Le bar à cocktails Fréquence – Paris (75011)


10.01.19 - Guillaume - 716lavie
Fréquence
20 Rue Keller
75011 Paris
01 71 32 40 35
Ouvert du mercredi au lundi de 18h à 2h
Métro : Bastille (1, 5, 8)
Bus : Commandant Lamy (69), Charonne - Keller (61, N16, N34)
https://www.facebook.com/frequenceparis/
- Le résumé -

Le bar à cocktails Fréquence m’a séduit par son combo : cocktails ok / très bonne cuisine pour un pareil cadre / musique groove/afro strictly vinyl. Arrivez tôt avant 20h si vous voulez vous poser histoire de manger convenablement et ne pas être serrés.

- La petite histoire -

L’autre soir j’ai été invité pour l’anniversaire d’un ami rue Keller. Cette rue reste pour moi celle du disquaire techno et house BPM qui n’existe plus aujourd’hui (et Black Label plus tard) soit, mais Synchrophone et Techno Import sont bien là dans la parallèle rue des Taillandiers. Un bail que je n’étais pas sorti dans un bar à cocktails. Je n’avais jamais entendu parler de ce bar Fréquence ouvert depuis à peine un an mais un rapide coup d’oeil aux avis google permet de se dire que ce n’est pas de la caille.

- Lieu -

De l’extérieur, il a un côté confidentiel dans cette rue Keller où finalement les badauds de la Roquette s’aventurent peu. Résultat, viennent ici surtout ceux qui savent. Il y a donc deux étages, au r-d-c quelques tables seulement autour desquelles s’assoir, c’est vite blindé et au sous-sol une salle qu’on peut réserver. La musique : strictly vinyl et exclusivement musiques funk, afro, groove assurées par le dj. C’est cool d’avoir enfin un bar où on écoute des musiques autres que de l’électro.

- L'équipe -

Au début on voulait me placer sur un tabouret à un mini comptoir mais comme je comptais manger et qu’il était encore assez tôt pour y prétendre, je préférais me poser assis devant une table. On me prévient : “oui mais on devra vous bouger si des gens arrivent”, “pas de problèmes”, je me doutais que j’aurai le temps de manger.

Une fois assis, je me vois servir d’emblée un verre d’eau avant que j’ai eu le temps de le demander. J’ai apprécié, cela m’a rappelé le défunt Le Coq, bar à cocktails autrefois sis derrière Répu, dans lequel la même coutume était mise. Je m’en ouvre au serveur qui me confie que cela se fait de plus en plus dans les bars à cocktails parisiens et de m’en citer 2, 3. “Mais je le fais quand il n’y a pas trop de monde, après je ne peux plus.”

Le service est donc jeune, branché, alerte, plutôt sympa. Cela étant, au risque de ma répéter, je m’y retrouve plus quand il n’y a pas trop de monde. Chose appréciable, quand vous réservez la salle du bas, on vient quand même prendre vos commandes en bas.

- Le repas -

Je ne m’attendais pas à trouver une carte aussi alléchante.

Poulpe rôti (livré frais le matin même le poulpe dixit le serveur), salade tiède d’épeautre, légumes marinés à 9 balles : le poulpe est très bien cuit, grillé sur l’extérieur, tendre et pas caoutchouteux à l’intérieur, l’épeautre accompagne très bien le tout, ça part bien.

Ensuite gyoza moins convaincants au goût, le curry vert ne me paraît pas être la garniture optimale, mais ils sont finement réalisés.

En dessert un sablé breton, crème mousseline à la cardamone, agrumes : c’est déjà très beau à voir, en voyant ces agrumes finement ciselés on se dit que le chef Emile Bechard auparavant second chez Dersou a du doigté et maîtrise aussi bien le sucré que le salé même si, comme il me l’a dit, c’est une vraie galère à réaliser, il est plus chef cuisinier que pâtissier dans l’âme.

Je n’ai pris qu’un cocktail au sarrazin, citron jaune et shôchu de riz (les alcools ne sont pas mentionnés dans la carte afin « qu’on se concentre sur le goût », l’alcool a du goût aussi mais pourquoi pas, l’idée est bonne) : le cocktail était bon, un poil sucré pour moi, mais c’est souvent ce que je reproche aux cocktails dans les bars parisiens. Peu importe c’était très bien.

Ils font aussi des brunches le dimanche, je suis curieux de voir ce que ça donne.

- Le bilan -

En tout, 45 euros pour une bière blonde bio, un calamar, des gyoza, un dessert, un cocktail et une liqueur de prûne japonaise.  C’est très honnête, bonne musique, bon service. Pour les vieux comme moi, je conseille de venir tôt (20h) pour profiter de la cuisine dans un confort minimum et pouvoir discuter et circuler sans difficultés.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*