Autour de Naples – Baia, Cumes, Pozzuoli (Italie)


17.02.20 - Guillaume - 716lavie
- Infos Pratiques -

Y aller

La station de Baia n’était pas en service en novembre 2019 donc il fallait prendre le train jusqu’à Fusaro (trajet gratuit avec la Arte Campania Card). En fait le coin est souvent appelé Fusaro – Bacoli car il y a d’une part le lac de Fusaro qui est cette curieuse étendue d’eau située sur la pointe et la ville de Bacoli.

- Le résumé -

Lors de ce séjour à Naples en décembre 2019, nous voulions découvrir aussi les alentours de la ville. Notre amie Chiara (pâtisserie Mon Sciu) nous avait conseillé d’aller au nord, du côté de Baia, chose à laquelle nous n’avions jamais pensé.

Petit à petit, nous avons monté une sortie à la journée nous permettant de visiter un max d’endroits tout en étant privé de voiture. Ce n’était pas une mince affaire de jongler avec les horaires des transports publics et les heures d’ouvertures des musées, le plus dur étant souvent de les trouver puis de savoir s’ils sont fiables.

Voici ma carte qui regroupe mes recommandations à Naples ainsi qu’à Baia au nord ouest et à Paestum au sud, il vous faudra donc zoomer.

 

Cette région volcanique est appelée celle des champs phlégréens (campi flegrei), qui signifie “champs brûlants” en grec. Sur la carte ci-dessous tirée du site officiel du Parco archeologico dei campi flegrei, on voit bien la densité des sites archéologiques de cette péninsule.

Dans cet article du journal suisse Le Temps, on nous explique qu’il est possible qu’il y ait une nouvelle éruption catastrophique dans cette région.

- Lieux -

Départ de la gare de Fusaro

De la station de Fusaro, il y a un bus (quand il passe, théoriquement toutes les 20, 30min) qui vous monte au parc archéologique de Baia et aussi au château de Baia. Nous sommes arrivés à Fusaro sous une pluie diluvienne, il n’y avait pas de bus donc nous sommes allés boire un café à l’abri. Ensuite la pluie s’était calmée et nous sommes donc montés à pied jusqu’au parc archéologique de Baia (compter 15-20 min., Google maps est un peu optimiste).

La pluie s’est remise à tomber, des trombes d’eau. Comme le parc archéologique est entièrement en extérieur, pas question de le visiter à ce moment-là. J’ai alors demandé au monsieur qui livrait les boissons du distributeur s’il pouvait nous déposer quelque part avec sa camionnette. Bingo, son prochain arrêt était précisément le Château de Baia, Castello di Baia, où nous voulions aller. Il faut compter 10 min. de voiture, la route descend d’abord de la colline vers la mer avant de remonter sec, à pied ça aurait été rude.

Bacoli

Château Aragonnais de Baia (Museo Archeologico dei Campi Flegrei nel Castello di Baia
Via Castello, 39
80070 Bacoli
Attention il ferme à 13h30

Nous étions seuls dans ce château, c’était impressionnant. Il a été construit à la fin du 15ème et réaménagé par la suite. Ses collections sont d’une richesse incroyable, il abrite en effet le musée archéologique des champs Phlégréens, le nom de cette région volcanique située dans le golfe de Pozzuoli. Les collections proviennent des sites de Baia, Miseno et Pozzuoli et témoignent de la richesse de la région à l’époque. Les statues et frontons de portiques sont en excellent état.

La vue qu’il offre sur le golfe est à couper le souffle.

Nous avions deux copains qui nous attendaient à la sortie.


Parc archéologique des Thermes de Baia (Parco archeologico delle Terme di Baia)

Via Sella di Baia 22
80070 Bacoli

Après la visite du château, le temps était désormais superbe et nous sommes repartis à pied. En chemin, le bus est passé et nous l’avons pris, royal au bar. Il nous a déposés en 10 min. à l’entrée du parc archéologique que nous n’avions pu visiter précédemment à cause de la pluie. Attention il faut distinguer le parc archéologique de Baia ou Thermes de Baia (complesso archeologico di Baia) et le parc archéologique sous-marin (Parco Archeologico Sommerso di Baia) qui est à 10min., celui-là nous n’avons pas pu y aller. Les Thermes de Baia sont relativement peu entretenues, mais le site mérite le coup d’oeil. On a une vue sur la baie et puis l’immensité de ces thermes donne le tournis. On suppose que cet immense site correspondait à une résidence impériale. On distingue 3 thermes : celles Vénus, de Sosandra et de Mercure. Ne ratez pas l’ancienne salle couverte en forme de dôme avec un trou au centre de la voûte qui laisse passer eau et lumière, magique. En ce mois de décembre nous étions là aussi seuls, à peine avons-nous croisé un couple qui commençait sa visite alors que nous quittions les lieux.

Ensuite il nous fallait trouver un endroit où manger, autant vous dire que j’étais dessus depuis la veille. J’avais épluché toutes les tables du coin, j’avais aussi questionné le livreur de canettes qui nous avait déposé au château, mais je n’étais pas convaincu de ce que j’avais trouvé. J’ai alors demandé au personnel du parc archéologique s’ils avaient une adresse locale pas chère et bonne, simple. Le gars m’a dit tout de suite : “Stella Marina”. Il m’a dit d’un air gourmand “t’as un menu tout complet à 9 euros avec des poissons frais, nous on va là”. Il les a même appelés pour leur dire qu’on venait. A pied c’était simple, nous avons marché 10 min jusqu’à la gare, notre point de départ, car le resto est juste en face (voir la description dans la partie “Restaurants”).

Casina Vanvitelliana
Piazza Gioacchino Rossini, 1
le site

A partir de 1752, le domaine de Fusaro devint le domaine de chasse du roi Bourbon Ferdinand IV. Il y fit construire ce pavillon de chasse insolite achevé en 1782 sur une mini-île située sur le lac. Il porte le nom de l’architecte qui en eût la charge, Luigi Vanvitelli (c’est à lui qu’on doit aussi le palais de Caserta à 30kms au nord de Naples) ainsi que plus tard son propre fils, Carlo Vanvitelli. Lieu de résidence privilégié, il a aussi hébergé entre autres Mozart, Rossini et différents rois, empereurs et tsars. plus tard vu passer Le bâtiment est aujourd’hui ouvert au public et sert également de lieux de réceptions. Il était fermé en hiver donc nous l’avons admiré depuis la rive.

En face de la résidence, côté terre ferme, il y a un joli jardin historique. En 1827 avait été construit un vaste espace circulaire dédié au stationnement des voitures. En 1880, le parc prit sa configuration actuelle. On y trouve de nombreuses d’arbres et de fleurs : Pittosporo, palmier dattier, pin maritime, eucalyptus, chêne, palmier nain. En cette période de pré-Noël, il y avait ces gros ours assez mignons dans le parc.

Pozzuoli

Parc Archéologique de Cuma (ou Cumes)
SP 164, 1, 80078 Pozzuoli
Tel : +39 081 8040430 – +39 081 19936289 – +39 081 5233797
Email: [email protected]
le site

Les horaires sont bidons comme souvent en Italie quand il s’agit de ruines, ils ont cette règle à la con de fermeture 1h avant le coucher du soleil, ce qui est tout sauf précis, on eu la même galère . Donc sur le site ils mettent  “Ouvert de 9AM à 6:20PM (sunset) tous les jours”, c’est complètement faux et puis sur le site de l’Arte Campania Card, ils mettent fermé le lundi. Nous y étions en décembre et à 15h30, on s’est fait jeter sous prétexte que ça fermait à 16h et que le site n’était plus accessible 20min. avant l’horaire. Nous avons marché 30 min. pour rien le long d’une nationale.

Tarifs: 4,00 €; billet complet  “CircuitoFlegreo” à 8,00 €, valide 2 jours consécutifs pour 4 sites :  Musée archéologique du Campi Flegrei au Castello di Baia, Parc archéologique des Thermes de Baia, Parc archéologique de Cuma, Ampthithéâtre Flavio di Pozzuoli); Tarif réduit 2,00 €

Nous ne l’avons donc vu que de l’extérieur. Le site a été fondé par la plus ancienne colonie grecque d’Occident fondée au VIII siècle avant J.-C. Il comprend l’acropole, l’antre de la Sibylle, là où la Sybille recevait ses fidèles et prédisait l’avenir, les vestiges de temples (Jupiter, Neptune, Mercure). Après la conquête de Cuma par les Samnites puis par les Romains, les temples furent transformés en basiliques,  le Temple de Jupiter qui devint une cathédrale du diocèse de Cuma.

N’ayant pu prendre aucune photo, j’ai à défaut trouvé cette vidéo à propos du chantier de recherche mené par l’équipe du Centre Jean Bérard, organisme de recherche – sous la double tutelle de l’École française de Rome et du CNRS – dirigé par Claude Pouzadoux.

Sur la route du parc de Cuma jusqu’aux thermes de Stufe di Nerone (le propriétaire était venu très gentiment nous chercher en voiture), nous avons eu droit à un coucher de soleil absolument splendide.


Les thermes de Stufe di Nerone

Via Stufe di Nerone, 45
le site

Ces thermes sont d’anciens bains romains qui sont toujours très fréquentés par les locaux. En effet, on a ici une eau souffrée naturellement chaude. Il y a une piscine extérieure et en hiver le soir c’était le pied de nager dans cette eau super chaude : on a de plus une vue dingue sur les environs. Il y a aussi un bassin dans le jardin dans lequel on peut faire des bains de boue. A l’intérieur vous pouvez réserver des soins (massages ou autres) et il y a des saunas et  des bassins d’eau chaude dans des salles caverneuses creusées à même la roche. Les installations ont un petit coup de vieux mais ça reste propre. Ce que j’ai trouvé agréable c’est d’être au milieu de locaux qui ont plaisir à fréquenter l’endroit en fin de journée : ce n’est pas un spa de luxe pour touristes, c’est aussi une tradition locale. L’entrée n’est pas donnée (30 euros) et si vous n’avez pas votre matériel, il vous faudra acheter ou louer serviette et peignoir. Mais cela vaut le coup dans le cadre d’une journée entière dans la région. Je précise que nous avons choisi de nous-même d’y aller mais que nous avons bénéficié d’une entrée gratuite.

- Restaurants -

Bacoli

Stella Marina Ristopescheria
Via Giulio Cesare 5
Tél : 081 8688917 – 3383541277

La devise du resto est “”Il pesce fresco cucinato da noi proprio como piace a te…”. Il est situé littéralement en face de la gare et ne paie pas de mine, pas sûr qu’on aurait eu l’idée d’y rentrer si le gars du parc archéologique ne nous l’avait pas conseillé. Il y avait ce genre de terrasse couverte par une bâche en plastique. On s’installe, comme on était là un peu tôt il n’y avait que 2 tables occupées.

A l’une d’elles, juste derrière nous, il y avait cet homme et cette dame qui étaient des collègues venus de Naples pour la journée, en déplacement professionnel. Quand j’ai entendu la dame s’exclamer à quel point c’était bon lorsqu’elle parlait au serveur, je me suis dit : “ah tiens en Italie c’est pas si souvent”. Je suis allé les voir et voilà ce que ça donne.

 

Donc dans ce menu à 9 euros, il y avait en entrée des pâtes aux cigales de mer.

Ensuite une grillade mixte de fruits de mer. Le tout venait avec 1/4 de vins. Nous avons fortement sympathisé avec nos voisins qui étaient deux messieurs, la cinquantaine, qui parlaient français et adoraient qu’on soit là, au milieu des locaux. Un des gars nous a dit, pour le digeo il y a du meloncello, tu files 10 euros au serveur et t’as le meloncello et le café, mazette, la vie est belle. J’ai vu des avis de clients sur le net qui disaient qu’ils avait été moyennement reçus l’été, j’en sais rien mais nous c’était byzance, j’ai envie de dire, encore plus par les clients que par l’équipe du resto mais notre serveur était néanmoins très sympa. Le chef n’a pas voulu que je filme dans la cuisine, ce que je comprends et respecte, sans doute que sa recette pour les pâtes aux cigales est ultra-secrète.

Pozzuoli

Masseria Sardo
Via Montenuovo Licola Patria, 101
Tél : +39 081 1858 1814
le site

Dans cette maison familiale au bord du lac d’Averno, reprise par deux soeurs, la cuisine utilise largement les fruits et légumes du potager.

Lire la chronique de notre dîner

 

Abraxas
Via Scalandrone 15
Tél : +39 081 854 9347
le site

Dans un registre gastronomique, un ami m’a conseillé à 7 kms de Stella Marina, le restaurant Abraxas à Pozzuoli, une osteria dont la terrasse donne vue sur le lac d’Averno, mais du côté opposé à celui de la Masseria Sardo, les deux restos se font face de part et d’autre du lac.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*






Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.




Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

Office du Tourisme et des Congrès de Paris