Strasbourg (France)


13.05.22 - Guillaume - 716lavie
- Infos Pratiques -

Train depuis Paris (à partir de 1h20)
le site

Système de vélos Velhop
le site

Super pratique, 5 euros les 12h, 10 euros les 24h

- Le résumé -

Strasbourg est une ville particulière, c’est une des grandes villes de France qu’on se doit d’avoir visité. Généralement on entend d’abord beaucoup parler de son marché de Noël, mais ce n’est pas ce qui me tentait le plus, je préfère visiter les villes dans leurs saisons creuses. En l’occurrence, début novembre était particulièrement adapté. Et puis nous avons eu la chance d’avoir un temps magnifique, un peu froid mais ensoleillé.

Ensuite lorsque j’ai demandé des conseils de restaurants, lieux culturels etc… via les réseaux sociaux, j’ai reçu le plus grand nombre de conseils que je n’ai jamais eus pour une ville, je me suis retrouvé avec une info considérable à devoir digérer : incroyable le nombre de restaurants dans cette ville et le nombre de restos dont les gens parlent. En y regardant de plus près, j’ai trouvé que beaucoup avaient une déco cossue voire sophistiquée, un peu loin de mes standards, et des repas qui tournaient vite autour de 40 euros. On m’a indiqué qu’il y avait d’importantes communautés coréenne et congolaise, j’ai cherché des restos communautaires de ces pays mais n’en ai pas trouvé. Plusieurs personnes strasbourgeoises m’ont expliqué que pas mal d’établissements de la ville appartenaient à 3, 4 familles qui créaient de nouveaux concepts de restos mais au final les proprios restaient les mêmes. Bref, il m’a fallu approfondir.

Une fois sur place, j’ai été surpris et charmé par la beauté de la ville : c’est beau et c’est propre. C’est beau et pas seulement aux abords de la cathédrale, même lorsqu’on rentre le soir dans des rues plus anodines, on peut tomber sur une belle porte, une jolie place ou une façade d’église intéressante. Alors oui y a un côté oui-oui dans ce que je dis et pour autant je n’ai pas cherché à bouder mon plaisir, je me retrouvais dans la situation des voyageurs que je peux croiser à Paris en tant que guide-conférencier, ils sont en extase amoureuse avec la ville car c’est trop d’informations d’un coup. Ensuite lorsqu’ils y habitent ils peuvent un peu déchanter ou pas. Là c’était mon cas le temps d’un week-end, j’ai été séduit par la beauté et la praticabilité de la ville :  on s’y promène facilement grâce à différents moyens de transports, notamment le tramway. La ville via sa maire d’alors Catherine Trautmann, a notamment décidé en 1989 d’abandonner le projet de métro pour se concentrer sur celui de tramway (voir cet article très intéressant à ce sujet).

Je ne veux pas m’attirer les foudres de locaux qui croiraient que je prétends connaître ou même encore juger leur ville, ce n’est pas dans mes cordes : je me contente de dire ce que j’ai ressenti en travaillant beaucoup en amont et en n’arrêtant pas d’explorer sur place pendant un court laps de temps. Ce n’est donc qu’une analyse modeste mais avec beaucoup de ressenti et beaucoup d’infos analysées.

J’ajoute un point important, nous n’avons rencontré que des gens gentils avec nous durant ce week-end, c’est déjà beaucoup, surtout quand on visite une ville aussi touristique que Strasbourg et qu’on a peur de ne pas se sentir assez en connection avec les locaux.

- Un peu d'histoire -

Je me permets de recopier ici une partie du texte de la brochure du musée alsacien : “Ce territoire est surtout un carrefour au centre de l’Europe (…) Au 17ème siècle, le roi de France conquiert cette mosaïque de petites entités politiques et l’unifie en une région, l’Alsace. (…) A partir de 1871, l’Alsace est sans cesse ballotée entre l’Allemagne (1871-1918; 1940-1944) et la France (1918-1940; 1945 à aujourd’hui.”

Autre passage intéressant, celui sur les religions : “Allemandes en 1905, l’Alsace et la Moselle ne sont pas concernées par la loi de séparation des Eglises et de l’Etat. Elles sont régies par le Concordat de 1801 et les Articles organiques. Cette règlementation du droit local alsacien et mosellan reconnaît et organise les cultes catholique, luthérien, réiformé et israélite. Ainsi, les ministres de ces cultes sont nommés et rémunérés par l’Etat. Les autres communautés religieuses, dont l’islam, comptant de nombreux fidèles en Alsace doivent assumer les indemnités de leurs officiants. En outre, des cours de religion en primaire et au collège doivent obligatoirement être organisés par l’école publique. Les parents sont libres d’y inscrire leurs enfants ou non. Les universités de Strasbourg et Metz sont les seules universités publiques françaises à enseigner la théologie, qui est reconnue par un diplôme d’Etat”; alors même que lors de ma visite guidée du quartier latin, je raconte qu’aux prémices de l’Université de Paris, il y avait l’enseignement de la théologie et que l’Université était composée de 4 facultés, arts, lettres, sciences et théologie.

- Hôtels -

Ibis Budget Centre République
le site

Je cherchais un hôtel moins cher que l’essentiel de ceux que je voyais, y compris les airbnb, qui se situaient, au-dessus de 100 euros la nuit. Je suis tombé sur cet Ibis Budget Centre République récemment construit dans le quartier juif et nous l’avons beaucoup aimé. 50 euros la double, 6,60 euros le petit-déjeuner alors que c’est normalement plutôt aux alentours de 9 dans ce genre d’établissements. Toute l’équipe était sympa, depuis la personne qui gérait l’accueil de nuit le soir où nous sommes arrivés à celle qui s’occupait des petit-déjeuners, sans oublier la dame du ménage d’origine bosniaque. Alors oui les chambres sont petites, les murs ne sont pas très épais, néanmoins le quartier est tranquille, à l’écart de l’hyper centre fréquenté et question rapport qualité-prix, c’est imbattable. Comme je dis, cela permet de dépenser son argent ailleurs en ville du moment que le confort minimum soit respecté et là, la mission est largement remplie notamment à cause de la chaleur et du sérieux de l’équipe. Il y a par ailleurs des bus et une station de tram juste à côté.

- Lieux -

Les Bains Municipaux
10 Bd de la Victoire
le site

Un des meilleurs moments de ce 2ème séjour, les 4h passés au chaud dans les bains tout récemment rouverts après restauration complète. Ils sont magnifiques, il y a 2 bassins pour nager puis saunas, jacuzzi, bains romains et piscine extérieure, en fin de journée cette dernière est magique. Le seul point noir : pas assez d’espace dans tout ce qui n’est pas piscine donc on doit vite attendre pour trouver une place. Mais le lieu est magnifique, le staff super sympa et à partir de 17h c’était beaucoup plus calme et il n’y avait plus de problème de place.

LIEUX RELIGIEUX

Cathédrale

Cette cathédrale qui se voulait la plus haute d’Europe est magnifique. Elle est étonnante car de face, elle ressemble à Notre Dame de Paris sur laquelle on aurait posé une tour, la 2ème n’a jamais été mise. Construite de 1015 à 1439, elle est resté jusqu’à la fin du XXème, l’édifice le plus élevé de la chrétienté avec 142m.

La plateforme de la cathédrale 

Il faut monter à la plateforme située à 66m de hauteur malgré l’attente en bas car c’était une plateforme autrefois habitée par les gardiens de la ville qui signalaient les incidents tels qu’incendies ou autres, c’est donc passionnant d’imaginer la vie de ces vigies ici. Elle était aussi un lieu de promenade dominical pour les strasbourgeois.

On a une vue superbe sur la ville, ci-dessous le Palais Rohan qui concentre les différents musées de la ville. Il y a un système de lunettes très bien faites, il s’agit en fait de petits trous orientés vers un lieu spécifique de la ville à chaque fois.

 

Synagogue de la paix
1 rue René Hirschler

Je l’ai découverte car notre hôtel était à côté. Je l’ai trouvée très intéressante d’un point de vue architectural (elle m’a évoqué les églises contemporaines de Cagliari) et c’est aussi étonnant pour nous Parisiens car dans la capitale les synagogues sont souvent discrètes.

 

Eglise du Christ ressuscité
4 Rue de Palerme

Eglise impressionnante à Strasbourg, celle du Christ ressuscité. En allant du vietnamien Mai Saigon au caviste Entre Deux Verres, nous sommes passés par le campus universitaire et avons trouvé cette église qui nous a évoque les folles églises contemporaines (réussies) de Cagliari. Cette église construite entre 1969 et 1971 par l’architecte Alphonse-Roger Adrion a remplacé un ancien château d’eau et elle devait accueillir les fidèles du quartier universitaire nouvellement construit autour d’elle à l’époque. L’intérieur est lumineux et relativement coloré, les bancs sont aménagés en arc de cercle afin marquer l’absence de hiérarchie, j’ai aimé le vitrail qui est un rappel de la Tête d’Homme dite « Christ de Wissembourg » qu’on trouve au musée de l’Oeuvre Notre Dame de Strasbourg, daté de la fin du XIIème et longtemps considérée comme le plus ancien vitrail figuratif conservé en France. Je cite le site des musées de Strasbourg : « Il s’agit très probablement du vestige d’une figure monumentale de Christ en pied ou trônant. Sa stricte frontalité et son dessin très stylisé lui donnent une grande force d’expression. »


MUSEES

3 musées de la ville sont au sein du Palais Rohan : Musée archéologique, Musée des Beaux-Arts, Musée des Arts Décoratifs
le site

 

Musée des Beaux-Arts
2 Pl. du Château

Expo Jean-Jacques Henner au musée des Beaux-Arts de Strasbourg. Je parle de lui durant ma visite guidée du quartier de la Nouvelle Athènes à Paris puisqu’il y a habité et y est même décédé. J’évoque bien évidemment sa toile « l’Alsace . Elle attend » qui personnifie le désarroi des alsaciens après la cession de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine aux Allemands suite à la défaite de 1870, peinture qui avait été offerte à Gambetta, farouche opposant à cette cession. Ici on voit bien la double appartenance à la France (la cocarde tricolore) et à l’Alsace (la coiffe). Comme la coiffe bidougène dans le pays bigouden en Bretagne, elle est devenue emblématique de la région, alors que cette coiffe à noeud (Schlupfkapp) n’était qu’une des nombreuses coiffes qu’on trouvait dans la région, son ruban s’est particulièrement élargi au cours des années et elle n’était portée que les dimanches et jours de fête. A partir de 1871, elle est devenue le symbole de toute l’Alsace.

Je ne pouvais rater cette exposition, Henner qui a toujours rejeté les méthodes des impressionnistes qui étaient ses cadets a pu parfois passer un peu à la trappe, notamment parce que son classicisme a pu être éclipsé par le mouvement impressionniste, cette exposition veut lui rendre hommage sur ses terres d’origine.

 

Musée de l’Oeuvre Notre Dame, Arts du Moyen Age et de la Renaissance
3 Pl. du Château
le site

Je conseille fortement ce musée, peut-être lors d’une deuxième visite si vous devez établir des priorités lors de votre 1er séjour. Il a été créé entre 1931 et 1939 et est installé dans un ensemble de bâtiments gothique, Renaissance et du XVIIème dont la partie centrale est la maison de l’Oeuvre Notre-Dame c-a-d le siège depuis le XIIIème de l’institution chargée de l’administration de la cathédrale . Ce qui fait son intérêt, ce sont à la fois ses collections extraordinaires, peinture, sculpture, vitraux, orfèvrerie, tapisserie, mobilier, dessins d’architecture, réparties sur 42 salles, mais aussi le fait qu’il n’y a personne, il n’y avait qu’un couple d’allemands en plus de nous ce jour-là. Dans la 1ère photo ci-dessous, ce sont des sculptures qui étaient sur la cathédrale : en bas à gauche, tête d’homme à paralysie faciale (1470), en haut à droite, chien assis (1240-1250),

Ci-dessous en haut à droite, l’Empereur en majesté, vitrail (1176-1200), toutes les infos ici, en haut à droite armoire bâloise (début du XVIIIème), on a longtemps pensé qu’elle était strasbourgeoise, photo du bas : gisant d’Hugues Zorn (1320).

 

Musée Adolf-Michaelis
Palais Universitaire de Strasbourg, 9 Pl. de l’Université
le site

Un musée envoûtant et méconnu à Strasbourg est le musée Adolf Michaelis dans le sous-sol de l’université : entrée gratuite et accueil par des étudiants pour cette collection de quasi un millier de moulages en plâtre de sculptures grecques et romaines.

Profitez-en pour jeter un oeil au hall magnifique de l’université ainsi qu’à la bibliothèque.

 

Le musée Tomi Ungerer
2 Av. de la Marseillaise
le site

Il était à côté de notre hôtel Ibis Budget mais malheureusement le temps nous a manqué, j’y retournerai à la fois pour les collections (il y a les 14 000 dessins donnés par Tomi Ungerer à sa ville natale mais aussi des œuvres d’illustrateurs des XXe et XXIe siècles) et le bâtiment lui-même recommandé par un ami architecte.

Le musée alsacien
23-25 Quai Saint-Nicolas
le site

Il est né en 1902 à une époque où les intellectuels européens s’intéressent aux petits pays (régionaux), les Hëëmet.

La Tour Merveilleuse du Schloessel
Rue de la Rotlach

AUTRES LIEUX

Les Bain Publics
10 Bd de la Victoire

Ils rouvraient le 8 novembre 2022 après une grosse rénovation mais c’était le lendemain de notre départ donc je n’ai pas pu y aller.

Le 5e Lieu
5 Pl. du Château

Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine qui propose l’exposition permanente “Un voyage à Strasbourg” mais aussi des expos temporaires et un service d’infos sur l’actualité culturelle strasbourgeoise.

Le Wagon Souk
91 Rte des Romains

C’est un tiers lieu menacé d’expulsion à l’ouest du centre de Strasbourg. Comme il était 19h en ce samedi automnal, on n’y voyait que dalle et il n’était pas évident de trouver l’entrée dans le noir. Au final nous l’avons trouvée, avons discuté avec un mec très sympa qui nous a expliqué l’histoire et la raison d’être du lieu. Pour 1 euro on peut s’auto-servir un thé en piochant parmi la vingtaine de bocaux d’herbes, résultat, on a bu un thé délicieux. On a rajouté 3 euros pour offrir un repas à un sdf, une pause revigorante à tous points de vue et j’ai pu discuter rap féminin avec la jeune femme qui bossait là-bas et jouait une playlist intéressante sur l’enceinte du lieu.

 

Cinéma Odyssée
3 Rue des Francs-Bourgeois
le site

Un vieux cinéma resté dans son jus et avec une programmation intéressante.

PARCS ET JARDINS

Le parlement européen

Des visites du parlement européen sont proposées, je ne les ai pas suivies mais rien que de l’extérieur le site est beau au bord de l’Ill.

 

Parc de l’Orangerie
le site

La beauté des couleurs d’automne dans le parc de l’Orangerie, lieu de promenade prisé des locaux.

 

Le jardin des 2 rives et la passerelle Mimram
le site

En sortant du parc de l’Orangerie, on a pris un bus pour aller jusqu’au jardin des 2 rives, un pont créé par l’architecte Mimram relie la ville de Strasbourg à sa voisine allemande de Kehl. Une fois le pont traversé, nous avons marché 5 bonnes minutes jusqu’à la station de tramway du centre de Kehl qui nous a ramenés via la ligne D à Strasbourg.

- Restaurants -

Je n’ai jamais reçu autant de recommandations de restaurants que pour Strasbourg, je ne savais plus comment les analyser, j’ai dû passer au peigne fin pas moins de 40-50 adresses. Evidemment en 3 jours je n’ai pu en visiter que 3-4, pour les autres je me suis renseigné sur le net et aussi auprès de locaux, voilà donc une sélection qui vaut ce qu’elle vaut. Pour les tradis par exemple, j’ai choisi en fonction de critères d’accueil, il est quoi qu’il arrive facile pour vous de trouver tous les autres, il n’y a pas de “perle cachée” dans ce registre, tout semble déjà connu. Mon autre constatation a été que les restos qu’on m’a conseillés sont globalement chers, je n’ai pas trouvé beaucoup de super plans à 20-30 euros.

TRADITIONNEL

J’ai eu du mal à sentir des bons restos tradis car effectivement on veut manger une choucroute à Strasbourg et on tombe un peu dans les traquenards à touristes, d’ailleurs je me demande si les strasbourgeois vont autant que ça manger des choucroutes dehors.

Au Pont Corbeau
21 Quai Saint-Nicolas

Au Pont Corbeau est une bonne option malgré le fait que ce soit LA winstube qui revienne tout le temps dans les recommandations et qu’il soit dur de réserver.

Lire l’article

Fink Stuebel
26 Rue Finkwiller

Au Coin des Pucelles
12 Rue des Pucelles

Cet ancien resto qui m’a été recommandé par plusieurs personnes a récemment recentré sa carte sur 3 plats.

Aux Trois Chevaliers
3 Quai des Bateliers

Je l’ai trouvé sur le web, il a de bonnes revues, en revanche personne ne me l’avait conseillé.

Binchstub Restaurant
6 Rue du Tonnelet Rouge

Ils proposent ici des Flammekuche, ils ont désormais deux locaux, celui-ci est le petit local où ils ont commencé, les avis divergents sur la qualité de l’accueil m’ont un peu refroidi.

FUSION/WORLD

Jabiru Café
60 Rue de Zurich

Cuisine africaine recommandée par Piment Oiseau, qui conseille notamment le super plateau kongossa, le resto a été monté par un jeune homme et sa mère cheffe.

Restaurant Mai Saigon
29 Rue de la Krutenau

Pas totalement conquis gustativement parlant par Mai Saigon, le resto vietnamien strasbourgeois sur lequel j’avais mis mes espoirs, mais si je le mets ici, c’est qu’il a suffisamment de qualités pour convaincre d’autres. Il est vrai qu’après un début difficile – le patron nous a confié être fatigué par des vertiges cette semaine-là -, ça s’est détendu ensuite, au point qu’on a passé 20 bonnes minutes à échanger sans filtres une fois tous les clients partis. Donc rétrospectivement le mec est authentique dans sa démarche, son père en cuisine, qui aide aussi au service, a une bonne énergie. La déco est sympa dans la petite salle du fond. Pour le phò, il avait beau être préparé avec des ingrédients de qualité, le bouillon manquait de goût, les nouilles n’ont pas plus totalement séduit la personne qui m’accompagnait même si elles étaient globalement bonnes, il manquait un petit truc. Le patron nous a expliqué les difficultés d’appro, renforcées par la covid, pour n’importe quelle ville de province car elles passent nécessairement après Paris pour ce qui est des imports asiatiques. A refaire à l’occasion.

Kei’s Atelier Restaurant Coréen
16 Rue de l’Abreuvoir

Les clients ont l’air content mais le service a l’air lent.

Kalimera
10 Rue Sainte-Catherine

Un petit resto grec avec parfois des concerts, il est juste à côté du bistrot Paulus. La cuisine semble de qualité.

La Maison des Mezzes
5 Rue des Orphelins

Syrien qui devait rouvrir à l’automne 2021 après un dégât des eaux.

Damas
10 Passage de Londres – Cour de Cambridge

La cuisine syrienne 🇸🇾 me manque à Paris, je ne connais pas de resto comme ce Damas à Strasbourg conseillé par @pimentoiseau, c’est-à-dire proposant une cuisine entièrement maison (même le jus de tamarin délicieux en entrée), dans un cadre joliment décoré mais dans un esprit absolument pas branché puisqu’on est ici sur une dalle commerciale accolée à un supermarché, le tout dans un quartier universitaire. Le truc génial c’est qu’ils font un menu ramadan ultra copieux (voire trop) : pour 25 euros on a accès illimité au buffet d’entrées froides (photo) mais aussi chaudes, un plat, une boisson, un dessert avec un thé. Je n’avais jamais mangé un tel houmous par exemple, sans entrer dans le détail de chacun des mets proposés ici. Service en or par une journaliste syrienne qui doit travailler ici comme serveuse, j’aimerais tellement pouvoir la connecter avec des gens d’RFI ou si vous cherchez une journaliste médias ou autre, pensez-y, ça se voit tout de suite que c’est quelqu’un de bien. Pareil pour le reste de l’équipe, le monsieur ou le chef à qui j’ai dit Choukrane et qui après avoir eu l’air étonné qu’un client s’adresse à lui en cuisine m’a fait un grand sourire en me disant merci. Ici c’est du local spot, loin des restos du centre et ça fait du bien. C’est drôle car lors de mon précédent séjour, j’avais cru en voyant les photos de la déco et la salle chicha-lounge que c’était un resto oriental bling bling alors que pas du tout. Parfait pour qui veut sortir des sentiers battus et découvrir une cuisine authentiquement syrienne. Il peut y avoir des aspects un peu roots mais quand on manifeste ses envies, il y a des chances qu’elles soient écoutées. Clientèle jeune et éclectique du quartier universitaire très sympa.

Onel
8 Rue de Leicester

Il est situé juste en face du resto Damas, on a eu envoie d’y faire un tour en sortant. On a regardé le menu, ça a l’air intéressant en mode plus street food, comme un alternative saine à un turc qui fait des döner et des assiettes, Letitia Piment Oiseau m’a aussi conseillé leur souris d’agneau qui se mange à la cuiller tellement elle fond. On a pris ce dessert à la semoule avec des brisures de pistache et un fleur sur le dessus, très bien. Il y avait un resto irakien dans le 4ème que j’avais chroniqué mais qui a fermé, je n’en connais plus aujourd’hui et c’est dommage.

AMIS 朋友川
16 Rue du Fossé-des-Tanneurs

20/20 au bac pour cet « Amis » situé la porte à côté du restaurant sichuanais qui m’avait été conseillé mais dont les prix m’avaient refroidi. A Amis, à la cuisine est « multi-régionale » : le chef vient de la région de Tsingtao et les plats sont plutôt orientés Sichuan et Chungqing, le service de qualité premium est assuré par une jeune femme avenante, globalement francophone, connaissant bien sa carte, réactive et de caractère enjoué sans parler de la patronne qui s’est avérée toujours prête à faire des blagues. Le menu du midi à 15,90 € est imbattable : entrée – plat et boisson (Tsingtao pour nous). nous avons passé un excellent moment et taillé une bonne bavette avec la jeune femme et sa patronne qui nous expliquaient que certains patrons de restaurants chinois à Paris venaient manger ici lorsqu’ils se rendaient à Strasbourg. Ne vous fiez pas au « plat de poisons » proposé au menu, c’est une faute de frappe. En photo : les tripes de boeuf à l’huile pimentée et avec du cumin, le poulet à la sauce maison, l’assortiment de ravioli et la soupe de nouilles au boeuf pimenté.

Ô Baozi
49 Rue du Jeu-des-Enfants

Pour les Bao comme son nom l’indique

Allo Mafe Allo Thieb

En cherchant l’entrée du wagon souk, nous sommes tombé sur un monsieur d’origine africaine et lui avons demandé où se trouvait le resto Africain. En effet le jeune homme d’origine belgo-congolaise par son père et rwando-pakistanaise par sa mère, qui s’occupait de la station Vélhop de la gare, nous avait conseillé deux restos Africains pas chers dont celui du wagon souk. Le monsieur nous a proposé de le suivre et nous sommes entrés dans un entrepôt dont je doutais qu’il s’agisse du wagon souk. Effectivement c’est en fait un autre resto Africain, nous y sommes allés après avoir bu un thé au wagon souk et on s’est régalé : thieboudienne viande petite version (celle sur la photo, imaginez la grande) à 3,50€. On en a partagé un à deux avec un bissap à 1,50 : cinq euros le dîner dans un cadre austère d’entrepôt mais une ambiance très chaleureuse, c’est ça qui compte. Dans la zone du 91 route des Romains en vous dirigeant vers le wagon souk.

Masala à Schiltigheim
2 Rue du Parc
le site

Un restaurant indien particulièrement raffiné mais avec des prix qui restent abordables.

 

FRANCAIS

Paulus Bistrot
33 Rue de Zurich

C’est un resto qui m’avait été chaudement recommandé par Letitia Piment Oiseau, Pauline Kaltenbach et les cavistes Au Fil du Vin Libre et Oenosphere (voisin du resto). Ce qui est sympa, c’est que c’est pas trop cher, bon et varié et y a du bon vin, plutôt nature, qui n’assassine pas question prix. Les plats marquent plus que les desserts qu’on a trouvés notamment trop sucrés. Côté vin, j’étais content de retrouver le Piffaudière découvert chez le caviste 22 sur Vins à Tours. Le service est détente sans être trop familier.

 

VIANDARD

Le Fossile
6 petite rue Austerlitz, Pl. des Orphelins

Pour un onglet coupé au couteau et leur collection d’Armagnac.

GASTRONOMIQUE

De:ja
1 Rue Schimper

ENVIRONS DE STRASBOURG

Je galérais pour trouver la table authentique et traditionnelle que je cherchais dans le centre de Strasbourg alors j’ai appelé tous les cavistes de vin nature de la ville pour leur demander leurs conseils. On m’a conseillé Enfin à Barr et je suis tombé sur Jean de la cave Au Fil du Vin Libre qui m’a conseillé aussi le Belle Vue à Zellwiller, ce sont des amis d’enfance à lui qui tiennent cela et il leur a concocté toute la carte. J’ai donc appelé le Belle Vue pour réserver et j’en ai aussi profité pour demander au chef que j’ai eu en ligne s’il avait des tables dans le coin à recommander, il ne voyait pas spontanément puis il m’a rappelé 10 minutes après pour me souffler le Raisin d’Or et l’Agneau d’Or 🙂

Miro à Ostawald
Rue de la Nachtweid

Il faut une voiture pour y aller, cet ancien resto familial au bord de l’eau a été repris par une équipe qui propose désormais une cuisine bistronomique et une carte de vins nature.

Enfin à Barr
2 Chem. du Château d’Andlau

C’est le restaurant gastronomique conseillé par beaucoup en cet automne 2021. Carole qui tenait le comptoir à manger avec Bérangère à Strasbourg a monté ce lieu avec un accueil sympa, jeune et moderne. Je n’y ai pas été moi-même, je reproduis ici ce qu’on m’en a dit.

Les Plaisirs Gourmands à Schiltigheim
35 Rte du Général de Gaulle

Gastronomique

Restaurant Belle Vue à Zellviller
1 Rte de Barr

Un resto de village fréquenté par des familles le week-end, l’occasion de manger au milieu d’alsaciens dans un resto traditionnel et sympathique. Un déjeuner dominical parfait et authentique.

Lire l’article

 

2 restaurants traditionnels conseillés par le chef du Belle Vue :

Au Raisin d’Or à Zimmerbach
1, place de l’église

L’Agneau d’Or à Obernai
99 Rue du Général Gouraud

- Cafés -

TORREFACTEUR

Torréfacteur Reck
8 Rue de la Mésange
le site

Une excellente découverte strasbourgeoise, le torréfacteur Reck, fondé en 1884 et devenu Reck en 1919. Je kiffe les torréfacteurs nouvelle génération mais j’aime bien aussi ceux à l’ancienne. Partout où je vais j’achète du vin, du café, du fromage. C’est le meilleur moyen de comprendre ce qui se fait de mieux dans une ville selon moi et de prolonger le plaisir et le souvenir du voyage en les dégustant une fois de retour a casa. A Reck, on peut en plus déguster un café au comptoir, ils m’ont fait un long black avec un café d’Harar – la ville à l’est d’Ethiopie où Rimbaud a séjourné et s’est livré au trafic d’armes -, exactement comme je me le fais à la maison en aeropress, j’ai kiffé et les prix sont super corrects. Le personnel était super sympa et pas guindé. J’ai acheté trois cafés dont le coup de coeur de toute l’équipe car une rareté dont ils n’avaient qu’une petite quantité, un Café Bio Monts Bleus : Un Microlot exclusif bio poussant en Papouasie Nouvelle Guinée à 1100m d’altitude dans des montagnes escarpées de la région de Eastern Highlands.

PATISSERIES

Naegel
9 Rue des Orfèvres

Boulangerie – pâtisserie classique

Le Top 3 que m’a confié Céline et son blog @lacreaminelle

J’ai rencontré Céline par l’intermédiaire de Letitia Piment Oiseau. Céline est passionnée de pâtisserie et envisage de créer des food tours sur ce sujet à Strasbourg donc n’hésitez pas à la contacter.

1) Sebastien Gillmann
20 quai des Bateliers

Une patisserie bien située mais malheureusement débordée en ce samedi après-midi de mars, une table non débarrassée dehors, un peu chaotique à l’intérieur, rien de méchant mais pas super carré. Les pâtisseries étaient à 5 euros et relativement bonnes. Evidemment cela vaut le coup de s’attabler ici lorsqu’on a une table dehors au soleil, sinon pas sûr.

Voilà la vue qu’on a de la terrasse, ce jour-là une manifestation passait juste devant mais heureusement petite.

2) Ôjourd’hui
11 Rue de la Brigade Alsace-Lorraine

Joli café avec pâtisseries bonnes et un peu chères, sandwich healthy.

3) Christophe Felder et Camille Lesec, les pâtissiers
29 Rue du Marechal Foch Hauptstross

CHOCOLAT

Erithaj
6 Rue Brûlée

CAFES

Tonton Gâteau
11 Rue des Bouchers

Accueil pas fou mais excellent café et part de cake choco-banane généreuse à 2 balles, pratique quand il pleut et qu’on est en pleine session visite de musées (musée alsacien, musée de l’Oeuvre Notre Dame, cathédrale) dans le Strasbourg touristique et qu’on veut éviter les attrape-touristes sans âme.

Laas Café
47 Rue du Faubourg-National

En revenant du Wagon Souk, j’ai tilté depuis le tramway sur ce café rempli, j’ai regardé sur google et me suis rendu compte que c’était un café somalien. Aujourd’hui après notre repas au Bellevue de Zellwiller, avant de reprendre le train pour Paris, on a décidé d’aller boire un thé somalien type Chai, très grand, pour seulement un euro. Devant le café nous avons entendu des gens dire que les femmes étaient interdites dans ce café, j’ai demandé ensuite au patron ce qu’il en était et il m’a assuré que non, bien que la population fût 100% masculine. Nous étions un homme et une femme et nous n’avons eu aucun souci. Je dis ça parce que je suis habitué mais je  voudrais aussi vous prévenir, que cela ne vous empêche pas de rentrer, le mec était adorable, on a demandé un verre d’eau, il nous a offert deux petites bouteilles et lorsqu’au moment de payer je me suis enquéri de ces petits biscuits, le monsieur m’a confirmé qu’ils étaient maison et me les a gentiment offerts.

- Gastronomie -

La choucroute

Choucroute vient du mot alsacien Sürkrütt qui désignait le chou conservé dans la saumure. On en trouve des traces dès le Haut Moyen Age et il jouait alors le rôle d’accompagnement pour les pommes de terre, la viande ou des légumes. Un peu comme le couscous, la choucroute est devenue royale (accompagnée de nombreuses viandes diverses) lorsqu’après la défaite de 1870, les brasseries alsaciennes deviennent à la mode à Paris, notamment parce que de nombreux alsaciens quittent leur région pour venir s’installer dans la capitale et y ouvrir des restaurants.

Kirsch Miclo
le site

On m’a conseillé ce kirsch.

- Bars -

Le Kitsch’n Bar
8 Quai Charles Altorffer

Resto bar avec frites maison à la bonne franquette

BARS A COCKTAILS

L’hôtel Maison Rouge
4 Rue des Francs-Bourgeois

Tout juste refait, le plus grand hôtel de la ville abrite aussi un bar classe.

La Mandragore
1 Rue de la Grange

Super bar, tenanciers férus de cinéma

The Drunky Stork Social Club
24 Rue du Vieux-Marché-aux-Vins

LE lieu branché de 2021 dans une ancienne banque. Personnellement j’avais envie d’un cadre plus intimiste ce soir-là.

Code Bar
39 Rue du Vieil-Hôpital

Petit bar à cocktails discret dans le centre, ambiance cosy et bon service, autour de 14 euros le cocktail, pas donné mais à l’unisson des prix strasbourgeois. On y a passé un bon moment.

- Clubs -

Le Diamant d’Or
rue de la Plaine des Bouchers
le site

Lieu alternatif très indépendant.

Le Fat Black Pussy Cat
3, rue Klein

Très cool, spécialisé urban groove

La Kulture
9 Rue des Bateliers

Alternatif électronique.

- Magasins -

Quai des Brumes
120 Grand’Rue

Très bonne librairie, chaudement recommandée par un artiste vivant à Strasbourg : “Librairie super depuis longtemps, toujours de bons conseils, toujours de l’attention.”

Le Tigre
36 Quai des Bateliers

Super librairie spécialisée en BD ouverte plus récemment que Quai des Brumes

 

- Musique -

Carpaccio cathedrale
le site

Un artiste exigeant de musiques électroniques, situé entre Paris et Strasbourg

Dj Votour

Un dj hip hop qu’on m’a conseillé mais je ne suis pas parvenu à trouver sa page.

 

- Alimentation -

STRASBOURG

Cavistes

Entre deux verres
9 Rue de Rathsamhausen
le site

« Entre deux verres », un des cavistes nature de Strasbourg, avec une bonne ambiance locale de rendez-vous des copains, dans le quartier sud et dépaysant de Neudorf (l’église du Christ annonciateur d’un post précédent n’est pas bien loin).

Au fil du vin libre
26 Quai des Bateliers

C’est Jean d’Au Fil du Vin Libre qui m’a conseillé le Bellevue à Zellwiller.

Oenosphere
33 Rue de Zurich

Un caviste qui a l’air bien sympa juste à côté du bistrot Paulus, malheureusement je n’ai pas eu le temps d’y aller.

Marché

Marché Place Broglie, stand de Christine Spiesser
le site

En descendant du tram pour nous rendre au musée de l’Oeuvre Notre Dame, nous sommes tombés sur ce marché. On a fait un tour, il y avait de très beaux poissonniers mais étant à l’hôtel, ce qui m’a intéressé c’était le stand magnifique de Christine Spiesser, qui se présente sur son site comme “maître artisan au féminin”, c’est vrai qu’il est plus rare de trouver des femmes dans la boucherie et charcuterie. Il y avait son camion pour le côté boucherie, charcuterie et traiteur (elle fait les 3!) et accolé à lui, une table sur laquelle étaient proposés ses tourtes vigneronnes et jambons en croûte. J’ai craqué : spätzle maison, tourte vigneronne veau – porc et champignons et jambon, le tout 54 euros, elle était super sympa en plus et nous a offert un sachet de minis saucissons pas mauvais du tout.

Boutiques spécialisées

Fromagerie Maison Lorho
3 Rue des Orfèvres

La Maison Lorho à Strasbourg, une valeur sûre pas donnée. C’est une petite boutique où les clients se succèdent, c’est en effet le grand fromager affineur de la ville. Service pro mais pas hyper détendu. J’ai demandé des spécialités locales qui étaient des coups de coeur de la personne qui s’occupait de moi. Munster au lait cru de vache, fumé à froid au feu de bois de hêtre durant 24h, ça c’est une rareté à acheter ici (11 euros). Comme j’avais acheté des spätzle maison chez Christine Spiesser au marché du vendredi place Broglie, je vais me les faire à la poêle avec munster fumé, crème fraîche et cumin. La fromagère m’a aussi aiguillé vers les tomes, dont tome aux fleurs. Je lui ai dit qu’à Paris ce type de tome venait d’Autriche, elle m’a répondu que tout à fait mais désormais ils se sont mis sur le créneau et livrent bon nombre de fromagers à Paris. Celui-là, je l’ai goûté, j’ai trouvé ça sympa mais le fromage m’a paru un peu jeune et ça manquait un peu de profondeur de goût.

Fromagerie Tourette 
55 Rue du Marché Gare

La cloche à fromage 
32 Rue des Tonneliers
4 Rue du Noyer

GERTWILLER

Fortwenger
144 route de Strasbourg

En nous rendant au restaurant Belle Vue de Zellwiller à vélo depuis la gare de Barr, nous sommes passés devant cette boutique Fortwenger. Je ne connaissais pas mais je vois que c’est une grosse boîte puisqu’ils en ont plusieurs en Alsace, mais aussi une près des Champs Elysées. Une fois devant ce qui apparaissait comme une supérette touristique, j’ai demandé à un père de famille qui était avec son enfant en poussette si c’était touristique ou authentique, il m’a répondu en souriant : “un peu des deux” 🙂 Effectivement c’est ça mais on était bien content de tomber sur des pains d’épices miel et oranges (4,20), pains aux figues pour foie gras (4,80), raifort, bonbons au miel (3,40).

- Photos -

Jogger le dimanche matin dans le parc de l’Orangerie

L’achitecture ancienne et contemporaine dans le centre

Magnifique entrée du crédit foncier et communal d’Alsace et de Lorraine

Bâtiment qui évoque le Havre ou Brest, archi des années 50, en plein centre dans la rue du Fossé-des-Tanneurs où se trouve le resto chinois Amis mentionné dans la partie Restaurants.

La boulangerie La Groseille est restée dans son jus le quartier de Neudorf au sud

Dans le même coin, des rues paisibles arborées et bordées de maisons.

Un bâtiment moderne assez fou par sa couleur bleu foncé rare, rue du bassin d’Austerlitz lorsqu’on se dirige vers le quartier de Neudorf après avoir dépassé le quartier de l’université et l’église du Christ ressuscité.

Le dessus du MacDo

Une très belle porte rue des Orfèvres en face de la fromagerie Lorho.

Je reste étonné que devant l’église protestante du Temple-Neuf, il y ait un tel parking empêchant de pouvoir admirer sa façade comme il se doit.

L’étonnante place d’Austerlitz

Les bords de l’Ill

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*





Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.



Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

 Paris je t’aime - partenaire officiel 2022