Caffé La Crepa – Isola Dovarese (Italie)


06.12.22 - Guillaume - 716lavie
Caffé La Crepa
Piazza Giacomo Matteotti, 14
26031 Isola Dovarese
+390375396161
Ouvert du mercredi au dimanche midi et soir
Leur site explique bien toutes les modalités pour y venir : https://caffelacrepa.net/landscape/maps/

Réservation par email via leur site

https://caffelacrepa.net/
- Le résumé -

Un de mes repas de l’année 2022 sans hésiter. Cette Trattoria familiale située entre Cremona et Mantova propose une cuisine régionale d’excellence, s’il y a une endroit où déguster les tortelli di zucca, c’est ici, mais l’ensemble du repas vaut la peine grâce à une cadre idyllique et un menu qui reste abordable.

- La petite histoire -

Alors l’histoire commence avec le livre “L’Ecume des pâtes” que m’a offert le chef Pierre Costes  : le chef Tommaso Milelli  y raconte son expérience au Caffé La Crepa à Isola Dovarese : il y a appris l’essence d’une certaine cuisine italienne.

Je lis, je note ça sur ma google map. Quelques mois plus tard, sur la recommandation de mon professeur d’italien, je monte un voyage à Cremona, Mantova et Sabbioneta. Je regarde ma map et vois que le Caffe La Crepa est entre Cremona et notre seconde étape, Mantova. L’idée était donc de finir le séjour à Cremona puis de manger au Caffe La Crepa avant d’aller à Mantova. 

Manque de pot : pas de location de voiture entre les deux villes. Le train qui va de Cremona à Mantova passe par une ville Piadena, qui se trouve un peu au sud du resto. Je découvre alors qu’un minibus local, réservable sur demande, le Stradibus peut nous amener de la gare de Piadena à Isola Dovarese où se trouve le restaurant sauf que, leur numéro (Tél : 800 070 166) n’est pas appelable depuis le France.

Je demande à mon prof d’italien qui vit à Lecce de faire la réservation, Martino c’est simple comme nom de résa, ce sera au nom de Gino Martino. Mais il faut encore rappeler le Stradibus le lundi pour confirmer. Je rappelle lundi, on me dit de rappeler mardi pour avoir le programme définitif. Le mardi on me confirme que c’est bon.

En sortant de la gare de Piadena, on ne voit pas de Stradibus. Je rentre dans la gare, demande au chef de gare, il faut aller au bout de l’unique rue qui part de la gare et attendre le bus au croisement de cette rue avec la rue principale, à côté du jardin public. A peine on arrive que notre Stradibus “personnel” avec Maurizio au volant arrive et nous emmène au resto, tout en ayant pris la peine de nous arrêter à une Tabaccheria afin de payer le ticket au bon prix : j’avais cru que le Stradibus était gratuit, il est payant et c’est plus cher d’acheter son ticket dans le bus que dans une tabaccheria. Donc soit vous marchez 5 minutes depuis la gare de Piadena jusqu’à la tabaccheria puis attendez le bus à l’arrêt qui est proche de celle-ci, soit vous avez de la chance comme nous et le chauffeur empathique vous prend devant la gare puis vous laisse descendre acheter votre billet à la tabaccheria. 

C’est aussi Maurizio qui est venu nous chercher 3h après. J’avais peur que ce soit trop long, on n’a pas vu le temps passer.

Voir la vidéo instagram du trajet en bus en pleine campagne

Vous avez une autre possibilité depuis Cremona, c’est de prendre le bus 205, ses horaires sont calés sur ceux du ramassage scolaire (matin, midi, fin d’après-midi), il y en a donc un qui part en fin de matinée et arrive pour le déjeuner à Isola Dovarese, c’est donc parfait. Un ticket journalier est disponible pour 3,10 euros, le tarif urbain simple est de 1,50 euros et le ticket est valable 90 minutes. On peut acheter les deux à la gare routière de via Dante, le pass journalier est lui disponible dans certains buralistes/kiosques à journaux, mais pas tous.

En revanche pas de solution de bus pour enchaîner sur Mantova. Dans ce cas vous devez bien prendre le stradibus d’Isola Dovarese jusqu’à la gare de Piadena puis le train jusqu’à Mantova. A mon avis, une fois que vous êtes en Italie et que vous pouvez donc composer le numéro du stradibus, vous pouvez réserver  ce dernier quelques jours avant le repas à La Crepa, si c’est hors période de fêtes nous a dit le chauffeur, il ne devrait pas y avoir de problèmes.

- Lieu -

Le restaurant est sur la place du village, on se croirait un peu au Mexique.

Il faisait grand beau en ce début d’octobre et comme on était un mardi midi, il n’y avait pas grand monde si bien qu’on nous avait donné une table magique en terrasse. A l’intérieur, j’ai vu que le resto avait plusieurs salles et il se peut donc que vous mangiez dans un cadre radicalement différent du mien ce jour-là.

- L'équipe -

Cette trattoria familiale (famille Malinverno)  était au départ une enoteca, ce qui explique la cave très conséquente qu’on m’a d’ailleurs emmené visiter à la fin du repas. J’avais échangé par email avec le patron Federico Malinero – c’est lui qui avait répondu à ma demande de réservation et il est venu nous voir à la fin du repas. Il m’a donné un petit carnet des Premiate Trattorie Italiane qui répertorie les trattorie familiales primées à travers le pays (chacune vous met un tampon à votre passage) ou quand la cuisine traditionnelle familiale devient gastronomique sans se départir de son ancrage local.

Côté service, il y avait un serveur, la cinquantaine et un autre plus jeune. Le 2ème était bien plus avenant que le premier, il avait travaillé pour des étoilés mais, cherchant à se rapprocher des siens, il était venu travailler ici car disait-il c’était la seule table des environs à ce niveau-là. Il envisageait d’aller poursuivre plus tard sa carrière à l’étranger. Le premier serveur mentionné n’était pas antipathique mais on le sentait moins enthousiaste.

- Le repas -

Voici le menu dégustation à 60€ est top, vous pouvez l’avoir à 40 euros avec des demi-portions mais à condition que tous les participants du repas le prennent. Nous sommes partis sur celui à 60 et ça les vaut largement, j’aime bien ce genre de prix, 60. En France, j’ai souvent l’impression qu’on passe de 50 à 80.

Nous avons pris l’apéritif proposé à 6 euros, un Franciacorta blanc. Cela m’a rappelé mon voyage de presse dans la région du lac de Garde et on nous avait emmené chez un vigneron à Franciacorta précisément.

Pour la suite, nous avons choisi de prendre au v

Nous nous sommes partagés les entrées à chaque fois. Assiette d’antipasto la Crepa, cela se passe de commentaires. Comme me disait un italien récemment, en Italie, il y a plus de porcs que d’humains, le fait est que la charcuterie est une spécialité régionale et qu’elle était ici parfaitement mise à l’honneur avec en plus une frittata (omelette) et des légumes du jardin.

Baccala in umedo

Ouh que c’est bon, de la morue dans un bouillon de légumes, à tomber par terre de délicatesse.

L’orgasme buccal est venu de ces tortelli di zucca, LA spécialité de Mantova (dont parle avec emphase Tommaso Milleli). C’est tellement dingue. C’est simple, je n’en ai mangé qu’ici et n’en ai plus jamais recommandé dans aucun autre resto de la région alors qu’ils étaient systématiquement à la carte, mais tu sais ce sentiment rare lorsque tu goûtes un plat pour la 1ère fois et que toutes tes papilles te disent instinctivement qu’il est parfait et qu’on ne peut pas faire mieux.

C’est drôle parce qu’on est venu nous apporter ce Gewurtzraminer Katz Noisettes du domaine Léon Heitzman et Clément Klur avant le plat et j’ai été surpris de son caractère aromatique prononcé, mais j’ai compris la pertinence de l’association une fois que j’ai mangé les pâtes car elles ont un goût sucré du fait de leur farce au potiron. C’est ce que nous avait expliqué le serveur mais je n’avais pas percuté avant d’avoir les deux en bouche. C’est tout à fait remarquable de trouver un restaurant traditionnel italien qui ait des vins étrangers et en particulier ce type de vins plus contemporains. On nous a expliqué ensuite que le patron passait beaucoup de temps à chercher des vins, c’est un plus exceptionnel j’ai trouvé, encore une fois par rapport à ce qu’on trouve habituellement dans les trattorie familiales.

Un Mandorlo du vigneron local Ricci, son nom vient de ces notes marquées évoquant les amandes.


Le poisson du jour, de rivière, un lavarello (lavaret ou corégone lavaret en français) : très bien mais trop cuit selon moi.

L’assortiment de desserts, sympa mais trop sucré (voir la vidéo instagram sur les desserts). Je ne les ai pas pris en photo. En revanche les biscuits qui accompagnaient le café, nommés isolese en référence à Isola Dovarese et fourrés à la confiture d’abricots sont divins.

- Le bilan -

La prestation globale : au poil, malgré les 2 trucs un peu en dessous, rien de grave qui n’altère le plaisir de manière durable. 73 eurps par personne pour un menu dégustation, trois verres de vin par personne, eau gazeuse et café, le tout sur une place au calme, au soleil, avec peu de monde. Au bout de 3h, ton Stradibus revient te chercher. En plus Maurizio, le chauffeur, avait dîné samedi dernier à la Crepa donc il nous avait confirmé tout le bien qu’il pensait du resto et des tortelli di zucca. Un des repas de l’année je vous dis.

Le

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*





Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.



Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

 Paris je t’aime - partenaire officiel 2022