Les Marches – Paris (75016)


11.01.18 - Guillaume
Les Marches
5 Rue de la Manutention
75016 Paris
01 47 23 52 80
Ouvert tous les jours midi et soir
Bus : Musée d'Art Moderne - Palais de Tokyo (72), Iena (63, 32, 82)
Métro : Iéna (9)
Autolib' : 24 avenue d'Iéna
http://www.lesmarches-restaurant.com/
- Le résumé -

Ce restaurant a repris du poil de la bête depuis qu’il a été repris en 2015. Ca dépote, il y a du monde, la cuisine est d’inspiration lyonnaise notamment, c’est plein, bon, un peu bruyant et on est un peu serré, non en largeur, mais en longueur. Cela vaut le coup de le connaître vu l’absence de concurrence dans ce registre dans le quartier .

- La petite histoire -

L’adresse a été reprise en 2015 et ils ont obtenu l’agrément d’en faire un Routier. Pour cela le resto doit proposer une cuisine bistrotière traditionnelle avec un bon rapport qualité-prix. Tant mieux pour le resto, même si je tique un peu car Routiers est fait pour les Routiers, mais la cuisine se cherche des repères dans le registre populaire. Il y avait bien eu Léon à Saint-Lazare qui avait été consacré Routiers par le fameux guide alors qu’il n’avait jamais accueilli de camionneurs, mais parce qu’il était en face des locaux du guide et avait été validé par l’équipe.

- Lieu -

C’est charmant car caché dans cette rue de la Manutention à la topographie curieuse : elle est cachée derrière le Palais de Tokyo et mène aux escaliers qui vous montent des quais de Seine jusqu’à l’avenue du Président Wilson. La salle est pleine ce midi, c’est décoré à l’ancienne avec nappes à carreaux et menus de brasseries parisiennes célèbres (Chez Jenny, Au Pied de Cochon, etc…) au mur.

Comme je le disais, on a la place en largeur mais question profondeur ce n’est pas ça. Au moins 3 personnes s’en sont plaintes durant notre déjeuner et j’avais des coups dans ma chaise de tous les serveurs qui passaient derrière moi. Mis à part ça, ça sent bon la valeur sûre : ils ont su trouver le juste milieu entre le tradi dans son jus et la nouvelle formule qui surfe sur l’ancien.

HIHOE5505

- L'équipe -

Elle est jeune, dynamique et plutôt avenante. Dans l’ensemble ça ne chôme pas. J’ai appris en partant de la personne qui nous encaissait qu’ils avaient 5 restos dans Paris : l’Auberge Bressane, Paris XVI, la Pizzeria d’Auteuil et la Villa des Ternes, éclectique comme catalogue! Cela confirme ce que je pressentais : aux commandes ce ne sont pas des bleus mais une équipe aguerrie qui a flairé la bonne affaire en reprenant l’endroit et qui, je dois le dire, a su trouver une formule qui marche et qui a néanmoins du goût, même si la lourdeur de certaines sauces s’éloigne de l’authenticité de la recette.

- Le repas -

Il y avait une formule indiquée à l’entrée : betteraves plus blanquette, mais je n’étais pas tenté. Désolé, je ne me souviens pas du prix.

La carte est alléchante, il faut bien le dire.

IMG_1332

Je pars sur un saucisson brioché à la Lyonnaise : ne cherchez pas le goût de celui que vous avez mangé à Lyon, mais celui-là est bien bon. La mâche ne fait d’ailleurs pas de figuration, la vinaigrette qui l’honore est décente. Tout ça est appétissant.

OCLW7218

Viennent les quenelles de brochet : c’est le plat qui me manque le plus à Paris, tellement rare d’en trouver. Celles-ci sont bonnes mais lourdes, la faute à la sauce, trop consistante et riche en crème.

JTJU7903

Petit salé lentilles pour la personne qui m’accompagne.

WCHME9460

Je finis avec un mystère, mon compagnon de table un citron givré, qu’est-ce que c’est bon :)

EIIH9236

- Le bilan -

Pratique! Autant vous dire qu’il n’y a pas de plans comme ça à 2 kilomètres à la ronde donc on le garde. Le soir qui suivit mon déjeuner, j’ai eu le sentiment que c’était un peu gras – et je ne parle pas du fait que ce soit cuisiné au beurre -, à voir sur le long terme. Ces marches, à défaut d’être de la gloire ou du paradis, sont celles d’un certain bon sens, dont il ne faut pas abuser.