Pizzeria Magnà – Paris (75009)


29.12.18 - Guillaume - 716lavie
Magnà
48 rue Notre Dame de Lorette
75009 Paris
01 44 63 89 09
Ouvert de 11h30 à 15h et de 18h à 22h30 du mardi au vendredi et le samedi de 18h à 23h30
Métro : Saint-Georges (12)
Bus : Saint-Georges (67, 74)
https://www.facebook.com/magnastreetfood/
- Le résumé -

Magnà est un nouveau spot de street food dédié à la pizza napolitaine, “Encore?”, me direz-vous, encore une pizza napolitaine, encore dans le 9. Oui mais là, il s’agit de pizza portafoglio (roulée en portefeuille) ou bien Rotolo (entièrement roulée comme un burrito, mais là j’ai moins capté le concept) et au coeur de la Nouvelle Athènes puisqu’on est situé près de la place Saint-Georges donc ça change.

- La petite histoire -

J’ai découvert l’adresse Magnà grâce à L’Italie à Paris et j’ai vu que Les Tasters toujours chaud sur l’actu en avait aussi parlé. Magna c’est « mange » en dialecte romain « Romanesco » si j’ai bien capté.

- Lieu -

D’abord le quartier, c’est celui de la Nouvelle Athènes que je vous invite à découvrir en ma compagnie lors des visites guidées que j’organise. Magnà est plus bas que les adresses qui font le buzz de SoPi (pour South Pigalle), ici on est dans cette portion de la rue Notre Dame de Lorette entre la place Saint-Georges et la rue Pigalle.

Pour ce qui est de la déco, j’avais lu des articles avant d’y aller et vu que la décoratrice avait fait le choix de privilégier l’espace dédié à la cuisine plutôt que celui aux clients. Effectivement le but est que les clients commandent, payent et zou, s’en vont. Pas de tromperie sur la marchandise, c’est clairement annoncé. Le soir c’est plus calme. Nous avons eu la chance de pouvoir nous poser confortablement et de prendre le temps de déguster un repas complet, dessert et café inclus, ce qui aurait été plus compliqué si nous avions dû partir. La formule du soir va sans doute évoluer car Julien Serri Chef  aimerait plus d’homogénéité entre les deux ambiances.


- L'équipe -

Il y a Julien Serri, le patron truculent et déterminé. Après avoir officié à Alicante dans un restaurant, il en a eu marre et a voulu changer de décor. Il est passé entre autres par le restaurant Ida à Paris, a fait du conseil, il est membre du jury de la meilleure pizza et a décidé d’ouvrir ce lieu; l’idée étant de multiplier les points de vente. J’ai été impressionné par son énergie, la discussion s’est prolongée dans la rue car je voulais lui montrer l’immeuble où était né Gauguin, l’avant-dernier atelier de Delacroix et les figures d’Héloïse et Abélard qui se répondent de part et d’autre de la rue Notre Dame de Lorette. Il faisait froid, il était en tenue de cuistot et papotait avec nous sans laisser paraître une quelconque fatigue ou lassitude. C’est sûr que le lieu va devenir un repaire de foodies et que lui a le sens du spectacle (sa page facebook mentionne le # mégalo), mais au-delà il sait de quoi il parle et ne veut pas rouler les gens (juste ses pizzas).

Le pizzaïolo Stefano vient de Naples et ça ne chôme pas; d’autant plus que Julien applique les méthodes d’hygiène de la gastronomie traditionnelle, chaque soir on sort tout et on lave, ça ne plaisante pas.

- Le repas -

La pizza portafoglio (de portefeuilles), c’est cette pizza pliée en 4 qu’on trouve à Naples, dans la rue surtout m’ont dit mes amies napolitaines. La pâte est plus fine donc ça se digère très bien. On en a pris 3 à 2 : Antica Mortadella, Salsiccia Friarelli et Marinara. Les produits sont d’exception et j’ai adoré les deux premières.
On peut couper la pizza en deux avec ses mains pour la partager avec un pote. La carte va changer en janvier.

Concrètement ça ressemble à quoi? A ça.

Antica mortadella a portafoglio à 13,80. Vu les produits, ce n’est pas du vol. Dès les premières bouchées on a halluciné, c’est du très sérieux. Quant à la salsiccia friarelli, elle était formidable aussi, les friarelli sont ce légume italien typique qui ressemble un peu à la blette, bien que ce ne soit pas ça. Il y a dans cette pizza de la ricotta fumée et de la ricotta au cotto di fichi, une préparation à base de figues noires cuites à et recuites à haute température. On a pris les bières de la brasserie Mappiness à Saint-Maur-des-Fossés.

La marinara m’a un peu moins convaincu question garniture, mais pas de quoi fouetter un chat. Il faut dire aussi qu’ils ont mis moins de tomates exprès afin qu’on puisse mieux la couper en deux; cela étant, c’est surtout l’ail que je ne sentais pas beaucoup. Mais ceci est accessoire et 7,50 euros c’est carré.

Julien nous a proposé la stracciatella, des lanières de pizza recouvertes de pâte à tartiner, la vraie, mais on n’avait plus faim pour ça après ce festin. On part donc sur le baba qu’on s’est partagé, un baba plus phallique que jamais (une référence à la maison close qui existait ici?) et servi généreusement en rhum.

Le café est du Toraldo, la crème de la crème du café napolitain qu’on trouve aussi chez Iovine’s.

- Le bilan -

1 Salsiccia Friarelli à 12,50, 1 Antica Mortadella à 13,80, , 1 Marinara à 7,50, 2 bières à 4,80 l’une, 2 cafés, un baba, ça nous faisait dans les 48 euros pour 2.

C’est très bon et pas trop cher. A vous de trouver la formule qui vous convient entre sur le pouce, dehors, assis, etc…

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

2 comments
    07.04.19 - 19 h 47 min - Arnerin

    bonjour j’aimerais savoir si vous faites des livraison pour le déjeuner et si oui dans le 75004 paris
    j’ai vue votre pub dans 66mn ce jour et j’aimerais goûter vos pizzas.
    merci pour votre retour