Thessalonique (Grèce)


01.11.16 - Guillaume
- Infos pratiques -

Le bus depuis l’aéroport (ligne 78) coûte 2 euros, il longe tout le bord de mer, c’est très pratique.

En ville, les taxis sont très peu chers, vous en aurez rarement pour plus de 4-5 euros et il n’y a pas d’Uber, donc taxis.

- Le résumé -

Thessalonique est la 2ème ville du pays avec plus de 800 000 habitants. Ce port, totalement sécure, à l’identité balkanique marquée, est une ville étudiante dans laquelle les bars et les restaurants ne manquent pas, mais qui dispose aussi de musées de grande qualité (Archéologique, Byzantin, Juif, Photographie, etc…)

J’ai adoré mon séjour là-bas et ne me suis pas ennuyé une seconde durant mes 8 jours, il m’a même manque du temps pour tout voir. Si j’ajoute que l’aller-retour depuis Paris est à 40 euros avec Ryanair, 2 euros le bus aéroport-centre ville, que demande le peuple?

Thessalonique est une ville que je ne connaissais pas il y a encore quelques années. J’avais rencontré un auteur de guides de voyage spécialisé dans les Balkans car je voulais aller en Albanie. Il se trouve que ce dernier s’est un jour trompé en m’adressant  un message facebook destiné à un autre de ses amis, nommé Guillaume lui aussi : « Tu dois aller à Thessalonique ». Comme l’ami auteur en question avait vécu 2 ans à Athènes et connaissait très bien la Grèce contemporaine, ça m’a intrigué et j’ai saisi la balle au bond. Il m’a alors expliqué que Thessalonique serait le parfait laboratoire pour 716 : bonne bouffe, pas de touristes, grosse ville étudiante, etc…

Il n’en fallait pas plus pour me convaincre. J’avais acheté un billet pour le printemps 2015 mais j’avais finalement dû le perdre car je n’étais pas en conditions de voyager. Je m’étais juré d’y aller un jour, surtout que j’avais déjà bien défriché le terrain. Entretemps mon ami rédacteur de guides est parti vivre à Thessalonique, me permettant d’être hébergé, ce qui était idéal.

Tout le monde vous le dira, Thessalonique est une ville mystérieuse. La décrire ne suffit pas. Aller dans les endroits recommandés non plus. Il faut s’y perdre, sentir son air, regarder ses passants, les femmes sont réputées parmi les plus jolies et élégantes du pays mais dotées d’un caractère en acier trempé, discuter au hasard des rencontres – ça va très vite -, plonger dans son histoire, s’étonner du nombre de magasin de chaussures et de vêtements, de bars (!!!!), découvrir le chantier archéologique en pleine activité à 20h, en contrebas de l’avenue principale, réaliser alors que la grande rue moderne est pile poil au dessus de la via romaine Egnetia, etc…

2 oeuvres à ne pas manquer car toutes deux emblématiques de la ville et situées l’une en face de l’autre :

– la statue d’Alexandre le Grand. Thessalonique fut fondée par Cassandre de Macédoine en -315 qui la baptisa ainsi en l’honneur de son épouse, demi-sœur d’Alexandre le Grand. Le nom Thessalonique provient de la contraction des mots Θεσσαλών (Thessaliens) et νίκη (victoire), en commémoration de la victoire des Macédoniens sur les habitants de Phocide avec l’aide des Thessaliens

IMG_1257

– L’installation « Umbrellas » de Georges Zongolopoulos est devenue la signature visuelle de la ville et le lieu de tous les selfies. Il faut dire que l’oeuvre est particulièrement réussie.IMG_1277

- Un peu d'histoire -

L’histoire de Thessalonique est très riche, c’est aussi pour cela que la construction du métro n’en finit pas depuis 10 ans : chaque fois qu’ils creusent un peu, ils tombent sur quelque chose. Thessalonique était la halte principale sur la via Egnetia, la route romaine qui reliait Rome à Constantinople. Sa position stratégique attira des  marchands juifs, romains et italiens. Après avoir été la 2ème ville la plus importante de l’empire byzantin après Constantinople, elle devient ottomane en 1430. En 1492, lorsque les Juifs sont chassés d’Espagne, ils viennent en masse à Salonique qui devient la ville principale du judaïsme séfarade et sera surnommée la « Jérusalem des Balkans » ou la « madre de Israël ».

Le 27 octobre 1912, durant la guerre des Balkans, la ville est libérée des ottomans par l’armée grecque. 5 ans plus tard un incendie ravage les 3 quarts de la ville. Dans les années 50, 60 le centre subira une spéculation immobilière qui verra pousser des immeubles comme des champignons. Aujourd’hui Thessalonique est une ville grecque moderne qui attire de nombreux Erasmus et qui mérite d’être découverte.

- Guide -

J’ai trouvé plusieurs sites très bien faits. Spotted by locals est toujours aussi efficace mais Alternatrips – qui semble arrêté depuis – était parfait en mode « version locale de Yelp » faite par des internautes investis.

Greek Guide

Alternatrips

Spotted by locals

Enjoy Thessaloniki

J’ai adoré le magazine « Greece Is » qu’on trouve gratuitement dans des boutiques. Leur numéro consacré à Thessalonique était parfait, mélange réussi d’édito bien senti, article sur la nouvelle scène locale de musique traditionnelle, super plans bouffes, bars et art, mais aussi de bons articles historiques, une interview du maire, personnage haut en couleur en partie responsable de la bonne santé et de l’ouverture de la ville.

Je tire mon chapeau à cet article d’une canadienne « Top 5 places to eat in Thessaloniki » trouvée sur bonvivantravel, elle a donné 5 bons plans dont 3 ont fini dans cet article, si les autres n’y sont pas c’est parce que  je ne les ai pas trouvés.

- Lieux -

Musée de la Photographie
le site

J’y ai vu une magnifique exposition sur les réfugiés, elle pourrait tout à fait avoir lieu à Paris, vu son ampleur et sa richesse. Bouleversant, ou quand une expo change notre regard.

Musée de la guerre

Dur d’accès quand on ne connaît pas l’histoire, d’autant plus que les légendes sont en grec, mais ça reste une découverte des costumes militaires grecs et cela permet de réaliser à quel point l’armée est importante ici (collection d’armes gigantesque).

Il y a un Ticket commun à 15 euros pour les 3 musées ci-dessous, je vous le recommande fortement :

Musée de la culture byzantine

J’ai adoré ce musée! Je suis fan de la culture byzantine et là j’ai pu cerner ses contours historiques, religieux et politiques . Le restaurant chic « Restaurant B. » (et cher pour Thessalonique, prix français) propose le meilleur club sandwich que j’ai mangé depuis ceux du défunt drugstore Publicis.

 

Musée archéologique

Un bijou. On m’a dit : « attend de voir celui d’Athènes », oui mais quand même; je n’ai toujours pas compris comment ils ont pu avoir des collections aussi bien préservées/restaurées.

Tour blanche

J’ai été déçu, si la tour est belle de l’extérieur (elle est sur le bord de mer), ses collections ont semble-t-il été dépouillées au profit du musée de culture byzantine, du coup il ne reste pas grand chose.

Musée macédonien d’art contemporain
le site

Il y avait une expo sur Yoko Ono qui m’a conforté dans le peu d’estime que j’ai pour son travail, mais ça fait une visite sympa quoi qu’il arrive et le musée est au milieu de la route qui vous mène à pied du musée militaire à la tour blanche, pourquoi ne pas glisser une tête?

The State Museum of Contemporary Art
le site

C’est mon grand regret, je n’ai pas eu le temps d’y aller. Il y avait une exposition sur les chefs d’œuvre de l’avant-garde russe de l’entre deux guerres.

Centre d’art contemporain 
Warehouse B1-Thessaloniki Port
le site

C’est une antenne du musée contemporain cité juste au-dessus: elle est dans un des entrepôts du port, en face du musée de la photographie.

La nécropole interalliée Zeïtenlik

C’est le cimetière des soldats tombés au front d’Orient pendant la 1ère guerre mondiale, grecs, italiens, anglais, français, serbes, émouvant. Il n’est pas loin du State Museum of Contemporary Art.

Monastère Vlatadon

Une ancienne église byzantine du 14ème siècle, c’est plus pour le lieu et la vue sur la ville depuis les hauteurs d’Anpolis, que pour l’église elle-même qu’on viendra ici.

Eglise Agios Dimitrios

Cette basilique dédiée à Saint Dimitrios, le patron de la ville, est la plus grande de Grèce. Il y a une crypte à ne pas rater. Elle est inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco.

La Rotunda 

Ce bâtiment retrace à lui seule l’histoire de la ville : monument païen, elle fut convertie en église chrétienne, vers 411, sous le règne de Constantin.  Elle fut ensuite reconvertie en mosquée en 1590 sous le nom de Suleyman Hortaji Effendi, alors que la ville devenait ottomane, elle se verra ainsi affublée d’un minaret. Lorsque les Grecs reprennent la ville en 1912,elle devient  l’église Saint-Georges. Elle fut endommagée par un tremblement de terre en 1978. En 2004, elle a été restaurée et le minaret consolidé. Elle fait partie du Patrimoine mondial de l’Unesco. 

Ataturk museum

C’est intéressant de visiter la maison familiale du père de la Turquie moderne. Il y a de nombreux turcs parmi les visiteurs. Les textes sont tout à la gloire d’Ataturk, mais c’est une manière originale d’en apprendre plus sur les relations de la Grèce avec les Ottomans puis avec la Turquie, ainsi que de mesurer ce qu’Ataturk a réussi à mettre en place en très peu de temps.

Maison d'Ataturk - Thessalonique

La cathédrale Hagia Sophia 

C’est une des plus anciennes églises de la ville, elle date du 8ème siècle et fut construite à la place d’une 1ère église du 4ème siècle. Comme la Rotonde, elle fut catholique puis byzantine, puis mosquée sous les Ottomans et enfin orthodoxe en 1912 lorsque les Grecs reprennent Thessalonique.

Musée du cinéma de Thessaloniki

Il est dans le même bâtiment que le musée de la photographie/

Museum of the Macedonian Struggle
le site

- Restaurants -

Pezodromos 

Christopoulou 12

Restaurant de poissons incroyable! Nous y sommes restés 3 heures, de 17h à 20h, en accompagnant ça de raki. Un des meilleurs restos de poissons de ma vie. Le patron est le chef et il est super concentré, j’ai été impressionné par la brigade, ça vaut son entrée au Michelin illico. Pour observer la cuisine en vous asseyant au comptoir, privilégiez midi et 17h, c’est plus tranquille. Les prix sont au diapason de la Grèce, on en a eu pour 25 euros par personne avec 8 plats, du fromage, un dessert, du vin et surtout beaucoup de raki, la boisson traditionnelle de Crète. C’est comme une grappa ou du tsipouro mais c’est plus léger en goût. Le raki crétois n’a pas d’anis et diffère du raki turc qui est plus sucré et plus fort en alcool.

Pezodromos - Thessalonique (Grece)

Tavern Kronos
Γ.Βαφοπουλου 30, Thessaloniki 546 46

Supposées être les meilleures Soutzoukakya de la ville, mais, pour nous, c’est leur Gyros qui est le meilleur de la ville. J’ai adoré cet endroit, attention le dimanche, ça ferme à 17h. Il y a une grande terrasse dehors, le personnel est très sympa malgré le monde, ça dépote dur et c’est parfait.

Tavern Kronos  - Thessalonique (Grece)

Kanoula
Raktivan 8

Taverna très sympathique. On nous a dit que c’était moyen il y a quelques années, nous on a trouvé ça très bien dans le genre et l’équipe est adorable.

Kanoula (Η Κάνουλα) - Thessalonique (Grece)

Nea Folia
546 34, Aristomenous 4

Un restaurant moderne/tradi souvent plein. Il y a une atmosphère chaleureuse, c’est une salle lumineuse, on est entre la table d’hôtes et le resto un peu chic. Ouvert le dimanche soir.

image1

Giannoula 
50 Kassandrou

Une taverne familiale à l’ancienne qui n’a pas changé depuis 20 ans, si ce n’est plus. Au début, ça faisait un peu cracra, mais en fait c’est nickel et, chose agréable, il y a de jeunes grecs parmi les clients, ça fait très local. On a beaucoup aimé notre repas, ils avaient une bonne bière grecque en plus, la purée d’aubergines à la feta est mémorable. C’est à côté du bar Pikap (plus bas).

Giannoula - Thessalonique (Grece)

Giotis
Mark. Mpotsari 150

Très bon Gyros avec frites, on nous avait dit « le meilleur de Thessalonique », sans doute. En fait je ne suis pas grand fan du gyros avec des frites. J’ai enfin compris pourquoi on appelait les kebabs des grecs en France, parce que ce sont des gyros plus que des kebabs finalement, même si dans le gyros c’est exclusivement de la viande de porc.

Giotis - Thessalonique (Grece)

Igglis 
Irodotou 32

Une taverne tradi à Anopolis (l’équivalent d’un Montmartre à Paris ou d’un Santa Teresa à Rio), parfait quand on est dans les hauteurs de la ville. On m’avait conseillé d’essayer un plat appelé hounkiar begienti (un nom turc qui désigne du boeuf avec des aubergines à la sauce tomate). Nous n’avons pas pris ça mais nous sommes régalés : meilleure salade de tomates du séjour, le porc salé aux champignons était à tomber. Le lieu a beaucoup d’âme, il y a un grand arbre sur la petite place juste devant. Les deux photos, à gauche et au centre, de la rangée du haut viennent du salon de thé – pâtissier Chatzis (plus bas).

Igglis - Thessalonique (Grece)

Les lieux qui m’ont été recommandés mais dans lesquels je n’ai pas mangé : 

Ωραια ελλας
Κωνσταντίνου Παλαιολόγου 9

Une taverne classique .

Mia Feta
14, Pavlou Mela Street

Un concept bar qui décline la feta sous tous ses angles et propose des plats au déjeuner. L’accueil était chaleureux mais le concept m’a paru un poil trop branché pour moi; cela étant on y a bu le meilleur café du voyage :)

Οψοποιών Μαγγανείαι (Opsopion Maganie)
Emiliou Riadi 5
le site

Fusion tradi/branché, à deux pas du bord de mer. Attention ici il faut réserver, c’est plein tout le temps. Nous avons essayé d’y aller un soir, c’était plein. Nos amis sur place y sont allés deux fois et nous ont confirmé que c’était soigné, bons produits, serveur incroyablement patient  et des vins de qualité comme un rouge du mont Athos à se damner.

Paparouna Wine & Bar restaurant
Melenikou 39

Coq au zen
Βαλαωρίτου 37

Τοίχο Τοίχο
Stergiou Polidorou 1

- Cafés -

Bougatsa Bantis
Panagias Faneromenis 33
le site

Le bougatsa est fait avec du philo, ou phyllo, une pâte fine sans levain. Il y en a pour tous les goûts, nous avons pris viande hachée, fromage et une à la crème. Généralement on mange ça au petit-déjeuner avec un chocolat froid. En plus la boulangerie est située juste à côté de l’église Panagia Faneromeni, parfait combo.

Bougatsa Bantis - Thessalonique (Grece)

Nous avons eu la chance de discuter avec le chef car nous sommes arrivés peu avant la fermeture de 15h en semaine et du coup c’était tranquille. Il a eu plaisir à nous expliquer ce métier que son père et son grand-père pratiquaient déjà.

Chatzis Patisserie
El. Venizelou 50

C’est une maison centenaire dans laquelle il faut goûter les spécialités tout en se posant dans les fauteuils confortables, la parfaite pâtisserie/salon de thé à l’ancienne où prendre un petit-déjeuner avant d’attaquer une journée de marche, ou faire une pause en fin d’après-midi.

Chatzis Patisserie - Thessalonique (Grèce)

Little Big House
Andokidou 24
le site

C’est une auberge de jeunesse, juste à côté de la taverne Igglis (citée plus haut) à Anopolis. Parfait pour prendre un café. Comme son nom l’indique, c’est une petite maison, à la déco intérieure colorée.

IMG_1516

Elenidis
13, Dimitri Gounari
le site

On vient ici pour le Trigona, un gâteau triangulaire de pâte feuilletée

THESS_SUGAR_GALLERYELENIDHS

- Bars -

Tabya
Kon/nou Melenikou 14
le site

C’était un quartier général militaire  devenu une maison privée. C’est désormais un bar hyper bien décoré sur plusieurs étages : partie bar dans le jardin et au rez-de-chaussée, expositions dédiées aux arts graphiques à l’étage. Le barman faisait des cocktails d’anthologie, il est LA référence dans la ville selon mes amis locaux, nous avions la chance qu’il soit à Thessalonique, ce qui n’est pas toujours le cas, car il travaille beaucoup à l’étranger. Il y a souvent des djs dont mon ami Harry d’Anopolis, qui se produisent ici. Quand Harry joue là-bas, c’est une prog afro/jazz/rare groove très agréable.

Tabya - Thessalonique (Grèce)

 

Bord De L’Eau
Egnatia 45
le site

C’est LE lieu où venir écouter de bons djs.

Thermaikos bar
Leof. Nikis 21

On y a été pour une teuf le dimanche avec la dj Rebecca Goldberg. Le bar est en front de mer, ce n’est pas un coin où j’ai envie d’aller (tous les bars ont l’air faussement VIP) mais pour la soirée c’était bien.

Pikap Café
Olympou 57

C’est un bar récent. Nous y avons été un mardi soir pour une soirée avec live performances de Harry sous le nom d’Oldman Talkin’ et un gars d’Athènes appelé defMute.

Pierrot le Fou
Armenopoulou 14

Cocktail Bar 
Polytexneiou 17a
le site

Rover Bar 
Salaminos 6
le site

Un Bar/Club rock dans lequel l’excellent barman à cocktail du Tabya finit ses soirées après le boulot, je lui fais confiance.

- Clubs -

Mylos
le site

Le gros club de la ville

Ypogeio
le site

Live music

Biotexnia
le site

Underground

- Magasins -

Elephant Gang
Plateia Ippodromiou 9
le site

Super magasin de sapes vintage, situé dans la même rue que le disquaire Playground records. Pendant que monsieur cherche des vinyles, madame s’achète des sapes vintage, ou vice versa.

Handover
le site

Il est une centaine de mètres au-dessus d’Elephant Gang, ce qu’ils ont a l’air bien, mais il était à chaque fois fermé.

Microxtreme
le site

Skateshop

Core
le site

C’est le magasin de vêtements du dj Dim Dj (voir partie Musique ci-dessous), dans lequel il vend aussi sa propre marque, et également un petit disquaire puisque Dimitri y vend ses disques persos.

- Musique -

Dans les 3 magasins ci-dessous, les propriétaires ont tous dans la quarantaine et ont  de bonnes connaissance musicales, ils sont tranquilles. Par ailleurs, on  trouve dans chacun des disques du début des années 90, soit des occasions ou des disques qui n’ont tout simplement pas été vendus.

Playground records
Nikiforou Foka 27
le site 

Super stock en électro et rare groove aussi. Gros avantage : il a un stock important, on trouve donc des disques électros qu’on ne trouve plus ailleurs.

Lotus
7 Skra Street
le site

Noise
Dimitri Margariti 5
le site

Anopolis
Le trio de djs nommé Anopolis, en reférence au vieux quartier de Thessalonique est composé de Dim Dj, Harry aka Oldman Talkin’ et Drum Machine. Dim Dj est le plus connu des trois en tant que dj solo. Le trio va sans doute se séparer pour cause d’agendas, mais gardez en tête ces noms, en tirant les ficelles, vous arriverez forcément sur des lieux intéressants.

Penelope Fiance est un autre talent underground de la ville.

- Alimentation -

Bientôt wine
5 Morkentaou
le site

Un caviste qui m’a l’air de qualité, je vois qu’il est connecté à nos amis d’Agrology à Paris.


- Photos -

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!