Gourmets gourmands – Paris (75015)


13.06.19 - Guillaume - 716lavie
Gourmets gourmands
7 Rue Beaugrenelle
75015 Paris
01 45 75 19 99
Ouvert du lundi au samedi midi et soir
Métro : Charles Michels (10)
Bus : Linois - Emeriau (30), Charles Michels (42, 70)
http://www.gourmetsgourmands.fr
- Le résumé -

Gourmets gourmands est une table familiale vietnamo-laotienne qui ne nous fera pas traverser tout Paris, mais qui nous sauvera la mise de nombreuses fois quand on est dans le quartier qui va de Beaugrenelle à Dupleix : en effet il n’y a pas de mauvaises surprises ici, la cuisine est bonne, le cadre agréable, les prix corrects et le service sympathique; même si on aimerait bien qu’ils poussent un peu plus leurs spécialités.

- La petite histoire -

J’ai découvert la rue Beaugrenelle récemment lors d’une exploration du quartier. Une étudiante coréenne m’avait recommandé Hanzan, j’étais donc venu voir. Dans cette petite rue de 130m qui ne compte pas moins de 6 restaurants, j’avais repéré d’autres plans dont ce Gourmets Gourmands qui m’avait intrigué. Un rapide coup d’oeil au web m’avait laissé voir que le resto de quartier avait des avis dithyrambiques et ce, depuis des années. Toujours dans la rue, je suis tombé sur Arthur Pétillaut (Le Lieu du Vin) qui m’a confirmé que c’était sa cantine du midi.

Nous sommes sortis un soir dans le quartier et sommes allés chez Akasaka, le coréen réputé de la rue, mais l’accueil de la jeune femme était tellement désagréable, elle était tellement stressée et sans chaleur aucune, voire froide et nous étions de plus entassés que nous sommes partis : trop mal à l’aise, on a préféré le confort simple de Gourmets Gourmands.

- Lieu -

Une déco à l’ancienne mais au moins on y est bien. Le restaurant existe depuis 1996.

- L'équipe -

Accueil charmant et avec de l’humour, c’est juste dommage que la dame pousse systématiquement ses nems en entrées alors que ce resto a nombre de spécialités laotiennes (c’est lao et viet), mais on peut imaginer que dans ce coin résidentiel avec une faible communauté asiatique, les gens viennent souvent pour la même chose. Enfin on s’est bien marré avec la dame quand je l’ai appelée sur le téléphone du restaurant pour lui dire que je voulais payer. Elle a décroché et dès que je lui ai dit que je voulais l’addition, elle s’est éclatée de rire direct en se retournant vers la salle et en tombant sur moi au téléphone.

- Le repas -

Entrées

Donc on a suivi ses conseils sur les nems qui étaient effectivement bons, mais pas “les meilleurs de Paris” comme l’avait dit la dame; d’ailleurs ça ne veut rien dire, surtout pour des nems, cela montre  aussi que son restaurant a peu d’établissements concurrents dans un petit périmètre. Il ne viendrait pas à l’idée d’une table de 13 de proclamer faire les meilleurs nems.

J’adore la cuisine laotienne, assez peu représentée à Paris au regard de la vietnamienne et de la cambodgienne dans une moindre mesure. Je n’allais donc pas laisser passer une chance de manger une saucisse laotienne épicée. C’est marrant car sa texture était différente de celle à laquelle je suis habitué : elle était plus tendre et molle alors qu’à Lao Chaleune par exemple j’étais habitué à une saucisse plus dense et aussi grillée.

Plats

Poisson cuit dans la feuille de bananier type Amok, très bien

Coquilles Saint-Jacques au poivre recommandées par la patronne, excellentes (je lui avais bien demandé si ce n’étaient pas de St Jacques surgelées caoutchouteuses)

Dessert

Gingembre confit et thé au jasmin

- Le bilan -

On s’est fait un quiz addition entre nous deux, on hésitait entre 53 et 54, ce fut 55 et qq : une très bonne soirée dans un lieu sans chichis comme je les aime, ce n’est pas de la haute gastro mais c’est savoureux et très honnête. Ne reste plus qu’à s’aventurer dans les spécialités plutôt que de rester sur les basiques.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Inscrivez-vous à la newsletter !

* Champ obligatoire