Mian Guan – Paris (75020)


23.01.22 - Guillaume - 716lavie
Mian Guan
34 Rue de Belleville
75020 Paris
01 40 33 45 01
Ouvert du lundi au dimanche sauf le mardi de 12h à 23h
Métro : Belleville (2, 11)
Bus : Julien Lacroix (20, 71)
- Le résumé -

Mian Guan à Belleville : pour l’authenticité géolocalisée des plats (ça tape dans tous les sens, de la nouille chinoise au phô en passant par le Loc Lac et le riz cantonais) et l’empathie de l’accueil (« vous aimez quoi comme plat? » « c’est vous qui mangez, pas moi », à la table d’à côté : « vous nous conseillez porc ou poulet? » réponse : « vous aimez porc ou poulet? »), on repassera. Mais pour manger des nouilles faites sur place à 8 euros, ici des nouilles au porc pimenté conseillées par mon informateur, tout en buvant une grande Tsing Tao à 4,80 (les prix de 2012), entouré de hipsters 20-30 très cools – malgré tout Belleville reste plus détente que le Faubourg Saint-Denis question restos -, ça le fait.

 

- La petite histoire -

Un ami m’en avait parlé et je ne me précipitais pas pour y aller, mon amie chinoise m’ayant dit au vu de la carte que c’était une cuisine francisée. Et puis après avoir bu un coup dans le coin et n’ayant pas envie de dépenser des milles et des cents, j’au eu précisément envie d’y aller avec la personne qui me l’avait conseillé.

- Lieu -

C’est plein à craquer et ça s’affaire dans la cuisine ouverte, ils doivent être au moins 3 en cuisine, 2 au service et une à la caisse. L’ambiance dans la salle est bon enfant, car tout le monde est content de manger bon et pas cher, sans hype.

- L'équipe -

C’est là que ça se corse, on a vraiment affaire à des Wenzhou qui ne parlent pas français et sont assez peu enclins au contact à la française, d’où les exemples cités en intro : alors rien de méchant mais ne comptez pas sur eux pour vous aiguiller au sein d’une carte qui comporte à mon avis pas mal de pièges.

- Le repas -

La carte va donc dans tous les sens et au vu de certains plats que j’ai aperçus sur d’autres tables, tout ne me paraît pas convaincant, loin de là. A mon avis et c’est celui de 2 autres personnes qui fréquentent le lieu, il faut se focaliser sur les nouilles faites sur place devant vous, vous savez le monsieur qui manipule des énormes cerceaux de pâtes, façon pizza, art culinaire que tout le monde a découvert avec le resto “les nouilles vivantes” qui fût le premier à Paris. Donc focalisez-vous sur les nouilles tirées ou nouilles au couteau, une  spécialité du Shaanxi qui est aussi un point fort de la maison. J’ai pris les nouilles en sauce au porc haché à la sauce piquante, ça arrache un peu mais avec 1, 2 grandes bouteilles de Tsing Tao, ça passe crème et pour 8 euros vous voilà totalement nourris. De l’avis de mon pote, vous pouvez zapper les entrées assez peu intéressantes pour aller directement au plat, d’autant plus qu’il rassasie.

- Le bilan -

Manger pour 8 euros,  allez 13 avec la grande Tsing Tao, assis, le soir dans Paris, c’est une performance et sans vouloir pointer aucune autre grande ville de France en particulier, je sais qu’il y en a où c’est mission impossible.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*





Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.



Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

 Paris je t’aime - partenaire officiel 2022