208 186
Ouvert tous les jours de 12h à 4h
Maison abandonnée reprise par un collectif d’artistes et désormais bar / salle d’expo
le site

Divan
Strada Franceză 46-48, Bucarest
Tél : +40 21 312 3034
le site
Une resto turc qui m’avait fait bonne impression lorsque je suis passé devant, il est situé en face du 55 Jazz Bar; bonne impression confirmée par la suite puisque plusieurs personnes me l’ont recommandé.

Energiea
4, Actor Ion Brezoianu, Sector 5
Bucarest
Tél : +40736374432
le site
Une cuisine fusion préparée  soigneusement avec les meilleurs ingrédients, un lieu pour les hipsters et les créatifs. La déco est urbaine et c’est dans une ancienne imprimerie.
Tout le monde a l’air d’aimer!
Les gens sont accueillants et on se sent comme à la maison. Très bien pour un déjeuner.

Harbin
12, Paunescu Paltin St
Bucarest
Tél : +401 322 5728
le site
La personne qui m’en a parlé évoquait la meilleure cuisine chinoise en ville, un resto bondé et enfumé mais l’expérience culinaire vaudrait le déplacement.

Musafir by Amarjit
Calea Rahovei 196 A
Uranus-Rahova area, in the Bursa Marfurilor
Tél : 0746 699 274 / 0732 918 735
le site
« Ce restaurant est un autre endroit où j’adore manger, cuisine indienne, une préférence pour les produits organiques, une atmosphère relax qui convient bien à une personne occupée et active comme moi. »

Ota
26, București
Roumanie
le site
Celui-là était semble-t-il au départ un repaire d’artistes intimistes dans lequel il valait mieux connaître quelqu’un. Ca aurait changé d’après ce qu’on m’a dit et c’est désormais accessible. Une clientèle très variée de roumains mais aussi de français, d’allemands et d’anglais… Ota est le propriétaire des lieux et cuisine chaque jeudi une soupe délicieuse. Prix modiques.

Shift Pub
Strada General Eremia Grigorescu 17
Bucarest
le site
Une ancienne maison bien située avec toujours de la bonne musique, tout près du square Romana. Durant l’été le jardin est cool aussi. C’est l’un des meilleurs endroits pour se régaler d’une soupe, l’équipe est également très chaleureuse.
Cependant avis très divergents : cool endroit avec jardin pour certains, attente interminable pour d’autres.

La Vlaicu
Aurel Vlaicu 47
Bucarest
Tél : +40 727 609 699
le site
Un jardin/salon de thé caché qu’on ne peut absolument pas deviner si on ne le connaît pas.

- Cafés -

Godot Café
Strada Blănari 14
Bucarest
Tél : +40 21 316 1682

Un café théâtre dans son jus, nommé d’après la pièce de Ionesco qui était roumain, dans lequel on aura non seulement la chance d’assister à de belles représentations mais où l’on peut en plus se sustenter très convenablement, voire beaucoup plus!

Lire l’article

IMG_6530 IMG_6536 IMG_6532

- Bars -

La Roumanie a d’excellentes bières, en voici quelques unes : Ursus, Timisoreana, Ciuc, Silva, Nenea Iancu, on trouve parfois la délicieuse bière allemande Weihenstephaner Vitus.

55 Jazz Bar
Str. Franceza nr. 9
Bucarest

Le 55 Jazz Bar a ouvert à l’été 2013. Il propose dans une déco qui m’a beaucoup plu une ambiance cozy avec tenez-vous bien de la bonne musique de jazz.
Il y a aussi parfois des soirées plus électro mais ça reste rare.

Lire l’article

IMG_6271 IMG_6270 IMG_6265

- Musique -

La sélection des meilleurs artistes roumains par le blog Hipodrome

Hipodrome est un blog musical excellent. Ninu qui l’anime, nous présente les 10 artistes roumains de la scène électro underground qui comptent pour lui.

Découvrir la sélection du blog Hipodrome

 

La Playlist de Dj Romansoff du label romain Raw Tools, exclusivement en vinyle

Romansoff qui est un dj qui compte dans la scène house roumaine, nous balance ici une sélection inattendue de titres groove et soul produits entre 1969 et 1979.

Ecoutez la playlist de Romansoff


- Photos -

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!