Notes diverses – Naples (Italie)


08.01.13 - Guillaume - 716lavie

Bon sur Naples, il y a des tonnes à dire.
C’est la 1ère fois que je fais un article un peu général sur une ville, l’envie d’ouvrir le champ 716 et en tout cas de le mixer de plus en plus avec l’approche du Vrai Paris, à savoir proposer la découverte d’une ville à travers sa culture et son mode de vie.
Déjà je vous recommande chaudement le guide : Un Grand Week-End à Naples (édition 2012) qui m’a bluffé par son mélange réussi d’infos historiques sérieuses et bien résumées, d’infos pratiques pertinentes (top le plan détachable, qui est très bien foutu en plus), et de recommandations de restos, bars ou autres plutôt bien vues.
Enfin un guide dans lequel on ne se sent ni définitivement clubber ou prof d’histoire à la retraite mais un peu tout ça à la fois.





Donc pour Naples, en deux mots :
– avant de partir tout le monde vous dit que c’est le bordel total, la ville de l’anarchie sauf que : les bus marchent bien dans le centre (l’arrêt suivant est annoncé via un écran dans le bus, on envoie un code sms indiqué sur le panneau de l’arrêt de bus et on reçoit un message avec la durée exacte d’attente du prochain bus), il y a un métro clean, etc…
– évitez de dormir près de la gare Garibaldi, ça craint
– le centre historique, Spaccanapoli est top pour se loger ou alors allez vers la via Chiaia et la Piazza Victoria

Evidemment vous irez voir les crèches.





Ou vous faire une coupe à l’ancienne.


Luca Talarico
Via Sant’Anna de Lombardi, 17
80134 Napoli
Tél : 3484120644
le site

Naples est connue pour son travail du cuir.
Voilà un artisan dans le Vieux Naples, l’une des plus anciennes familles napolitaines à travailler le cuir.
Luca travaille dans son petit atelier et pratique des prix modiques par choix.
Le sac ci-dessous, entièrement fait main, avec une super odeur de cuir? Combien? Combien? 29 euros. Bam.

Ca c’est pour le un, un Kinder géant trouvé à la cafét’ de Pompéi.

Retour
Aéroport

En enregistrant nos bagages, j’ai expliqué à la personne qui s’en chargeait qu’on aimait la bonne bouffe et qu’on aimerait bien manger dans la meilleure cafétéria de l’aéroport.
Sans hésiter, il nous a envoyé chez Fratelli La Bufala.
C’est un restaurant, cossu pour un aéroport. En fait il s’agit d’une chaîne et ils ont une soixantaine de restos à travers le monde dont 5 ou 6 rien qu’à Naples.

Pour un aéroport, et pour moi qui avais besoin de verdure cette salade ci-dessous était parfaite.

La pizza frite était bien aussi.


Pour une grande et 1 petite, bouteille d’eau, une assiette de mozzarella, une pizza frite et deux cafés, nous en avons eu pour 27,50 euros, cher pour l’Italie mais avant de prendre l’avion, plutôt parfait.
Le seul hic c’est le crevard de serveur qui a voulu s’octroyer 5 euros de pourboire en grugeant le retour de monnaie. Je lui ai fait comprendre qu’il avait rajouté un zéro de trop et c’est donc a ec un royal 50 centimes que nous l’avons salué bien bas.

Le bilan de Naples
Les seuls crevards qu’on a vus en 5 jours étaient ce serveur et un chauffeur de taxi (dès que je rentre dans un taxi où que ce soit dans le monde, j’ai les fesses qui se serrent et un Uzi qui me pousse au bout du bras droit), comme quoi dès qu’on se rapproche d’un gros truc touristique, ça pue.

Sinon que du bonheur, des gens accueillants, souvent francophiles, beaucoup étaient très cultivés, et tout le monde avec une grosse patate du sud.
Naples c’est de la balle.

 

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.




Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.



Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

Office du Tourisme et des Congrès de Paris