Düsseldorf (Allemagne)


29.12.22 - Guillaume - 716lavie
- Infos Pratiques -

Y aller

Train direct depuis Paris en Thalys, guettez les promos.

Sur place

Une carte journalière de transports (métro, bus, tram) pour une personne coûte 7 euros. Ce site décrit bien mieux que moi les transports publics. Pour 11,90 euros vous avez la Düsseldorf card 24h qui vous offre l’accès illimité aux transports et des réductions aux musées, vous payez par exemple 10 euros au lieu de 12 l’entrée combinée aux musées K20 et K21, 31 euros le food tour au lieu de 39. A mon avis le principal avantage de cette carte est la facilité avec laquelle se la procurer comparée à la carte du transport public et si vous ajoutez un musée et une activité telle qu’un food tour, ça présente aussi un avantage économique.

L’office du tourisme 
Rue Benrather 9
le site

- Le résumé -

J’ai perçu Düsseldorf comme une petite Cologne. Ce que j’ai retenu :
Little Tokyo, le quartier qui concentre la plus grosse communauté japonaise d’Europe, parfait pour un city trip à base de cuisine japonaise
le food tour que nous a offert l’office du tourisme et que je recommanderai
les musées d’art moderne K20 et K21
notre hôtel, le Berial, qui a joué un grand rôle dans le succès de ce séjour

Par ailleurs la ville est facilement accessible en Thalys et je trouve qu’elle constitue une parfaite escapade, avec une foule moindre qu’à Cologne et puis le combo avec Duisbourg est super intéressant si vous avez le temps. Il faut combiner Düsseldorf avec sa voisine Duisbourg.

- Un peu d'histoire -

Ce qui m’a donné envie d’aller à Duisbourg, c’est lorsque j’ai parlé à Michael Mayer, le dj-producteur à la tête du plus célèbre disquaire et label de la ville, Kompakt. Il me recommandait ses restos favoris à Cologne, dont certains japonais et m’avait précisé que les meilleurs de la région étaient bien sûrs à Düsseldorf car c’est la capitale de la mode et que cette industrie a attiré une large communauté japonaise.

- Hôtels -

Berial Boutique Hôtel 
Gartenstraße 30
le site

Un plan de fou que ce Berial boutique hôtel : 75 euros à l’automne pour une chambre comme ça sous les toits, calme maximal en plein centre car dans une petite rue, on n’entend aucune voiture, juste le son des oiseaux. Le staff est adorable car le lieu est géré par un couple qui a formé l’équipe à leur image. Demandez bien une chambre au dernier étage.

- Guide -

Food tour / Kulinarische tour
le site

Ce food tour organisé par l’office du tourisme de Düsseldorf  coûte 39 euros par personne et vous avez 20% de réduction avec la DüsseldorfCard/DüsseldorfBikeCard, ça vaut le coup. La visite est disponible en anglais et en allemand selon les créneaux. Je la recommande clairement car 1) elle est généreuse en dégustation et cadeaux 2) on y apprend plein de trucs qu’on n’apprendrait pas par ailleurs. Il y a des étapes moins intéressantes mais elles sont suffisamment peu nombreuses pour ne pas gâcher pas le plaisir général qu’on a à participer à la découverte.

D’abord nous avons eu rdv sur la Marktplatz.

Puis nous nous sommes dirigés vers la micro-brasserie Uerige.
Berger Str. 1

Ici on brasse l’Altbier, une bière rousse de fermentation à la fois amère et sucrée : très bonne. On commence donc le tour par une bière à 10h du matin, vive l’Allemagne.

On la boit avec un oeuf dur qui a reposé plus de deux jours dans l’eau salée. On l’écaille soi-même, on le coupe en deux, on retire le jaune puis on verse dans la cavité du blanc : sel, poivre puis vinaigre et huile et enfin la fameuse moutarde locale, l’ABB. On remet ensuite le jaune et hop tu gobes ça. Comme le tour d’aujourd’hui était en allemand (mais il est aussi dispo en anglais à d’autres créneaux), nous étions les seuls français aux côtés d’un groupe de trentenaires qui fêtaient un enterrement de vie de garçon et sont d’ailleurs arrivés en retard pour cause de fête excessive. Fallait représenter alors j’ai gobé deux oeufs et demi comme de rien là où ils ont misérablement abdiqué après le premier.


Ensuite plein de trucs mortels pour ce tour à 39 euros hyper généreux : on nous a offert une fiole de schnaps, la fameuse moutarde Lowensenf parfumée au curry, un sachet de pralines et on nous a fait goûter du café et un gâteau, du vin et du fromage du Tyrol, de l’huile d’olive, un très bon sandwich, des pralines et un florentin. Nous sommes allés notamment au marché sur Carlsplatz, où nous avons pris le petit-déjeuner, et à la la boulangerie Hinkel, la plus réputée de la ville

Le tour dure 3h, à part une halte selon moi dispensable dans un magasin d’arômes et de condiments, c’est parfait. A faire définitivement. Tu ressors de là, t’es prêt pour la sieste, pour te dire y a des moments où j’étais à deux doigts de refuser de la bouffe tellement j’en pouvais plus. Le guide était excellent, j’ai compris 2% pour cause d’allemand, mais en tant que guide je reconnais le bon collègue, en revanche mon palais n’a pas eu besoin de traduction donc même si le tour est en allemand foncez.

 

- Lieux -

Musées

K21
Ständehausstraße 1
le site

K20
Grabbepl. 5
le site

Les collections du K20 sont principalement consacrées à l’art du 20e siècle alors que celles du K21 le sont à celui du 21e siècle. J’ai fait les deux et j’ai eu une préférence pour le K20. ll y avait une expo sur Mondrian, mais ce qui m’a le plus plus c’est l’architecture du bâtiment et les collections de la salle montrée dans les photos ci-dessous.

Le conseil de Stefan Cornic :

La Julia Stoschek collection pour la vidéo
Schanzenstraße 54
le site

Les 3 conseils ci-dessous sont ceux d’un ami architecte :

St. Matthäus
Rene-Schickele-Straße 6

Eglise psyché en périphérie.

Mariendom
Elberfelder Str. 12

Eglise plus loin et encore plus psyché du même architecte.

Haus Lange et Haus Esters
Wilhelmshofallee 91-97
le site

Maisons musée minimalistes de Mies van der Rohe. Plus un truc pour architectes.

Malkasten
Jacobistraße 6 a
le site

Galerie d’art et association d’artistes. Je l’ai découverte en passant devant un soir, l’architecture m’a intéressé. Des jeunes en sortaient, je leur ai demandé ce que c’était, ils m’ont dit que c’était un resto-bar branché, le Lido. C’est effectivement à la fois un lieu artistique et un resto-bar.

En dehors de Düsseldorf

Insel Hombroich Foundation
Minkel 2
le site

Je mets le commentaire de l’ami architecte qui me l’a conseillé : “C’était un autre gros coup de coeur dans le coin. Genre fondation d’art avec collection intéressante disséminée dans des pavillons dans un super parc. Très beau dans mon souvenir. Et avec une cafétéria ou tu peux manger gratuitement et te servir toi même, inclus dans le prix du musée.”

Langen Foundation
Raketenstation Hombroich 1
le site

“Une autre fondation avec plein de musées et d’oeuvre d’archis star à côté mais bcp moins coup de coeur que la premiere fondation.”

Spa

Vabali Spa Düsseldorf
Schalbruch 210
le site

Spa au bord du lac Elbsee.

- Restaurants -

Bon Little Tokyo, c’est un peu comme le quartier Sainte-Anne à Paris : des files d’attente délirantes pour manger un ramen, on comprendra que si je me refuse à poireauter à Paris, je ne vais pas le faire à Düsseldorf. Les astuces parisiennes s’appliquent donc ici : priviliégier les horaires décalés, réserver quand c’est possible (pour le sushi par exemple).

Sushi

Yabase 
Kloesterstrasse 70
le site

J’ai adoré. Non seulement c’est délicieux, très frais mais également d’un bon rapport qualité-prix et même si toute l’équipe n’est pas d’un niveau de service égal, mais il y a un manager sérieux qui tenait bien l’ensemble. De l’avis de tous, c’est le meilleur sushi abordable de la ville après l’étoilé Nagaya. 156 euros à 2, ça les vaut carrément, on voulait y retourner le lendemain.

En plat du jour, il y avait cet énorme sashimi d’oursin à partager (32 euros), on ne résiste pas, c’est pas tous les jours. Les oursins étaient arrivés le jour même, tout frais.

Nous avons pris ensuite deux assortiments de sushi “luxus” (38 euros l’un), tellement bons, le menu clame ; “10 Nigiri + 3 Maki : Les meilleurs sushis du jour ! Meilleure qualité!” Je n’ai jamais été au Japon, les meilleurs sushi que j’avais mangés jusqu’à ceux-là étaient ceux dans un resto de l’aéroport de Tokyo et ceux dans un resto de Brooklyn, mais là c’était nickel chrome. Et le service était top: ils ne prennent vite plus de résas car ils sont complets en un rien de temps mais on s’est pointés plein d’espoir à 20h30 et en deux minutes on a eu une table. Le lendemain en revanche, quand on a voulu y retourner, c’était sans espoir.

Sur le plateau ci-dessous, les deux assortiments de sushis luxus à 38 euros chacun et sur la gauche le sashimi d’oursin à 32.

Le dessert était très bien aussi, genre de beignets de haricots rouges et glace au matcha, c’était copieux et joliment présenté.

On n’allait pas finir sans un bon saké, j’ai demandé au manager avec qui on s’est bien entendu de me conseiller, 12 euros le grand verre.

 

Kushi-Tei of Tokyo
Immermannstraße 38

Naniwa sushi & more 
Klosterstraße 68a

Jaipur Palace Thali Restaurant

Ramen

Les plus courus de la ville sont les Takumi, il y  en a 6 différents avec chacun leur spécialité. Pour le Takumi original, la queue était folle : 60-80 personnes et devant Takumi 2 qui fermait pourtant 25 minutes plus tard : 10-12 personnes attendaient. Le dimanche midi, ce fût pire, il y avait quasiment 100 personnes devant le 1, 40 avant même que ça n’ouvre, du grand n’importe quoi. Lea rmbd m’avait conseillé le n°3 spécialisé dans les ramen végétariens et au poulet, il est bon et l’avantage d’être moins fréquenté. Le 4 aussi a l’air pas mal en mode moins fréquenté et bien. Il est la porte à côté du sushi Yabase (voir plus bas) que j’ai tellement kiffé donc c’est pratique, s’il n’y a pas de place à l’un, vous pouvez tenter l’autre. Il n’y avait « que » 30 minutes d’attente annoncées  et ce ne fût que 20 à tout casser.

 

Takumi 3rd Chicken & Veggie
Immersman strasse 35

Il est moins couru à cause de son côté poulet – végé, mais il est très bon quand même. Le resto est petit, on ne mange pas trop serré donc on était bien malgré une musique atroce (Abba, Queen, Village People). Mon ramen était e-x-c-e-l-l-e-n-t. On aurait voulu prendre le Mala Paitan Ramen mais c’est celui qui part le mieux et un des deux seuls en quantité limitée donc il n’y en avait plus. J’ai bifurqué sur un Kara Negi Miso Ramen, fantastique donc : un miso relevé avec des cébettes épicées.

Kara Negi Miso Ramen

1 ramen Kara miso : 14,80
1 ramen Tantan : 14,80
1 Cola : 3,50
1 Kirin 50 cl : 6,80
1 drink set gyoza : 3
Total : 21,60 euros

Naniwa Noodles & Soups 
Oststrasse 55 (ramen)

En arrivant à 14h par le train, je suis allé ici car il était ouvert et bien noté. Bon l’ambiance côté équipe n’était pas dingue, une jeune caissière ultra stressée, un jeune serveur qui m’explique n’avoir jamais goûté aucun ramen ici alors qu’il y bosse depuis 6 mois. Ils ont pas mal de menus comme chez Sapporo ou Iguma à Paris, mais j’ai pris un Tokusei shoyu (ramen au boeuf) qui n’était pas inclus dans un menu, sur la reco du serveur justement, pas trop salé et beaucoup de poivre, à 11,60 : très bon et original, je n’avais goûté de poivre dans un ramen avant. Pinte de Kirin à 6 balles, 17,60 euros le tout. Ca faisait le boulot impeccable. C’est à mon avis plutôt un plan du midi cela étant.

 

Daidokoro Umaimon 
Hansaallee 244

Petit resto à l’ouest, proposant ramen et curry, ça a l’air authentique.

Autres Asiatiques

Ilha Formosa Gourmet
Charlottenstraße 50
le site
Resto taïwanais approuvé par un taïwanais.

Phox – Feine Phớ Küche 
Stresemannstraße 32
le site

Soupes phớ

Xiaolongkan Düsseldorf  
Friedrich-Ebert-Straße 31
le site

Hotpot

Koreanisches BBQ & Bibimbap Düsseldorf 
Münsterstraße 350

Coréen au nord de la ville.

Tao China Bistro Dim Sum
Collenbachstraße 73

Dimsum au nord

Allemand

Fleher Hof 
Fleher Str. 254
le site

Gasthaus gastronomique (foie gras, lièvre, homard) au sud de la ville, un peu à l’extérieur : généralement les plans que j’aime, mais je n’ai pas eu le temps d’y aller.

Staudi’s Restaurant 
Münsterstraße 115
le site

Table bistronomique au nord, menu dégustation à 89 euros.

Bistro Fatal 
Hermannstraße 29
le site

Bistronomique assez cher.

Agata’s Restaurant 
Kirchfeldstraße 59
le site

Ca m’a eu l’air branché et bien cher, mais peut-être que si vous avez les moyens, vous y trouverez votre compte.

Brasserie Hülsmann 
Belsenpl. 1
le site

Brasserie gourmand au nord-ouest de la ville.

Indien

Jaipur Palace Thali Restaurant 
Bahnstraße 72

- Cafés -

Glaciers

Gelato49
Berger Str. 22

La meilleure glace que j’ai mangée depuis longtemps et je ne pense pas être contredit par ce jeune amateur. 3 euros le cornet deux boules : burro di latte à la myrtille et citron de Sicile. Ca s’appelle Gelato49 et ça vient de Bologne. Elle est juste en face de la boutique de moutarde, Düsseldorfer Senfladen (voir plus bas).

 

Nordmanns Eisfabrik 
Tannenstraße 21
le site

Glacier au nord de la ville.

Cafés

Rösterei VIER
Marktpl. 12
Wallstraße 10
Immermannstraße 23
le site

Il y en a plusieurs dans Düsseldorf, tous bien notés, mais je n’ai pas eu le temps d’y aller.

Tomo Café
Klosterstraße 67
le site

Kioki Coffee 
Wagnerstraße 3
le site

Die Kaffee Privatrösterei Olga Sabristova 
Schwerinstraße 23
le site

- Gastronomie -

La moutarde ABB

Si vous devez rapporter un seul truc de Düsseldorf, le motherfucking Graal, c’est la moutarde ABB trouvable seulement dans la boutique Lowensenf de Düsseldorf, l’équivalent d’une boutique Maille chez nous.

Düsseldorfer Senfladen
Berger Str. 29
le site

Je vous explique car c’est un peu compliqué. On a 2 histoires qui vont se télescoper.

D’un côté la Lowensenf, « la moutarde du lion » car elle est très forte et non pas sucrée comme la moutarde de Munich. Il s’agit d’une moutarde initialement produite à Metz en 1903 selon la méthode de Dijon mais à la suite du rattachement de l’Alsace à la Lorraine, l’entreprise a déménagé à Düsseldorf.

Maintenant cette même marque, Lowensenf, a racheté dans les années 2000, la moutarde ABB, la plus ancienne d’Allemagne, fondée en 1726 par Adam Bernhard Bergrath d’où son nom. Elle figure même dans une peinture de Van Gogh.

Cette moutarde tu ne la trouveras qu’ici dans la boutique Lowensenf de la ville : durant le temps que j’y ai passé, j’ai vu plein de locaux venir se faire remplir le pot emblématique de cette moutarde au goût si particulier. J’ai pris quant à moi le pot lambda n’ayant pas possibilité faire un réassort.

- Bars -

25Hours Hotel
Louis-Pasteur-Platz 1
le site

Du haut de l’hôtel 25hours, on a une vue de dingue sur la ville. Le rooftop bar, « Club Paris », est le plus couru de la ville et c’était bondé, faut être parisien pour trouver une place assise 🙂 N’empêche que là où ça n’aurait pu être qu’un bar branché en haut d’un hôtel moderne, on a trouvé un staff plutôt sympa. Déjà j’étais interloqué par le « Parlez-vous français? » sur la façade de l’hôtel. Un des jeunes réceptionnistes m’a expliqué que le patron était francophile. Il y a quelques années le tour de France est parti d’ici, la place s’appelle Louis Pasteur et la rue Toulouse. Il y a plein d’affiches de films français, voilà pourquoi j’ai posé la question du lien avec la France. Au bar ne sont servis que des alcools français.

 

Boothby’s Bar 
Hüttenstraße 44
le site

Ellington 
Scheurenstraße 5
le site

Sakura 
Immermannstraße 50
le site

- Clubs -

Salon des Amateurs
Grabbepl. 4
le site

Le bar-club électro légendaire de la ville.

- Musique -

Rainking Recordstore 
Düsselthaler Str. 2
le site

Beat Retreat Record store
Ackerstraße 53
le site

- Alimentation -

Bäckerei Hinkel
Hohe Str. 31

La boulangerie la meilleure de la ville dans laquelle nous avons été durant notre food tour, mais je l’avais déjà repérée en amont.

Die Fleischboutique
Grunerstraße 40
le site

Boucherie premium au nord.

- Photos -

Jeunes chefs japonais sortant du boulot, Little Tokyo, Düsseldorf, 2022

Architecture kiffante.

Düsseldorf, capitale allemande de la mode.

 

Pas mal de bas-reliefs étonnants.

Karl-Henning Seemann – La Confrontation (1978)

Il y a d’autres sculptures étonnantes dans la ville, répertoriées ici par l’office du tourisme.

Johanneskirche

Le Stadtgraben, canal de la ville

Le Girardet-Brücke

Des piliers du pont Girardet qui enjambe le Stadtgraben

Neanderkirche

 

Le métro de Düsseldorf est tellement propre qu’on pourrait y aller pieds nus en pyjama, ça passerait crème.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*





Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.



Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

 Paris je t’aime - partenaire officiel 2022