NEWSLETTER 716

Connaissez-vous Graz? – Graz (Autriche)


06.09.19 - Guillaume - 716lavie
- Infos Pratiques -

Y aller

Comme je l’ai dit en introduction, il n’y a pas de vols directs Paris-Graz mais vous pouvez faire Paris – Vienne en avion puis Vienne – Graz en train. Par exemple, au moment où j’écris cet article, fin août 2019, il y a une promotion Air France sur les vols vers Vienne. En novembre ils sont à 130 euros l’aller-retour. Il faut rajouter à cela le trajet en train Vienne – Graz (3h) : sur le site de la compagnie nationale de trains OBB, je trouve facilement un billet à 19 euros. Une autre alternative serait d’intégrer Graz dans un périple qui mènerait aussi à Ljubljana. ou alors de prendre le vol direct Air France Paris – Ljubljana puis de là, aller à Graz en train ou en voiture.

Sur place

L’office du tourisme de Graz
Herrengasse 16
le site

App Bus Bahn Bim pour les transports en commun
le site
Google maps ne figure pas les transports en commun, mais vous pouvez utiliser busbahnbim pour regarder les trajets en transports en commun.Il y a aussi Qando Graz. Par ailleurs de nombreux hôtels proposent des locations de vélos à prix réduit (quelques euros).

On peut utiliser le tram et le bus gratuitement dans le centre de la ville. Renseignez-vous ou demandez à des locaux mais pour la majorité des arrêts dans le centre, c’est gratuit.

Vous pouvez demander à la réception de votre hôtel – et seulement là – un bon “2 tickets de musées pour le prix d’1” valable 24h dans un des 13 musées (musées des armures, musée d’art moderne, …) du Joanneum (c’est le district). Ce bon permet de bénéficier d’une entrée gratuite pour un billet acheté.

- Le résumé -

Graz est la 2ème ville d’Autriche mais qui connaît (bien) Graz? Pour les français, ce n’est pas forcément évident d’y aller car il n’y a pas de vol direct depuis Paris. Il faut aller à Vienne en avion puis prendre un train, mais c’est très simple car il y a une gare dans l’aéroport et tout est très clair. Je développe dans la partie “Infos Pratiques” plus bas les différentes options pour s’y rendre.

Graz fût capitale européenne de la culture en 2003 et cela a marqué un renouveau pour la ville, notamment via le développement de la rive droite de la Mur, la rivière qui traverse la ville. Celle-ci était jusqu’ici plutôt ouvrière et bohémienne et pour certains conservateurs, Graz c’était la rive gauche, le vieux centre historique. Ont notamment contribué à ce changement de perspective, les constructions du café qui fait aussi office de pont, une véritable île flottante au sens propre en forme d’oeuf, ainsi que le musée d’art moderne, situé sur le bord de la Mur et qui lui aussi a une forme ovoïde dans sa partie supérieure.

Graz est une ville riche, connue pour son industrie automobile (Magna Steyr assemble des véhicules pour Bmw ou Mercedes) et ses compagnies de biofuel. C’est aussi une ville de culture, réputée pour son architecture et ses arts de la scène. Graz a accueilli la 1ère faculté de jazz en Europe.

Graz est la capitale de la Styrie (Styria), le Land d’Autriche réputé pour être le “coeur vert” du pays en raison de ses nombreuses forêts, ses  vignobles réputés et ses sources d’eau. Sa nature luxuriante est idéale pour l’agriculture et les randonnées. La ville est traversée par la Mur qui prend sa source dans l’état de Salzbourg et se dirige ensuite vers la Slovénie. La Styrie était autrefois la dernière ville de l’empire austro-hongrois, à la frontière de l’empire balkanique; puis au XXème, ce fût la dernière grande ville occidentale avant le rideau de fer. Elle a ainsi toujours été une ville multiculturelle ainsi qu’un point de passage.

Cette multiculture se retrouve aussi dans son architecture. Graz est en effet classée au patrimoine mondiale de l’Unesco. Je reproduis ici certaines des descriptions qu’on trouve sur le site de l’Unesco : “La Ville de Graz témoigne d’un modèle exemplaire de patrimoine vivant au sein d’un ensemble urbain historique d’Europe centrale, marqué par la présence séculaire des Habsbourg et le rôle culturel et artistique joué par les grandes familles aristocratiques. (…) Le Centre historique de Graz et le château d’Eggenberg témoignent des courants artistiques et architecturaux dont ils ont été le carrefour durant des siècles, provenant de l’aire germanique, des Balkans et de l’Europe méditerranéenne. Les plus grands architectes et artistes de ces diverses régions s’y sont exprimés avec force et y ont réalisé des synthèses brillantes.” Le texte mentionne la période au court du Moyen-Age au XVIII ème, mais on trouve des éléments architecturaux intéressants sur une période plus longue, de l’art roman jusqu’à l’art nouveau.

Enfin il règne une sorte de dolce vita à Graz, sans doute due en partie à l’influence italienne. Il est étonnant d’entendre à quel point les habitants de Graz sont attachés à leur ville, à “cette taille parfaite” qui combine tranquillité d’esprit, facilité de déplacement avec vie économique et culturelle propre à une grande ville et le tout avec la nature juste à côté. Par ailleurs Graz n’est pas submergée de touristes et cela contribue aussi à son authenticité.

- Hôtels -

Lend Hôtel
Grüne G. 2
le site

Cet hôtel est assez caractéristique de ces établissements qui s’installent dans des quartiers en phase de gentrification. La déco mise souvent sur l’art moderne et on privilégie les espaces publics à l’intimité du service. Le lieu doit pouvoir être fréquenté par des gens qui ne séjournent pas dans l’hôtêl. C’est un peu le cas ici, j’ai regretté la procédure d’enregistrement à l’accueil (fastidieuse et qui manquait de chaleur) ainsi que le petit-déjeuner cher (13,50 euros). Mais la chambre est agréable et l’emplacement de l’hôtel aussi puisqu’il est à l’écart du vieux centre touristique plus bruyant. Par ailleurs le 2ème jour, cela s’est mieux passé question service et ça a tout changé. Le prix est par ailleurs très correct, moins de 100 euros par nuit (mais sans petit-déjeuner).

- Guide -

Guides officiels de Graz 
[email protected]
le site

J’ai eu droit à une visite guidée par la guide Ruth Nezmahen des quartiers alternatifs de Lend et de Gries ainsi que du centre historique et Ruth est à l’aise dans les trois. Mais il y a d’autres guides francophones tout aussi calés donc n’hésitez pas!

- Evènements -

Graz Food Festival (août)
le site

Ce festival a lieu mi-août et propose entre autres des dîners exceptionnels dans des restaurants de la ville. J’ai eu la chance d’être invité à une dîner à 4 mains :  il était orchestré par celui qui fût nommé meilleur chef du pays par ses pairs, Huber Wallner du restaurant Saag en Carinthie, le Land le plus méridional du pays, voisin de l’Italie et de la Slovénie ; ce dernier était accompagné de Markus Meichenitsch, le chef du restaurant où se tenait le repas, le Skybar situé en haut du Schlossberg, d’où la vue magnifique que nous avions ci-dessous en fin de journée. Voir mes posts instagram à propos du dîner ici et .

Ma pomme entourée de Huber Wallner (gauche)  du restaurant Saag en Carinthie et Markus Meichenitsch du Skybar (droite)

Spring Festival (au mois de mars)
le site

Festival de musiques électroniques

La Strada (dernière semaine de juillet)
le site

La Strada est comme son nom l’indique un festival d’arts de rue.

Le mois du design (mai)
le site

Festival de Lend “Lendwirbel” (mai)
le site

C’est le festival du quartier de Lend, il a lieu au même moment que le mois du design, le quartier exprime alors pleinement sa culture alternative et sociale : les rues sont fermées, certains dj’s jouent depuis les appartements, il y a de nombreux évènements et happenings dans la rue.

- Lieux -

Voici la carte 716 des lieux que j’ai chroniqués

 

Le Centre Historique

Le Schlossberg

Le centre historique est sur la rive gauche comme je l’ai dit plus haut. Il est en deux parties si je puis dire, le centre ville à proprement dit et les ruines du château ainsi qu’un parc sur le haut de la colline,qu’on appelle Schlossberg.

Pour accéder au Schlossberg, vous avez 4 possibilités : l’escalier, l’ascenseur, le funiculaire et une rue. Pour descendre, je vous conseille le toboggan, il est impressionnant, vous pouvez atteindre jusqu’à 35 km/h moyennant quelques euros. Ce n’est pas forcément évident de trouver l’entrée : depuis le haut de la colline, vous devez cherchez les ascenseurs pour descendre, il y en a deux. Celui de droite vous amène un étage plus bas, au départ du toboggan. Si vous n’avez pas déjà acheté votre ticket, vous pouvez le régler sur place et si vous n’avez pas de monnaie alors vous pouvez payer en carte à l’arrivée du toboggan.

Ci-dessous la vue depuis le funiculaire à mesure qu’il nous monte au sommet.

L’emblème de la ville : la tour de l’horloge (Glockenturm) domine la ville. Elle date de 1560 mais ses origines remonteraient au XIIIème siècle.

 

Mausolée de l’empereur Ferdinand II

Son architecture associe le baroque autrichien et le faste des grandes églises de Rome, je me suis contenté de l’observer de l’extérieur.

 

Das Grazer Landhaus

Das Grazer Landhaus (photo ci-dessous), qui abrite encore aujourd’hui le parlement de la Styrie (la région de Graz), est le plus vieil édifice Renaissance de la ville. Il fût construit en 1557 par l’architecte italien Domenico dell’Allio  sur le modèle d’un palais vénitien. Cliquez ici pour voir la vidéo de l’office du tourisme de Graz à propos du Daz Grazer Landhaus.

 

Le musée de l’armurerie (Landeszeughaus)

Herrengasse 16
le site

Quand on m’a conseillé l’armurerie – musée, j’étais dubitatif. J’en ai fait des musées de ce genre, généralement après trois arcs et deux tromblons, j’ai envie de jouer à counterstrike (en fait j’y ai jamais joué mais je trouvais ça drôle) ou de boire une bière (ça j’y joue souvent). Là je me suis pris une claque : c’était l’armurerie historique de la ville et, de par la proximité de Graz avec la frontière, elle fût toujours richement fournie. C’est la plus grande que j’ai jamais vue et de fait c’est la plus importante collection au monde. En plus c’est classé et présenté à l’autrichienne donc super carré, impressionnant.

 

Le musée d’art moderne (Kunsthaus)

Lendhai 1
le site

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en acceptant une visite du musée d’art moderne. J’avais regardé sur leur site et vu qu’il y avait une exposition dédiée à l’artiste contemporain autrichien Peter Kogler. D’abord j’ai été frappé par l’architecture du lieu ainsi que l’histoire de sa genèse. Il fût en effet conçu lors de l’année 2003 où Graz était capitale de la culture. Situé au bord de la Mur, mais côté populaire, il fait face au vieux centre de Graz. Son immense baie vitrée en verre donne l’impression aux visiteurs qui sont à l’intérieur et regardent la ville d’être mêlés à elle, le musée n’est pas coupé de la ville, il est dedans. Son surnom est le “friendly alien”. Ce qui est intéressant, c’est qu’il a été conçu par un duo d’architectes Peter Cook et Colin Fournier. Si Peter Cook a enseigné, il n’avait jamais construit d’édifices, ce fût donc sa première réalisation en dur, un sacré pari qu’a pris la ville.

Un long tapis roulant nous emmène doucement au 1er étage où se trouve l’exposition. Autre concept : il n’y a pas de collection permanente ici, seulement une exposition temporaire. Ce que j’ai beaucoup aimé c’est que les créations de Peter Kogler étaient mêlées, sans aucune hiérarchie, à celles d’artistes qui l’ont inspiré ou avec lesquels on pouvait établir une proximité artistique. Cela remet l’artiste dans un continuum au lieu de l’isoler, c’est très intéressant. On trouvait ainsi des pièces de Friedrich Kiesler, Fernand Léger, Georges Antheil, Hedy Lamarr ou encore Charlotte Perriand. L’idée était de montrer que derrière les figures populaires du modernisme autrichien (Klimt, Schiele), quantité d’autres sont passés à la trappe de l’histoire notamment parce que beaucoup étaient juifs et ont fui lors de la guerre ou alors parce que, comme Perriand qui a travaillé avec le Corbusier, certaines oeuvres ont été attribuées à lui alors qu’ils étaient d’elle. Elle a réalisé avec Fernand Léger le pavillon de l’agriculture de l’expo internationale de 1937 au Troca.

On pouvait s’assoir dans les fauteuils de Kiesler, très confortables.

Georges Antheil a composé en 23-25 une pièce musicale d’11 min destinée à être jouée par des robots. Elle n’a jamais pu être jouée jusqu’ici, on a essayé deux fois mais ce fût un fiasco. C’est donc la 1ère fois qu’elle est jouée, qui plus est à la vitesse qu’avait rêvé son concepteur.

Si vous prenez le train à Graz, levez la tête quand vous êtes dans le hall de la gare c’est aussi lui qui s’en est chargé. Il y a dans le musée un atelier dédié aux enfants mais pas que : les adultes sont bienvenus. J’ai ainsi pu faire un pliage de papier, y inscrire un message et l’accrocher avec d’autres.

 

Le parc municipal

J’ai beaucoup aimé le parc de Graz, le Stadtpark, très agréable pour se poser durant ce chaud mois de juillet. L’atmosphère y était calme malgré les nombreux locaux disséminés ça et là qui profitaient de cet écrin de verdure pour jouer en famille, bouquiner ou discuter entre copines.

 

LES QUARTIERS DE LEND ET GRIES

La guide Ruth m’a emmené dans deux anciens quartiers rouges de Graz, Lend et Gries. Dans les deux on trouvait notamment certains bordels et ils étaient habités principalement par des ouvriers et des artistes. L’année 2003 a marqué un tournant lorsque Graz fût capitale européenne de la culture et que la décision fût prise de développer cette rive-là de la Mur. Si Lend s’est “gentrifié” ou “branchisé” plus vite, Gries connaîtra probablement le même sort d’ici quelques années. Néanmoins, les deux ont gardé une partie de leur âme mais comme partout il s’agit de faire coexister l’histoire et l’avenir des ces quartiers sans que l’un ne prenne totalement le pas sur l’autre.

Ruth travaille dans deux boutiques tenues par des associations, “Offline Retail” (mentionnée dans la partie Magasins plus bas) permet à des anciens toxicomanes de travailler comme vendeurs. C’était intéressant de l’entendre me décrire les différents commerces de Lend, après qu’elle soit venue me chercher dans mon hôtel, le Lendhôtel précisément. Nous sommes d’abord tombés sur le marché de petits producteurs qui se tient tous les matins à l’exception du dimanche.

Tout autour il y a de nombreux cafés avec des terrasses. Nous avons traversé le quartier de Lend, Ruth m’a aussi montré le dernier bar populaire, qui reste un vestige de l’ancien visage du quartier. Nous sommes passés par le musée d’Art moderne et avons petit à petit pénétré dans le quartier de Gries. Ce qui frappe c’est le calme.

Nous surprenons un artiste en pleine action

 

Sankt Andrä
Cette église se présente sous un jour baroque classique, mais des artistes ont décidé de “l’habiller”, aussi bien à l’intérieur qu’à l’intérieur. Les messes aussi sont funky, il y a aussi des offices de type gospel.

L’autel bling bling

Une balançoire accrochée au plafond pour les plus téméraires

Une porte dans la fenêtre qui permet un accès direct au 7ème ciel

 

EN DEHORS DE GRAZ

La montagne Schöckl
le site

Depuis Graz on peut prendre un bus puis un téléphérique ou alors on peut marcher depuis l’arrêt du bus. Sinon il y a l’alternative du vélo, on part du centre ville et on pédale jusqu’au somment.

Plabutsch

Le plabutsch est sinon plus proche du centre ville de Graz et offre semble-t-il une belle vue sur la ville du haut de ses 754 mètres. Je suis tombé sur un article du journal autrichien Der Standard qui décrit une balade sympa et simple à faire de 15 kilomètres. Je la reproduis ci-dessous.

- Restaurants -

Je n’ai pas pu essayer beaucoup de restaurants à Graz, néanmoins je partage ces quelques adresses qui m’ont été conseillées ou devant lesquelles je suis passé. Quant à Chivito, j’y suis allé.

Chivito
le site

Je cherchais une endroit où manger un bout en extérieur sur la place du marché de Lend qui concentre plusieurs petits cafés. C’est toujours pareil ce genre d’endroits : ça a l’air sympa de loin mais encore faut-il se pencher sur la carte et la cuisine. Je voyais que ce café avait un public bigarré assez local et sans trop de chichis. C’est un petit resto urugayen qui donnait l’impression d’être assez bordélique mais n’empêche que j’ai eu un excellent chili con carne servi en 5 minutes avec 3 grosses tranches d’un bon pain de campagne, le tout pour 6,90 euros, bargain comme dirait l’autre. On n’ira pas là pour festoyer mais si vous voulez manger un bout après le marché, pourquoi pas?

Capperi! il locale 
Mariahilferstraße 12
le site

La guide Ruth m’a recommandé fortement ce restaurant italien. Il y a en plus une petite cour.

Stainzerbauer
Bürgergasse 4
le site

C’est un vieux restaurant de cuisine traditionnelle plébiscité par le Gault et Millau. Il m’a eu l’air sérieux, seul hic en été : il est en sous-sol or il faut beau et chaud à Graz et l’été on a envie d’être dehors en terrasse.

The Hungry Heart
Mariahilferstraße 23
le site

Il semble que ce soit le meilleur endroit pour un sandwich au pull pork ou un hot dog, si tant est qu’il y en ait d’autres pour le pull pork, une adresse emblématique du nouveau visage du quartier de Lend.

Isaan Thai
Klosterwiesgasse 13

Un petit thaï à prix abordables

Die Amsel
Körösistraße 10
le site

Une brasserie bistronomique avec une jolie arrière-cour.

Osteria dei sensi
Am Ragnitzbach 26

Un restaurant italien à l’ancienne qui a l’air de faire plus ou moins mouche selon les plats, terrasse agréable aux beaux jours dans l’arrière de la maison

Pizzaiolo
Dietrichsteinpl. 7
le site

Une pizzeria assez branchée et conceptuelle mais je vois qu’ils font la Margarita à 7,90 euros, à ce prix-là on peut essayer.

- Cafés -

Cafés

Frankowitsch
Stempfergasse 2
le site

Cette institution qui existe depuis plus de 50 ans est un mélange de cultures à l’image de la ville. On sert dans ce café – traiteur ) salon de thé des tapas sous formes de petites tranches de pain agrémentées de garnitures très variées : cela m’a fortement évoqué les cicchetti vénitiens, comme ceux d’Al Bottegon. Par ailleurs on trouve dans une des salles de Frankowitsch une affiche de la célèbre grappa Nardini, qui vient de Bassano del Grappa, dont je vous ai aussi déjà parlé. J’ai donc demandé à la serveuse si les fondateurs de l’établissement étaient originaires de la Vénétie. Elle m’a expliqué que non, qu’ici on mélangeait toutes les influences, que les petits sandwiches avaient parfois des garnitures qu’on trouve dans les Balkans. Bref c’est très vivant, il y a des locaux, des touristes, des jeunes, des vieux, des ni l’un ni l’autre. Si vous y allez à Noël, il semble que le midi du 25 tout le monde vient ici boire un coup, ça déborde totalement dans la rue. Si vous voulez réserver un plateau de gourmandises ici, prenez-y vous tôt, dès octobre, c’est complet.

 

Cafe Schwalbennest
Franziskanerpl. 1

Plusieurs se plaignent d’un service parfois long et pas toujours super chaleureux, mais je le conseille pour sa petite terrasse qui donne une vue imprenable sur l’animation du centre ville.

Cafe Lenz
9, Lendpl. Stand

Du côté du marché de Lend dont je parle dans la partie “Alimentation” de cet article, certains apprécient le cafe Lenz pour le petit-déjeuner.

Omas Teekanne
Nikolaipl. 1
le site

C’est un petit salon de thé discret et tranquille dans le quartier de Gries. Il est par ailleurs tout près de l’intéressant bâtiment d’architecture contemporaine (ci-dessous) occupé par Moodley, une agence de stratégie et de design.

 

Parkhouse
Stadtpark 2
le site

Un café bar au coeur du parc municipal, à vrai dire au départ j’allais dans le parc pour ce café et puis je me suis posé sur l’herbe et n’y suis jamais allé. Il y a l’air d’avoir des concerts et soirées djs l’été.

Kunsthauscafe
Südtiroler Pl. 2
le site

Je n’ai pas été particulièrement attiré par ce café situé derrière le musée d’art moderne car il y avait trop de monde et je préfère une ambiance plus cosy. Cela étant, c’est un lieu de rencontre important de la ville et toutes les générations s’y croisent donc si vous cherchez cela, vous le trouverez ici.

Freiblick
Sackstrasse 7-13

Je ne peux pas dire que ce café m’ait donné envie de me poser pour boire quelque chose car il est en haut d’un centre commercial; en revanche il est parfait pour prendre une jolie photo en hauteur sur les toits de Graz, comme celle ci-dessous.

 

Duck’s coffee shop
Raubergasse 14
le site

Un café tendance où boire un café tout en surfant grâce à la wifi, enfoncé dans un gros fauteuil plus que pour manger un bout selon moi :

Glaces

Il Gelato di Gianola
Bischofpl. 5
le site

C’était le glacier préféré de ma guide Ruth. Je ne l’ai pas essayé moi-même.

- Gastronomie -

J’ai dit que la Styrie était le coeur vert du pays. Il y a notamment deux grandes spécialités reconnues dans tout le reste de l’Autriche : le vin  blanc et les produits à base de potiron tels que les graines, mais surtout, l’huile!

L’huile de potiron

On en met sur tout aussi et le summum, c’est d’en mettre un trait sur une glace à la vanille. Je vous conseille de vous en procurer dans le coin si vous en trouvez une qui vous paraît artisanale car c’est très cher.

Le vin

Il s’agit principalement de vin blanc à 30 min de Graz : sauvignon, chardonnay. Je regrette de ne pas avoir des références de qualité à vous communiquer.

- Bars -

Die Beate
Griesgasse 34
le site

Ce lieu classique d’after-parties a réouvert fin 2018.

- Clubs -

Postgarage
Dreihackengasse 42
le site

Ce club du quartier de Gries ne fait pas l’unanimité mais qui reste une option populaire de la ville pour des concerts et des soirées.

Club Vakuum
Griesgasse 25
le site

Ce club permet à ses membres de voir autant de concerts qu’ils veulent moyennant une cotisation de l’année. Je pense qu’on peut aussi venir sans être membre, mais je n’ai pas réussi à trouver d’explication claire sur les modalités.

- Magasins -

Fachl
Herrengasse 13
le site

Le concept du Fachl, dont je vous avais déjà parlé à propos de Salzbourg c’est une boutique qui permet à des producteurs indépendants de “louer” une ou plusieurs caisses en bois dans lesquelles ils exposent leurs produits locaux (gin, whisky, graines de potiron, mais aussi des objets). Je n’y ai pas trouvé mon bonheur cette fois-ci mais c’est une halte plaisante, juste de l’autre côté de la grande artère piétonne par rapport musée des armures.

Offline
Mariahilferstraße 19
le site

C’est un projet social pour les personnes cherchant à sortir de la toxicomanie, ce magasin de vêtements d’occasion leur permet de travailler ici comme vendeurs. La guide Ruth y travaillait.

Tag.werk
Mariahilferstraße 13
le site

Ruth travaillait aussi dans cette boutique qui propose des sacs faits à la main dans une logique éco-responsable.

Bürsten- und Korbwaren
Rösselmühlgasse 4

Pas sûr que ce soit exactement ce que vous cherchez à rapporter comme souvenir, mais ce magasin qui existe depuis 1852, est emblématique du quartier populaire de Gries. Ici on ne vend que des brosses et autres balais de 1ère bourre, le monsieur qui nous a reçu était très ouvert. Passez au moins une tête lorsque vous déambulez dans Gries, c’est sympa.

- Musique -

Dux records
Annenstraße 7
le site

Je n’ai pas trouvé mon bonheur dans ce disquaire vinyls mais je le mentionne car il est néanmoins plus éclectique dans ses choix qu’In & Out qui est très marqué pop/rock

- Alimentation -

Marché de Lend

Le marché de Lend a lieu chaque jour sauf le dimanche. Il est cool, on y trouve de bons produits pour des prix raisonnables : 2,50 euros la barquette d’excellentes mûres par exemple (que j’ai achetée et oubliée ahhhhhh, mais bon heureusement j’avais aussi acheté d’autres fruits forts bons pour mon trajet en train jusque dans l’Alpbachtal à l’autre bout du pays, à l’ouest).

Der Feiertag
Lendplatz Stand 7
le site

Sur la place du marché, il y a un bon boucher sympa – même si c’est une petite chaîne, ils ont 4 boutiques dont 2 à Graz – , j’ai acheté du bon speck. Ils proposent aussi des plats simples à déguster sur place.

Das Gramm
Neutorgasse 7
le site

Un magasin qui ne propose que des produits bios dont beaucoup régionaux. Ils viennent d’en ouvrir un second, le Dekagramm.

 

Pane
Mariahilferstraße 11

Du (bon) pain de la veille à moitié prix dans le quartier de Lend, “Gutes brot von gestern”.

Vins 

Der Steirer
Belgiergasse 1
le site

C’est un resto et une cave, ils étaient très sympas mais n’avaient malheureusement pas du tout le type de vins nature autrichiens que je cherchais.

Vinothek bei der Oper
Tummelpl. 1
le site

Je n’ai pas eu l’occasion d’aller chez ce caviste.

- Photos -

Des skaters le soir sur la place du marché de Lend

Graz est la 2ème ville d’Autriche, mais la nature y est encore bien présente.

Voilà la maison du riche producteur d’alcools Gottfried Maurer.  On vient ici pour admirer la façade mais aussi pour le carillon installé par le riche commerçant au début du XXème et qui représente un couple vêtu de costumes traditionnels et qui s’anime 3 fois par jour, à 11h, 15h et 18h. Ses 24 cloches jouent 3 mélodies différentes.

Différentes générations de différents pays contemplent Graz depuis ses hauteurs.

La beauté des façades du centre…

et des portes d’entrée

Les influences balkaniques se retrouvent dans les noms de boutiques

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Inscrivez-vous à la newsletter !

* Champ obligatoire