Duisbourg (Allemagne)


01.01.23 - Guillaume - 716lavie
- Infos Pratiques -

Y aller

Train direct depuis Paris en Thalys, guettez les promos.

Sur place

Transports gratuits si vous résidez dans l’Inter-City Hotel.

- Le résumé -

Coup de coeur pour Duisbourg qui m’a évoqué à maintes reprises Roubaix : ville autrefois riche car au coeur du bassin industriel national, la Ruhr et désormais une des plus pauvres du pays. La ville a eu un label européen attestant de la formidable reconversion de son patrimoine industriel dans le domaine muséal. J’ai effectivement vu à Duisbourg 3 musées ou sites qui sont parmi les plus marquants de mon année et même de ma décennie : le Landschaftpartk, le Lehmbruck-Museum et le Küppersmühle. Pareil pour les restos, je suis tombé sur un roumain et un thaïlandais au top! Et un vietnamien super bien et un café sicilien de très haut niveau. Il faut combiner Duisbourg avec sa voisine Düsseldorf.

En résumé, tu chopes une promo Thalys Paris – Duisbourg, tu te fais les musées Küppersmühle et Lehmbruck, tu vagabondes dans le Landschaftspark et tu te fais le resto roumain Binder ou le thaï Amazing Thaï et tu chopes et bois du café à Passione Espresso, t’es bien, tu te dis : Vive l’Europe.

- Un peu d'histoire -

Notre guide nous a expliqué que Charlemagne avait voulu que toutes les villes soient à 17 kms les unes des autres car le soldat ne pouvait marcher que 17 kms par jour; c’est pourquoi on se retrouve avec autant de villes importantes si proches les unes autres, Düsseldorf, Duisbourg, Essen, elles sont en effet à 25 kms environ les unes des autres.

En 1800, il y avait seulement 4400 habitants ici. Le port et le charbon ont permis le développement, le charbon aidait à developper l’industrie de l’acier. Duisbourg est toujours la plus grande ville productrice d’acier et de fer en Europe, mais ils ont arrêté les mines car cela revenait trop cher.

Durant le 2ème guerre il y a eu autour de 280 raids sur Essen et sur Duisbourg précisément parce qu’elles abritaient le coeur de l’industrie du pays. Tous les vitraux des églises ont dû être remplacés.

La ville a aussi été liée à des évènements dramatiques récents :
– la tuerie de Duisbourg en 2007 durant laquelle six membres d’un clan de la Ndrangheta avaient été tués dans un restaurant
– dans le film “Désigné coupable” (The Mauritanian”) tiré de l’autobiographie “Les Carnets de Guantánamo” (“Guantanamo Diary”) de Mohamedou Ould Slahi, prisonnier enfermé sans preuves à Guantanomo, on se rend compte que toute l’accusation américaine vient de ce que lorsque le personnage principal aurait hébergé à Duisbourg un lieutenant de Ben Laden. Après avoir reçu une bourse en Mauritanie récompensant son parcours scolaire exceptionnel et lui permettant d’étudier en Allemagne, le voilà Duisbourg partageant un appartement avec des amis, appart’ dans lequel passent des connaissances dont ce fameux proche de Ben Laden.
– le drame de la Love Parade de 2010 durant laquelle 19 personnes sont mortes piétinées lors d’un mouvement de foule à la sortie d’un tunnel.

Duisbourg est une ville intense et étrange, qui ne laisse pas indifférent et peut provoquer en vous un rollercoaster d’émotions.

- Hôtels -

Chose étonnante : alors que la ville n’est pas très riche et bien moins touristique que sa voisine Düsseldorf, les hôtels y étaient chers. Je me suis rabattu sur ce Intercity. Les Intercity sont les hôtels qui appartiennent à la Deutsche Bahn et sont situés à chaque fois à côté de la gare, voire carrément dedans. Le gros avantage c’est qu’avec le prix de votre chambre vous avez droit aux transports publics gratuits dans la ville.

Inter-City Hotel 
Mercatorstraße 57
le site

C’était 80 euros la nuit hors saison donc pas donné non plus comparés aux 75 euros du boutique hôtel de Düsseldorf dans lequel j’étais. Il avait l’avantage d’être très pratique car central. Les chambres sont OK, neuves. En revanche on a eu des soucis avec un employé de la réception et ça s’est réglé avec la directrice qui a été très correcte. En résumé pour ce prix, il y avait des gros manquements : on a oublié de nous mettre des serviettes de bain, une fois que vous aviez fini vos sachets de thé dans votre chambre, vous deviez payer pour en ravoir, plein de trucs comme ça pas raccord avec le prix et le standing du lieu. A l’inverse, on est aussi tombé sur deux femmes super sympas à la réception qui ont accepté de réchauffer nos plats rapportés du resto roumain Binder. Si je retourne à Duisbourg, je pense que je séjournerai ici à nouveau.

- Guide -

Croisière dans le port 
Départ et arrivée à Steiger Schwanentor at Calaisplatz 3
le site

Un truc à ne pas rater à Duisbourg, c’est la croisière dans le plus grand port fluvial du monde. C’est à ne pas louper, non seulement pour le port lui-même, son immensité, ses conteners, mais aussi pour la croisière elle-même : 250 personnes, que des allemands, qui viennent en famille passer 2h30 à manger et picoler dans ce vieux bateau dans lequel la cuisine et la prise de commandes tournent à plein dès qu’on a quitté terre. Plus local et moins snob, tu peux pas.Croisière en bateau dans le port

- Lieux -

Visite de Duisbourg avec notre guide de l’office du tourisme, en commençant par la vieille ville avec l’hôtel de ville achevé en 1902 et derrière, les vestiges du marché médiéval qui s’est tenu ici depuis 900, ils ont été mis à jour lors de la construction de l’U Bahn au début des années 80.

Salvatorkirche, l’église du Saint-Sauveur, juste à côté du vieux marché romain.

Sur l’angle du bâtiment qui jouxte l’église, se trouve cette statue de Roland qui aurait été le neveu de Charlemagne (la chanson de Roland). Il symbolise la liberté des villes, voilà pourquoi il est souvent représenté proche des hôtels de ville, comme c’est le cas ici. Je vous renvoie vers cet article très complet sur le sujet.

Ensuite nous marchons le long de l’ancien canal du vieux port, réaménagé : s’y trouvent désormais un parc d’un côté et des bâtiments modernes et des restaurants de l’autre.

 

Ce pont-levant doté d’un procédé unique n’a finalement jamais fonctionné.

 

Le Altstadtpark avec à droite le centre communautaire juif en étoile.

 

Lehmbruck-Museum
Düsseldorfer Str. 51
le site

C’est le plus beau musée de sculptures que j’ai vu de ma vie : il a été dessiné par Manfred, le second fils du sculpteur Wilhelm Lehmbruck, qui s’est suicidé en 1919 après avoir laissé une oeuvre remarquable de modernité ET de sensibilité. On peut dire que le fils a rendu un bel hommage à son père en mettant superbement en valeur et en lumière les sculptures de son géniteur au sein d’un bâtiment en béton armé des années 60 qui laisse passer la lumière, irradiant les oeuvres de beauté et de poésie. J’écris rarement avec des superlatifs mais quand t’es touché, t’es touché, faut pas chercher.

 

Küppersmühle museum 
Philosophenweg 55
le site

Avez-vous déjà vu un escalier aussi sensuel? Il m’évoque un peu par sa forme certains de Mallet-Stevens, sauf qu’ici c’est de la pierre qui révèle un caractère organique, doux et protecteur. C’est un des plus beaux musées que j’ai vus, il est totalement envoûtant et époustouflant. Le Küppersmuhle de Duisbourg est à l’image de cette ville – et de cette région, la Ruhr – ayant habilement reconverti une partie de son patrimoine industriel. Les architectes suisses Herzog et de Meuron ont transformé en 1999 cet ancien moulin à grain géant en musée d’art contemporain et lui ont ajouté une extension en 2013. Bijou.

J’ai beaucoup aimé les oeuvres d’Imi Knoebel (la photo ci-dessous).

« Life saver » de Niki de Saint Phalle et son mari Jean Tinguely dans le centre-ville.

Tiger & Turtle 
Ehinger Str. 117

Tiger and Turtle, une installation originale qui offre une vue sur le paysage industriel et malheureusement aussi sur les poubelles en contrebas. Bon on était après un long week-end et avant un jour férié, ça peut aussi expliquer et je ne voudrais pas gâcher cette attraction, mais c’était tout de même choquant.

Landschaftspark Duisburg-Nord 
Emscherstraße 71
le site

Landschaftspark, truc le plus fou vu cette année, facile (et c’est gratos en plus). C’est le site de l’ancienne usine sidérurgique créée en 1903, qui produisait de la fonte destinée aux aciéries de Thyssen, la plus grosse d’Europe. Lorsque l’usine a cessé son activité en 1985, la question s’est posée de la reconversion du site. Il a finalement été décidé de le laisser en état et d’encourager la végétation pour le dépolluer. Les habitants comme les touristes se sont complètement appropriés ce lieu, à la fois gigantesque, effrayant, imposant et riche des humains qui y ont travaillé durement.
Le site est accessible gratuitement 24h/24. Le Guardian l’a classé comme un dix meilleurs parcs du Monde aux côtés entre autres des Buttes Chaumont et on se dit, une fois de plus, que le Guardian fait bien son boulot.

- Restaurants -

Les restos étaient à l’image de la ville, des fast food médiocres d’un côté et des pépites de l’autre : excellent roumain, meilleur thaï jamais mangé en Europe, super vietnamien, quelle ville étonnante.

Amazing Thaï
Stresemannstraße 2

Meilleur resto thaï que j’ai fait (avec peut-être Thaï Yim 2 à Paris), tellement fin, bon et beau. La dame est en cuisine, le mari est en salle et alors médaille d’or pour le jeune serveur, apportez deux médailles d’or, une pour la cheffe, une pour le serveur. Le patron paraissait un peu anormalement excité. Ambiance locale dans ce quartier résidentiel situé juste derrière la synagogues contemporaine, elle-même installée au milieu du jardin du souvenir, le Garten der Erinnerung par Dani Karavan, qui fait face au canal.

 

Lemon Tree 
Salvatorweg 16
le site

Avec les années, on commence à être rodé : super plan vietnamien en plein centre de Duisbourg. J’avais tellement bossé mon truc que je savais déjà avant d’y aller, mais ça fait toujours plaisir. Quand on arrive à 15h, l’équipe familiale de 4 était en train de manger, c’est bon signe. Pour aller aux toilettes, je passe à côté de la cuisine et repère une grosse marmite qui popote alors qu’il n’y a personne, ça sent bon. J’engage la conversation je demande si ils ont des recos, la dame me dit que tout est maison.
Elle a frit les nems minute, ils étaient délicieux et, chose rare, riches en carottes.
Ensuite phò et bun bo hue nickel. Dessert 3 couleurs lui aussi impeccable.
37,25 euros pour 3 nems, 2 soupes, 2 desserts et 2 bières Saigon.
La dame nous a dit qu’elle avait des bons amis à Paris, ceux qui ont le resto Royal Thaï dans le 13 et ceux qui ont le surf et snow shop Snowbeach dans le 11.

 

Restaurant roumain Binder 
Augustastraße 23
le site

L’histoire est tellement folle qu’elle va forcément être trop longue. A Duisbourg, bassin industriel de la Ruhr et plus grand port fluvial du monde, c’est dur de trouver des bons plans restos : 6 semaines que je suis dessus. J’ai déniché un resto roumain de compét’, Binder, en élargissant mon champ de recherche. Ce soir, le plan était de bouffer dans un thaï du centre ville, avant que je ne retombe sur ce Binder et ses photos alléchantes qui témoignaient du sérieux de l’adresse : c’est propre, carré, gourmand.
On décide d’y aller mais ça devient vite l’aventure : le bus direct est annulé nous dit un couple de russes à l’arrêt de bus, on prend un autre bus après avoir couru, qui prend l’autoroute et nous laisse le long d’une forêt avec une infirmière thaïlandaise dans la galère car sa voiture était cassée et elle avait une vacation pour la 1ère fois dans un hosto de la banlieue de Duisbourg alors qu’elle habite Düsseldorf. On attend 20 minutes ensemble, dans le noir, au milieu de nulle part, au bord d’une voie rapide, un hypothétique bus qui finit par arriver et nous laisse dans une banlieue de Duisbourg. On arrive dans le resto roumain magnifique mais vide. La famille nous explique qu’il se sont fait défoncer non stop depuis midi et que là à 21h un dimanche enfin ils soufflent mais qu’on est bienvenus.
Le truc de fous c’est que le même jour, nos amis de Sibiu (The Chocolates of Life et The_Hipodrome_of_Music) nous ont écrit car ils sont à 1h30 de nous en Allemagne pour une triste raison et qu’ils proposent qu’on se voit. C’est trop chaud mais en entrant dans le resto on comprend qu’on est chez une famille de Sibiu. Putain le kif, le karma, l’alignement de planètes, les choses, les gens et le coeur au bon endroit.

 

Restaurant Laotien Poukhoun 
Heerstraße 256
le site

Si les horaires d’ouverture avaient collé, j’y serais allé pour sûr.

Restaurant bosniaque Café Bosna
Heerstraße 286

Ca a l’air super authentique.

Twenty Beef Döner – Grillbar by Adem 
Münchener Str. 7

Comme Duisbourg est une ville populaire, j’imaginais qu’on y trouverait des döner fantastiques. Il y a deux, trois restos turcs dans le centre, mais celui qui me semblait le plus intéressant était celui-ci; comme il est au sud de la ville, en direction du Tiger & Turtle, je n’ai pas eu le temps de l’essayer. Cela étant, si ça vous dit, vous pouvez combiner le Tiger & Turtle, le café Röstcult et le caviste RheinWein.

- Cafés -

Passione Espresso 
Claubergstraße 1
le site

Café de tueur à Duisbourg monté par un sicilien  : déjà une large partie du café est une ode à la Bialetti (cafetières de toutes tailles et tous les accessoires), ensuite ils maîtrisent le flat white (rare pour un café italien), ils torréfient des purs cafés (le patron est parti au Salvador et importe le café d’un producteur qu’il a rencontré, au goût de caramel) et font des mélanges intéressants (le sicilien par exemple), enfin ils ont des douceurs et pâtisseries de compét’ et enfin j’adore la déco. Un café d’un niveau rarement vu dernièrement qui mélange ce que j’aime : une notion de café de petits producteurs et une torréfaction maison mais en même temps une défense du café à l’italienne. J’écris cet article alors que j’ai fini de boire chez moi les cafés torréfiés que j’avais achetés ici et ils étaient exceptionnels, le goût chocolaté de son Siciliano est dingue, tellement original et bon.

 

Kaffeerösterei RöstCult 
Münchener Str. 55

En plein sud de la ville, juste à côté du Tiger & Turtle et donc dans une zone éloignée du centre, mais ce café – torréfacteur a l’air intéressant, à voir si vous avez le temps et l’envie.

- Alimentation -

Caviste

RheinWein 
Münchener Str. 64A

- Photos -

Oui oui c’est une église

Portes épatantes

La gare assez trippante de l’extérieur, l’Intercity Hôtel est juste en face.

Souvenir d’activité portuaire de la ville.

J’adore ce genre d’archi 70’s.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*





Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.



Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

 Paris je t’aime - partenaire officiel 2022