716 Playlists – Luxus Varta Playlist


09.05.18 - Guillaume - 716lavie

Luxus Varta est un producteur français qui a enregistré pour plusieurs labels incontournables de la scène électro contemporaine de qualité tels que Solar One Music du duo The ExalticsShipwrec ou Brokntoys. Et il a juste un EP fraîchement sorti sur la compilation d’EP’s “Electrics Eclectics” du producteur madrilène Alek Stark qui est décidément dans des de grands projets ambitieux ces derniers temps, après son monumental 5th Anniversary 808 Box. Son électro a qq relents mélancolques inhérents au genre j’ai envie de dire, mais un accent est aussi mis sur ces doux rêves, de ceux qui nous baladent entre utopie et joie du moment présent. Il a aussi des morceaux plus nerveux, mais il n’est pas alors rare de le voir opérer un break printanier lors duquel on souffle, non pas en respirant à pleins poumons au feu rouge alors qu’on est en plein jogging, mais plutôt comme lors d’une halte en prairie. Dans tous les cas, la mélodie prime dans toutes ses prods et on ne sera donc pas étonné de retrouver dans cette playlist Robert Wyatt ou Arvo Pärt.

Luxus Varta is a French producer who has released for some notorious electro labels such as Solar One Music from The Exaltics, Shipwrec or Brokntoys. And he just had an EP released on the special compilation of EP’s “Electrics Eclectics” from the Madrid based producer Alek Starck who is definitely into master projects, after his giant 5th Anniversary 808 Box. His electro can be melancholic and “softly dreamy”. Of course he has more bouncy tracks, but then expect some mellow breaks where you suddenly take the time to breath out . In any case there is always a huge accent put on melodies and you won’t be surprised to see Robert Wyatt and Arvo Pärt featured in this playlist. Sorry, but I did not feel like translating his comments on tracks as it’s a pretty sophisticated way to describe them, quite hard to translate actually. Listen to the music and you will get the purpose 🙂

1) GIACINTO SCELSI – QUATTRO PEZZI PER ORCHESTRA – IV

Quatre pièces sur une seule note, ici un La. Le son pour le son, la quête du grain matérialisé : Scelsi était un visionnaire, la musique spectrale lui doit beaucoup. Chaque instrument déploie ses propres harmoniques et transforme la seule note exécutée en accord invisible. C’est cosmique et volcanique à la fois, toute la puissance des éléments naturels semble y être condensée.

2) YO LA TENGO – EVERYDAY

Après plus de trente ans d’existence, Yo La Tengo répond toujours présent et continu son chemin. Enregistré en 2000, ’Everyday’ est le morceau d’un groupe mûr et réfléchi qui aura sur-doré le blason du rock alternatif. Drones électriques sur toms ouatés, voix atmosphériques sur ligne de basse imperturbable et solitaire… une timide mélodie tente par moment de transpercer les nuages, en vain. Magnifique.

3) TALK TALK – AFTER THE FLOOD

Il y a le Talk Talk d’avant et d’après ’Spirit of Eden’, et bien sûr le fameux ‘Laughing Stock’ dont est tirée cette pépite. Terminer la discographie du groupe sur une oeuvre aussi brillante, c’est vraiment la grande classe. Comme un testament sonore, ou l’ultime tentative d’allier le meilleur et l’excellent de la musique, Mark Hollis réalise ici un des plus beaux suicides commerciaux de l’histoire de l’Art !

4) WEEN – LITTLE BIRDY

La caricature musicale est un exercice périlleux qui peut rapidement tourner au mauvais goût. Mais Dean et Gene Ween sont talentueux et maîtrisent l’absurde mieux que quiconque. ‘Little Birdy’ résume parfaitement le concept : des voix trafiquées et délirantes, des guitares habilement (mal)traitées, une BAR désinvolte… le résultat est remarquable, et le disque entier ne l’est pas moins. ‘Pure Guava’ est une référence en la matière.

5) MELVINS – SKIN HORSE

La découpe est nette : 55’’ d’alternatif, 55’’ de métal, 55’’ d’ambient, et le reste en comptine sous hélium. Le trio expérimente sans cesse et prend plaisir à s’aventurer là où on ne l’attend pas. Chaque album est une remise en question du genre, souvent radicale et passionnante. Melvins est le groupe de métal qui fait du bien au métal.

6) POLYROCK – ROMANTIC ME

Polyrock se cherche mais ne se trouvera jamais. Entre no wave et new wave, leur coeur balance… c’est là toute l’originalité du groupe, sévir entre deux mouvements et ne pas s’affirmer complètement. ’Romantic Me’ est un single qui marque le passage aux années 80, décennie aussi incertaine que leur avenir. À noter la présence de Philip Glass à la production !

7) ROBERT WYATT – LITTLE RED RIDING HOOD HIT THE ROAD

Être batteur de jazz, se retrouver en chaise roulante, et continuer à jouer de la musique. L’univers de Robert Wyatt n’est pas facile d’accès, mais tellement enrichissant et inspirant. L’artiste délivre ici un freerun hautement cuivré qui démarre sans prévenir, se renverse au milieu, et se dissout pour conclure. Un fabuleux numéro d’acrobate confirmé, agrémenté avec brio par sa voix si singulière.

8) FRED FRITH – MINIMALISM

Quand Fred Frith part en transe avec sa guitare, ça donne ça. Le traitement percussif des cordes rappelle celui d’un piano préparé ou déglingué. Un mélange de Cage, de Reich et de Gamelan sous stéroïde, impeccablement produit sur le label Tzadik de John Zorn.

9) VINCENT GALLO – YES, I’M LONELY

Une voix douce et délicate, des mélodies hésitantes et nonchalantes, une batterie douteuse au rythme vacillant… Vincent Gallo surprend son monde et débarque à l’époque sur Warp avec un séduisant recueil jazzy-folk. ‘When’ est une ode à la mélancolie, une superbe collection de dix perles présentées dans un écrin de velours.

10) ARVO PART – FRATRES, FOR VIOLIN & PIANO

Le coup de génie d’Arvo Pärt : réunir Keith Jarrett et Gidon Kremer pour ouvrir le somptueux ‘Tabula Rasa’. La formation est minimale et habitée, c’est beau, c’est pur, ça remet les pendules à l’heure. Toute autre musique peut paraître absolument ridicule après une telle expérience !

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*