Le Verre à Pied – Paris (75005)


20.09.22 - Guillaume - 716lavie
Le Verre à Pied
118 Rue Mouffetard
75005 Paris
0143311572
Ouvert de mardi à samedi de 9h à 22h, le dimanche de 9h30 à 16h, fermé le lundi
Métro : Censier-Daubenton (7)
Bus : Monge - Claude Bernard (24, 27, 47)
- Le résumé -

Un bistrot resté dans son jus et qui ne joue pas ce côté “Dernier des Mohicans”, ça fait plaisir, pensez-vous! Un rosbif à 13 euros rue Mouffetard, qui dit mieux?

- La petite histoire -

Un ami du 5ème me l’avait conseillé et je l’avais mis sur ma google maps puisque ne figurent sur cette dernière que les lieux qui m’ont été conseillés et que je n’ai pas encore essayés. Alors que je m’occupais d’étudiants de l’Institut Français de la Mode dans le cadre de mon activité de guide, j’ai eu une pause déjeuner d’1 heure. Il y avait bien les sandwichs libanais d’Au Vieux Cèdre ou vietnamien de Bahn Mi Descartes, mais cette fois-ci je voulais m’assoir. Je retombe alors sur ce “Verre à Pied”, l’ami en question m’avait évoqué un dimanche matin-midi qu’ils avaient passé là assez mémorable.

- Lieu -

Je descends la rue Mouffetard, à la fois curieux et inquiet : je suis passé des centaines de fois ici et je ne vois pas du tout quel petit bon plan pourrait s’y cacher que j’aurais raté. Et puis finalement, là, tout petit, un poil en retrait de la rue comparé aux autres établissements, le voici. Je regarde, je tombe sur le patron, là c’est le test. En effet on m’a conseillé plein de vieux troquets et puis quand vous rentrez, on vous teste du regard façon de vous faire comprendre que vous n’êtes pas un habitué : remplacer un snobisme branchouille par un autre tradi, non merci. Ici rien de tout cela, le patron m’accueille comme dans les bons bistrots, ceux dans lesquels on sait faire tourner sa salle en accueillant tout le monde.

Ici les gens se parlent, les habitants du quartier se rencontrent et échangent, c’est encore une partie du 5ème vivant et simple qui s’exprime ici. J’anime une visite guidée du quartier latin si vous êtes intéressé(e) pour le (re)découvrir.

Le troquet est dans son jus.

J’avais la petite table pour personne seule, aux premières loges pour admirer le spectacle de la rue Mouffetard.

- L'équipe -

Il y avait le patron sympa et un monsieur qui était visiblement en cuisine (avec un tablier mais pas en tenue de chef) qui aidait au service. Peut-être qu’il y a une autre personne en cuisine.

- Le repas -

Quand j’en étais encore à humer l’air du lieu avant de m’engager, le menu m’a parlé tout de suite. Quand j’explique que la cuisine familiale française a disparu des tables des restos parisiens, on ne me comprend pas toujours. S’il y a bien eu un renouveau de la cuisine bourgeoise et bistrotière, qu’en est-il du rosbif, du rôti par exemple? Je ne connais pour ma part que le Petit Bar où on les sert comme à la maison.

Un diabolo grenadine

Oeufs mimosa

Le rôti était tellement bon, bien poivré (sans doute pour remplacer la moutarde), les aubergines confites, les tomates et courgettes, les patates bien cuites, tout était parfait, tellement goûtu, servi généreusement et de manière simple.

L’ami en question qui m’avait conseillé l’adresse a pu me rejoindre en cours de repas et a pris la salade d’aubergines marinées à l’estragon avec tranches de magret de canard fumé, là aussi gourmand et sans reproche aucun.

Pas de chichis, pas de hype. Diabolo, oeuf mimosa, rosbif, verre de vin, café : 27 euros dont 18 pour entrée-plat

- Le bilan -

Des plans comme ça, je n’en connais que 5 (10?) à tout casser dans Paris, je pense spontanément au Petit Bar et au Vaudésir. Et vous?

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*





Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.



Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

 Paris je t’aime - partenaire officiel 2022